09-01-2010

T.E. Turner : Loneliness – 1999

5729turner.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

08-01-2010

Samoce

5767samoce.jpg

 

 

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

06-01-2010

Paul Van Mulder : La Solitude d’un acteur de peep-show avant son entrée en scène

57233solitude.jpgIl est toujours difficile de prendre la parole, surtout quand on a rien à dire, surtout quand on ne vous l’a jamais donnée… C’est pourtant ce qu’il veut faire… cet acteur de peep-show… ce soir… malgré tout… parler… raconter… Il y va de sa survie, de sa vérité. Alors avec toute l’énergie du désespoir, les mots, les phrases se construisent, et il offre malgré lui aux spectateurs un récit témoignant que toute vie, même la plus insignifiante renferme une humanité où chacun peut s’y retrouver.

Ce texte a été écrit dans un sentiment d’urgence. Car au-delà de la quête de ce personnage vers un désir de reconnaissance, un besoin d’amour, de parler de ses angoisses, il y a aussi un besoin viscéral de trouver sa place dans cette société. Il y a en toile de fond la dénonciation que la société fabrique de plus en plus d’exclus et engendre une nouvelle classe sociale : « les travailleurs pauvres », qui avec des salaires de plus en plus tirés vers le bas, ne peuvent plus que « survivre » et ne jamais accéder à leurs rêves.

C’est aussi de cela dont souffre ce personnage, ce travailleur précaire : une non-reconnaissance de son travail. Mais il s’accroche à ce petit boulot, comme à une bouée de sauvetage : il ne veut pas être complètement marginalisé, se retrouver à la rue. Alors, il accepte d’être humilié, de prester des heures supplémentaires non payées, il supporte le petit chef qui rend la vie encore plus difficile, car « si tu n’es pas content, la porte est grande ouverte. On n’a pas besoin de toi… »

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

06-01-2010

Le Gardien de Phare – Georges Pierre Moreau

Le phare se dressait comme un « I »
Au large des côtes bretonnes
L’océan beuglait jour et nuit
Comme une vache qui moutonne!
Les coups de mer tonnaient un à un
Avec un bruit de canonnade
Le vent de norois chargé d’embruns
Postillonnait sa sérénade
Et les goélands aux abois
Goëlaient comme des putois!

Le gardien était jeune et beau
Il vivait seul. Pour se distraire
Il attrapait les bigorneaux
Au lasso… c’était sa manière
Et quand les ténèbres tombaient
Alors il allumait son phare
Et les pêcheurs, au loin, pensaient:
Le gardien à le jeu quelque part
Et les courlis dans leur dodo
Courlissaient vivement les rideaux!

Or un soir, seul dans son grand lit
Il contemplait avec tristesse
La grosse lanterne, et il se dit:
Ce qui manque ici, c’est une négresse!
Il en trouva une rapidement
Et ce fut un très beau mariage
La négresse était tout en blanc
Avec un lys à son corsage,
Et les homards sortant de leurs trous
S’homaraient comme des petits fous!

Mais bientôt jaloux, fou furieux,
Il la saisit, ce fut atroce
D’un seul coup il lui fit trois bleus
Et d’un autre, il lui fit trois gosses!
Puis saisissant à bras le corps
Sa petite femme en bois d’ébène
Il la balança par-dessus bord
En s’écriant: La mer est pleine
Et les morues, qu’avaient les foies
Moururent de peur toutes à la fois!

Mais stupeur le lendemain les flots
Étaient noirs… sitôt tout le monde
Pensa: C’est la faute aux bateaux
Qui jettent leur… ancre dans l’onde!
La vérité, moi je vous l’apporte
Notre négresse c’est notoire
Avait déteint et… la mère morte
Flottait maintenant dans la mer noire
Et le gardien désespéré
Se jeta… dans les mots croisés!

