Archives pour la catégorie 'Histoire'

05-08-2007

L’histoire de Marguerite et Julien de Ravalet

070805.jpgParmi les onze enfants du neveu de Jean II de Ravalet, Marguerite et Julien, tous deux d’une grande beauté, s’étaient choisis très tôt comme compagnons de jeux. Cette forte complicité devînt vite un attachement un peu trop marqué au goût de la famille. Julien a été envoyé à Coutances pour les études à l’âge de 13 ans, Marguerite en avait que 10. Malgré l’éloignement, Marguerite n’oublia jamais son frère. Au retour de Julien trois ans plus tard, tout le château pouvait entendre à nouveau des rires, Marguerite revivait. Marguerite été devenue une jolie jeune femme, elle était très courtisée et sa famille choisit pour elle un mari, sieur Lefevre de Haupitois. On disait qu’il était de 30 ans son aîné mais je ne peut pas vous le confirmer. Du moins, cette décision fût une catastrophe pour Marguerite qui se retrouvait alors éloigné de son frère. Le 20 mars 1600, le mariage eu lieu en l’église Notre-Dame de Tourlaville. Marguerite ne pense qu’à rejoindre son frère. En 1602, elle s’enfuit rejoindre Julien, ils vont se cacher sans cesse et voyager. Ils iront d’abord à Fougères en Bretagne, puis à Paris où ils seront retrouver par le mari de Marguerite. Ils sont arrêtés pour le crime d’inceste et d’adultère. En 1603, ils sont condamnés à la décapitation. Le père de Marguerite et Julien obtient une audience auprès du roi Henri IV mais celui-ci ne leur accorde pas la grâce. Le 2 décembre 1603, ils furent décapités en place de Grève à Paris. On pouvait lire cette épitaphe dans l’église de Saint-Julien en Grève où ils étaient inhumer :

« Ci gisent le frère et la sœur. Passant ne t’informe pas de la cause de leur mort, mais passe et prie Dieu pour leur âmes. »

On imagine fort bien la solitude de ces deux êtres. Barbey d’Aurévilly a écrit, Une page d’histoire, inspiré de la leur mais il a caricaturé et dramatisé leur amour. John Ford s’est inspiré d’eux pour écrire une pièce de théâtre qui est une insulte à leur mémoire, parce que vous avez comprit mon indignation devant l’ignominie du traitement qu’on leur a infligé !

Posté par Jean dans Histoire, Prisonniers de la solitude | 4 Commentaires »

11-05-2007

Les enfants sauvages

Justin Arnault

En cette première moitié de XIXe siècle, les enfants sauvages constituent un thème fort prisé, non seulement des écrivains romantiques mais aussi du grand public. Les histoires d’enfants abandonnés à eux-mêmes, à leur naissance, ou élevés par des animaux, soulevaient des questions d’ordre philosophique sur la nature humaine, la différence qui existe entre l’animal et l’homme. Les savants, eux, se sont mis à les prendre comme des objets d’études, non seulement médicales mais aussi sociales, morales, linguistiques, suscitant des polémiques sur l’acquisition du langage, de la connaissance, des valeurs sociales ou morales.

