Archives pour octobre 2007

29-10-2007

Protégé : 29 octobre : compteur

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Posté par Jean dans Ce blog ! | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

29-10-2007

L’état de relation et l’isolement (4) – Jiddu Krishnamurti

071029.jpgLe processus d’isolement est celui de la volonté de puissance. Soit que vous recherchiez le pouvoir personnel ou que vous souhaitiez le triomphe de tel groupe racial ou national, il y a forcément isolement. Le simple désir d’occuper une situation est un élément de division. Et, en somme, c’est ce que veut chacun de nous, n’est-ce pas ? Nous voulons une situation importante qui nous permette de dominer, soit dans notre foyer, soit en affaires, soit dans une régime bureaucratique. Chacun cherche à exercer son pouvoir là ou il peut ; et c’est ainsi que nous engendrons une société basée sur la puissance, militaire, économique, industrielle, etc., ce qui, encore, est évident. La volonté de puissance n’est-elle pas, de par sa nature même, un élément de division ? Je pense qu’il est très important de le comprendre, pour l’homme qui veut un monde paisible, un monde sans guerres, sans ces effrayantes destructions, sans ces malheurs catastrophiques à une échelle incommensurable. L’homme bienveillant, l’homme qui a de l’amour en son cœur, n’a pas le sens du pouvoir, et par conséquent n’est attaché à aucune nationalité, à aucun drapeau. Il n’a pas de drapeau. (à suivre)

Posté par Jean dans Feuilleton, Méditation | Pas encore de commentaires »

27-10-2007

L’état de relation et l’isolement (3) – Jiddu Krishnamurti

071027sol01.jpgOr, si nous examinons notre existence, nous voyons que nos rapports avec autrui sont un processus d’isolement. L »autre » ne nous interesse pas. Bien que nous en parlions beaucoup, en fait nous n’avons de rapports avec lui que dans la mesure où ils nous procurent du plaisir, un refuge, une satisfaction. Mais dès qu’un trouble dans ces relations nous dérange, nous les écartons. En d’autres termes, il n’y de relation que tant qu’il y a du plaisir. Cette assertion peut sembler un peu brutale, mais si vous examinez votre vie de près, vous verrez que c’est un fait, et évitez un fait c’est vivre dans l’ignorance, ce qui ne peut produire que des relations fausses. En examinant l’état des relations humaines, nous voyons que ce processus consiste à construire une résistance contre les autres, un mur par-dessus lequel nous regardons et observons les autres ; mais nous conservons toujours le mur et demeurons derrière lui, ce mur étant psychologique, matériel, social, national. Tant que nous vivons isolés derrière le mur, il n’y a pas de relations proprement dite avec autrui ; mais nous vivons enfermés parce que nous pensons que c’est bien agréable, que cela offre bien plus de sécurité qu’autrement. Le monde est si explosif, il comporte tant de souffrances, d’afflictions, de guerres, de destructions, de misères, que nous voulons nous évader et vivre derrière les murs de la sécurité de notre propre être psychologique. Ayant transformé nos relations en processus d’isolement, il est évident que de telles relations construisent une société qui, elle aussi s’isole. C’est exactement ce qui se produit partout dans le monde : vous demeurez dans votre isolement et tendez la main par-dessus le mur en proclamant l’unité nationale, la fraternité ou autre choase ; et, en réalité, les Etats souverains, les armées continuent leur œuvre de division. Vous accrochant à vos limitations, vous pensez pouvoir créer une unité humaine, une paix mondiale, ce qui est impossible. Tant que vous avez une frontière, qu’elle soit nationale, économique, religieuse ou sociale, le fait évident est qu’il ne peut pas y avoir de paix dans le monde.

Posté par Jean dans Feuilleton, Méditation | Pas encore de commentaires »

27-10-2007

27 octobre

Blog : La solitude à l’hôpital, par l’écriveuse ! Surprise pour une noctambule !

Le lit, par Lilou la Teigne ! Je suis emballé par la présentation de son blog !

Espace de solitude, Espace d’amour.
Mon lit est lit comme les autres, mais c’est le mien avec mon odeur et ses souvenirs.
Parfois il m’accueille le soir dans toute ma solitude.
Je me couche en lui, blottis sous la couette, un bon livre à la main.
J’attends le bon moment pour enlever les chaussettes qui réchauffent mes petons glacés, je garde le pyjama.
Je me cale contre les deux oreillers et j’attaque mes deux bonnes heures de lecture.
Puis quand enfin le sommeil me gagne je m’étale en lui, je me vautre littéralement.
Je cherche la position la plus confortable pour y trouver le sommeil réparateur.
D’autre fois il devient espace d’amour, et là pas besoin de chaussettes ou de pyjamas pour me réchauffer.
J’ai le corps et les bras de mon P.C. pour cela.
Ces soirs là je m’endors détendue, heureuse, je me vautre dans ses bras, je me cale dans son corps et le rêve m’emporte.
La nuit est toujours trop courte.

