Archives pour juin 2008

30-06-2008

Protégé : Amour et Passion…

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Posté par Jean dans Ce blog ! | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

19-06-2008

Félix Lope de Vega (1562-1635)

À mes solitudes je vais, de mes solitudes je viens, car pour aller avec moi-même me suffisent mes pensées.

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | 2 Commentaires »

18-06-2008

Jean Vanier (1928-

Il faut toujours des moments d’intimité comme il faut des moments d’ouverture.

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | 2 Commentaires »

17-06-2008

Mika Waltari (1908-1979)

57292mikawaltari.jpg

La solitude rend sensible, non étranger.

57292mikawaltarisignature.gif

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | Pas encore de commentaires »

15-06-2008

Maria Monaco : séquestrée 18 ans

Vendredi 13 juin les carabiniers ont libéré, à Santa Maria Capua Vetere, village de Campanie, près de Naples (Italie), une femme de 47 ans qui a été séquestrée 18 ans durant par sa famille dans une des pièces de la maison.

La police aurait reçu une plainte d’un voisin se plaignant de la puanteur se dégageant de cette pièce.

Maria aurait été ainsi punie pour avoir eu un fils hors mariage. Elle vivait dans un état de saleté indescriptible.

La télévision a diffusé des images montrant sa chambre, qui contenait un lit avec des draps souillés, des toilettes et un évier sales, ainsi que des bouteilles d’eau et des bols dans lesquels les membres de sa famille apportaient à boire et à manger à la femme.

Elle a été hospitalisée à Naples pour y subir des examens mentaux.

Sa sœur Micheline (51 ans) – institutrice d’école maternelle – et son frère Prisco (45 ans) – ouvrier agricole – sont en garde à vue et Anna Rosa Golino leur mère (80 ans) assignée à résidence.

Son fils de 17 ans qu’elle a eu en 1990 a été confié à un oncle. La police recherche le père.

Reste à déterminer si les troubles psychiques de Maria sont antérieurs à sa grossesse, la connaissance qu’avaient les autorités sanitaires de son état, puisqu’une pension lui était versée. Par ailleurs la rumeur publique prétend que tout le village connaissait l’histoire de Maria.

Celle-ci ne veut plus retourner dans sa maison. Cette histoire fait penser à celle de Blanche Monnier, de Poitiers.

Posté par Jean dans Prisonniers de la solitude | 3 Commentaires »

15-06-2008

Virignia Woolf (1882-1941)

Aucun de nous n’est complet en lui seul.

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | Pas encore de commentaires »

13-06-2008

Stefan Zweig (1881-1942)

Elle n’avait jamais su l’importance que peut revêtir un individu pour un autre, car elle n’avait jamais été solitaire.

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | Pas encore de commentaires »

10-06-2008

Catherine Wiederrecht : Solitarité

Solitude insoupçonnée, en toi vibrent les doutes et se réverbère la mise en miroirs, intériorisées et mille fois reproduites, des souffrances sans fin.

Tu fais frémir ce coeur sans répit aux cris et aux suppliques du monde, résonner les peines qu’il aurait préféré silencieuses.

Les cicatrices aimées se réveillent, les chances évanouies frappent à la porte, les douleurs anciennes demandent asile,mémoire, soutien. Toutes réclament inlassablement réparation.

Fantômes du passé, spectres du présent. Solitude, tu agaces les fibres subtiles de cette âme, tu trouves ses creux intimes pour y planter tes brandilles. Elle te hait, elle t’accueille.

Ensemble vous sillonnez tous les horizons, porte-parole des laissés pour compte, pour réveiller l’amour desanesthésiés, éclairer la voie aux aveugles, crier la paix à la face des sourds, dénoncer l’injustice des tribunaux de hasard.

De cette fracture irréductible sourd sa révolte et ses forces s’aiguisent, s’épuisent. Combien de temps encore ?

Combien de temps lui faudra-t-il encore hurler à pleins poumons, à pleines pages, à pleine plume pour un monde plus juste ! pour la dignité de tous !pour un Eden des différences harmonisées !

Combien de temps à construire l’avenir, solidairement seul

Posté par Jean dans Poésies | Pas encore de commentaires »

08-06-2008

Maram Al-Masri (1962-

Un étranger me regarde,
un étranger me parle,
je souris à un étranger,
je parle à un étranger,

un étranger m’écoute.
Devant
ses peines
propres et blanches,
je pleure,
sur la solitude qui unit
les étrangers.

————————

Des coups à la porte.
Qui est-ce ?
Je cache la poussière de ma solitude
sous le tapis,
j’arrange mon sourire,
et j’ouvre.