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

03-01-2010

George Grie : Loneliness – 2009

5729grie.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

02-01-2010

173) Je ne dors pas pour rêver – Mahmoud Darwitch

Je ne dors pas pour rêver, lui dit-elle
Je dors pour t’oublier. Qu’il est bon de dormir seule,
sans tumulte et dans la soie.

Eloigne-toi que je te voie
solitaire, là-bas, pensant à moi quand je t’oublie.

Rien ne me fait mal dans ton absence,
la nuit ne griffe pas ma poitrine, ni tes lèvres.
Je dors sur mon corps tout entier,
tout entier, sans partage,
tes mains ne déchirent pas ma robe et tes pas
ne martèlent pas mon cœur comme une noisette
lorsque tu refermes la porte.

Rien ne me manque dans ton absence :
mes seins m’appartiennent. Mon nombril.
Mes tâches de rousseur. Mon grain de beauté
et mes mains et mes jambes m’appartiennent.

Tout en moi m’appartient
et pour toi, les images désirées,
prends-les donc pour meubler ton exil,
lève tes visions comme un dernier toast
et dis, si tu veux : ton amour est trépas.

Quand à moi, j’écouterai mon corps
avec le calme d’une médecin : rien, rien
ne me fait mal dans l’absence
si ce n’est la solitude de l’univers.

Traduction de Elias Sambar

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

01-01-2010

Alexandre Buisse : Loneliness

5729buisse.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

30-12-2009

Pénélope Frédérique Douet : Poussières de solitude

57084douet.jpgGenre : roman
Année : 2009 Edilivre
Résumé : Jeune veuve confrontée à la solitude après la mort de son mari, la narratrice va, au cours d’un voyage au Portugal et au hasard des rencontres, partager les expériences de personnes d’âge et de sexe différents. Que la solitude soit subie, qu’elle soit choisie, qu’elle prenne la forme de la fatalité, de l’attente ou de la réflexion, qu’elle soit d’amour ou de raison, elle touche indifféremment chaque individu à un moment ou à un autre de sa vie. Elle peut être souffrance mais aussi bien-être. Source de force ou de fragilité, elle ne laisse personne indifférent. Cette retraite sera pour elle une sorte d’étude de cas ouvrant une porte sur la réflexion pour construire l’avenir de ses enfants mais aussi son devenir de femme. Quels seront son bilan et son analyse dix ans plus tard ?

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

30-12-2009

Sombre dimanche – Jean Marèze – François-Eugène Gonda – Rezsö Seress.

Sombre dimanche… Les bras tout chargés de fleurs
Je suis entré dans notre chambre le cœur las
Car je savais déjà que tu ne viendrais pas
Et j’ai chanté des mots d’amour et de douleur
Je suis resté tout seul et j’ai pleuré tout bas
En écoutant hurler la plainte des frimas …
Sombre dimanche…

Je mourrai un dimanche où j’aurai trop souffert
Alors tu reviendras, mais je serai parti
Des cierges brûleront comme un ardent espoir
Et pour toi, sans effort, mes yeux seront ouverts
N’aie pas peur, mon amour, s’ils ne peuvent te voir
Ils te diront que je t’aimais plus que ma vie
Sombre dimanche. »