En fait, dès l’antiquité déjà, on se posait ce genre de question. Au IIIe siècle de l’ère chrétienne, Arnobe, né en Numidie, a développé l’idée selon laquelle, l’être humain n’est pas aussi différent qu’on ne le croie de l’animal : c’est seulement l’apprentissage, à la fois lent et pénible, qui en fait un homme. Un enfant isolé, à la naissance, des autres hommes, continuerait donc à vivre comme un animal, sans langage ni sens moral. Les idées d’Arnobe seront reprises, dans une perspective matérialiste, au XVIIIe siècle par un auteur comme La Mettrie, pour montrer que l’âme dépend du corps: l’esprit ne vient pas à ceux qui ne connaissant pas le développement physique, qui sont maintenus dans un état sauvage. La Mettrie cite des cas connus à son époque : les enfants-ours, découverts en 1669 et en 1694 en Lituanie, qui grognaient et n’avaient aucun sens religieux ou moral. Mais parallèlement à ces idées, le thème de l’enfant sauvage a été également pris comme argument pour prouver le caractère inné de la foi et du sens moral : même isolé de ses congénères, même élevé sans langage ni aucun apprentissage, l’homme acquiert de lui-même, par le libre exercice de ses sens, le sentiment spirituel. Ces idées développées par Ibn toyal, dans son fameux roman philosophique, Hayy Ibn Yaqdhan, ont été reprises par les auteurs européens, dont l’anglais Daniel Defoe et l’Espagnol Baltasar Gracian. L’ouvrage de ce dernier, El Criticon ou l’homme détrompé, raconte l’histoire d’un naufragé, Critile, philosophe, donc homme de raison, sauvé par un jeune homme vivant à l’état de nature sur une île déserte. Les deux hommes vont vivre ensemble et engager de longs débats, confrontant, le jeune sauvage, son expérience matérialiste, le philosophe, sa critique de la raison pratique.
A la fin du XVIIIe siècle, quelques romans mettant en scène des enfants sauvages, ont été publiés. C’est le cas de Victor ou l’enfant de la forêt, de Ducray-Duminil, publié avant la découverte de Victor de l’Aveyron ou encore Victorine, publié en 1789, et s’inspirant de la découverte de la jeune fille sauvage de Champagne. Il s’agit d’enfants abandonnés à la naissance, vivant dans un isolement total et récupérés, au cours de chasses ou de battues : c’est alors, pour ces enfants, un long apprentissage, avec ses réussites et ses échecs, pour les intégrer dans la société des hommes.
Au moment de la découverte de Kaspar, on connaissait plusieurs cas d’enfants sauvages, certains remontant au Moyen-Age. Beaucoup d’histoires semblent inventées ou en tout cas enjolivées, de manière à servir d’enseignement. C’est le cas de l’histoire la plus ancienne, l’enfant sauvage de Hesse. Cette région du centre de l’Allemagne est célèbre par ses forêts touffues, jadis, pleines de loups. C’est là que les frères Grimm ont recueilli une partie de leurs contes, dont le fameux Blanche-Neige.
Selon la chronique dite de Hesse, les évènements se seraient produits en 1304. Des chasseurs s’étaient rendus dans la forêt pour chasser les loups qui faisaient des ravages dans les troupeaux. C’est alors qu’ils découvrent, courant parmi les bêtes, une étrange créature : elle court comme les loups, avec la même rapidité, mais son corps n’est pas velu et son visage ressemble à celui des hommes. On découvre que c’est un être humain ! On parvient à le capturer et à le ramener parmi les hommes.
C’est un jeune garçon dont on ne parvient pas à déterminer l’âge exact. Mais on sait qu’il a été enlevé par une meute de loups alors qu’il avait trois ans et on avait cru, à l’époque, que les bêtes l’avaient dévoré. On avait organisé des battues pour le retrouver mais il avait disparu, sans laisser de traces. Il faut dire que les enlèvements d’enfants par les loups, notamment en période hivernale où les bêtes, chassées par le froid, faisaient des incursions dans les villages, étaient courants à l’époque.
La chronique nous apprend que non seulement l’enfant n’avait pas été dévoré par la meute mais que les loups l’avaient pris en charge, comme s’il s’agissait d’un de leurs petits. Ils l’avaient emmené dans une tanière, bien protégée des vents et du froid, l’avaient recouvert d’herbes et de feuilles et s’étaient blottis contre lui pour le réchauffer. Une louve qui avait mis bas l’avait allaité, plus tard, quand il a été en mesure de manger, les loups l’avaient nourri, en lui réservant les meilleurs morceaux de leur chasse. Ils avaient fait son éducation, en lui apprenant à courir, à sauter et à chasser comme eux. Il avait perdu la marche bipède et, comme les loups, courait à quatre pattes. Son corps s’était progressivement adapté à cette nouvelle façon de se déplacer : il faisait exactement tout comme les loups, courant, chassant et hurlant comme eux ! Ces loups, très «humains», contredisent, bien sûr, l’image que l’on se faisait alors du loup, en Europe : un animal cruel et sanguinaire, dévoreur d’hommes, image que les contes et la littérature populaire allaient répandre, pratiquement jusqu’au XXe siècle !
Il fallait refaire l’éducation de l’enfant sauvage de Hesse. On a mis beaucoup de temps pour l’habituer à manger de la viande et d’autres aliments cuits, on l’a forcé à marcher sur ses pieds, en lui faisant porter des attelles, on lui a fait porter des vêtements alors qu’auparavant, il allait tout nu… il a également appris à parler, on lui a enseigné les bases de la morale et de la religion et on n’a pas cessé de lui dire : «Tu n’es pas un loup mais un homme, tu dois te comporter désormais en homme !»
