27-09-2009

La Solitude – Muriel Robin – Pierre Palmade – 1989

Ça, c’est sûr : quand on est tout seul, on est peinard. C’est peut être même le seul avantage d’ailleurs, parce que sinon… qu’est ce qu’on se fait chier, oui ! Moi, je vois, si je suis seule – à compter que je sois seule – j’ai compté : je suis seule – et bien si je suis seule, c’est un choix. Ah oui, on ne peut pas imposer ça à quelqu’un. Moi, on m’aurait dit : « tu vas vivre seule toute ta vie », je demande tout de suite où est le gaz. Enfin, là, c’est pas le cas, moi, j’ai choisi la solitude.Et quand je dis que j’ai choisi la solitude, je pourrais aussi bien dire que j’ai choisi la liberté… de choix… d’être seule ! Je fais comme je veux, je ne demande rien à personne. Et ? Personne ne me demande rien ? C’est pas faux non plus…Non, mais enfin, je préfère vivre seule que mal accompagnée, voilà… Comment? Bien accompagnée ? Oui, c’est autre chose… Mais franchement, si c’est pour sortir, rencontrer des gens qu’on ne connaît même pas, moi je préfère rester chez moi, devant ma télé, personne pour me dire « la 2″, « la 3″, « le foot »… De toutes façons, on se disputerait pas : je la regarde jamais la télévision, alors.J’aime pas ça. En revanche, j’aime bien écouter la radio… Et j’aime bien écouter la radio devant un petit plateau télé… beaucoup moins intéressant dans l’autre sens : je ne regarderais pas la télé devant un petit plateau radio, vous voyez !Non, et puis, être seul ou à deux, c’est pareil, ça ne change pas les choses, ça n’a pas de rapport, comment vous dire?… Un truc qui est beau, il est beau. C’est vrai, on ne regarde pas avec les yeux de l’autre. Moi, je vois, hier, je suis allée voir une exposition, toute seule, comme une grande, bon,…. Ben qu’est ce que je me suis fait chier. J’ai peut être pas pris le bon exemple !!! Bon, mais vivre seule, y a quand même des avantages. Lesquels ?… A deux aussi, y a des inconvénients ! Moi quoi qu’il en soit, je ne cours pas après la sexualité… Elle me le rend bien, faut dire ce qui est ! Non, mais c’est vrai, c’est pas mon truc ; chacun son truc, c’est pas mon truc. Je vais quand même pas me forcer… Non, moi, je mets mon énergie ailleurs : je fais du vélo camping. Et puis c’est très très sympa toute seule. L’été dernier, je m’étais fait un joli parcours :je suis passé par Vittel, puis j’ai fait une grande boucle, et je suis remonté par Mante, c’est ça, vittel-menthe, et vous qu’est ce que vous prenez ? Je plaisante… Ah, ça pour la rigolade, je suis pas la dernière… je suis pas dans le peloton de tête non plus, mais je suis pas la dernière. J’aime bien tout ce qui est comique… dans le sens humoristique. J’aime bien tout ce qui est blague, charade, rébus, calembours, même les puzzles, j’adore ça ! Je voudrais revenir sur une chose : quand je dis que je vis seule, ça ne veut pas dire que je ne vois personne. Ah, non, j’ai des amis, j’ai des amis… au bureau. Et puis c’est très très sympa. Je vois, hier Yvonne n’avait plus de papier, elle est venue m’en demander, je l’ai dépanné, c’était TRÈS sympa ! Mais en revanche, je ne les vois pas à l’extérieur, on ne se voit pas et je préfère. J’aime bien. J’aime bien parce qu’ils ont un vrai respect pour ma vie privée : ils me téléphonent jamais, ils me disent jamais quand ils sortent, bon je le sais toujours parce que le lendemain ils en parlent au bureau, mais vraiment ils respectent ma vie privée et j’aime ça. Oui, j’ai une vie privée… privée de tout, c’est vrai, mais privée quand même ! En ce moment, on rigole au bureau : c’est le jeu des surnoms. Ça n’arrête pas. Jean-Claude, c’est le distrait, il est toujours distrait ; Jacqueline, c’est la jacasse, elle parle, elle saoule tout le monde ; Y a « nez rouge » qui a toujours le nez rouge; et moi, comment ils m’ont appelée déjà… ah oui ! « Tronche de cake » ! Je sais pas où ils vont chercher tout ça, mais qu’est ce qu’on s’amuse!… Non, et puis,moi, je ne suis pas vraiment seule : j’ai maman. On se voit beaucoup avec maman. Cette année, je vais refaire mon anniversaire avec elle… enfin, j’espère,parce que l’année dernière on devait le faire ensemble, et pcore… J’arrive chez elle, elle avait tout préparé, les petits plats dans les grands, ça se présentait merveilleusement bien. Il faisait très chaud dans la maison, j’ouvre la fenêtre pour aérer. Y a un terrain de sport juste en dessous. Les gamins qui jouaient, l’amicale, je sais pas quoi, j’ai passé la tête à un moment, je me suis pris le ballon en pleine poire ! J’ai le nez qui a carrément éclaté, le menton accroché à la rambarde : une patate pendant trois semaines.Sa s’est mal goupillé, vraiment. Cette année, on crèvera tous sur place s’il faut,mais avant que j’ouvre la fenêtre, ils peuvent attendre. Ah, non, j’étais défigurée, j’avais bien besoin de ça…Pourquoi je vous dis ça ? Les anniversaires ! C’est vrai, y a les Noëls aussi. Ma mère, les Noëls, elle les fait pas. Elle dit que ça coûte trop cher. C’est vrai que ce n’est pas donné, mais on n’est pas obligé de manger du caviar non plus… Moi, je vois, l’année dernière, je m’étais fait une petite côte de porc, avec beaucoup de jus, j’adore ça. En légume, qu’est ce que j’avais mis ? Ah oui, du chou fleur, et en dessert, la bûche ! Une petite tranche de bûche pour la tronche de cake ! C’est vrai, ce qui compte pour Noël, c’est la bûche… La dinde ? La dinde d’accord, mais moi toute seule, je peux pas me la descendre ! Si c’est pour être malade, c’est pas la peine ! Moi, je dis « Noël, faut que ça reste une fête ! » J’ai une manie, tous les ans depuis très longtemps, j’enlève toujours le petit père noël, la petite hache, les petits trucs en plastique qui sont dessus, je grave l’année avec un couteau, je les range, et après dans l’année, quand je les ressors, je me rappelle… C’est chouette, hein ? J’ai regardé, cette année, Noël, ça tombe un mercredi. Mercredi, c’est bien, comme ça, y a pas de pont. La toussaint, elle tombe quand elle veut, de toutes façons, on s’en fou, y a pas de cadeaux ! Je dis ça parce que j’aime ça, les cadeaux. L’année dernière, comme j’adore la musique classique, je me suis offert l’intégrale de Cleyderman… Et puis alors des disques !… je m’y attendais pas du tout !On n’a pas sonné ? Ah, non, c’est au dessus ! Je crois toujours que c’est chez moi ; c’est ridicule : j’ai pas de sonnerie. Ben, non, j’en ai pas mis, j’en ai pas l’usage : je vais quand même pas sonner pour rentrer chez moi ! Au dessus,c’est une femme, comme moi. Elle vit seule, comme moi. Elle a l’air d’être très heureuse… »FIN.

Publié par Jean dans Textes | RSS 2.0

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...