Posté par Jean dans Blogs à part..., Paroles de solitaires | 8 Commentaires »

26-10-2007

31) Capuano / Shepstone / Jourdan : Vivre seule

070719nue.jpgCombien de nuits blanches j’ai tourné en rond
Dans ce grand silence qui était notre maison
C’est le vide immense tout autour de moi
Plus à toi je pense plus je comprends que sans toi…

Vivre seule c’est ni vivre ni mourir
Vivre seule même entourée de milliers de gens
Quand celui qu’on aime toujours nous enchaîne
Alors qu’il ne reviendra jamais.
Vivre seule c’est ni vivre ni mourir
Avec des souvenirs on ne va pas très loin
Mon cœur ne saura pas
Mon cœur ne voudra pas
Battre un jour un seul jour
Pour quelqu’un d’autre que toi.

C’est facile à dire qu’il me suffirait
Seulement de sourire pour encore tout espérer
Un enfant, peut être qui sait? aurait pu
Faire en toi renaître cet amour que j’ai perdu.

Vivre seule c’est ni vivre ni mourir
Vivre seule même entourée de milliers de gens
Quand celui qu’on aime toujours nous enchaîne
Alors qu’il ne reviendra jamais
Vivre seule c’est ni vivre ni mourir
C’est n’attendre plus rien, ne plus compter les heures
C’est voir des gens heureux
Avec des larmes aux yeux
Je n’entends plus mon cœur
Il ne bat plus ou si peu, plus ou si peu.

Vivre seule c’est ni vivre ni mourir
Vivre seule même entourée de milliers de gens
Quand celui qu’on aime toujours nous enchaîne
Alors qu’il ne reviendra jamais.

Posté par Jean dans Chansons | 4 Commentaires »

26-10-2007

L’état de relation et l’isolement (2) – Jiddu Krishnamurti

Le monde de nos relations est le miroir dans lequel nous pouvons nous 071026sol01.jpgdécouvrir. Sans contacts nous ne sommes pas ; être c’est être en éat de relation ; l’état de relation est l’existence même ; nous n’existons que dans nos relations ; autrement nous n’existons pas, le mot existence n’a pas de sens. Ce n’est pas parce que je pense que je suis, que j’entre en existence ; j’existe parce que je suis en état de relation ; et c’est le manque de compréhension de cet état qui engendre les conflits.

Or ce manque de compréhension est dû au fait que nous n’utilisons nos rapports que comme moyen pour nous réaliser, pour nous transformer, pour devenir, tandis qu’ils sont le seul moyen de nous connaître, car les relations ne peuvent qu’ « être » ; elles « sont » existence, sans elles je ne « suis » pas ; pour me comprendre je dois les comprendre, c’est le seul miroir où je puisse me découvrir. Ce miroir, je peux le déformer ou l’admettre tel qu’il « est », reflétant ce qui « est ». Et la plupart d’entre nous n’y voit que ce qu’il veut y voir, non ce qui « est ». Nous préférons idéaliser, fuir, vivre dans le futur, plutôt que comprendre l’état de nos relations dans le présent immédiat.

Posté par Jean dans Feuilleton, Méditation | Pas encore de commentaires »

25-10-2007

25 octobre : soleil

Lu : J’ai besoin de solitude comme d’autres ont besoin de soleil, et peut-être pour les mêmes raisons, pour m’illuminer. Journal de Paris, 12 juin 1966.

Posté par Jean dans Mots d'auteurs, Note de lecture | 1 Commentaire »

25-10-2007

L’état de relation et l’isolement (1) – Jiddu Krishnamurti

071025sol01.bmpLa vie est une expérience, l’expérience est une ralation. Il est impossible de vivre isolé ; ainsi la vie est relation, et les contacts sont actions. Et comment pouvons-nous acquérir la capacité de comprendre notre état de relation, qui est la vie ? Etre réellement en état de relation c’est communier avec les hommes et être en intimité avec le monde des objets et des idées. Nos relations expriment la vie dans nos contacts avec les choses, les personnes, les idées. Les comprendre c’est être à même d’aborder la vie d’une façon adéquate, avec plénitude. Notre problème n’est donc pas l’acquisition de capacités – puisque celles-ci ne sont pas indépendantes des relations – mais plutôt la compréhension de l’ensemble de nos relations, car cette perception produira d’une façon naturelle en nous la souplesse et la vivacité qui nous permettrons d’adhérer et de répondre au mouvement rapide de la vie.  

