21-11-2008

Catherine Audibert

Vous dites qu’on peut faire l’expérience de cette solitude détresse tout en côtoyant les autres…

Bien sûr ! Elle n’est pas forcément liée à l’état de solitude, mais peut être éprouvée au milieu de nos semblables. Les gens qui souffrent d’être seuls ne se sentent reliés à rien : ni à eux-mêmes ni aux autres. Quand ils sont en société, leur sentiment de solitude est exacerbé.

De multiples outils nous relient en permanence aux autres. Cela n’aggrave-t-il pas notre incapacité à être seuls ?

C’est certain. Dans notre mode de vie, il n’y a plus beaucoup de moments où l’on peut faire l’expérience de l’ennui, du vide. Les enfants ont des sorties et des loisirs organisés en permanence. Le temps restant est absorbé par la télé et l’ordinateur. Ils n’ont plus d’instants où ils peuvent se tourner vers eux-mêmes. Et, lorsqu’ils sont confrontés à des moments de flottement (inévitables), c’est la panique. Mais on pourrait en dire autant des adultes.

Avez-vous l’impression que l’on souffre davantage de cette solitude aujourd’hui qu’il y a un siècle ?

Sans doute. La société d’autrefois était moins individualiste : les gens étaient enserrés dans des structures traditionnelles, familiales et sociales, qui pouvaient les sécuriser davantage. Aujourd’hui, les gens vivent avec l’idée que le groupe ne va pas être là pour les soutenir. Regardez comme ils sont inquiets face à la mondialisation. Ils ont l’impression que certains acquis sociaux, certaines solidarités vont disparaître et qu’ils se retrouveront en concurrence. C’est anxiogène. Et on ne peut supporter la solitude que si on est sûr de pouvoir compter sur un autre.

Comment se développe l’incapacité à être seul ?

Cela démarre très tôt dans l’enfance. Parce que le bébé a été soit hypersollicité, soit, au contraire, livré à lui-même. Le trop ou le trop peu laissent des empreintes traumatiques. Dans le premier cas, les adultes ne laissent pas l’enfant développer une vie personnelle. C’est important que, parfois, le bébé puisse oublier sa mère pour jouer tranquillement avec son corps ou avec ses jouets. Il faut développer la notion d’être « seul avec », qui permet au tout-petit de jouir de son « être-seul » tout en étant dans la présence de la mère. Au contraire, d’autres adultes sont incapables d’être seuls parce qu’ils ont souffert de carences. Enfants, ils ont été abandonnés, en proie à la solitude. Dans ces cas-là, les adultes n’ont pas suffisamment répondu à leurs besoins vitaux, les ont trop laissés livrés à la douleur, à la faim, au froid, mais peut-être surtout au besoin d’amour. La bonne solitude est celle qui est portée par l’Autre. Un Autre qui sait être présent et absent à la fois.

Publié par Jean dans Textes | RSS 2.0

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...