08-11-2007

94) Charles Baudelaire (1821-1867) : Le guignon

Pour soulever un poids si lourd,
Sisyphe, il faudrait ton courage !
Bien qu’on ait du cœur à l’ouvrage,
L’Art est long et le Temps est court.

Loin des sépultures célèbres,
Vers un cimetière isolé,
Mon cœur, comme un tambour voilé,
Va battant des marches funèbres.

- Maint joyau dort enseveli
Dans les ténèbres et l’oubli,
Bien loin des pioches et des sondes ;

Mainte fleur épanche à regret
Son parfum doux comme un secret
Dans les solitudes profondes.

Publié par Jean dans Poésies | RSS 2.0

2 Réponses à “94) Charles Baudelaire (1821-1867) : Le guignon”

  1. ABITBOL Guy dit :

    NON SEULEMENT LE GUIGNON EST PEU ORIGINAL…MAIS LES 2 DERNIERES STROPHES SONT UNE MEDIOCRE TRADUCTION DU TRES BEAU POEME DE TH. GRAY: ELEGY IN A CHURCHYARD.
    « FULL MANY A FLOWER IS BORN TO BLUSH UNSEEN AND WASTE ITS SWEETNESS IN THE DESERT AIR.FULL MANY A GEM,OF PUREST RAY SERENE, THE DARK UNFATHOMED CAVES OF OCEANS BEAR… »
    PERSONNE NE L’AURAIT REMARQUE??

    Voilà qui confirme mon impression ! Merci !

  2. coralie dit :

    peut-on considérer « le guignon » comme une création origanale ? e t pourquoi ? j’ai besoins d’une reponse d’urgence

    C’est beaucoup d’honneur que tu me fais que de me poser cette question : non le Guignon n’est pas pour moi une oeuvre originale : il y répète des idées aussi vieilles que le monde je crois, en tout cas que la civilisation occidentale.

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...