10-06-2008

Catherine Wiederrecht : Solitarité

Solitude insoupçonnée, en toi vibrent les doutes et se réverbère la mise en miroirs, intériorisées et mille fois reproduites, des souffrances sans fin.

Tu fais frémir ce coeur sans répit aux cris et aux suppliques du monde, résonner les peines qu’il aurait préféré silencieuses.

Les cicatrices aimées se réveillent, les chances évanouies frappent à la porte, les douleurs anciennes demandent asile,mémoire, soutien. Toutes réclament inlassablement réparation.

Fantômes du passé, spectres du présent. Solitude, tu agaces les fibres subtiles de cette âme, tu trouves ses creux intimes pour y planter tes brandilles. Elle te hait, elle t’accueille.

Ensemble vous sillonnez tous les horizons, porte-parole des laissés pour compte, pour réveiller l’amour desanesthésiés, éclairer la voie aux aveugles, crier la paix à la face des sourds, dénoncer l’injustice des tribunaux de hasard.

De cette fracture irréductible sourd sa révolte et ses forces s’aiguisent, s’épuisent. Combien de temps encore ?

Combien de temps lui faudra-t-il encore hurler à pleins poumons, à pleines pages, à pleine plume pour un monde plus juste ! pour la dignité de tous !pour un Eden des différences harmonisées !

Combien de temps à construire l’avenir, solidairement seul

Publié par Jean dans Poésies | RSS 2.0

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...