Archives pour novembre 2016

25-11-2016

Thor Heyerdahl : Fatu Hiva – Le retour à la nature – 1937

64-134 Heyerdahl-« Nous débarquâmes sans vivres et sans armes, décidés à vivre de ce que nous pourrions réaliser de nos mains nues. Il n’y avait pas d’autres blancs sur l’île et nous ne connaissions pas la langue marquisienne. La baleinière retourna vers la goélette qui attendait au large, après que le capitaine nous eût promis de revenir dans un an. Nous étions abandonnés sur une plage de l’île sans radio ni autres moyens de communication avec le reste du monde. »

Thor Heyerdahl écrivit ces lignes en 1937, lors d’une première expédition aux îles Marquises. Il raconte, dans ce livre, l’expérience d’un retour à la nature, qu’il fit avec sa jeune femme, dans l’île luxuriante et sauvage de Fatu Hiva. A cette époque Thor Heyerdahl essaya de fuir la civilisation et de découvrir d’autres valeurs, comme Gauguin l’avait fait avant lui quelques quarante ans plus tôt dans ces mêmes îles. « Fatu Hiva » est avant tout le récit d’un grand scientifique à la recherche de la vraie nature de l’homme. Au cours de cette aventure, Thor Heyerdhal aura l’intuition de théories sur les migrations polynésiennes qu’il vérifiera plus tard lors de ses célèbres expéditions du Kon-Tiki et d’Aku-Aku.

Posté par Jean dans Île déserte, Livres, Récit | Pas encore de commentaires »

18-11-2016

Jean-Claude Brouillet : Lîle aux perles noires – 1984

64-134 Brouillet-Perdue dans le bleu, une île. Introuvable, secrète, inaccessible. Centre de nulle part comme le Paradis. Au cœur de l’île, un lagon de saphir. Et dans l’abîme du lagon, veillées par les requins, plus somptueuses que les nuages, plus rares que le diamant, les perles noires. Nées d’un rêve et d’une nacre. Nacre inconnue, rêveur connu : Jean-Claude Brouillet. Son destin s’inscrit dans les neuf lettres de son nom : B, comme Béarnais. R, comme réussite. O, comme orgueil. U, comme un. I, comme imaginaire. L et L, comme lion et liberté. E, comme espace. T, comme trajectoire. La sienne. Unique. Qui l’a mené, de coups de gueule en coups de poing, de coups d’audace en coups de reins, de la jungle du Gabon aux atolls du Pacifique dans une éblouissante course au soleil où la vie, pour une fois, est plus vraie qu’un roman.

Posté par Jean dans Île déserte, Insularité, Livres, Roman | Pas encore de commentaires »

11-11-2016

François Leguat (1635-1735) – Aventure d’un protestant et de ses compagnons exilés en deux îles désertes de l’océan Indien : 1690-1698

64-136 Leguat-Les Français possédaient un Robinson (publié avant celui de Defoe) et ils l’avaient oublié ! Et le plus fort de l’affaire est que l’ouvrage qui nous conte ses aventures n’est pas un roman : François Leguat a bien existé, il a bel et bien vécu (entre 1690 et 1698) l’impossible histoire qu’il nous relate ici par le détail – et, dernier miracle, il a eu l’âme assez généreuse pour en faire un grand livre. Lui et ses compagnons font partie de la triste cohorte de ces protestants exilés que Louis XIV, sottement conseillé par la Maintenon, avait chassés de France en révoquant l’édit de Nantes. Réfugié en Hollande, Leguat, secondé par une poignée de gaillards sans expérience, se voit dépêché par les autorités d’Amsterdam au beau milieu de l’océan Indien afin de mettre en valeur les îles Mascareignes. L’île Bourbon – aujourd’hui La Réunion – n’étant alors peuplée que par une poignée de malheureux un peu oubliés par la France, c’est d’abord vers elle qu’on les a dirigés (Maurice était pour lors possession hollandaise). Mais Louis XIV se décidant enfin à s’occuper de son île, ils échouent sur la plage d’une terre parfaitement déserte – qui répond au beau nom de Rodrigue. Cette robinsonnade, contée avec vivacité par un Rousseau avant la lettre, ferait déjà un bon livre, mais les choses ne tardent pas à mal tourner… et la seconde « isle » où échouent nos exilés sera celle de l’horreur. D’où le livre de l’infortuné Leguat va tirer – pour notre âpre édification – une altitude inattendue…

Posté par Jean dans Livres | Pas encore de commentaires »

04-11-2016

Dean King : Les naufragés du Sahara –

Mise en page 1

En 1815, douze marins et leur capitaine, en route du Connecticut vers les îles du Cap-Vert, s’échouent au large de la Mauritanie actuelle. Faits prisonniers par des marchands d’esclaves, ils effectuent avec eux une véritable odyssée à travers le Sahara, pendant laquelle ils sont confrontés à l’insoutenable. Se basant sur les écrits de deux survivants, dont le capitaine Riley, et sur sa propre expérience du désert, Dean King nous fait revivre avec brio cette expérience infernale. Il en profite pour nous instruire sur les diverses coutumes des peuples, la géologie et l’histoire naturelle du désert.

Nus, les pieds écorchés, sous un soleil mordant, affamés, assoiffés, battus, méprisés en tant qu’infidèles, assaillis par des tempêtes de sable et des invasions de sauterelles, les captifs marchent sans fin dans un milieu hostile. Ils apprennent comment tenir en se nourrissant d’insectes séchés, de moelle animale, ou d’urine concentrée. Cette abondance de détails scabreux ne sombre pourtant jamais dans le sordide.

Nous avons là à la fois un manuel de survie, un incroyable livre d’aventures vécues où l’horreur le dispute à la fascination, et une relation sans fard de la douleur physique. Ce récit constitue en fait une véritable ode au courage et au dépassement de soi. On ne sort pas indemne de cette histoire inoubliable.

 

Posté par Jean dans Livres, Récit | Pas encore de commentaires »

02-11-2016

Jacques Chancel : Le désordre et la vie

62-332 chancel-J’ai toujours en ligne de mire Les Trois Mousquetaires, Vingt mille lieues sous les mers et Robinson Crusoé. Je me faisais un monde, comme Michel Mohrt qui publie en ce moment L’Air du large : qui n’a rêvé de se trouver un jour sur une île déserte, libre des contraintes de la civilisation, maître de son temps et de soi comme de l’Univers ? Robinson Crusoé est vraiment devenu un mythe, au même titre que Don Quichotte ou Faust, et Mohrt a raison de rappeler que l’histoire racontée par Daniel Defoe nous passionne plus encore aujourd’hui. « Robinson incarne l’un des grands thèmes de la civilisation occidentale : le triomphe de l’homme sur la nature qu’il sait utiliser, exploiter, pour subvenir à ses besoins. » Il m’est arrivé de trouver des îles mais chercher est plus exaltant. Beautés de la quête, de l’inaccessible étoile.

[Le Livre de poche n° 9669, p. 21/2]

Posté par Jean dans Note de lecture | Pas encore de commentaires »

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...