Archives pour août 2010

29-08-2010

Ellen Burstyn (°1932 -) actrice américaine

57283ellenburstyn1.jpg

Quelle agréable surprise que de découvrir combien la solitude peut être une bonne compagne.

57288burstynellen.jpg

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | 3 Commentaires »

28-08-2010

Charles Cros (1842-1888)

57299charlescros.jpg

Feuilles, tombez sous la fureur du vent
Et sous la pluie atroce de novembre.
Toute splendeur, à la fin, se démembre.
L’eau, trouble, perd son reflet décevant.
Ainsi s’en va tout mon bonheur d’avant.
Les doux retraits de mon âme charmée
Sont dénudés, sans oiseaux. L’avenir
Et mes projets, forte et brillante armée,
Sont en déroute à ton seul souvenir,
Ô ma maîtresse absolument aimée !

J’ai tant vécu dans ton charme énervant,
Comme nourri de gâteaux de gingembre,
Comme enivré de vétyver et d’ambre !
Et, rassuré, je m’endormais souvent
Sur tes beaux seins, tiède ivoire vivant.
Moi, j’aurais cru ta voix accoutumée ;
Le sort brutal voulut la démentir.
Car il mentait ton long regard d’almée !…

Mais je n’ai pas, certes, de repentir,
Ô ma maîtresse absolument aimée !
Et maintenant, seul comme en un couvent,
J’attends en vain le sommeil dans ma chambre,
Ta silhouette adorable se cambre
Dans ma mémoire. Et je deviens savant
À m’enivrer des drogues du Levant,
Que ma ferveur soit louée ou blâmée,
Je veux t’aimer, n’ayant meilleur loisir.
Tu resteras en moi comme un camée,
Comme un parfum chaud qui ne peut moisir,
Ô ma maîtresse absolument aimée !

ENVOI

Monde jaloux de ma vie embaumée,
Enfer d’engrais, de charbon et de cuir,
Je hais tes biens promis, sale fumée !…
Pour ne penser qu’à toi, toujours, où fuir
Ô ma maîtresse absolument aimée ?

Le Coffret de santal, Poésie/Gallimard n° 77 p. 136

Posté par Jean dans Poésies | Pas encore de commentaires »

27-08-2010

Serge Lama : Vivre tout seul

57299sergelama.jpg
Je veux vivre, tout seul

 

Libre comme un oiseau sur son fil
Sans famille, sans femme et sans amis.
Je veux vivre, tout seul
Rien que moi de face et de profil
Sans visa, sans papiers et sans pays.

J’en ai marre
De toujours faire le beau,
De sourire quand j’ai mal dans mon cœur.
J’en ai marre
Je veux monter plus haut,
A l’abri des chiens et des chasseurs.

Je veux vivre, tout seul
Comme un émigrant, comme un reptile
Sans visa, sans papier et sans pays.
Je veux vivre, tout seul
Libre comme un poète en exil
Sans famille, sans femme et sans amis.

Certain soir,
Je trouve sur ta peau
Quelque chose qui ressemble au bonheur.
Mais hélas,
Tu t’endors aussitôt.
Le matin tu te lèves à 8 heures.

Je veux vivre, tout seul
Libre comme un oiseau sur son fil

Sans famille, sans femme et sans amis.

 

Posté par Jean dans Chansons | Pas encore de commentaires »

25-08-2010

Y, Le denier homme (tome 4) : Stop/Encore.

57258dernierhommestop.jpg

Contient les épisodes 18 à 23

Posté par Jean dans Bande dessinée | Pas encore de commentaires »

22-08-2010

Jean Yanne (1933-2003)

57299yanne.jpg

La solitude, c’est l’impossibilité de vivre seul.

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | Pas encore de commentaires »

21-08-2010

Lucien Becker (1911-1984) : La Solitude est partout

57299beckerlucien.jpg

Au-dessus de la terre, il y a une chambre
où la solitude et le papier peint sont éternels.
Quand je n’y suis pas, des femmes de clarté
vont au-devant du jour ou de l’armoire

et, dès que je rentre, rejoignent mes yeux.
Gardiennes de secrets, elles revivent en moi
comme un buisson éperdu de printemps.
Le cœur s’enfonce dans le corps

tiède de pleurs, de plantes et de sources.
La voix n’a plus d’ombre, ni de retard
et monte comme une lame ensanglantée
de la terre entr’ouverte par le ciel.

Une grande amertume envahit la fenêtre
qui dénude le front avec un reste de jour
en y laissant la cicatrice des veines
et partout le rire jaillit des bouteilles.