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

27-12-2009

Paul Henry – La vieille Femme – 1920

5719lavieillefemme1920paulhenry.gif

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

26-12-2009

172) Solitude – Colette Peugniez

Il a perdu le fil des mots,
mais le fil du temps,
le fil conducteur des choses, il l’a trouvé…
Ciseaux vides des êtres mille fois rencontrés,
qui l’avez décousu, habité, comme un manteau vide,
Si le manteau peut vous servir, gardez-le
Si cet homme peut vous servir, gardez-le
Si le fil peut encore retenir un vieux secret qui s’est perdu
Laissez-le faire,
Mais si la nuit lui tombe de la tête
Ne vous baissez pas pour la ramasser,
S’il oublie qui vous êtes,
Pour s’asseoir seul, à la porte de n’importe quel endroit
S’il caresse dans son silence un cheval pur
Qui se souvient de moi
Si le cheval hennit, à la porte des villes où il passe
S’il frappe d’échos neufs le morne bruit des portes
A tout jamais fermées,
Si vous ne l’entendez pas, n’arrêtez pas le bruit
Pour le laisser passer,
Mais si cet homme voit à travers son image,
ressusciter le sens exact des choses
Si l’herbe haute pousse la porte des bars où il se trouve,
S’il se met à parler au col de son manteau
Comme à une trace vivante,
s’il sort dans la nuit seul
laissez-le passer…

Lointains, 1960

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

25-12-2009

Of Time and the City

5725oftimeandthecity.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

23-12-2009

Jean-Jacques Rousseau : Emile et Sophie ou Les solitaires

5785rousseau.gif Sophie infidèle ! Les adeptes de L’Emile ne peuvent cacher leur désarroi.

Le grand livre de Rousseau s’était pourtant achevé dans le bonheur : deux jeunes mariés annoncent à leur précepteur la naissance de leur premier enfant. Mais L’Emile à peine achevé, Jean-Jacques entreprend de lui donner une suite, Emile et Sophie, où il entend éprouver son système éducatif, en exposant les époux aux cruautés du sort. Or, il aura suffi de quelques mois passés à Paris pour qu’Emile et Sophie voient leur couple se briser.
Faut-il conclure que, de l’aveu même de son auteur, l’éducation rousseauiste est un lamentable échec ? L’inachèvement d’Emile et Sophie – composé de deux lettres d’Emile à son vieux précepteur – permet de le penser. Il reste que les malheurs d’Emile et de Sophie traduisent avant tout les difficultés que rencontre Rousseau lorsqu’il tente de concilier l’amour et le mariage. Après avoir exploré les possibilités offertes par le ménage à trois de La Nouvelle Héloïse, il nous propose la passion condamnée d’Emile et Sophie.
Celle-ci possède le double avantage d’éliminer le tiers et de préserver la flamme des époux, mais à la condition que ceux-ci prouvent leur amour en se séparant à jamais.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

21-12-2009

2) Jaimes Rosales : La Soledad

5719lasoledad.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

20-12-2009

Plaisir solitaire – Delphine Riffard

5719delphineriffardsolitarypleasure.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

19-12-2009

171) Charles Van Lerberghe – (1861-1907)

Au cœur solitaire du bonheur,
Devenu mon cœur même,
Quelle paix divine en ce jour,
Et quelle plénitude suprême !

Ô le rire adorable d’amour
De tout ce qui m’environne !
Autour de mon bonheur en fleur
Une abeille éternelle bourdonne…

Elle se clôt doucement et s’apaise,
Mon âme heureuse ;
Elle se tait,
La rose qui chantait.

La chanson d’Eve – 1904

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

18-12-2009

Lobo solitario

5720lobosolitario.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

16-12-2009

Paul Auster : L’invention de la solitude – 1992

57078linventiondelasolitude.jpg

« Paul Auster est devenu écrivain parce que son père, en mourant, lui a laissé un petit héritage qui l’a soustrait à la misère. Le décès du père n’a pas seulement libéré l’écriture, il a littéralement sauvé la vie du fils. Celui-ci n’en finira jamais de payer sa dette et de rembourser en bonne prose le terrifiant cadeau du trépassé. » Là se trouve — Pascal Bruckner le note d’emblée dans sa lecture — la clef de voûte du système Auster. L’invention de la solitude est le premier livre du jeune écrivain, c’est aussi le livre fondateur de son oeuvre, son art poétique. Dans les deux parties — Portrait d’un homme invisible (le père) et le Livre de la mémoire —, Paul Auster interroge la mémoire familiale et met en place un univers que l’on retrouvera dans chacun de ses romans.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