Mais un jour, alors qu’on lui répétait ces propos, l’enfant s’est écrié : «Comme je voudrais retourner parmi les loups ! Leur compagnie est bien meilleure que celle des hommes !» Une sentence inattendue dans cette Europe chrétienne du Moyen Age…
En 1341, soit près de quarante ans après la découverte de l’enfant sauvage d’Hesse, un autre enfant-loup était découvert. Comme le premier, il courait au milieu d’une meute de loups, à quatre pattes et tout nu, sautant et hurlant comme eux. On est parvenu, au prix de mille difficultés, à le capturer. Contrairement à l’enfant de Hesse, il a montré une forte résistance aux hommes, et, trompant la vigilance de ses gardiens, il s’est échappé, et s’est réfugié sous un banc. En dépit de tous les efforts, on n’a pas réussi à le faire sortir de son abri. Il a refusé également de prendre la nourriture qu’on a placé devant lui et, il est mort de faim. Comme dans le cas précédent, la socialisation tentée est un échec. Ces cas anciens, ont été l’occasion, pour les philosophes, de poser le problème de la relation de l’homme à la culture et à la nature, et souvent, ils vont servir d’argument pour une critique de la société, une récusation de la supériorité de l’homme sur l’animal.
Un cas célèbre, parce qu’il a suscité en Angleterre des polémiques est celui de Peter. Il a été découvert dans la campagne de Hamelin, en Hanovre, en 1724. lui aussi avait vécu parmi les loups et il se comportait comme eux. Comme le Hanovre dépendait alors de l’Angleterre, on l’avait offert à son roi, George 1er, un homme qui aimait les curiosités. Peter est exhibé à la cour et on venait le voir comme un animal. Les célébrités de l’époque, comme Swift, Pope et Defoe l’avaient rencontré et parlé de lui dans leurs œuvres.
Après avoir amusé un temps le roi et sa cour, Peter est confié à un médecin, un certain docteur Arbuthnot, pour faire son éducation. Le docteur, qui n’est pas un homme délicat, a des méthodes plutôt sévères. Il jugeait, en effet, que Peter n’était qu’un sauvage et qu’il fallait user, avec lui, de force pour lui inculquer les principes de la morale et de la vie en société. Ainsi, quand le jeune homme manifestait de la résistance et refusait de faire ce qu’on lui disait, il le frappait, aux jambes, avec une lanière de cuir. Comme on le ferait avec un animal pour le dresser.
Contrairement aux autres enfants sauvages, Peter n’a pas appris à parler. Selon le document anonyme qui traite de son cas, le Enquiry How the Wild Youth, il souffrait d’une anomalie, un filet latéral fixant sa langue au palais. Un médecin l’avait examiné et avait envisagé de couper le filet mais il avait renoncé, à la dernière minute, à pratiquer l’opération. Peter semblait avoir posé des problèmes au docteur Arbutnot qui, au bout d’une année, a fini par le retourner au roi. Le roi Georges et sa belle-fille Caroline vont se disputer à son propos. Finalement, on l’envoie dans une ferme où il va passer toute sa vie : une vie longue et heureuse, selon la chronique.
Peter est l’occasion pour des écrivains, comme Swift ou Defoe, pour faire une critique de la société, de se railler des hommes et de leur prétention à être supérieurs à la bête. On oppose la liberté et l’innocence de l’état naturel à l’hypocrisie de la société. On s’interroge aussi sur les capacités de l’être humain à s’adapter à son milieu et à se suffire à soi-même : Peter, comme les autres enfants sauvages, a pu survivre, avec ses faibles capacités physiques, dans un environnement très défavorable.
Au cours du mois de septembre 1731, une fillette, âgée de neuf ou dix ans, fait son apparition dans le village de Songy ou, selon d’autres sources, de Soigny : la confusion vient du fait que ces deux localités, qui se trouvent dans le département de la Marne, en France, sont voisines.
La fillette était vêtue de loques, elle avait les cheveux ébouriffés, le dos légèrement courbé, et ses mains puissantes avaient les pouces anormalement longs.
Elle a brusquement surgi de la forêt, tenant un gros bâton à la main. Un chien s’est précipité vers elle, elle lui assène aussitôt un coup et l’animal tombe, tué sur le coup. Puis, elle brandit son arme, en direction des hommes que cette vision effraye.
— Le Diable ! Le Diable !
On la poursuit mais elle court si vite qu’on ne parvient pas à la rattraper. Ses jambes semblent, malgré son âge, plus solides que celles d’un coureur expérimenté. On doit donc user de ruse pour la capturer.
On a alors découvert qu’il ne s’agit pas d’un démon mais d’un être humain et on a formulé l’hypothèse qu’il s’agit d’un enfant abandonné par sa famille dans la forêt. On n’a pas parlé, comme pour les autres cas, de loups ou d’un tout autre animal qui l’aurait élevée. Qu’elle ait survécu, seule dans la nature, sans aucune aide, relève du miracle. Il est difficile, en effet, d’imaginer un bébé subvenant lui-même à ses propres besoins, se protégeant des intempéries… Il y a aussi l’hypothèse que la fillette ait été abandonnée à un âge un peu plus avancé – trois ou quatre ans : mais là aussi, on ne peut concevoir qu’elle ait vécu seule, dans la nature.
