Archive | juillet 2009

L’Oncle Robinson – Jules Verne – 1861

31 juillet 2009

0 Commentaire

Demeuré inédit jusqu’en 1991, ce roman fut écrit par Jules Verne pour concurrencer le succès du « Robinson suisse » de Wyss, paru en 1816. Certains éléments furent repris au début de « L’Ile mystérieuse ». En 1861, un voilier fait route vers les Etats-Unis avec une famille à son bord. L’équipage se mutine et laisse ses passagers dans […]

Lire la suite...

Les Plaisirs difficiles – Mark Greene

30 juillet 2009

0 Commentaire

Un journaliste économique qui enquête sur la mort de sa petite amie. Un père déchu, rôdant dans les tournois de tennis pour assister aux matchs de son fils. Un expert en systèmes de sécurité désorienté par la disparition d’une jeune Italienne. Une responsable du contentieux à la recherche de son premier amour. Un juriste accablé […]

Lire la suite...

Kobayashi Issa

28 juillet 2009

0 Commentaire

Des érables d’automne je m’approche – la solitude me prend Anthologie du poème court japonais, p. 150

Lire la suite...

C’est pas à toi ça…

23 juillet 2009

0 Commentaire

Au hasard de vos déplacements sur la toile il peut vous arriver de découvrir le travail, d’un poète, d’un photographe, d’un peintre. Vous avez envie de les faire connaitre mais aussi de faire comprendre à vos lecteurs qui vous êtes à travers ce que vous aimez. Pour cela vous en faite une citation. Mal vous […]

Lire la suite...

Ozaki Hôsai

21 juillet 2009

0 Commentaire

Si seul que je fais bouger mon ombre pour voir Anthologie du poème court japonais, p. 194  

Lire la suite...

Alain Bombard

15 juillet 2009

0 Commentaire

Oh ! Solitude, tu commences à m’inquiéter sérieusement, le jour où j’écris cette chose typique ! Je comprends la différence entre solitude et isolement. De l’isolement dans la vie normale, je sais comment je peux sortir : tout simplement par la porte pour descendre dans la rue ou par le téléphone afin d’entendre la voix […]

Lire la suite...

Jean Genêt

2 juillet 2009

0 Commentaire

Que ta solitude, paradoxalement, soit en pleine lumière, et l’obscurité composée de milliers d’yeux qui te jugent, qui redoutent et espèrent ta chute, peu importe : tu danseras sur et dans une solitude désertique, les yeux bandés, si tu le peux, les paupières agrafées.

Lire la suite...

Biologie |
module externe et indépenda... |
dorothee |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ASTRONOMIE?...C'est Quoi?
| insectes de clemsc
| Stage Circonscription Orléa...