04-06-2008

Dinadina (° 20-02-1994 : Solitude

Solitude, chaque soir tu m’enveloppes dans tes bras,
Ses bras qui me serrent, qui à la limite m’étouffent,
Seul dans ma chambre, mes larmes coulent, et brûlent mon visage,
Chaque jour, faire paraître le bien-être alors qu’au fond, petit à petit
La Solitude m’emporte, à ma jeunesse qui passe, qui passe si lentement, que ça n’en finit pas,
Solitude, tu es si froide, si sourde, si muette,
Tu fais si mal,
Les amis ne manquent pas, au contraire sont tous là,
Mais la famille n’est pas là,
Ma famille me donnent de l’amour, mais de l’amour si Fugitive,
Que cet amour s’envole, en ne laissant aucune trace, aucune miette,
Solitude tu emportes tout,
Parfois tu t’en vas, et tous redevient comme un paradis sucrés,
Mais tu finis toujours par revenir, en emportant tout ce bonheur avec toi,
Tu ne me laisses rien,
Et chaque soir, tes bras reviennent, me serrent et mes larmes coulent,
Tu fais si mal,
Solitude
.

Publié par Jean dans Poésies | RSS 2.0

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...