Plus+

Posté par Jean dans Poésies | Pas encore de commentaires »

20-08-2010

Françoise Hardy : Tous les garçons et les filles – 1962

57267franoisehardyph034.jpg

Tous les garçons et les filles de mon âge
Se promènent dans la rue deux par deux
Tous les garçons et les filles de mon âge
Savent bien ce que c’est d’être heureux
Et les yeux dans les yeux
Et la main dans la main
Ils s’en vont amoureux
Sans peur du lendemain
Oui mais moi je vais seule
Dans la rue l’âme en peine
Oui mais moi je vais seule
Car personne ne m’aime
Mes jours comme mes nuits
Sont en tous points pareils
Sans joies et pleins d’ennuis
Personne ne murmure je t’aime à mon oreille

Tous les garçons et les filles de mon âge
Font ensemble des projets d’avenir
Tous les garçons et les filles de mon âge
Savent bien ce que aimer veut dire
Et les yeux dans les yeux
Et la main dans la main
Ils s’en vont amoureux
Sans peur du lendemain
Oui mais moi je vais seule
Dans la rue l’âme en peine
Oui mais moi je vais seule
Car personne ne m’aime

Mes jours comme mes nuits
Sont en tous points pareils
Sans joies et pleins d’ennuis

Oh quand pour moi brillera le soleil
Comme les garçons et les filles de mon âge
J’connaîtrais bientôt ce qu’est l’amour
Comme les garçons et les filles de mon âge
Je me demande quand viendra le jour
Où les yeux dans les yeux
Où la main dans la main
J’aurais le cœur heureux
Sans peur du lendemain
Le jour où je n’aurais plus du tout
L’âme en peine
Le jour où moi aussi
J’aurais quelqu’un qui m’aime

Posté par Jean dans Chansons | 2 Commentaires »

20-08-2010

Jørn Riel : Une épopée littéraire

57258uneepopeelitteraire4racontarsarctiques.jpg

Comment ce rustre de Fjordur, l’Islandais, s’y prend-il pour tricher aux cartes avec l’aide de Miss Dietrich, sa chienne préférée, surtout quand on sait qu’elle a perdu la voix?
Comment le Grand Désert Arctique, le froid extrême, la solitude la plus absolue, font-ils de Petit Pedersen, moche et bourré de complexes, un vrai géant, une force de la nature, un chasseur de premier ordre, bref un authentique héros polaire?
Comment trente-huit boîtes à sardines, dont une accidentellement transpercée par une balle perdue, ont-elles pu sauver un chef-d’œuvre de la littérature mondiale?
Comment le capitaine Olsen, d’ordinaire si avisé, en est-il arrivé, en négligeant une banale histoire de rat, à devoir bouffer sa casquette?

Jørn Riel répond à tout cela et nous dit bien d’autres choses encore sur ses héros, les derniers trappeurs des compagnies de chasse qu’il a bien connus là-bas, au Groenland, il y a un demi-siècle.

Posté par Jean dans Livres | Pas encore de commentaires »

18-08-2010

Y, Le denier homme (tome 3) : Un petit Pas.

57258yledernierhommetome3unpetitpascouv.jpg

Regroupe les épisodes 11 à 17.

Posté par Jean dans Bande dessinée | Pas encore de commentaires »

15-08-2010

Georges Duhamel (1884-1966)

57303georgesduhamel.jpg

Il faut, à certaines heures, que l’homme soucieux, anxieux, tourmenté, se retire dans la solitude, et qu’il ouvre un livre pour y rechercher un principe d’intérêt, un thème de divertissement, une raison de réconfort et d’oubli.

57285200pxsignaturedegeorgesduhamel.png

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | Pas encore de commentaires »

13-08-2010

Alfredo Le Pera/ Carlos Gardel : Solitude

Qu’on ne me dise pas que
Tu m’as déjà sorti
Du bonheur de ta vie
Pour rêver ton appel impossible mon
Cœur exige le mensonge.
Je ne veux pas qu’on sache
Combien amère et profonde est
Mon éternelle solitude…
Passent les heures, traîne l’aiguille des minutes mon
Cauchemar est un lent tic-tac.

Dans l’ombre douloureuse de ma chambre guettant
Ses pas qui ne reviendront pas je
Crois parfois qu’ils n’osent entrer
Mais personne, elle ne vient pas,
Illusion des mes rêves elle
S’évanouit ne laissant qu’apparences
Cendres, sur mon cœur.

Sur le cadran argenté de l’horloge les
Heures agonisantes refusent de passer,
Défilé de silhouettes étranges me
Contemplant d’un regard
Moqueur, interminable procession
Avec leurs grimaces elles se perdent dans
L’oubli emportant cette bouche que je possédais seule
Me reste l’angoisse et la douleur.