Posté par Jean dans Feuilleton, Méditation | Pas encore de commentaires »

24-10-2007

93) L’œuf du soir – Christian Dorrière

071023sol01.jpg

  • Le solitaire qui sait la fragilité
  • mieux que quiconque
  • et qui pose sur la table
  • l’œuf du soir
  • avec des gestes économes
  • laisse le transistor
  • dire comment refaire le monde
  • sachant bien que les paroles
  • des maîtres du moment
  • comme le siennes
  • quand il se parle à soi-même
  • ont pour mobile
  • la satisfaction de faire trembler les lèvres.

  •  

    Posté par Jean dans Poésies | Pas encore de commentaires »

    23-10-2007

    Solitaire – Briens Renault Dominique

    071023sol2.jpgSolitaire,
    est-ce que l’on meurt
    de cette douleur,
    de se taire?
    Cette vie peut-on
    la distraire,
    on va à tâtons,
    on espère.

    On ne peut l’oublier
    car elle a éteint la lumiére,
    ce rêve familier
    on va c’est certain le refaire.

    Solitaire,
    est ce qu’on a peur
    de cette âme soeur,
    de lui plaire?
    D’un amour précaire,
    d’un amour menteur?

    Solitaire,

    Où on s’habitue
    à ce qui nous tue,
    on se terre
    jusqu’au jour suivant
    comme un fou vivant

    Ce texte a été laissé en commentaire ici. Il risque fort de passer aux oubliettes. Pour éviter cela je recopie en article et j’en profite pour remercier encore son auteur.

    Posté par Jean dans Paroles de solitaires | Pas encore de commentaires »

    23-10-2007

    Protégé : 23 octobre

    Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

    Posté par Jean dans Ce blog ! | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

    23-10-2007

    Protégé : 23 octobre : couvert et froid

    Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

    Posté par Jean dans Ce blog ! | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

    23-10-2007

    Brassens et la solitude

    58201georgesbrassens.jpg…il est vrai que Brassens est un homme solitaire, d’une certaine manière. Nous pouvons reprendre ses mots : » Une espèce de solitude – si vous voulez – de pensée ». Brassens vit entourés d’amis. Mais au fond, il ne vit pas à travers ses amis. Il s’en nourrit, mais garde en permanence une opinion personnelle sur tout ce qui l’entoure. Brassens garde un recul critique sur tout ce qu’on lui dit, il est toujours campé sur ses bases, lorsqu’il discute avec ses amis. Brassens a un tempérament fort. Lucienne Cantaloube-Ferrieu fait un rapprochement fort intéressant – dans son anthologie de la chanson française – entre la posture de Brassens et les théories de Max Jacob. Dans ses « conseils à un jeune poète », le poète dit la chose suivante :

    « Le premier geste du travail est la séparation. Il faut, présent et visible, se séparer de ce qui est présent et visible. Creuser un abîme entre le toi et le moi, bâtir une citadelle du moi. « 

    Lucienne Chanteloube Ferrieu fait ce commentaire, dans une partie intitulée « le choix de la solitude » :

    « Seule la solitude permet, d’après lui, la vie intérieure, qui non seulement donne la force de vivre individuellement et non en bourgeois c’est-à-dire en troupeau, en cadres, mais surtout rend attentif et perméables. « 

    En passant de longues matinées à se plonger dans une vaste introspection, Brassens se forge un jugement autonome à l’épreuve des plus proches amitiés. Brassens restera donc toujours quelque peu seul au milieu de ses amis.

    Posté par Jean dans Auteurs | Pas encore de commentaires »

    19-10-2007

    30) Daniel Vajda : Il a suffit

    Il a suffit d’un regard
    Rien qu’un seul, un seul regard
    Maintenant le ciel et le vent sont mes amis
    Ils m’apportent de l’ombre et le parfum de sa vie
    Il a suffit d’un regard
    D’un regard

    Il a suffit d’un retard
    Rien qu’un seul, un seul retard
    Son beau visage est maintenant trop loin de moi
    Je n’ai pas su la retrouver et cette fois
    Il a suffit d’un retard
    D’un retard

    Il a suffit d’un départ
    Rien qu’un seul, un seul départ
    Pour découvrir la solitude et les tourments
    Et pleurer en silence un amour bien trop grand
    Il a suffit d’un départ

    D’un départ

    Il a suffit d’un espoir
    Rien qu’un seul, un seul espoir
    Pour effacer toutes les larmes et les regrets
    Et revivre à nouveau un bonheur partagé
    Il a suffit d’un espoir
    D’un espoir

    Il suffit chaque matin
    D’un caprice du destin
    Pour se trouver un jour le plus malheureux
    Ou de chanter sa joie d’être le plus heureux
    Il a suffit dans la vie
    D’un ami
    Il a suffit dans la vie
    D’un ami
    Il a suffit dans la vie

