11-11-2008

Madeleine Chapsal

C’est la matin que la solitude est à son pire. Quand on découvre devant soi toute une longue journée  » à tirer », comme disent ceux qui ont quelque mal à vivre, alors que le soir, le refuge qu’offre le sommeil se rapproche. D’autant que le m’endors en dors bien.

Mais chacun vit son mal-être à sa façon et, pour certaines personnes, c’est à la tombée du soir que monte l’angoisse. J’ai plusieurs exemple de personnes proches qui ont alors recours au petit verre (le verre de réconfort est toujours « petit ») : whisky, porto, vin, cognac, c’est selon. . Une soudaine solitude, Le Livre de Poche, p.107

Publié par Jean dans Note de lecture | RSS 2.0

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...