16-12-2009

Solitaire – Elvis Presley

There was a man, a lonely man
Who lost his love, thru his indifference
A heart that cared that went unshared
Until it died within his silence

And Solitaire is the only game in town
And every road that takes him, takes him down
While life goes on around him everywhere
Hes playing Solitaire

And keeping to himself, begins to deal
And still the king of hearts is well concealed
Another losing games comes to an end
And deals them out again

A little hope goes up in smoke
Just how it goes, goes without saying
There was a man, a lonely man
Who would command the hand hes playing

And Solitaire is the only game in town
And every road that takes him, takes him down
While life goes on around him everywhere
Hes playing Solitaire

And keeping to himself, begins to deal
And still the king of hearts is well concealed

Another losing games comes to an end
And deals them out again

And Solitaire is the only game in town
And every road that takes him, takes him down
While life goes on around him everywhere
Hes playing Solitaire

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

15-12-2009

Blog : Surprises

5712blackandwhite.jpg

Être seul,
la douceur d’une pensée,
cette fleur abîmée,
la force d’une impatience,
un certain désespoir,
mais le petit homme s’allumait.
Un souvenir d’une photo,
ces mouvements de toi,
jeune femme qui traverse,
le boulevard St Germain
des roses à la main.
Un chapeau sur sa tête,
imprudent passager,
l’harmonie de cette fontaine,
sous ce soleil froid,
visitant ce quartier gai.
Une autre de son allure,
en parcours d’une marche,
un mouvement vers l’azur,
funeste veste,
une fenêtre sur le petit parc,
des ondes répartis,
vers le miroir d’une femme,
sur son chemin. 

Lire la suite…sur : Surprises

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

13-12-2009

Solitude – 孤独

5716solitude.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | 2 Commentaires »

12-12-2009

170) Seul – Blok Modisane (1923

Solitude terrible
Solitude
Comme un cri
en un cri solitaire
un cri sur la grève du rêve
cri d’angoisse, que nul ne peut entendre
mais vous m’entendez clair et fort :
vous écho vibrant ;
comme si je criais pour vous.
Je me parle à moi-même lorsque j’écris
hurle et crie pour moi-même
alors pour moi-même
je crie et hurle :
clamant une prière
criant des mots sans suite
sachant que de cette manière je dis
que le monde autour de moi vit encore ;
peut-être même
seulement pour crier et hurler.

Ou alors ne manque-t-il pas le contact direct
du musicien
ou bien es-il vrai que l’écrivain
crée (sauf la trinité formée par Dieu, sa machine et lui-même)

des silhouettes incestueuses
à chaque cri, à chaque hurlement
pour moi, crier et hurler
chercher pour trouve l’ami
sont déformations normales de la solitude.

Traduit de l’ancglais par Eldridge Mohamadou.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

11-12-2009

Solitude

5706sol1.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | 1 Commentaire »

09-12-2009

Miryam : solitude

57078solitude.jpg

Dans cette belle terre de Bretagne, au ciel bas et lourd, où le vent fait frémir les herbes grises mouillées d’embruns, dans ce pays qu’a chanté le plus grand barde, Botrel… Une histoire à la lois simple et émouvante se déroule… La guerre et l’amour s’y partagent la vedette, et l’auteur a su décrire avec infiniment de talent les angoisses par où passent les héros — héros dans tous les sens — de ce merveilleux roman.
Le comte Yves de Plougonec craint que son nom ne s’éteigne : deux de ses fils sont entrés dans les ordres… Sa fille Jeffic ne va-t-elle pas entendre, elle aussi, la voix des cloîtres blancs ? Et ce Stéphane, cet homme fruste. aux réactions violentes, trouvera-t-il le bonheur dans la terre des marins bretons ?
Vous l’apprendrez en lisant cette oeuvre pleine d’émotion et où le style si particulier de Miryam se donne libre cours.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

04-12-2009

Solo

5702solo.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

02-12-2009

Comme un étranger dans la ville – Gilles Marchal

Comme un étranger dans la ville261ville.jpg
Je suis plus seul qu’une ombre
Et ma voix ne parle qu’à moi
Les gens qui me regardent
N’ont pas de visage
Ils n’ont que l’ombre d’un regard.