    Posté par Jean dans Chansons | 6 Commentaires »

    19-10-2007

    92) Pouchkine

    Lorsque pour le mortel se tait le bruit du jour
    Dans la ville, par les rues sans voix,
    Descend l’ombre nocturne à demi transparente
    Et le sommeil, prix du labeur,
    A ce moment pour moi se traînent dans le silence
    Les heures d’une veille harassante
    L’inaction de la nuit attise en moi le feu
    Du remords qui ronge mon cœur.
    Dans mon esprit accablé de langueur
    De lourds pensers sont à l’étroit.
    Le souvenir, devant moi, sans un mot,
    Déroule son long parchemin :
    A la lecture abominable de ma vie,
    Je frémis, me répands en malédictions,
    Me plains amèrement, amèrement gémis,
    Sans laver pour autant les lignes déplorables.

    Posté par Jean dans Poésies | Pas encore de commentaires »

    17-10-2007

    Solitude – Lili-san

    071016sol1.jpg

    Toi ma chère et tendre solitude
    Toi qui depuis longtemps fais parti de mes habitudes
    J’aimerais tellement te quitter aujourd’hui
    Oublier et combler mon manque et mon ennuie.

    J’ai envie de connaitre à nouveau
    Tous ces gestes qui effraient et qui donnent chaud.
    Qui font monter en nous le désire d’aller plus loin
    Tous ces plaisirs que j’ai abandonné dans un coin.

    J’aimerais un jour sentir ses mains
    Venir visiter mon corps depuis longtemps éteind
    Faire renaitre en moi l’angoisse
    Qui nait dans les draps qui se froissent.
     

    J’ai simplement envie de ce garçon
    De ressuciter dans mon coeur le feu de la passion.
    Qu’il ose me prendre dans ses bras
    Qu’il aille plus loin et s’en donne à coeur joie.

    Mais moi j’ai beau le regarder
    Presque du regard le dévorer
    Lui il ne détourne pas les yeux
    Je suis invisible pour cet homme beau comme un Dieu.

    Comment attirer son attention sur moi ?
    Comment lui montrer que je suis là ?
    Je perds encore surement mon temps
    Je ferai mieux d’abandonner avant de m’attacher dangeuresement.

    Alors ma très chère solitude tu vois
    Encore cette fois je revient preés de toi
    Toi qui est la seule à m’avoir ouvert les bras
    Les jours ou je pleurais tout bas.

    Lien

    Posté par Jean dans Paroles de solitaires | Pas encore de commentaires »

    15-10-2007

    Protégé : 15 octobre

    Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

    Posté par Jean dans Ce blog ! | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

    14-10-2007

    91) Charles baudelaire (1821-1867) : Recueillement

    071014sol01.jpg

    Sois sage, ô ma douleur, et tiens-toi plus tranquille.
    Tu réclamais le soir ; il descend ; le voici :
    Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
    Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

    Pendant que des mortels la multitude vile,
    Sous le fouet du plaisir, ce bourreau sans merci,
    Va cueillir des remords dans la fête servile,
    Ma douleur, donne-moi la main ; viens par ici,

    Loin d’eux. Vois se pencher les défuntes années,
    Sur les balcons du ciel, en robes surannées ;
    Surgir du fond des eaux le regret souriant ;

    Le soleil moribond s’endormir sous une arche,
    Et, comme un long linceul traînant à l’orient,
    Entends, ma chère, entends la douce nuit qui marche.

    Posté par Jean dans Photos, Poésies | Pas encore de commentaires »

    14-10-2007

    La forêt canadienne – Louis-Honoré Fréchette

    C’est l’automne. Le vent balance
    Les ramilles, et par moments
    Interrompt le profond silence
    Qui plane sur les bois dormants.

    Des flaques de lumière douce,
    Tombant des feuillages touffus,
    Dorent les lichens et la mousse
    Qui croissent au pied des grands fûts.

    De temps en temps, sur le rivage,
    Dans l’anse où va boire le daim,
    Un écho s’éveille soudain
    Au cri de quelque oiseau sauvage.

    La mare sombre aux reflets clairs,
    Dont on redoute les approches,
    Caresse vaguement les roches
    De ses métalliques éclairs,

    Et sur le sol, la fleur et l’herbe,
    Sur les arbres, sur les roseaux,
    Sur la croupe du mont superbe,
    Comme sur l’aile des oiseaux.

    Sur les ondes, sur la feuillée,
    Brille d’un éclat qui s’éteint
    Une atmosphère ensoleillée :
    C’est l’Eté de la Saint-Martin ;

    L’époque ou les feuilles jaunies
    Qui se parent d’un reflet d’or,
    Emaillent la forêt qui dort
    De leurs nuances infinies.

