Archives pour la catégorie 'Robinsonnade'

13-08-2017

Andy Weir : Seul sur Mars – 2011

64-254 weir-

Mark Watney est l’un des premiers hommes à poser le pied sur Mars. Il pourrait être le premier à y mourir.
Lorsqu’une tempête de sable mortelle force ses coéquipiers à évacuer la planète, Mark se retrouve seul et sans ressources, irrémédiablement coupé de la Terre.
Mais il n’est pas prêt à baisser les bras. Ingénieux, habile et terriblement têtu, il affronte un par un des problèmes insurmontables. Parviendra-t-il à défier le sort ? Le compte à rebours a déjà commencé…

Posté par Jean dans Robinsonnade, Roman | Pas encore de commentaires »

17-03-2017

Paul Zumbiehl : Un atoll et un rêve -1986

64-128 Zumbiehl- Ah, vivre sur une île déserte ! Fuir la ville, le bruit, les soucis, et paresser au soleil, là où la mer est toujours verte et le ciel toujours bleu…
Ce rêve, Paul et Danièle l’ont réalisé. Ils ont tout quitté pour s’installer sur Ahunui, un atoll inhabité de l’archipel des Tuamotu. Un anneau de corail de six kilomètres de diamètre. Au centre, le lagon. Autour, le Pacifique. Noix de coco; crabes géants et poissons multicolores… Le paradis !
Aventure, certes, mais minutieusement préparée : nos deux rêveurs sont des réalistes qui ne comptent pas vivre d’amour et d’eau salée. Cultiver des huîtres perlières, planter des arbres fruitiers, élever des poulets… Paul a tout prévu… sauf les cinq cyclones qu’ils vont essuyer coup sur coup ! Que faire ? Renoncer ou se battre ? Après tout le paradis, ça se mérite !

Source : J’ai Lu

Posté par Jean dans Insularité, Livres, Récit, Robinsonnade | Pas encore de commentaires »

30-12-2016

Patrick White : Une ceinture de feuilles

White-Un gentleman anglais et sa femme font naufrage, vers 1830, sur une plage des côtes australiennes. Les rescapés abordent sur une plage où ils sont massacrés par les indigènes. Seule Mrs Roxburgh est épargnée, mais c’est pour devenir l’esclave de la tribu. Elle partage pendant des mois la vie des sauvages, vêtue d’une ceinture de lianes où elle dissimule son alliance, avant d’être sauvée par un forçat évadé.
De toutes les figures féminines si vivantes qu’on rencontre dans l’œuvre du prix Nobel australien, Helen Roxburgh est peut-être la plus émouvante et la plus vraie. Outre le puissant intérêt du récit, ce roman offre le portrait d’une femme déchirée entre deux univers, la fidélité au souvenir d’un mari très civilisé et l’attachement à un être violent et frustre.

Posté par Jean dans Île déserte, Livres, Robinsonnade, Roman | Pas encore de commentaires »

23-09-2016

Robb White : Notre île vierge – 1954

64-143 white-« Il nous arrive parfois de rêver d’une île déserte comme d’un paradis, mais ce n’est qu’un rêve. Pour Robb White, auteur de Notre île vierge, ce rêve est devenu réalité.
Écrivain sans notoriété et sans le sou, il n’hésite pas, le jour même de son mariage avec Radie, belle et riche héritière, à emmener celle-ci aux Antilles. La lune de miel du jeune couple débute dans une masure sans portes ni fenêtres, infestée de moustiques et de scorpions. La nuit, des chiens sauvages traversent la maison en troupeaux, le jour, Radie est importunée par le satyre local, un demi-fou à l’aspect monstrueux, et par la servante autoritaire qui envahit les lieux avec sa nichée de négrillons.
Robb, qui a excercé tous les métiers, y compris celui de matelot, n’a qu’un but : devenir écrivain. Tant bien que mal, il continue inlassablement à noircir du papier. Il ne se croit pas doué, mais s’acharne ; rien ne le fera céder : il sera écrivain, et il bâtira, sans aucun secours que celui de leur amour, une union solide avec celle qu’il aime.
Pour Radie, il n’y a pas de problème ; avec sérénité, grâce à un solide bon sens, elle s’en tient au serment de la cérémonie du mariage, « Tu prends cet homme pour le meilleur et pour le pire ».
lorsqu’ils découvriront enfin leur île vierge, petit îlot battu par les ouragans, acheté pour soixante dollars, Radie, de ses belles mains blanches, aidera son mari à défricher, creuser le roc, gâcher le ciment, pour construire peu à peu leur demeure et leur amour.
Notre île vierge n’est pas un roman d’aventures, mais l’aventure y est toujours présente. Ce n’est pas un documentaire, et pourtant, sa lecture terminée, on n’ignore plus rien des us et coutumes antillais, de l’art de naviguer à bord d’une coquille de noix sur les océans traîtres. On sait aussi comment un homme risque sa vie pour arracher aux barracudas une nasse indispensable à sa subsistance et à celle de sa femme, et l’on comprend la joie que peuvent éprouver deux êtres à posséder enfin une chose aussi banale qu’un lit, par exemple.
Notre île vierge n’est pas un roman d’amour, c’est l’histoire vraie d’un amour vrai, qui a aujourd’hui dix-sept ans… Histoire moins écrite que racontée par l’auteur, au fil de la pensée, avec un humour des plus savoureux, une simplicité authentique, et aussi, parfois, un pathétique que l’auteur n’a pas cherché, qui est simplement le pathétique merveilleux de la vie.»

Posté par Jean dans Île déserte, Livres, Récit, Robinsonnade | Pas encore de commentaires »

31-07-2009

Jules Verne : L’Oncle Robinson – 1861

211verne.jpgDemeuré inédit jusqu’en 1991, ce roman fut écrit par Jules Verne pour concurrencer le succès du « Robinson suisse » de Wyss, paru en 1816. Certains éléments furent repris au début de « L’Ile mystérieuse ». En 1861, un voilier fait route vers les Etats-Unis avec une famille à son bord. L’équipage se mutine et laisse ses passagers dans un canot qui échouera sur une île déserte, en plein Pacifique. Jules Verne imagine comment ces héros involontaires vont organiser leurs existence dans un milieu inconnu et hostile, aidés par l’oncle Robinson, un brave matelot qui leur est demeuré fidèle. Ce manuscrit se trouvait dans les archives achetées en 1981 par la ville de Nantes aux descendants de l’écrivain.

Posté par Jean dans Livres, Robinsonnade | Pas encore de commentaires »

10-12-2008

Robinson Crusoé (3)

2630bfcdeed5d717cef2b2645bf9e88eAprès avoir sauvé un indigène d’une mort atroce, Robinson décide de prendre en main la destinée du sauvage.

Il commence par le baptiser Vendredi, pour qu’il soit reconnu des hommes et de Dieu, lui apprend les bons usages, lui enseigne l’anglais et la religion.

Au fil du temps, Robinson découvre en Vendredi un être candide et attachant, en voie de devenir un bon chrétien.

 

 

Posté par Jean dans Bande dessinée, Robinsonnade | Pas encore de commentaires »

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...