Archives pour la catégorie 'Dessin'

14-04-2017

Idalia Candelas : A solas – 2016

64-128 candelas-La vida de las mujeres solas, orgullosas de su soltería, en la intimidad de sus casas, a través de los ojos de esta diseñadora gráfica mexicana que triunfa en la red.
Idalia Candelas quería dibujar la soledad y acabó dibujándose a sí misma. Por ello, una mañana cualquiera, su teléfono no dejó de sonar. Sucedió de pronto, pero no de manera fortuita. De 300 seguidores en Instagram, la cifra saltó a los 20.000 en pocos días. Los timbres de su móvil anunciaban compras de sus ilustraciones en Estados Unidos, España y Alemania; medios estadounidenses como Vice y The Huffington Post, argentinos como Clarín, peruanos como El Comercio y españoles como El País se fijaron en el fenómeno viral en el que se convirtieron en las redes las ilustraciones de Idalia, que destacaban por levantar a destajo la persiana de la intimidad de la mujer sola. Era la captura gozosa de ese instante en el que una mujer—envalentonada en su soledad y enfundada únicamente en sus bragas—sostiene el mundo con los pies untados en la pared, con su tablet en mano para leer París no se acaba nunca; y con una expresión que solo puede asegurar que «todo está bien».El trabajo de Idalia muestra sin tapujos lo feliz que es una mujer cuando vive sola: un nuevo estilo de vida, un grito de reivindicación gozosa.

 

Posté par Jean dans Dessin, Livres | Pas encore de commentaires »

10-04-2017

Idalia Candelas : A solas

64-128 candelas2-

Posté par Jean dans Dessin | Pas encore de commentaires »

21-12-2009

Seule

5718solitude.png

Posté par Jean dans Dessin | Pas encore de commentaires »

20-10-2009

Philippe Geluck

56286solitude.jpg

Posté par Jean dans Dessin | Pas encore de commentaires »

13-10-2009

Helgé

56286solitudehelg.jpg

Posté par Jean dans Dessin | Pas encore de commentaires »

16-11-2008

Solitude

L'image “http://fishingjunk.com/wp-content/alone_talking_may05.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Source : f/j

Posté par Jean dans Dessin | Pas encore de commentaires »

21-10-2008

Seule…

L'image “http://i288.photobucket.com/albums/ll193/kingsex4u/seule/10bc1eb620.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

 

Posté par Jean dans Dessin | 1 Commentaire »

18-01-2008

43) Luc Plamondon : Les Uns contre les autres

070904seule.bmp

On dort les uns contre les autres
On vit les uns avec les autres,
On se caresse, on se cajole,
On se comprend, on se console,

Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde

On danse les uns contre les autres,
On court les uns après les autres,
On se déteste, on se déchire,
On se détruit, on se désire,

Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde

Posté par Jean dans Chansons, Dessin | 8 Commentaires »

11-01-2008

11 janvier : doux

080117loneliness.jpg

 

Solitude : Lucius Annaeus Seneca dit Sénèque (v. – 4 – 65 ap) Nous ne sommes jamais seuls.

(Questions naturels, IV préface)

Posté par Jean dans Dessin, Mots d'auteurs | 5 Commentaires »

10-01-2008

10 janvier

080117soledad9jo.jpg

Solitude : Scipion L’Africain (- 235-183) Je ne suis jamais moins seul que dans la solitude.

Posté par Jean dans Dessin, Mots d'auteurs | 5 Commentaires »

07-01-2008

7 janvier : très doux

080117loneliness1.jpg

Solitude : Aristote (-384-322)

Quiconque est incapable de vivre dans la société des hommes ou n’en éprouve nullement le besoin est une bête ou un dieu.

