17-04-2008

Aimé Césaire (1913-2008) : solitude

57098aimecesaire.jpgPour toi Aimé Césaire, qu’est-ce que c’est que la solitude?

Ah! Qu’est-ce que c’est que la solitude? [Je ne sais pas] très bien comment répondre à cette question. C’est que la solitude on ne la définit pas, on l’éprouve et je me suis senti et je me sens encore un homme isolé. Peut-être d’ailleurs que si j’écris c’est précisément pour sortir de l’isolement. Mais je crois que tout poète, tout homme éprouve ce sentiment-là. Je ne crois pas du tout que ce soit un sentiment qui me soit particulier. Peut-être ce sentiment de solitude, peut-être était-il plus accusé chez moi dans ma Martinique. D’abord parce que la Martinique est une île. Ce sentiment que l’île se suffit jamais à elle-même, elle appelle autre chose. Elle a besoin d’un complément. Et le fait que étant peu accessible, peu en accord avec les valeurs de la société martiniquaise, je me sentais tout à fait isolé. Ça c’est très vraisemblable.

Allons on va voir l’autre côté de la question si tu veux. Tournons le miroir. Il y avait quand même l’enfance. L’enfance est une chose extraordinaire surtout pour un homme comme toi, c’est-à-dire pour un poète. Aujourd’hui, tu m’as dit ton âge tout à l’heure, avec ta permission je vais dire que tu as dépassé largement la cinquantaine. Pas besoin je crois de jeter un regard en arrière, ton enfance t’accompagne n’est-ce pas?

Peut-être ! Sans doute, même ! Oui !

Et dans cette enfance il y a eu miracle aussi sûrement. A part cette solitude, à part ce rejet du lieu où tu étais, cette espèce de refus de ce qui étais à côté de toi, il y a eu quand même le miracle qui est inhérent à l’enfance malgré toutes les situations bonnes ou mauvaises dans lesquelles on se trouve.

Ah, je crois que ce miracle c’est que, c’est le miracle de la communion n’est ce pas, de la communion avec un certain nombre de choses. Il est clair que cet isolement ne pouvait pas être total. Je me suis identifié, je me suis raccroché à un certain nombre de choses: avec la nature, avec les paysages de chez moi, avec tout le petit peuple de la Martinique, avec le folklore martiniquais. Au fond! comment se fait-il que moi Martiniquais, dans une génération qui était entièrement coupée de l’Afrique et qui était fière de se couper de l’Afrique, qui n’avait qu’un souci c’était de se couper de l’Afrique, de tout ce qui était noir dans un monde qui se voulait complètement assimilé à la France, comment les idées qui sont les miennes à l’heure actuelle, comment ses idées-là ont-elles pu naître, ces idées qu’on a pu appeler une sorte de panafricanisme. Comment cela a pu naître au fond. C’est parce que tout simplement ma mère était une femme du peuple, ma grand-mère était une femme du peuple, j’ai baigné dans le petit peuple, j’ai passionnément aimé le petit peuple. Et je l’ai aimé physiquement, je l’ai aimé dans ses poèmes, je l’ai aimé dans son folklore

http://www.potomitan.info/index.php

Publié par Jean dans Paroles de solitaires | RSS 2.0

2 Réponses à “Aimé Césaire (1913-2008) : solitude”

  1. Jean dit :

    http://www.potomitan.info/cesaire/entretien_1976.php

    Dernière publication sur Iwazaru 言わざる : 64-143

  2. kojima dit :

    Bonjour,
    Cet entretien m’a été très utile pour un article sur Césaire mais j’ai besoin de l’ajouter à mes sources. Pouvez vous m’en dire plus sur les conditions de l’entretien et par qui ont été posées les questions. Merci!

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...