On ignore d’où lui venaient les haillons qu’elle portait et on a supposé qu’ils lui avaient été donnés. On a parlé de vêtements de cuir, voire d’une fourrure : la fillette n’était pas vêtue mais avait le corps recouvert de poils !
Elle ne parlait pas, elle mangeait ses aliments crus. Peu à peu, la petite sauvage —qu’on a prénommée Marie-Angélique — s’est adaptée à la société des hommes. Elle a appris à parler, et elle est entrée en religion, finissant ses jours dans un couvent. Elle a gardé, toute sa vie, une souplesse physique extraordinaire, courant plus vite qu’aucun homme et nageant comme un poisson !
Selon certains auteurs modernes, Marie-Angélique appartient à une race humaine disparue, le Néanderthalien. On a trouvé dans le portrait que les témoignages de l’époque ont fait d’elle, des traits de cette espèce : face allongée, stature légèrement recourbée et surtout pouce anormalement allongé. Elle avait également une solide carrure, des bras puissants et une mâchoire très forte. On a aussi discuté de ces fameux haillons, vestiges d’un vêtement qu’une femme lui aurait donné, et on a conclu qu’il ne s’agissait pas de vêtement mais d’une fourrure naturelle : le corps de la fillette aurait été recouvert de poils ! Mais ce fait n’est pas établi et Angélique a été présentée, par la suite, comme une fillette tout à fait normale. En tout cas, elle est devenue une religieuse !
Celui qu’on a appelé «le garçon de Kronstadt» a été capturé, à la fin du 18e siècle, en Valachie, région de Roumanie, connue pour ses épaisses forêts… et ses vampires. Mais contrairement aux vampires, ce garçon ne fait pas partie des mythes mais a bel et bien existé. Boris Porchnev et Bernard Heuvelmans le citent dans leur ouvrage, L’homme de Néandertal est toujours vivant comme exemple d’homme primitif, appartenant à l’espèce dite du Néandertal et que l’on croyait disparue, remplacée par l’espèce actuelle, l’homo Sapiens. D’après les portraits qui ont été faits de lui, il avait le corps recouvert de poils, le front fuyant, les orbites enfoncées, le cou noueux, comme s’il était gonflé, les membres assez développés, les muscles saillants… Selon les deux auteurs cités, il ne s’agissait pas seulement de caractères néandertaliens, mais encore d’un néandertalien d’un type très archaïque.
Si ce portrait est conforme à la réalité, on se demande comment un tel homme ait pu servir alors que son espèce s’est éteinte depuis des milliers d’années. On a supposé que le garçon de Kronstadt appartenant à un groupe d’hominidés que l’isolement dans les forêts et les montagnes a réussi à sauvegarder. Cependant aucun autre membre de ce groupe n’a été retrouvé, en Valachie.
Autre trait du garçon de Kronstadt : il ne s’est jamais adapté à la vie des hommes. Selon Boris Porchnev et Bernard Heuvelmans, il souffrait d’autisme : «Il n’exprimait jamais le moindre sentiment. Quand on éclatait de rire ou simulait la colère, il ne semblait pas saisir ce qui se passait… Il regardait avec stupéfaction tout ce qu’on lui montrait, mais il détournait bientôt le regard, avec la même absence de concentration, sur d’autres objets. Quand on lui présentait un miroir, il regardait celui-ci, mais restait tout à fait indifférent de n’y point trouver son image.» L’autisme de ce garçon aurait été provoqué par un isolement prolongé : on a supposé, dans la foulée, que tous les membres de son groupe ont été autistes. Hypothèse difficile à envisager pour un groupe humanoïde !
Toujours à la fin du 18e siècle, un autre homme sauvage, appelé Jean de Liège, de la région de Belgique où il a été trouvé, présente des caractères de Néandertalien, notamment un corps velu, mais comme il a réussi à parler, on ne l’a pas classé, comme le garçon de Kronstadt, dans la catégorie des Néandertaliens.
Jean de Liège a quand même le corps massif, des traits archaïques, comme les orbites enfoncées, mais il a réussi à s’adapter peu à peu à la vie des hommes, en acceptant de porter des vêtements, de vivre en compagnie des hommes.
On a beaucoup parlé de la façon de parler de Jean : il s’exprimait mal, hachant les mots, avalant des consonnes. Mais selon les témoignages, s’il parlait mal, ce n’était pas à cause d’une déficience mentale mais plutôt d’une anomalie de son larynx. Comme on ne précise pas de quel type d’anomalie il s’agit, on reste perplexe : en quoi le larynx de cet homme était-il différent du nôtre ? Malheureusement aucune étude n’a été faite, ce qui laisse planer le doute sur les origines de Jean de Liège.
Le cas le plus célèbre d’enfant sauvage, avant l’apparition de Kaspar Hauser, est Victor de l’Aveyron. Il s’agit d’un enfant de sexe masculin, âgé d’une dizaine d’années, apparu à la fin du 18e siècle, dans la région de Saint-Sernin, en France. Il a déjà été aperçu dans les bois, quelques années auparavant, et on l’avait pris pour un loup. Trois chasseurs l’ont capturé et l’ont ramené dans leur village mais il a réussi à s’enfuir et à reprendre la vie sauvage. Ce n’est que quelques temps après qu’il a été de nouveau capturé et cette fois-ci on ne l’a pas laissé s’échapper. Il ne portait aucun vêtement, il était incroyablement sale et se montrait agressif quand on s’approchait de lui.
Ce cas suscite la curiosité et un ministre le fait venir à Paris. On tente de lui apprendre à parler et à lui enseigner les bonnes manières mais on s’y prend mal : l’enfant, non seulement ne parle pas mais aussi refuse de se soumettre aux règles qu’on veut lui imposer. Un médecin l’examine et déclare qu’il est atteint d’idiotisme et qu’on ne pouvait le récupérer. Ne sachant quoi faire de lui, on le place dans l’Institut des sourds-muets où le docteur Jean Itard le prend en charge.