Traduction Jean-Pierre Balpe
Les Poètes du Tango, par Henri Deloy et Saül Yurkievich Poésie/ Gallimard n° 422 p. 141

Posté par Jean dans Chansons | Pas encore de commentaires »

13-08-2010

Henry David Thoreau (1817-1862) : Walden ou la vie dans les bois – 1854

57257thoreau.jpg

Texte

Récit des deux ans, deux mois et deux jours passés seul par Thoreau dans une forêt. Il y évoque les effets positifs de la vie en solitaire et les rencontres faites dans ce bois. Notamment, celle d’un jeune bûcheron canadien-français tranquille et solitaire, comme lui.

Posté par Jean dans Livres | Pas encore de commentaires »

11-08-2010

Y, Le denier homme (2) : Un petit Coin de Paradis.

57257yledernierhommetome2unpetitcoindeparadis8061631.jpeg

Contient les épisodes 6 à 10.

Posté par Jean dans Bande dessinée | Pas encore de commentaires »

08-08-2010

Marilyn Monroe (1926 Norma Jeane Mortenson-1962)

57293marilynmonroe622781360.jpg

Il vaut mieux être malheureux seul qu’avec quelqu’un.

57285monroemarilynsignature.jpg

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | Pas encore de commentaires »

07-08-2010

Louis Aragon (1887-1982)

57300aragon.jpg

C’était un temps de solitude
O long carême des études
Où tout à son signe est réduit
Aux constellations la nuit
La vie affaire de mémoire
De chiffres blancs au tableau noir
Et lorsqu’on mourait à Viny
Moi j’apprenais l’anatomie

J’avais l’homme abstrait pour domaine
Or les récits des Téramène
Fallait-il deux fois qu’on les tue
Transformaient les morts en statues
De toujours les grands mots m’irritent
Et ces millions d’Hippolyte
Ils étaient sur leurs chars et moi
J’avais quatre-vingts francs par mois

Pardonnez-moi cette amertume
Mais l’âge d’aimer quand nous l’eûmes
Comme le regain sous la faux
Tout y sonnait morte et faux
Et qu’opposer sinon nos songes
Au pas triomphant du mensonge
Nous qui n’avions pour horizon
Qu’hypocrisie et trahison

La guerre on la voit à l’envers
Et vienne le troisième hiver
Petit verre des condamnés
Est-ce que c’est pour cette année
Le ciel déjà prend goût de terre
Puisqu’on est des morts sursitaire
Tous les calculs que nous ferons
Auront une balle en plein front

Comment croire ce qu’on enseigne
J’ai touché pourtant ce qui saigne
J’ai vu frémir j’ai dû fermer
De mes doigts des yeux bien-aimés
D’autres les ont à la taverne
J’eus moi mes vingt ans en caserne
Enfant maigre habillé de bleu
Rêvant beaucoup et mangeant peu

C’était le Paris de l’An Mille
Adieu ma vie adieu ma ville
Pont Alexandre pâle et beau
Le soir comme un vers de Rimbaud
Ma Tour au loin qui semble un air
Renouvelé d’Apollinaire
Se peut-il que je vous oublie
O palefreniers de Marly

J’ai laissé mon cœur à la traine
Dans les bosquets de Cour-la-Reine
Je ne vous reverrai jamais
Fleurir marronniers que j’aimais
Je pars et je vous abandonne
Longs quais de pierre sans personne
Veillant sur le fleuve profond
Où les désespérés s’en vont

Il paraît que je pars me battre
Adieu Paris mon grand théâtre
Adieu viaduc de Passy
Adieu tout ce qu’on voit d’ici
Les deux rives fuyant à l’amble
Ce qui se cache et ce qui tremble
Les jardins du Trocadéro
Et le ver luisant du métro

Le roman inachevé, Poésie n° 7, Gallimard, p. 50

En plus…

Posté par Jean dans Poésies | 1 Commentaire »

06-08-2010

Hugo Lapointe : Célibataire – 2004

57302hugolapointe.jpg
Célibataire
J’commence à m’y faire
À sortir tous les soirs
Rencontrer, boire et rentrer tard
J’ai vécu ces dernières années
Des nuits chaudes non censurées
Je fais la cour sans préalable
Je fais l’amour comme un nomade

Célibataire
J’commence à m’y plaire
Je n’ai rien d’un solitaire
P’t'être que j’ai seulement besoin d’air

(refrain)
Je me sens devenir vieux garçon
Sans être en manque d’émotion
L’amitié, les femmes, la musique
La liberté c’est poétique
J’aime mieux quand personne ne m’attend
Je suis en retard trop souvent
Je préfère prendre mon temps…
Et une célibataire de temps en temps!

Célibataire
Y’a pas de quoi sans faire
On est jamais seul sur la terre
Les amis c’ta ça que ça sert
Je veux vivre les prochaines années
À faire l’amour et m’amuser
Je n’ai qu’une seule vie à vivre,
Pas question que j’me prive

Célibataire
C’est le critère pour me plaire
Je n’ai rien d’un solitaire
P’t'être que j’ai seulement besoin d’air

(refrain)
Je me sens devenir vieux garçon
Sans être en manque d’émotions
L’amitié, les femmes, la musique
La liberté c’est poétique
J’aime mieux quand personne ne m’attend
Je suis en retard trop souvent
Je préfère prendre mon temps…
Et une célibataire de temps en temps!