    O fauves parfums des forêts !
    O mystère des
    solitudes !
    Qu’il fait bon, loin des multitudes,
    Rechercher vos calmes attraits !

    Ouvrez-moi vos retraites fraîches !
    A moi votre dôme vermeil,
    Que transpercent comme des flèches
    Les tièdes rayons du soleil !

    Je veux, dans vos sombres allées,
    Sous vos grands arbres chevelus,
    Songer aux choses envolées
    Sur l’aile des temps révolus.

    Rêveur ému, sous votre ombrage,
    Oui, je veux souvent revenir,
    Pour évoquer le souvenir
    Et le fantôme d’un autre âge.

    J’irai de mes yeux éblouis,
    Relire votre fier poème,
    O mes belles forêts que j’aime !
    Vastes forêts de mon pays !

    Oui, j’irai voir si les vieux hêtres
    Savent ce que sont devenus
    Leurs rois d’alors, vos anciens maîtres,
    Les guerriers rouges aux flancs nus.

    Vos troncs secs, vos buissons sans nombre
    Me diront s’ils n’ont pas jadis
    Souvent vu ramper dans leur ombre
    L’ombre de farouches bandits,

    J’interrogerai la ravine,
    Où semble se dresser encor
    Le tragique et sombre décor
    Des sombres drames qu’on devine.

    La grotte aux humides parois
    Me dira les sanglants mystères
    De ces peuplades solitaires
    Qui s’y blottirent autrefois.

    Je saurai des pins centenaires,
    Que la tempête a fait ployer,
    Le nom des tribus sanguinaires
    Dont ils abritaient le foyer.

    J’irai, sur le bord des cascades,
    Demander aux rochers ombreux
    A quelles noires embuscades
    Servirent leurs flancs ténébreux.

    Je chercherai, dans les savanes,
    La piste des grands élans roux
    Que l’Iroquois, rival des loups,
    Chassait jadis en caravanes.

    Enfin, quelque biche aux abois,
    Dans mon rêve où le tableau change,
    Fera surgir le type étrange
    De nos hardis coureurs des bois.

    Et brise, écho, feuilles légères,
    Souples rameaux, fourrés secrets,
    Oiseaux chanteurs, molles fougères
    Qui bordez les sentiers discrets.

    Bouleaux, sapins, chênes énormes,
    Débris caducs d’arbres géants,
    Rocs moussus aux masses difformes,
    Profondeurs des antres béants.

    Sommets que le vent décapite,
    Gorge aux imposantes rumeurs,
    Cataracte aux sourdes clameurs :
    Tout ce qui dort, chante ou palpite …

    Dans ses souvenirs glorieux
    La forêt entière drapée,
    Me dira l’immense épopée
    De son passé mystérieux

    Posté par Jean dans Poésies | Pas encore de commentaires »

    14-10-2007

    14 octobre : ensoleillé

    L’homme est un animal parfaitement seul. La solitude n’est pas l’absence, c’est un état intérieur. Jacques Brel

    Lu : Se retirer. Se taire : l’avancée en solitude, loin de dessiner une clôture, ouvre la seule et durable et réelle voie d’accès aux autres, à cette altérité qui est en nous et qui est dans les autres comme l’ombre portée d’un astre, solaire , bienveillant.

    C’est dans cet écart de la solitude que fleurissent d’étranges mots secourables, bons, lentement venus, avec la lenteur des lys frêles, cassants, qui restent longtemps avant de s’ouvrir dans un silence d’eau fraîche. C’est dans cet écart que l’amour se joue, qui n’est pas un jeu, qui est aussi un jeu, un tournoi de lumières, une radicalisation imprévisible, imprévue, des lumières, dans le sens et l’espace qui séparent chacun de nous de sa mort. “Souveraineté du vide” Christian Bobin

    Posté par Jean dans Mots d'auteurs, Note de lecture | 6 Commentaires »

    14-10-2007

    Lord Frederic Leighton : Solitude – 1890

    56298solitudefredericleighton.jpg

     

    Posté par Jean dans Toiles | Pas encore de commentaires »

    12-10-2007

    Montboucons

    071012colette.jpg

    A la moindre sollicitation de ma mémoire, le domaine des Monts-Boucons dresse son toit de tuiles presque noires, son fronton Directoire, qui ne datait sans doute que de Charles X, peint en camaïeu jaunâtre, ses boqueteaux, son arche de roc. La maison, la petite ferme, les cinq ou six hectares qui les entouraient, M. Willy sembla me les donner : « tout cela est à vous. » Trois ans plus tard, il me les reprenait : « Cela n’est plus à vous, ni à moi. » Le verger, très vieux, donnait encore des fruits, maigres et sapides. De juin à novembre, trois ou quatre années de suite, j’ai goûté là-haut une solitude pareille à celle des bergers. A 6 heures en été, à 7 heures en automne, j’étais dehors, attentive aux roses chargées de pluie, ou à la feuille rouge des cerisiers tremblant dans le rouge matin de novembre. Les rats d’argent s’attablaient à même la treille, la couleuvre géante, prise dans le treillage du poulailler, ne put échapper aux poules féroces. Le chat était durement gouverné par les hirondelles, qui lui défendaient à coups de becs, à grands sifflements guerriers, l’accès de la grange dont chaque poutre soutenait une rangée de nids….

