12-11-2007

95) Clément Marot : De celui, qui est demeuré, et s’amie s’en est allée

071112hotelroomedwardhopper2.jpg

Tout à part soi est mélancolieux
Le tien servant, qui s’éloigne des lieux,
Là où l’on veut chanter, danser et rire :
Seul en sa chambre il va ses pleurs écrire,
Et n’est possible à lui de faire mieux.

Car quand il pleut, et le Soleil des Cieux
Ne reluit point, tout homme est soucieux,
Et toute bête en son creux se retire
Tout à part soi.

Or maintenant pleut larmes de mes yeux,
Et toi, qui es mon Soleil gracieux,
M’as délaissé en l’ombre de martyre :
Pour ces raisons, loin des autres me tire,
Que mon ennui ne leur soit ennuyeux
Tout à part soi

Publié par Jean dans Poésies | RSS 2.0

Une Réponse à “95) Clément Marot : De celui, qui est demeuré, et s’amie s’en est allée”

  1. Bonjour!!!
    Je viens de lire le texte que tu as mis en lien « il faut se méfier des mots », j’aime beaucoup!!!
    Comment vas-tu aujourd’hui?
    JE me suis levée tot ( 8h, wouahou!! ), pour emmener mon petit frère à l’école ce matin. du coup, je vais essayer d’occuper intelligemment ma journée!! ce soir répétition de l’orchestre.
    Et hier… ciné… J’ai eu droit à une déclaration, mais … j’ai dit non… je m’en suis voulue de lui faire de la peine; En tout cas, j’aimerai bien que l’on devienne amis!!

    Tu dis faire du théatre… vous jouez une piece classique? connue?
    J’ai fait aussi du théatre, j’aime énormement jouer. j’aimerai reprendre un jour.

    Je te fais un gros bizou
    Bonne journée à toi!
    Gulu

    Bonjour Gulu !

    Difficile de devenir ami avec une femme que tu as envie de prendre dans tes bras dès qu'elle arrive. ça m'étonnerait qu'il accepte ! Surtout si c'est pour t'entendre lui raconter ta vie amoureuse ou pire ta solitude. Tu lui as fait de la peine mais tu l'as écouté et c'est déjà bien. Je serais à sa place je ne renoncerais pas. Et ça t'a fait du bien cette déclaration.

    Le théatre : nous choisissons un thème en relation avec notre ville, ma soeur écrit une pièce et la petite troupe la joue. Dans la dernière j'était prêtre du village : criant de vérité. C'est un vrai plaisir.

    Bisous Audrey !

Laisser un commentaire