25-11-2008

Madeleine Chapsal

Mais il faut se rappeler que Maliens, Somaliens, Birmans ou Hindous se plaignent du contraire : d’une surpopulation qui, du fait de l’absence de logements, du poids des traditions familiales, aboutis à la promiscuité, au manque absolu de solitude.

Qui ne préfère vivre seul ou seule plutôt que de se réveiller sur une paillasse ou un ponton, accolé à d’autres avec lesquels on n’a rien à faire, peu ou rien dire ? Une soudaine Solitude, Le Livre de Poche p. 116

Publié par Jean dans Note de lecture | RSS 2.0

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...