    En 1900, Colette a 27 ans, elle est alors l’épouse et le « nègre » de M. Henry Gauthier Villars dit « Willy ». Celui-ci, en remerciement des premiers tomes des « Claudine » que Colette a écrits mais que Willy a signés, lui offre le domaine des Monts-Boucons.

    Comme aux plus agréables des pièges, j’ai failli rester prise aux charmes des Monts-Boucons. Vieux arbres fruitiers, cerisiers et mirabelles ; murs épais, impétueux feux de bois, sèches alcôves craquantes – il s’en fallut de peu que de bourguignonne je ne tournasse bisontine, tout au moins franc-comtoise.

    Entre 1902 et 1907 Colette vient donc passer les étés dans sa retraite bisontine. Elle y écrit entre autre La Retraite sentimentale, roman dans lequel la maison devient « Casamène ».
    Mais en 1907, le couple se sépare et la maison des Monts-Boucons est vendue.

    En somme, on m’arrache là mes Monts-Boucons et ça me fait au cœur une sale petite plaie qui ne se referme pas.

    Beaucoup plus tard, elle affirmera encore : Les Monts-Boucons sont un pays de nostalgie ; un temps et un pays à jamais perdus.

    Colette meurt en 1954, elle est célèbre, reconnue comme l’un des meilleurs écrivains du XXème siècle, mais elle n’a pas oublié son domaine montboucontois.

    Le goût de mes heures franc-comtoises m’est resté si vif qu’en dépit des années, je n’ai rien perdu de tant d’images, de tant d’études, de tant de mélancolie.

    Posté par Jean dans Auteurs | 2 Commentaires »

    12-10-2007

    29) Jean-Jacques Goldman : Viens

    Viens
    Avant que je perde patience
    Avant que je perde confiance
    Avant que ne passe ma chance
    Entre solitude et silence
    Viens

    Avant que la nuit ne retombe
    Avant que je perde, que je plonge
    Avant que joue la dernière danse
    Que vienne l’habitude à l’absence
    J’ai tant attendu, tant vu de temps perdu de vide et d’ennui
    J’ai tant attendu, tant vu le moment venu, je t’en prie

    Viens
    J’ai plus de mensonge qui naît
    J’ai plus de songes qui m’entraînent
    Je manque l’âme et le courage
    Je vois plus la fin du voyage

    Viens
    J’ai plus d’essence dans mon moteur
    J’ai plus de décence ni de pudeur
    Bientôt plus d’envie, de douleur
    J’ai tant attendu, tant vu de temps perdu de vide et d’ennui
    J’ai tant attendu, tant vu le moment venu, je t’en prie

    J’ai tant à donner !
    J’ai tant de force !
    J’ai tout à partager !
    Si tu casses l’écorce

    Tant d’amour inutile
    Se gâche et se perd
    Comment
    Atteindre
    Sans moi
    Come on, I’ve got so much to give you

    Viens
    Bientôt plus la force d’attendre
    Le vertige avant de descendre
    Je crie paumé sur cette route
    Sans que personne ne m’écoute
    J’ai tant attendu, tant vu de temps perdu de vide et d’ennui
    J’ai tant attendu, tant vu le moment venu, je t’en prie

    Viens
    Je vais perdre patience
    Viens
    Je vais perdre confiance
    Viens
    Avant que passe ma chance
    Viens
    Entre solitude et silence
    Viens, viens

    Viens
    Avant que la nuit tombe
    Viens
    Que je perde et je plonge
    Viens
    Avant la dernière danse
    Viens
    Quand l’habitude et l’absence
    Viens, viens

    Viens
    Viens
    Viens
    Je vais perdre patience
    Viens
    Je vais perdre confiance
    Viens
    Avant que passe ma chance
    Viens
    Entre solitude et silence
    Viens, viens

    Viens
    Avant que la nuit tombe
    Viens
    Que je perde et je plonge
    Viens
    Avant la dernière danse
    Viens
    Quand l’habitude et le silence
    Viens

     

    Posté par Jean dans Chansons | Pas encore de commentaires »

    12-10-2007

    12 octobre : doux

    Réflexion : Est-ce de la solitude que de se sentir loin des autres même s’ils sont autour de nous ?