Dans le premier rapport qu’il a publié en 1801, le docteur Itard expose l’état de Victor ainsi que l’a décrit Pinal.
«Procédant d’abord par l’exposition des fonctions sensorielles du jeune sauvage, le citoyen Pinal nous présenta ses sens réduits à un tel état d’inertie que cet infortuné se trouvait, sous ce rapport, bien inférieur à quelques uns de nos animaux domestiques ; ses yeux sans fixité, son expression, errant vaguement d’un objet à l’autre, sans jamais s’arrêter à aucun, si peu instruit d’ailleurs, et si peu exercé par le toucher, qu’ils ne distinguaient pas un objet en relief d’avec un corps en peinture ; l’organe de l’ouïe insensible aux bruits plus forts comme à la musique la plus touchante ; celui de la voix réduite à un état complet de mutité et ne laissant échapper qu’un son guttural et uniforme ; l’odorat si peu cultivé qu’il recevait avec la même indifférence l’odeur des parfums et l’exhalaison fétide des ordures dans sa couche était pleine. enfin, l’organe du toucher restreint aux fonctions mécaniques de la préhension des corps. Passant ensuite à l’état des fonctions intellectuelles de cet enfant, l’auteur du rapport nous le présente incapable d’attention, si ce n’est pour les objets de ses besoins, et conséquemment de toutes les opérations de l’esprit qu’entraîne cette première, dépourvu de mémoire, de jugement, d’aptitude à l’imitation, et tellement borné dans les idées même relatives à ses besoins, qu’il n’était point encore parvenu à ouvrir une porte ni à monter sur une chaise pour atteindre les aliments qu’on élevait hors de la portée de sa main… Il passait avec rapidité et sans aucun motif présumable, d’une tristesse apathique aux éclats de rire les plus immodérés ; insensible à toute espèce d’affections morales ; son discernement n’était qu’un calcul de gloutonnerie, son plaisir une sensation agréable des organes du goût, son intelligence la susceptibilité de produire quelques idées incohérentes, relatives à ses besoins ; toute son existence, en un mot, une vie purement animale.»
Le docteur Itard, s’il est d’accord avec la description que Pinel fait de Victor, ne partage pas son verdict : l’enfant n’est pas atteint, comme il l’écrit, d’idiotisme irrécupérable. Pour lui, si Victor présente un déficit mental, ce n’est pas par débilité mais par isolement, par manque d’entourage humain. Il suffit de refaire son éducation pour qu’il se comporte comme un être humain.
Le docteur Itard se fixe tout un programme. Il s’agira d’abord d’attacher Victor à la vie sociale, mais sans le brusquer : on lui montrera une vie plus douce que celle qu’il a quittée, mais également proche de celle qu’il a quittée. Il s’agira ensuite de «réveiller sa sensibilité nerveuse» par des stimulants énergiques, de multiplier ses rapports avec les autres, de lui apprendre à parler, enfin de le faire réfléchir sur les objets qu’il utilise pour apprendre à réfléchir.
Pour ce qui est de la langue, Itard commence par familiariser Victor aux sons de la langue, dans lesquels Victor ne voyait que des sonorités indistinctes. Il faut près de cinq mois pour que Victor apprenne à reconnaître un son, le son O, et à détourner la tête quand il l’entend. «Cette préférence pour le O, écrit le docteur Itard, m’engagea à lui donner un nom qui se termine par cette voyelle. Je fis le choix de celui de Victor. Ce nom lui est resté et quand on le prononce à haute voix, il manque rarement de tourner la tête ou d’accourir». Il va acquérir progressivement d’autres sons, mais l’apprentissage sera lent et difficile, Victor ne parvenant pas à reconnaître les mots ni à les associer aux référents qu’ils désignent. Victor se limitera à ce que Itard appelle «le langage à pantomimes», c’est-à-dire à l’expression par les gestes. Ainsi, pour l’envoyer chercher de l’eau, on doit lui montrer une cruche et pour lui faire comprendre qu’elle est vide, la mettre dans une position renversée.
Itard met au point plusieurs tests pour faire parler Victor mais il échouera à chaque fois. «tout ce que je pus obtenir de cette longue série de soins, écrit-il, se réduisit à l’émission de quelques monosyllabes informes, tantôt aigus, tantôt graves, et beaucoup moins nets encore que ceux que j’avais obtenus dans mes premiers essais.»
En fait, Victor ne parlera jamais, mais s’il refuse de faire usage du langage oral, il ne développe pas moins d’autres facultés langagières. C’est ainsi qu’Itard parvient à lui faire reconnaître visuellement des mots. Ainsi, il parvient à apparier sans difficulté des listes de mots répétés, il peut aussi reconnaître un rapport entre un graphisme et l’objet auquel il est lié. Mais Itard n’est pas dupe : Victor ne reconnaît pas des mots, des signes linguistiques, porteurs d’une signification, mais des mots qui accompagnent des choses. Un mot n’est valable que pour un objet précis, jamais pour une classe d’objet : le mot «ciseaux» désigne les ciseaux qu’il connaît, il ne le reconnaît pas quand on lui montre d’autres ciseaux. La faculté d’abstraction est absente chez lui.
Quand le docteur Itard se séparera de lui, Victor mènera, à Paris, une vie de reclus.