Je veux aller où le soleil brille
A travers la pluie
Où un blouson sur mon dos me tient chaud
Echappant au vent du nord
Voguant au ciel d’été
Ou ricochant sur des vagues d’océan.

Je veux aller où le soleil brille
A travers la pluie
Où mon pauvre blouson
Me tient chaud
Echappant au vent du nord
Voguant au ciel d’été
Ou ricochant sur des vagues d’océan.

Comme un étranger dans la ville
Je suis plus seul qu’une ombre
Et ma voix ne parle qu’à moi
Mon cœur que cette ville
Ne connais pas
Mon cœur que cette ville.
Ne connais pas
Mon cœur que cette ville.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

02-12-2009

Retour au pays – Robin Hobb

56334hobb1.jpg4e de couverture : Un bateau vogue vers les Rivages Maudits avec, à son bord, des hommes et des femmes condamnés à l’exil sur des terres lointaines pour avoir trahi le Gouverneur Esclépius. Leur destination : le désert des Pluies – un pays à la végétation monstrueuse, aux eaux corrosives et aux sols fangeux. A peine débarqués, les passagers tentent d’organiser leur survie. Bientôt, la découverte d’une ville souterraine, peuplée d’apparitions extraordinaires et de sons envoûtants, les plonge dans un monde inconnu et pourtant étrangement familier… Des robinsonnades aux récits de civilisations perdues, Retour au pays emprunte à de nombreuses traditions littéraires pour bâtir, sous la forme d’un journal intime, une épopée captivante.

56334retouraupaysrobinhobb.jpg

Mon avis : Je n’ai pas aimé. On retrouve dans ce texte les mêmes stéréotypes que dans le cinéma américain. La dame Carillon commande, les autres eux sont soit ses alliés soit « perdus « . L’élitisme ! C’est elle qui sauve la troupe et montre la voie. Le mythe du  » sauveur  » encore et toujours. Quand à la survie d’une cinquantaine de personnes dans des conditions aussi hostiles, c’est à voir…

Publié par Jean dans Vacuité | 2 Commentaires »

25-11-2009

La Route – Cormac Mac Carthy

56332laroute1.jpg Sujet : Après une catastrophe, nucléaire (?), un père et son fils cherchent, à travers un pays dévasté, à gagner le sud. Pour cela ils suivent une route, le long de laquelle ils doivent, éviter les anthropophages, les voleurs, lutter contre le froid, la faim, les cendres, la nuit… Au cours de leur trajet, ils ne trouvent que terres et arbres brulés, maisons pillées et villes désertes.

Style : Des phrases courtes, parfois sans verbe. Aucun chapitres, mais une succession de petits paragraphes. Aucune citation littéraire à aucun moment. De sempiternelles références religieuses. La récupération de vivres et de matériel dans un ketch (p. 198) fait penser à Robinson fouillant la goelette.

Impression : Se lit d’une traite. Vous tient en haleine.

56332route.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

21-11-2009

La Solitude – Maryline

56323gentiane.jpghttp://lagentiane.org/poemes/poem-0197.htm

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

19-11-2009

Catherine Ribeiro – 1975

56323ribeiro.jpg

Site officiel

Publié par Jean dans Disque | Pas de Commentaires »

18-11-2009

La Solitude lumineuse – Pablo Neruda

56323neruda.jpgEn 1928, Pablo Neruda est nommé consul à Colombo, Ceylan, puis à Singapour et Batavia. Accompagné de Kiria, sa fidèle mangouste, le poète chilien découvre les odeurs et les couleurs des rues asiatiques, les plaisirs et cauchemars de l’opium, la chasse à l’éléphant, le sourire paisible des Bouddhas… Neruda livre ses souvenirs colorés et poétiques d’un Orient colonial et se révèle comme un homme passionné, curieux de tout et de tous, et un merveilleux conteur.