     

    Posté par Jean dans Réflexion | 6 Commentaires »

    10-10-2007

    Cirque de la Solitude

    Situé en Corse sur le GR 20, entre le Bocca (col) Tumas ginesca et le Bocca minuta.

    071010sol01.jpg

    Posté par Jean dans Géographie | 3 Commentaires »

    09-10-2007

    Rue des Solitaires – Belleville

    071009sol02.jpg

    071009sol03.jpg

    Posté par Jean dans Géographie | 1 Commentaire »

    08-10-2007

    je t’attendais – paindepice

    071008attente.jpg Attente 

    - Ah, enfin, te voilà, je t’attendais ! Il se fait tard, tu sais. La nuit est tombée depuis longtemps. Ici tout est calme, nous sommes loin de l’agitation des villes. Écoute, on entend juste le bruit du vent et le souffle des mots..

    Les années se sont écoulées, je suis restée seule, seule avec nos souvenirs. Quels souvenirs ! Te souviens-tu, nos délires et nos fous rires ? Rappelle-toi les roulades dans les prés, les balades en forêt, les pentes dévalées, rappelle-toi l‘océan…

    Je n’ai pas cherché ailleurs cette complicité, je savais qu’elle n’existait pas, impossible : parce que c’était toi, parce que c’était moi…  Je n’en ai pas eu envie ; ça aurait été une trahison.

    Même à ton ombre, j’ai su rester fidèle. Mais tu ne voulais pas que je t’aime. J’avais compris que je n’étais pas celle que tu espérais. Peut-être m’étais-je trompée ?

    Quand tu m’as abandonnée, j’ai bien cru mourir, j’ai cru sombrer mille fois ; combien de larmes ai-je pu verser ? renoncer à toi, c’était renoncer à la vie ; par moments, je devenais folle, et le temps a passé, je me suis résignée et je me suis installée ici, dans ce havre de paix.

    Pendant toutes ces années, tu m’as accompagnée, dirigeant mes pas, mes gestes, je n’étais pas tout à fait seule. Je me suis habituée à cette “solitude”, elle est presque devenue mon amie. J’ai dompté le silence, le tic-tac régulier de l’horloge m’est devenu familier. J’ai apprivoisé la nostalgie et la mélancolie.

    Approche. Tu n’as pas changé, toujours cette étincelle dans les yeux, toujours ce même regard si profond qui me transperçait quand il se posait sur moi ; et ta bouche, ah, ce qu’elle a pu me manquer, souviens-toi, nos baisers passionnés. Et tes mains, tu t’amusais à les cacher au fond de tes poches, comme si tu avais peur que j’y lise l’avenir.

    Bien sûr, je t’aurais dit la souffrance, les tourments, l’alcool, je t’aurais dit la solitude, enfin les femmes, la folie, l’amour encore et toujours.

    Mais amour et liberté ne font pas bon ménage, tu aimais tant ta liberté et moi je ne savais que t’aimer.

    “Je t’aime encore tu sais…”

    Allez, viens, pose ta tête sur mon épaule et tes peines sur mon cœur.

    ©pain d’épices (13/04/2007)

    L’un des textes qui donnent envie de retourner sur ce site.

    Posté par Jean dans Paroles de solitaires | 9 Commentaires »

    08-10-2007

    90) René Char (1907-1988)

    Oh la toujours plus rase solitude
    Des larmes qui montent aux cimes.

    Quand se déclare la débâcle
    Et qu’un vieil aigle sans pouvoir
    Voit revenir son assurance,
    Le bonheur s’élance à son tour,
    À flanc d’abîme les rattrape.

    Chasseur rival, tu n’as rien appris,
    Toi qui sans hâte me dépasses
    Dans la mort que je contredis.

    Posté par Jean dans Poésies | Pas encore de commentaires »

    07-10-2007

    Solitudine

    071007solitudine.jpg

    Posté par Jean dans Photos | Pas encore de commentaires »

    06-10-2007

    89) Amable Tastu : Rêverie

    Alors que sur les monts l’ombre s’est abaissée,
    Des jours qui ne sont plus s’éveille la pensée,
    Le temps fuit plus rapide, il entraîne sans bruit
    Le cortège léger des heures de la nuit.
    Un songe consolant rend au coeur solitaire
    Tous les biens qui jadis l’attachais à la terre,
    Ses premiers sentiments et ses premiers amis,
    Calme d’un âge heureux, pure et sainte ignorance,
    Amitié si puissante, et toi, belle espérance,
    Doux trésors qui jamais ne me seront rendus,
    Ah ! peut-on vivre encore et vous avoir perdus !