Posté par Jean dans Histoire, Photos | 17 Commentaires »

08-05-2007

Jacqueline Kelen : L’Esprit de Solitude (1)

« Mieux vaut être seul que mal accompagné« , disait au XVe siècle Pierre Gringoire. Cette parole devenue proverbiale est loin d’être suivie et le monde moderne, empli de technologies et vide de chaleur humaine, pousse plutôt à rechercher un nid de tendresse ou l’appui d’un groupe. « Tout plutôt que d’être seul » serait la devise actuelle. C’est le début de la lâcheté, de la compromission. Le principal défaut de toute vie collective tient à la considérable déperdition d’énergie qu’elle induit, avec le gâchis de temps qui s’ensuit. Chaque individu perd en intensité ce qu’il acquiert en sécurité. Et cela vaut pour l’habituelle vie de famille, réconfortante et épuisante.

Pour les personnes qui ont choisi de vivre en couple, il semble indispensable que chacun ait un lieu, des moments rien qu’à lui; une pièce réservée où nul autre ne pénètre; des amis qu’il continue de voir en particulier. Afin d’éviter toute confusion. Le défi que propose toute vie conjugale consiste précisément à vivre à deux, à être deux personnes différentes et distinctes, non pas une seule, non pas deux moitiés. C’est, au fil des jours et en toute occasion, un rappel permanent à l’altérité et à ce qui en découle: le respect de la solitude de l’autre. Voilà ce que murmurait Mélusine en instaurant une journée de retrait, d’absence, dans la trame de son mariage heureux. Elle ne se confondrait jamais avec Raymondin, lui échapperait toujours; et lui, le Seigneur de Lusignan, si épris, ne serait jamais l’ombre ni le possesseur de l’étrange femme. L’éloignement de la journée du samedi où Mélusine demeure en ses appartements rappelle la distance qui résiste entre deux êtres amoureux, entre deux époux, précieuse distance qui permet le mystère et le désir. Du reste, lorsque Raymondin succombe à la jalousie et va épier Mélusine dans sa cachette, il découvre une créature qu’il ne connaissait pas, une femme qu’il n’avait jamais vue, même dans l’intimité amoureuse. Cette incroyable apparition le trouble et l’effare – moins parce que la jeune femme est dotée d’une queue de serpent ou de poisson que par l’image inconnue qu’elle présente. Celle qu’il appelait son épouse, qu’il croyait familière, se révèle insaisissable – robe de sirène qui glisse dans l’eau, vapeur du bain qui voile et brouille la scène… Merveille et stupeur s’emparent du seigneur bien établi sur ses terres: le désir est inquiet, l’amour perturbe et dépayse, là où une vie en commun tend à banaliser, à rassurer. D’où ce léger flottement qui envahit le cerveau et les yeux du mari trop curieux.