Posté par Jean dans Poésies | 2 Commentaires »

06-06-2008

Lawrence Durrell (1912-1990)

La musique a été inventée pour confirmer la solitude humaine.

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | Pas encore de commentaires »

05-06-2008

Solitude

Quelle est pour vous la pire forme de solitude ?

Thierry Haumont : Ne pas être aimé.

Vincent Engel : Toute forme de souffrance. Contrairement à ce que l’on tente parfois de faire croire aux gens, comme le catholicisme, la souffrance, à mon sens, ne grandit personne.

Eva Kavian : Vivre avec quelqu’un avec qui on ne partage plus rien.

Xavier Deutsch : J’aime la solitude. Lorsqu’on est publié, on s’habitue à ne pas être aimé (de certains lecteurs).

Patrick Colpé : Se refermer sur soi parce que la souffrance est trop insupportable.

http://www.namur-plus.be/index.php?id=40&annee=3∂=2

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | 1 Commentaire »

05-06-2008

Redoutable solitude – Ghislaine Bricout

Sur notre île de vie
nous nous sommes aimés,
sans assouvissement,
d’ivresse à tendresse.
Les jours étaient des vagues
nos disputes des orages.
Au chevalet des ans
notre toile a pris forme
gardant jalousement les touches du pinceau:
passant du rose au bleu
aux berceaux des naissances,
éclatant de soleil aux étés des vacances,
parfumée des lilas des printemps,
des muguets de tes années passant,
rousse des automnes trop pressés.
Aujourd’hui l’horizon s’ennuage
et nous devons penser par bribes nostalgiques
au jour où l’autre n’aura plus sa moitié!
La voilà la solitude, le cristal qui se brise
fracassant le logis
silence traversé des bruits habituels.
Mais le printemps verdoie là bas à l’horizon.
Nous sommes là tous deux !
Vivons, vivons encore nos belles habitudes
entier pas à demi: deux cœurs, deux corps.
Chassons de nos pensées, la triste solitude……

Je serais heureux de connaître les autres textes de cette auteur(e).

Posté par Jean dans Poésies | 5 Commentaires »

04-06-2008

Dan Ar Braz

D’un côté j’apprécie la solitude, de l’autre j’aime la fréquentation des gens. Mais je ne peux rencontrer ces derniers que si j’ai eu ma dose de solitude.

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | 1 Commentaire »

04-06-2008

Jean Zay

Jeudi 7 décembre 1940

À quatre heures du matin, sous la conduite d’un lieutenant de gendarmerie, que renforcent un brigadier et deux gendarmes – je ne me savais pas si dangereux –, j’ai quitté Clermont-Ferrand. Ces gendarmes sont charmants, comme tous ceux auxquels j’ai eu affaire. Il y a une gentillesse des gendarmes, instituée par la nature comme contrepoids à l’injustice humaine. À la gare de Clermont, sinistre dans la nuit, sous ses haillons de neige sale, un ami, que j’avais alerté par un de ces moyens clandestins dont on dispose toujours en prison et qui s’est déjà renseigné, réussit à m’approcher quelques secondes et me souffle que je pars pour la Guyane : pour l’île du Diable même…

La Guyane ! C’est le lieu ordinaire de la déportation. L’île du Diable ! Quelle brusque évocation… Depuis mon procès, terminé le 4 octobre par une peine politique, dont le choix constituait un aveu, personne n’a supposé qu’on songeât à me déporter effectivement. Partait-il encore des bateaux pour la colonie ? Ne risquaient-ils pas d’être interceptés ? Vichy semblait embarrassé de son prisonnier ; je me croyais oublié dans ma cellule de Clermont-Ferrand. Pourquoi se détermine-t-on soudain à exécuter cette anachronique condamnation ? Sous la verrière de la gare, d’où s’abattent des paquets de neige fondue, je ne me pose pas de questions. J’ai appris à ne plus m’émouvoir. Cependant ces mots : la Guyane, l’île du Diable, si hauts en couleur pour l’esprit quand l’hiver glace le corps, rendent un son étrange ; ils matérialisent tout à coup mon incroyable aventure, symbolisent l’arrachement qui m’emporte des miens et de la vie. C’est par là que l’émotion naît et que mon cœur se serre. Le voisinage des gens dans le train, après ma longue solitude, est une bizarre sensation. Leurs visages soucieux, leurs attitudes, leurs conversations paraissent appartenir à un autre monde. J’ai envie de leur toucher le bras pour m’assurer de leur réalité. Si près d’eux, je me sens à mille lieues, transporté dans un autre élément. Ils se meuvent derrière un écran invisible. Qu’est-il désormais de commun entre eux et moi ? Par quoi suis-je encore rattaché a mon ancien univers ? Et ma solitude ne s’accroît-elle pas un peu plus, quand on me croirait mêlé à la foule, en face de mes gendarmes silencieux ? Souvenirs et Solitude