Bien sûr j’aimerais trouver l’âme soeur
Et redéfinir mon bonheur
Quelqu’un avec qui partager
Mes peines, mes joies et ma fierté
Je n’suis pas un très bon menteur
Quand je parle avec mon coeur
Dites-moi qui veux consoler
Un manque d’amour en liberté
Consoler

Un célibataire
Qui commence à s’y faire
À sortir tous les soirs
Rencontrer, boire et rentrer tard

(refrain)
Je me sens devenir vieux garçon
Sans être en manque d’émotion
L’amitié, les femmes, la musique
La liberté c’est poétique
J’aime mieux quand personne ne m’attend
Je suis en retard trop souvent
Je préfère prendre mon temps…
Et une célibataire de temps en temps!

Prendre mon temps
Et une célibataire de temps en temps!

Posté par Jean dans Chansons | Pas encore de commentaires »

04-08-2010

Y, Le Dernier Homme (1) : No man’s land

57261y.jpg

Posté par Jean dans Bande dessinée | Pas encore de commentaires »

02-08-2010

Enfants du placard

  1. 1835: Apparition de Kaspar Hauser.
  2. 1931 : Edith Riley.
  3. 1938: Anna de Pennesylvanie et Isabelle de l’Ohio.
  4. 1963 : Yves Cheneau, de Saint-Brévin.
  5. 1970-11-4 : Génie Curtiss, jeune fille de 13 ans, découverte à Los Angelèes, enfermée et maltraitée durant 10 ans par un père handicapé mental. Genie allait tout juste commencer à parler à 20 mois, quand un médecin annonça à sa famille qu’elle semblait un peu lente, probablement mentalement retardée. Le père de Genie interpréta cet avis à l’extrême et, la croyant profondément retardée, lui fit subir un sévère isolement et un mal-traitement rituel, afin « de la protéger ». Harnachée nue sur une chaise percée le jour, ficelée dans un sac de contention la nuit, affamée quelquefois, elle était battue par son père si elle essayait d’attirer l’attention.. La date de naissance de Gennie coïncide avec la date de publication des Syntatic Structures par Noam Chomsky qui professait à nouveau la nature innée du langage. On ne pouvait rêver d’un être sorti d’un univers plus inimaginable pour tomber dans les bras de la science. Elle allait devenir l’enjeu de la confirmation ou de la réfutation des théories de Chomsky et une véritable aubaine pour la neurologie. Elle constituait un exemple exceptionnel de communication non-verbale. Allait-elle être capable d’un développement linguistique complet traversant les phases canoniques décrites par les spécialistes? Existait-il une date limite à l’apprentissage du langage ? Gennie allait-elle être capable de formuler des événements vécus antérieurement à l’inclusion des mots dans son monde ? En avait-elle gardé la mémoire ? Les fonctions cérébrales de l’enfant étaient-elles équilibrées ? Quel effet avait l’expérience vécue sur le développement et le comportement du cerveau ? Dans quelle mesure l’intelligence a-t-elle besoin des liens affectifs pour se déployer ? Elle est, comme Victor, le prototype de l’enfant qui émerge à point nommé pour les tests, les études et les rivalités savantes. A un autre moment, elle aurait sans doute glissé de l’oubli à l’oubli après un bref passage sous les flashs de la presse.Pendant plus d’une décennie elle fut complètement cloîtrée, laissée seule dans une pièce, sans aucune forme d’échange.Découverte à l’âge de 13 ans, elle n’émettait aucun son. Genie devint rapidement un sujet d’étude, notamment pour découvrir s’il existe un âge limite pour l’apprentissage du langage. Placée dans une maison d’accueil spécialisée, elle développa sa motricité fine, apprit à parler (quelques phrases élémentaires) et à pratiquer le langage des signes. En dépit d’une éducation intensive, Genie ne progressa guère. 1 an après sa libération : à l’âge de 14 ans, son langage correspondait à celui d’un enfant «normal» de 18-20 mois.

  6. 1984-2008 : Elizabeth Fritzl et ses enfants.
  7. 1988 : Horst Weiner, de Dûsseldorf.
  8. 1998-2006 : Natasha Kampusch
  9. septembre 1999 : Découverte de Norco, Californie. Enchainée à un lit depuis 5 ans, une fillette de 6 ans.

Posté par Jean dans Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

01-08-2010

Milan Kundera (1929-

57288kundera.jpg

Solitude : douce absence de regards. L’Immortalité

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | Pas encore de commentaires »

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...