(La Politique)

 

Posté par Jean dans Dessin, Mots d'auteurs | 3 Commentaires »

28-12-2007

40) Antoine Pol : Les Passantes

070808femme.jpg

Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu’on aime
Pendant quelques instants secrets
A celles qu’on connait à peine
Qu’un destin différent entraîne
Et qu’on ne retrouve jamais

A celle qu’on voit apparaître
Une seconde à sa fenêtre
Et qui, preste, s’évanouit
Mais dont la svelte silhouette
Est si gracieuse et fluette
Qu’on en demeure épanoui

A la compagne de voyage
Dont les yeux, charmant paysage
Font paraître court le chemin
Qu’on est seul, peut-être, à comprendre
Et qu’on laisse pourtant descendre
Sans avoir effleuré sa main

A la fine et souple valseuse
Qui vous sembla triste et nerveuse
Par une nuit de carnaval
Qui voulu rester inconnue
Et qui n’est jamais revenue
Tournoyer dans un autre bal

A celles qui sont déjà prises
Et qui, vivant des heures grises
Près d’un être trop différent
Vous ont, inutile folie,
Laissé voir la mélancolie
D’un avenir désespérant

Chères images aperçues
Espérances d’un jour déçues
Vous serez dans l’oubli demain
Pour peu que le bonheur survienne
Il est rare qu’on se souvienne
Des épisodes du chemin

Mais si l’on a manqué sa vie
On songe avec un peu d’envie
A tous ces bonheurs entrevus
Aux baisers qu’on n’osa pas prendre
Aux cœurs qui doivent vous attendre
Aux yeux qu’on n’a jamais revus

Alors, aux soirs de lassitude
Tout en peuplant sa solitude
Des fantômes du souvenir
On pleure les lèvres absentes
De toutes ces belles passantes
Que l’on n’a pas su retenir

Posté par Jean dans Chansons, Dessin | 7 Commentaires »

26-11-2007

Solitude

071126einsamkeit.jpg

 

Posté par Jean dans Dessin | 7 Commentaires »

25-11-2007

Louise Otto : Alleine

071125frau.jpg

Allein, allein! – die Liebe ist begraben,
Ich selbst bin nur die bleiche Trauerweide,
In deren Zweige sich verwandelt haben
Mein Liebesjubel, meine Liebesfreude!
Und was mich sonst an andre Herzen band
Mich hieß als Epheu einen Stamm
Das hab ich all als nicht’gen Traum erkannt:
Der Epheu muß allein im Freien schwanken.

Allein, allein! doch Du bist mir geblieben,
Die mit dem Kind zu Spiel und Fest gegangen,
Die für der Jungfrau frühlingselig Lieben
Die Töne fand, die nur von Liebe klangen!
Du, die mir ihren Zauberstab verlieh
Die Nacht zu hellen, wo sie mich umdunkelt -
Du bist mir treu, bist mein, o Poesie!
Sei auch der Stern, der diese Nacht mir funkelt!

Ja, sei ein Stern an meinem Abendhimmel
Sei du mir selbst ein milder Hesperus,
Doch in des Lebens, in der Zeit Gewimmel
Strahl Andern mit des Morgensternes Gruß!
Ob abendlich mein Aug’ in Thränen taut
Ob in mir Nacht – was brauchts die Welt zu wissen?
Die Welt, für die ein neuer Morgen graut,
Der sie aus Traum und Schlummer aufgerissen?

Und diesem Morgen jauchz auch ich entgegen,
Wo wir der Freiheit Sonnenaufgang feiern,
Den heißen Erntetag, wo reichen Segen
Von langer Saat wir sammeln in die Scheuern.
Das Los, das einer jungen Blüte fiel -
Wer wird nach dem bei solcher Ernte fragen?
Ob sie verwelkt, geknickt an ihrem Stiel -
Nehmt sie zum Festkranz auf den Erntewagen!

