02-12-2016

Jacques Chancel – Le désordre et la vie

62-332 chancel-Un dimanche parmi tant d’autres. Se lever tôt, se coucher tard, écrire à n’en plus finir, des heures durant, non pas pour faire œuvre mais pour noircir des pages, c’est le lot de la solitude que l’on se donne. Ce que j’aime ce sont les notes jetées à la hâte sur des bouts de papier, les impressions de l’instant souvent mal formulées, les mots du cœur qui tombent libres sur la page et que l’on effacera bien sur, par pudeur souvent, par orgueil parfois. La publication fige les meilleures intentions, fragilise la phrase. Paraître, c’est limiter l’immense espace de l’imaginaire, c’est amenuiser, raccourcir, blesser la rêverie. Mais c’est une nécessite. Glenn Gould s’est arreté un jour de jouer… mais c’était pour mourir.

2950 – [Le Livre de poche n° 9669, p. 303] 

Publié par Jean dans Note de lecture | RSS 2.0

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...