Archives pour mai 2017

19-05-2017

Guide des solitudes, de Jean-François Six – 1986

64-226 Six-La solitude, c’est la plaie, c’est la peste de nos sociétés occidentales. Et on dirait que plus il y a de réseaux de communication plus il y a de solitude ! Que faire ? Des associations qui rencontrent quotidiennement ce problème essentiel de notre époque à l’approche de l’an 2000 se sont réunies pour lutter contre les solitudes (car elles sont de toutes sortes, les solitudes de l’enfance à la vieillesse, en ville ou à la campagne). L’U.N.A.S.S.O.L, où se regroupent une vingtaine d’organismes (dont S.O.S. Amitié, Accueil des Villes françaises. Droits de l’Homme et Solidarité, La Porte ouverte*…), a voulu faire le « livre blanc » que voici, où sont étudiés tous les problèmes de solitude, et un guide conçu pour apporter des indications et des adresses, des réflexions et des réponses.

Ce livre réunit donc les données et l’expérience de toutes ces associations qui ont demandé à Jean-François SIX d’en reprendre l’ensemble. Que faire ? Ces associations agissent, mais leur véritable but est de pousser chacun, chacune de ceux et celles qui sont enfoncés dans la solitude à s’en sortir soi-même, par soi-même, à passer d’une solitude passive, écrasante, à une solitude active, créatrice en même temps, d’inciter ceux et celles qui ont ainsi appris à vivre une part de leur vie en solitude constructive à aider les isolés et solitaires à s’en sortir

Chacun, chacune peut s’y mettre. De désert, la solitude peut devenir jardin. Sans l’autre, je suis seul ; avec l’autre, je suis unique

Posté par Jean dans Guide | Pas encore de commentaires »

12-05-2017

Deux solitudes, de Hugh MacLennan – 1945

64-226 MacLennan-Deux solitudes est la traduction française (Paris, 1963) du roman de Hugh MacLennanTwo Solitudes (Toronto, New York et Des Moines, 1945). Son titre est devenu le symbole de l’héritage le plus inquiétant du Canada : les relations entre Canadiens-français et Canadiens-anglais. MacLennan utilise un décor historique, qu’il situe dans un cadre mythologique, pour analyser les tensions entre les Canadiens-anglais et les Canadiens-français. Il commence à la Première Guerre mondiale et termine en 1939. La paroisse de Saint-Marc-des-Érables, dominée par le curé Beaubien, et par Athanase Tallard, un homme puissant mais frappé d’ostracisme par l’Église dans sa tentative d’industrialiser le village, représente la réalité canadienne-française. Montréal, quant à elle, est dominée par des personnages comme Huntley McQueen, un homme d’affaires presbytérien de l’Ontario. Paul, le fils de Tallard, est à l’aise dans les deux langues, mais il s’est aliéné les deux cultures. Il s’engage dans une véritable odyssée à la recherche de son identité et d’une vision du Canada au cours de laquelle il essaie d’écrire un roman relatant sa propre expérience canadienne. Le livre a aussi été traduit en espagnol, en suédois, en tchèque, en néerlandais et en estonien.

Posté par Jean dans Roman | Pas encore de commentaires »

05-05-2017

Jean Godin des Odonais : La naufragée des Amazones – 1775

64-152 Godin-C’est une véritable odyssée que le périple de madame Godin, femme du monde condamnée aux rigueurs de la jungle pour avoir voulu rejoindre un époux coureur d’océans. Naufragée, elle voit périr un à un ses enfants comme ses compagnons, et se retrouve seule face à une nature dont, en esprit des Lumières, elle ne conçoit pas la touffeur hostile. Elle survivra. En 1775, son mari retrouvé transcrira le récit qu’elle lui fera de ses souffrances, et celui-ci inspirera nombre de romanciers français, anglo-saxons et sud-américains. Il n’avait pourtant jamais été réédité.

Posté par Jean dans Livres | Pas encore de commentaires »

02-05-2017

arbre …

IMG_3561

Posté par Jean dans Photos | Pas encore de commentaires »

01-05-2017

William Leroux : Botaniste sur l’île de Robinson – 2011

64-155 Botaniste-sur-l-ile-de-Robinson-CrusoeDepuis douze ans Philippe Danton, botaniste de Grenoble, correspondant du Muséum National d’histoire Naturelle de Paris, part en mission sur les îles Robinson Crusoé pour y dresser l’inventaire des plantes et mieux comprendre leur écologie.
Ces îles, connues sous le nom de l’archipel des Juan Fernandez, sont situées dans l’océan Pacifique au large du Chili. Dès 1935, elles ont été décrétées Parc National par le Chili ; en 1977 l’UNESCO les classe Réserve Mondiale de la Biosphère.
En quoi consiste le travail d’un botaniste de terrain ? Quelle est la finalité de ce travail ?
Pour répondre à ces questions le film accompagne Philippe Danton ; de ses marches sur le terrain, autour de plantes dont il nous révèle la beauté, à sa table de travail où il dessine et confectionne son herbier. L’occasion pour le botaniste d’expliquer les raisons de son activité et les techniques qu’il met en œuvre. Une des vertus premières des botanistes est le respect avec lequel ils considèrent le monde végétal, monde où les notions de normalité et d’exclusion sont absentes, monde où il y a seulement des espèces différentes les unes des autres ; monde où les particularités sont loin d’être effrayantes mais participent tout simplement à la diversité de la vie. Philippe Danton incarne avec bonheur et sérénité ces valeurs garantes d’un avenir meilleur.
Bonus : Entretien avec Philippe Danton (40mn, mai 2011), autour des thèmes de la botanique de terrain, le montage des expéditions, la recherche de documentation, etc…

Posté par Jean dans Films | Pas encore de commentaires »

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...