La plupart des mariages échouent ou se déchirent en raison de cette insupportable altérité. lls voulaient ne faire qu’un, tout se dire, partager les mêmes goûts, mettre en commun leurs amis; ils croyaient penser la même chose, ils disaient toujours « nous », ils arrivaient à se ressembler physiquement et ne se quittaient presque jamais. Et puis un jour, au détour d’une phrase, sur un battement de cils, l’autre se révèle tel qu’il a toujours été: vivant. imprévisible, différent. Dans d’autres couples, l’un des deux conjoints a absorbé l’autre et imposé son individualité: la complicité est devenue ligotage, l’intimité s’est confondue avec une permanente intrusion et l’injonction de transparence a scellé la prise de possession.

Lisons une fois encore Rilke: « L’amour ne sera plus le commerce d’un homme et d’une femme, mais celui d’une humanité avec une autre. [...] Il sera cet amour que nous préparons, en luttant durement: deux solitudes se protégeant, se complétant, se limitant, et s’inclinant l’une devant l’autre.« 

Loin de ce que rêvait le poète autrichien, la société actuelle vit sous le régime du semblable et non du différent. Le clivage en est l’aboutissement terrifiant. Dans la vie sentimentale, chacun cherche son « alter ego », à savoir son reflet, son double, et s’enferme irrémédiablement. Le dialogue, la découverte, l’aventure et l’altruisme ne peuvent exister que s’il y a l’autre, précisément. Comme l’éprouve Rilke, un homme et une femme sont deux planètes entières et distinctes; et ces deux planètes peuvent s’entendre et se rejoindre dans la mesure où elles se reconnaissent tout à fait différentes. La personne que j’aime ne sera jamais un « alter ego », un « autre moi-même »: ou elle est un « alter », ou elle est un « ego ».

Les mythes d’Occident sont sur ce point très clairs, même si la plupart concernent l’amour plus que la vie de couple. Avant l’émergence de la légende celtique de la fée Mélusine, Ovide nous avait raconté l’histoire belle et touchante de Philémon et Baucis, deux personnes âgées, mariées depuis longtemps. Le mari et la femme sont généreux et pieux. Un jour, ils accueillent des étrangers qui frappent à la porte de leur humble maison et ils leur offrent à manger et à boire tout ce qu’ils possèdent. Le lendemain matin, ces visiteurs se révèlent être des dieux et ils remercient leurs hôtes en leur accordant de réaliser un vœu. Philémon et Baucis demandent alors de pouvoir mourir le même jour. Les années passent puis la mort survient, emmenant les deux époux au même moment. Ces êtres nobles et aimants sont métamorphosés en arbres, selon la fable d’Ovide: non pas un seul arbre mais bien deux, un chêne pour l’homme et un tilleul pour la femme; tout proches et non confondus. Souvenons-nous aussi du Banquet de Platon qui expose les points de vue des différents convives au sujet de l’Amour. Ce sont des hommes qui parlent entre eux, puis vient le tour de Socrate. Et que fait cet illustre ami de la sagesse ? Il annonce qu’il va rapporter les propos entendus jadis « de la bouche d’une femme de Mantinée, Diotime ». Cette femme est sans nul doute prêtresse ou pythagoricienne et son autorité est révérée. Or, Socrate qualifie Diotime d’étrangère, ce qui au sens strict peut sembler étonnant puisque la ville d’Arcadie se trouve à une centaine de kilomètres d’Athènes. Le philosophe nous donne donc à entendre une distance symbolique, une figure l’altérité. Au beau milieu d’un banquet entre hommes – le discours de Diotime se trouve exactement au centre de l’écrit platonicien – surgit une femme: un autre monde et une parole tout autre. Une femme qui parle d’un sujet que tous croient connaître et qui se révèle si peu familier, si peu accessible: l’Amour. Et c’est par sa qualité d’altérité que l’Amour peut se laisser approcher des mortels.

En suivant les enseignements donnés par ces mythes, on pourra éviter dans le domaine amoureux les habituelles récriminations (« tu ne me rends pas heureuse », « donne-moi des raisons de vivre ») les chantages ridicules ou odieux (« je n’existe pas sans elle », « si tu pars, je me tue ») ainsi que les suspicions auxquelles Raymondin a hélas succombé: si elle veut être seule, c’est qu’elle ne m’aime plus, ou qu’elle m’aime moins; si elle recherche la solitude, c’est qu’elle en aime un autre… La relation d’amitié qui respecte la distance et fête l’altérité ne connaît pas ces griefs. Faite de partage et aussi de silence, elle ne contraint pas et se maintient malgré l’éloignement. En un mot, ce n’est pas une relation possessive mais un lien, une alliance plutôt, de liberté. Or, pour bon nombre de gens, la solitude paraît incompatible avec l’amour parce qu’ils ont dans la tête des images de couples préfabriqués et d’amants enlacés comme boas.