Posté par Jean dans Paroles de solitaires, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

04-06-2008

Dinadina (° 20-02-1994 : Solitude

Solitude, chaque soir tu m’enveloppes dans tes bras,
Ses bras qui me serrent, qui à la limite m’étouffent,
Seul dans ma chambre, mes larmes coulent, et brûlent mon visage,
Chaque jour, faire paraître le bien-être alors qu’au fond, petit à petit
La Solitude m’emporte, à ma jeunesse qui passe, qui passe si lentement, que ça n’en finit pas,
Solitude, tu es si froide, si sourde, si muette,
Tu fais si mal,
Les amis ne manquent pas, au contraire sont tous là,
Mais la famille n’est pas là,
Ma famille me donnent de l’amour, mais de l’amour si Fugitive,
Que cet amour s’envole, en ne laissant aucune trace, aucune miette,
Solitude tu emportes tout,
Parfois tu t’en vas, et tous redevient comme un paradis sucrés,
Mais tu finis toujours par revenir, en emportant tout ce bonheur avec toi,
Tu ne me laisses rien,
Et chaque soir, tes bras reviennent, me serrent et mes larmes coulent,
Tu fais si mal,
Solitude
.

Posté par Jean dans Poésies | Pas encore de commentaires »

03-06-2008

Susan Blackmore

Quels sont vos projets, Dr Blackmore ?

Franchement, je n’en ai aucun. Ou devrais-je dire que le selfplex n’en a pas ? Je n’ai délibérément pas fait de plans, à part celui de ne pas retourner dans une université. Parmi les possibilité il pourrait y avoir un autre livre sur la conscience. Mon recueil de textes tentait de couvrir les théories de tout le monde sans faire ressortir la mienne. En vérité je n’ai pas de théorie de la conscience, et c’est ce qui à mes yeux m’a rendue qualifiée pour écrire ce livre. Mais j’ai quelques idée de plus après trois ans de travail sur la conscience, et donc je pourrais bien les développer un peu.

Je pourrais aussi entreprendre une retraite solitaire plus longue que les précédentes. Je suis convaincue qu’une grande partie du travail intellectuel sur la conscience passe complètement à coté de l’essentiel. Il faut pratiquer, pratiquer et pratiquer encore en regardant droit au cœur de l’expérience vécue pour voir ce qui s’y passe. C’est très difficile, et je pense que la solitude et la méditation disciplinée sont les meilleurs moyens d’y arriver. J’ai fait plusieurs retraites solitaires d’une semaine dans une ferme isolée au Pays de Galles et j’espère recommencer.

Posté par Jean dans Paroles de solitaires | Pas encore de commentaires »

02-06-2008

Nikki Gemmell

Je pense que la solitude est absolument essentielle à l’équilibre d’une personne. Malheureusement, le mariage et la maternité ne la favorisent pas.

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | Pas encore de commentaires »

01-06-2008

Yves Simon

C’est quelque chose qui nous est propre, elle n’est pas que négative. J’aime bien la solitude, il m’arrive de la cultiver. C’est dans la solitude que l’on crée en général, les romans, les chansons, les scénarios, les œuvres d’arts… Les rares moments de ma vie où je me suis senti seul ont toujours été après une rupture amoureuse.

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | 1 Commentaire »

01-06-2008

Michèle Vilet

Je peux en parler car je l’ai connu de longues années et l’héroïne du livre  » Pourquoi ai-je dis oui si vite  » qui me ressemble en parle beaucoup. La solitude n’est ni l’enfer, ni le paradis. Alors que beaucoup de gens, les hommes comme les femmes la considèrent comme un enfer dont il faut sortir à tout prix. Je ne dirai pas :  » vivons en couple à tout prix parce que la solitude est infernale « . L’on peut faire beaucoup de choses dans la solitude, elle permet un retour sur soi même, après une passion amoureuse, un moment de solitude fait du bien. Ceci dit il ne pas non plus s’enfoncer dans la solitude et y prendre trop d’encrage, parce qu’alors, elle se referme sur vous et c’est le début des aigreurs.

Les moments de solitude au cours d’une journée sont absolument indispensables. Je crois qu’une journée où l’on n’a pas été seul au moins un quart d’heure, est une journée un peu perdue. La solitude est aussi très liée à l’écriture car c’est dans la solitude que les mots me viennent.

Posté par Jean dans Paroles de solitaires | Pas encore de commentaires »

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...