 

Publié par Jean dans Vacuité | 1 Commentaire »

13-11-2009

Seule

57085seule2.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

13-11-2009

Jean-Jacques Henner (1829-1905) : Solitude – 1886

56310jeanjacqueshennersolitude.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

06-11-2009

Jean-Jacques Henner (1829-1905) – Solitude

56310jeanjacqueshenner18291905solitude.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

06-11-2009

Seul…

56310seul.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

25-10-2009

Henrich von Kleist – 1777-1811

56298kleistheinrichvon.jpg

Je ne puis être heureux qu’en ma seule société, parce qu’il m’est permis, là, d’être tout à fait moi.

Correspondance.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

20-10-2009

Solitude, solitudes

56286autrement.jpgA travers l’objectif de mon appareil , j’ai voulu approcher ce qui me sépare de la solitude des autres, non pas pour un commentaire, une définition réductrice, mais bien plutôt pour l’identifier comme inséparable de notre histoire, de notre humanité. Solitude. Il faut aller au-devant de soi-même pour la découvrir, l’apercevoir dans la foule, dans les cafés, sur les trottoirs, dans les lieux de prière désaffectés, sur les banc des squares, sur les bords de Seine, dans la file d’attente chez le commerçant.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

20-10-2009

Parler seul – Jean Follain

Il arrive que pour soi
l’on prononce quelques mots
seul sur cette étrange terre
alors la fleurette blanche
le caillou semblable à tous ceux du passé
la brindille de chaume
se trouvent réunis
au pied de la barrière
que l’on ouvre avec lenteur
pour rentrer dans la maison d’argile
tandis que chaises, table, armoire
s’embrasent d’un soleil de gloire.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

13-10-2009

Thierry Cravant

56286blanchetome1.jpg« À peine sortie du couvent, Blanche se plie à un mariage forcé.

Les mauvaises langues disent que c’est une chance que la jeune fille ait trouvée un mari malgré son handicap…

Blanche ne voit pas les couleurs.

Pourtant le miracle du mariage ne lui rend point les couleurs de la vie.

Sitôt mariée, elle est conduite sur une terre isolée où seul Toumaï, un esclave, semble comprendre son désarroi ».

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

13-10-2009

Helgé

56286solitudehelg.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

11-10-2009

Protégé : Philoctète – Jean-Pierre Siméon

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié par Jean dans Vacuité | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

06-10-2009

Taneda Santôka

Sur mon bureau solitaire
la libellule
consent à se poser
Anthologie du poème court japonais, p. 146

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

04-10-2009

Chauncey C. Loomis : Le Robinson de la banquise – 2007

56277robinson.jpg

Fasciné par le sort de sir John Franklin, disparu en 1845 avec ses cent vingt-huit hommesd’équipage (alors qu’il cherchait un passage entre l’Atlantique et le Pacifique, via l’archipel nord-canadien), l’Américain Charles Francis Hall va tenter d’en retrouver la trace. De 1860 à 1869, l’explorateur-enquêteur se rend en Arctique. Il y apprend les techniques de déplacement inuit, recueille les traditions orales des autochtones, découvre quelques restes de l’expédition Franklin.