Nein, nicht allein! – will mich auch niemand lieben,
Will niemand meines Herzens Qual verstehen,
Muß jedes Band zerreißen und zerstieben,
Weithin zerflatternd in die Lüfte wehen.
So nehm’ ich dieses Herz, das ungezähmte
Und leg es meinem Vaterland zu Füßen -
Das sich um eines Menschen Schicksal grämte
Dies Herz soll nur dem Ganzen sich erschließen,

Und an die Armen sei’s dahin gegeben,
Die obdachlos vor prächtgen Häusern stehen,
Und hungerbleich die leere Hand erheben,
Auf die verächtlich stolz die Reichen sehen;
Die kleine Münze, die ich euch kann geben
Ihr Armen lindert wenig Euren Schmerz -
Doch hör’ ich Euer Rufen, Euer Flehen,
So fleh ich Euch: nehmt Ihr, nehmt Ihr mein Herz!

O könnte ich aus allen Euren Jammern
Aus allen Freveln, die an Euch geschehen
Aus aller Not in Euren öden Kammern
Vor denen Laster als Versucher stehen:
Könnt ich ein Lied aus diesem allen weben
Und könnt es laut auf allen Gassen singen,
Da sollten wohl viel starre Herzen beben,
Viel Augen übergehn, viel Ohren klingen.

Nein, nicht allein! ich will nicht fürder träumen
Vom eitlen Herzen, das nach gleichem strebte!
Will »Herz und Schmerz« nicht – »Not und Brot« nur reimen
Und will es büßen, daß ich selbst mir lebte.
Mir giebt des Himmels Gnade doch die Lieder
Wenn er mir auch verweigert Gut und Gold.
Was er mir giebt – den Armen sei es wieder
Mit treuem Sinn als Liebespfand gezollt.

Alleine = seule

Posté par Jean dans Dessin, Poésies | 3 Commentaires »

25-09-2007

Léon Makarian : Solitude

070924lonmakariansolitude.jpg
 1970

Lien

Posté par Jean dans Dessin | Pas encore de commentaires »

13-08-2007

Le coeur de Vincent

070813vangogh.jpgNu de Sien, une ancienne prostituée devenue la compagne de Vincent au grand dam de sa famille :  » Cet hiver, j’ai rencontré une femme enceinte, abandonnée par l’homme dont elle portait l’enfant dans son corps. [...] J’ai pris cette femme comme modèle et j’ai travaillé avec elle tout l’hiver. J’ai pu la sauver, grâce à Dieu, elle et son enfant, de faim et de froid, en partageant mon propre pain avec elle, écrit-il à son frère Théo. La vie a meurtri Sien, la souffrance et l’adversité l’ont marquée. [...] Quand la terre n’a pas été labourée, on ne peut rien en obtenir. Elle, elle a été labourée ; dès lors, je trouve en elle davantage que dans tout un lot de femmes qui n’ont pas été labourées « , écrit-il encore à l’artiste hollandais Anton Van Rappard. Le vocabulaire graphique de Vincent s’enrichit. Le modèle, objectivement une  » femme laide, fanée « , pose davantage pour son attitude que pour ses traits. Son compagnon, qui la juge pourtant belle à sa façon, trouve en elle  » exactement ce qu’il lui faut « , dit-il. Les dessins réalisés à La Haye possèdent ainsi des rendus francs et descriptifs, travail technique grâce auquel Van Gogh parvient à faire ressentir affliction et désespoir.

Posté par Jean dans Dessin | Pas encore de commentaires »

13-05-2007

Bienvenue, calligraphie d’Yves Harrand

Je ne suis ni dieu ni démon,
Et tu m’as nommé par mon nom
Quand tu m’as appelé ton frère;
Où tu vas, j’y serai toujours,
Jusques au dernier de tes jours,
Où j’irai m’asseoir sur ta pierre.
Le ciel m’a confié ton cœur.
Quand tu seras dans la douleur,
Viens à moi sans inquiétude.
Je te suivrai sur le chemin;
Mais je ne puis toucher ta main,
Ami, je suis la Solitude.

Alfred de Musset – La Nuit de décembre

070513bienvenue.jpg

Posté par Jean dans Dessin | 1 Commentaire »

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...