Aimer quelqu’un, c’est honorer sa solitude et s’en émerveiller.

En fait, il s’agit de choisir entre devenir un et demeurer unique. Entre l’union (amoureuse, conjugale) et la singularité (forcément solitaire).

L’amour que je ressens pour un être ne met pas fin à ma solitude mais il l’enrichit, l’enchante et la fait rayonner. L’élu, l’être aimé serait paradoxalement celui avec qui j’ai envie d’être seule.

Extrait de « L’Esprit de Solitude » de Jacqueline Kelen, éd. La Renaissance Du Livre

Posté par Jean dans Histoire | 4 Commentaires »

05-05-2007

« De l’isolement à la solitude » Philippe La Sagna

lapo0976.jpg

La solitude humaine n’est pas quelque chose de très ancien, elle date à peu près du 17è siècle, et est apparue dans la civilisation comme une trouvaille : l’homme pouvait être seul avec lui-même ; avant il était seul sans Dieu, ce n’était pas la même solitude. À l’époque, on s’intéressait beaucoup à Robinson Crusoé, et on s’intéressait tellement à la solitude qu’un certain nombre de nobles, de riches britanniques payaient des gens pour vivre seuls pendant des années dans leurs parcs, dans des « solitudes » -  ça s’appelait comme ça – et ils leur demandaient ensuite de raconter leur expérience. C’était considéré comme une exploration de l’humain. Cela va de pair avec la trouvaille du sujet, du sujet qui comme vous le savez est seul, puisque le sujet c’est une invention de Rousseau – le sujet moderne – et au fond pour Rousseau l’homme naît solitaire. Il ne rentre en société que dans un temps second et l’on peut dire que dans la perspective de Rousseau il ne s’y fait jamais, c’est à dire qu’il considérera toujours que la société est une oppression, sauf à la transformer en contrat consenti.

Posté par Jean dans Histoire | 17 Commentaires »

15-04-2007

Ostracisme

En Grèce, des tessons d’argile (ostrakon) sur lesquelles on écrivait le nom d’une personne trop riche ou trop puissante devinrent un moyen d’isoler un individu. Privée de son réseau social, la personne ostracisée était coupée des bases sociales de la richesse. Là se trouve le fondement historique de ce qui est maintenant un obiter dictum (diction) dans le mouvement d’intégration communautaire: le véritable handicap, c’est l’isolement. Cet exemple peut aussi servir d’appui aux études de l’institutionnalisation, en confirmant que la vulnérabilité d’une personne vient de l’absence de relations sociales.

DAVE DRISCOLL, « Philia: l’économie et l’esprit du don« , L’Agora, vol 10, no 2

Posté par Jean dans Histoire | Pas encore de commentaires »

11-04-2007

Solitude

070411mulatressesolitude.jpgSolitude a existé, mais ce que l’on sait d’elle relève principalement de la légende.

Elle est née vers 1772, d’un viol que sa mère a subit d’un marin sur le bateau qui l’emmenait en Guadeloupe. Elle vécue les huit premières années de sa vie avec sa mère, qui s’était enfuie de sa plantation. A son adolescence, elle choisit de lutter contre l’esclavage, devient nègre marron et prend le nom de Solitude. Ce commencement de liberté la grise. C’est à la révolution française, avec la première abolition de l’esclavage, que les nègres des colonies prennent goût à la liberté.

Mais Napoléon envoie Richepanse rétablir l’esclavage en Guadeloupe en 1802, ce qui déclencha un conflit, entre les troupes Napoléoniennes et les bataillons noirs de l’armée républicaine.

A la tête d’une troupe de nègres marrons, elle se bat mais elle est vaincue et arrêtée.

Elle assiste à la résistance et les morts héroïques d’Ignace et de Delgrès.

Solitude est une maîtresse femme. Sa légende est née de son courage, que les Blancs caricaturaient, en la présentant comme folle. Elle s’est vainement battue pour éviter une vie d’esclave à l’enfant qu’elle portait en elle.

Après son arrestation, elle est condamnée à mort. Elle est exécuté par pendaison le 29 novembre 1802. La veille seulement Solitude a mis au monde l’enfant dont elle était enceinte, aussitôt arraché de son sein pour s’ajouter aux biens d’un propriétaire d’esclaves. Elle aurait du être exécutée six mois plus tôt, mais les colons ne voulaient pas de gâchis : ce ventre animé pouvait rapporter deux bras de plus à une plantation.

Posté par Jean dans Histoire | Pas encore de commentaires »

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...