Archives pour avril 2017

14-04-2017

Idalia Candelas : A solas – 2016

64-128 candelas-La vida de las mujeres solas, orgullosas de su soltería, en la intimidad de sus casas, a través de los ojos de esta diseñadora gráfica mexicana que triunfa en la red.
Idalia Candelas quería dibujar la soledad y acabó dibujándose a sí misma. Por ello, una mañana cualquiera, su teléfono no dejó de sonar. Sucedió de pronto, pero no de manera fortuita. De 300 seguidores en Instagram, la cifra saltó a los 20.000 en pocos días. Los timbres de su móvil anunciaban compras de sus ilustraciones en Estados Unidos, España y Alemania; medios estadounidenses como Vice y The Huffington Post, argentinos como Clarín, peruanos como El Comercio y españoles como El País se fijaron en el fenómeno viral en el que se convirtieron en las redes las ilustraciones de Idalia, que destacaban por levantar a destajo la persiana de la intimidad de la mujer sola. Era la captura gozosa de ese instante en el que una mujer—envalentonada en su soledad y enfundada únicamente en sus bragas—sostiene el mundo con los pies untados en la pared, con su tablet en mano para leer París no se acaba nunca; y con una expresión que solo puede asegurar que «todo está bien».El trabajo de Idalia muestra sin tapujos lo feliz que es una mujer cuando vive sola: un nuevo estilo de vida, un grito de reivindicación gozosa.

 

Posté par Jean dans Dessin, Livres | Pas encore de commentaires »

10-04-2017

Idalia Candelas : A solas

64-128 candelas2-

Posté par Jean dans Dessin | Pas encore de commentaires »

08-04-2017

Marie Uguay

ces îles dont nous parlons depuis des siècles
avec leurs diamants d’os taillés sur d’anciennes vies
avec leur gratitude d’oiseaux inassouvis
avec leur misère toujours pareille

ces îles où nous irons ouvrir la terre
reconnaître le ciel des saisons découpées
aux heures des songes et aux matins d’orange
ces îles à bout de bras
dont nous parlons depuis des siècles

ô ces solitudes

Posté par Jean dans Insularité, Poésies | Pas encore de commentaires »

07-04-2017

Lucy Irvine : Castaway – 1984

64-130 irvine-En 1981, Lucy Irvine, 25 ans, répond à une annonce Écrivain recherche épouse pour une année dans une île tropicale placé par Gerald Kingsland, 49 ans, dans le magazine Time Out London. Choisie parmi plus de cinquante candidates, elle accepte de se marier avec lui pour satisfaire aux lois restreignant l’immigration puis de passer un an dans l’île de Tuin. Ensuite elle retourne en Angleterre pour écrire le livre Castaway relatant cette expérience.

.

Posté par Jean dans Île déserte, Insularité, Livres | Pas encore de commentaires »

06-04-2017

Départ

IMG_3334

Posté par Jean dans Photos | Pas encore de commentaires »

05-04-2017

Dominique Barbéris :

Quand je la remonte, certains soirs d’hiver, et qu’un sentiment de solitude me saisit, ce sentiment des îles, cette impression confuse d’être « loin », accrus du vide des maisons désertées, je sais qu’il reste « un endroit où aller » qu’il suffit de pousser une porte pour trouver, harmonisés dans un léger fond sonore et dans l’odeur du papier frais, la présence humaine et celle des livres – l’une et l’autre si nécessaires.

J’éprouve alors au plus juste le sens profond, et consolant de la littérature, le sentiment qu’elle pourra toujours me sauver.

Posté par Jean dans Extrait | Pas encore de commentaires »

04-04-2017

Océan

IMG_3318

Posté par Jean dans Photos | Pas encore de commentaires »

02-04-2017

Domaine de la solitude

vin-

Posté par Jean dans Etiquette | Pas encore de commentaires »

01-04-2017

Catherine Mansfield (1888-1923) : Poèmes – 1923

Solitude

C’est la Solitude maintenant qui vient la nuit,
A la place du Sommeil, s’asseoir près de mon lit.
Comme une enfant fatiguée je repose et guette ses pas,
Je la regarde doucement souffler la bougie.
 
Elle reste assise, immobile et sans bruit,
Lasse, si lasse, laissant tomber sa tête.
Elle aussi est vieille, elle aussi a livré le combat.
De feuilles de lauriers son front est couronné.
 
Dans l’obscurité morne, la marée lentement descend,
Se brise inassouvie sur la rive stérile.
Un vent étrange passe… puis, le silence. Je voudrais
Me tourner vers elle, la prendre par la main,
La serrer dans mes bras, et attendre ainsi que la terre stérile
Soit remplie par la terrible monotonie de la pluie.

Posté par Jean dans Poésies | Pas encore de commentaires »

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...