En 1871, le gouvernement américain nomme Charles Francis Hall commandant d’une expédition scientifique, avec pour mission d’atteindre le pôle Nord. Le périple sera frappé au coin du tragique… Pris par les glaces le long de la côte nord-groenlandaise, le navire de Hall, le Polaris, se prépare à hiverner. Très vite, des tensions se font jour entre les différents membres de l’état-major. Hall tombe brusquement malade après avoir bu une tasse de café, et ne tarde pas à mourir, accusant, dans son délire, le médecin du bord de l’avoir empoisonné. Pour les membres de l’expédition, ce décès marque le début de nombreuses et dramatiques péripéties…

Cent ans après la mort de Charles Francis Hall, Chauncey C. Loomis organise une expédition au Groenland, afin d’exhumer le corps de l’explorateur et d’élucider le mystère. Dans Le RobinMm de la banquue, il s’appuie sur les journaux de bord de l’expédition et les rapports de l’enquête officiellement ouverte après le retour des compagnons de Hall, dans l’espoir de connaître le fin mot de l’histoire : Charles Francis Hall a-t-il vraiment été empoisonné à l’arsenic ?

Chauncey C. Loomis
Traduit de l’américain par Jean-François Chaix
en librairie le 1er octobre 2007
Collection biographies / aventures
380 pages / 15 x 21 cm
29 euros
ISBN: 2-916552-04-9
Diffusion & distribution : Rando-diffusion
?

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

01-10-2009

William-Adolphe Bougereau : Seule au monde

56274bouguereauseuleaumonde.jpg

Le tableau dépeint une jeune femme au cheveux courts tenant un violon, sur un pont enjambant la Seine. Elle regarde vers sa gauche avec un air mélancolique. On distingue la cathédrale Notre-Dame de Paris à l’arrière plan, ainsi que ce qui semble être le Pont Royal. Le pont sur lequel la jeune femme se trouve est donc fort probablement le Pont de Solférino.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

01-10-2009

Seuls

56274seuls.jpgLe thème : un matin , cinq enfants découvrent qu’ils sont seuls dans leur ville. Ils forment une petite bande.

J’ai aimé :

- le dessin à la Uderzo.

- l’idée.

Critique : Les aventures de ce premier tome sont un peu simplettes. Les enfants méritent mieux.
.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

11-09-2009

254

254sol.jpg

Publié par Jean dans Vacuité | 1 Commentaire »

01-09-2009

Protégé : Yosa Buson

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié par Jean dans Vacuité | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

29-08-2009

Mâcon : morte depuis trois ans

Le corps d’une femme née en 1951, locataire d’un appartement du centre-ville de Mâcon (Saône-et-Loire), a été découvert mercredi dans (26 août) son logement, alors qu’elle était décédée depuis le début de l’année 2006, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Selon le substitut du procureur de Mâcon, Frédéric Jacques, le cadavre de cette femme a été découvert « complètement momifié », assis sur les toilettes de l’appartement, par un huissier, un serrurier et un policier venus après des impayés de loyer.

« Il n’y a pas d’éléments marquants laissant croire à une mort violente. Il n’y a donc pas lieu pour le moment de faire réaliser une autopsie », a expliqué M. Jacques.

De fait, aucune trace d’effraction ou de lutte n’a été relevée dans le logement. Les enquêteurs ont en revanche trouvé des documents et des courriers datant du début de l’année 2006, confirmant ainsi la période du décès estimée lors du premier examen médical.

« Une enquête de voisinage a débuté », qui visera également « à vérifier l’identité de cette femme d’une cinquantaine d’années », a précisé M. Jacques.

Aucun membre de la famille de la locataire ne s’était manifesté depuis le décès et les voisins ont déclaré aux enquêteurs qu’ils pensaient que cette femme avait déménagé.

Ses enfants, contactés par la police, ont quant à eux indiqué qu’ils n’avaient plus aucun contact avec leur mère depuis plus de huit ans.

Selon M. Jacques, il n’est « pas forcément exceptionnel, même si ça peut surprendre », que des personnes « +disparaissent+ parce qu’elles n’ont plus de contact avec les autres, et en arrivent à être complètement désocialisées ».

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

28-08-2009

Jaycee Lee Dugard

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

25-08-2009

Matsuo Bashô

La rosée blanche -
n’oublie jamais
son goût de solitude !

Anthologie du poème court japonais, p. 137

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

123456...19

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...