    Posté par Jean dans Poésies | Pas encore de commentaires »

    06-10-2007

    Mon amie la solitude… par Imana.

    071006dlaisse.jpg Maro  : Délaissée

    Solitude, Oh ma redoutable ennemie, et pourtant tu demeures ma plus fidèle amie, tu es la seule qui ne m’as jamais trahi, la seule qui refuse de me quitter, la seule à m’aimer, à m’aimer sincèrement, purement , profondément. Savais tu que tu es également ma préférée? Toi, qui ne dit point un mot, silencieuse à mes cotés, tu m’observes furtivement sans que je te vois, mais je te sens, oui je sens ta présence partout, tu es d’ores et déja le devenir qui me comble, l’avenir que je redoute!

    D’emblée, je me demande si tu t’amuses à me voir souffrir? si tu réalises l’intensité de ton omniprésense, qui m’offense, me blesse, me tue…

    Ingrate que je suis ! je tourne le dos à celle qui m’a abrité sous son toit, au moment où j’étais tourmentée, délaissée, perdue! Oh, ma chère, tu dois surement pensé que je ne veux plus de toi, que je rompe avec notre solide et ancienne amitié, que je t’abondonne!

    Et bien tu as tort, entièrement tort, parfaitement tort! Es- tu surprise?ça ne t’es pourtant jamais arrivé de te tromper, ta sagacité et ton flair exceptionel te guidaient vers moi quand j’avais besoin de ta compagnie, alors que je présumais niaisement que tout allait bien.C’est plus le cas, Solitude, précieuse Solitude, je te veux encore prés de moi, je veux que tu me protèges, protège moi de ce monde orné de trahison, de haine et de mépris..

    En guise de morale, » la solitude est la meilleure amie de l’homme, l’homme le sain, le spontané et le candide » bref, tout comme moi:)

    Posté par Jean dans Paroles de solitaires | Pas encore de commentaires »

    05-10-2007

    28) Charles Aznavour : Ma solitude

    Parlé :
    Je ris si fort et parle tant
    Que tu crois que je suis futile et charmant
    A la fois
    Car lorsque je te vois
    J’ai peur
    Et par une étrange pudeur
    Ma vie
    Te joue avec mon cœur
    La comédie

    J’ai fait du bruit pour mieux masquer
    Ma solitude
    Car elle est très lourde à porter
    Ma solitude
    Lorsque ta main frôle ma main
    Que ton regard croise le mien
    Pour cacher mon trouble je feins
    Une attitude

    Alors tu ris et viens combler
    Ma solitude
    Mais as-tu jamais mesuré
    Ma solitude
    Sais-tu que je rêve à ce jour
    Où tu remplirais pour toujours
    Par ta présence et ton amour
    Ma solitude
    Ma solitude

    Posté par Jean dans Chansons | 4 Commentaires »

    02-10-2007

    Abandon

    Le sentiment d’abandon n’est pas une émotion mais un vécu complexe lié à l’expérience d’avoir été abandonné. C’est une impression très profonde porteuse d’une immense tristesse. Très souvent, la tristesse n’est pas ressentie directement. La peur du gouffre qu’elle suscite (tellement elle est immense) ou encore la hantise de la dépression font en sorte que celui qui a cette expérience ancrée en lui fuit la tristesse. C’est ce qui explique la grande angoisse associée souvent au sentiment d’abandon.
    L’angoisse n’est pas toujours présente. Elle est cependant stimulée dans certaines situations: moments de solitude, rejet par un être aimé, images évocatrices…
    Il n’est pas toujours possible de déterminer si un abandon a réellement eu lieu dans l’enfance. Mais il demeure certain que subjectivement, c’est l’effet que certains événements ont eu sur nous. Les comportements qui ont été perçus comme un abandon se sont produits à une période où nous étions particulièrement vulnérables à ces messages affectifs. De plus, ils provenaient de personnes dont nous étions dépendants au plan affectif.
    Le sentiment d’abandon est ancré profondément dans l’être, souvent parce que l’expérience d’avoir été abandonné, négligé ou rejeté a été vécue à un moment crucial du développement. Il peut aussi être fortement imprégné en nous parce que ces expériences se sont répétées sur une longue période.
    L’expérience d’abandon nous laisse avec une grande insécurité quant à notre valeur comme personne. Plus ou moins consciemment, nous craignons que ce rejet se répète dans nos relations importantes actuelles. Certains se protègent de cette expérience douloureuse éventuelle en évitant de se lier vraiment. D’autres s’accrochent, en quelque sorte, en ayant sans cesse la peur d’être laissés s’ils osent un tant soit peu être eux-mêmes. D’autres enfin, contre toute logique, font en sorte de provoquer cet abandon tant redouté. Bien que misérables, il leur semble impossible de faire autrement dans une relation qui a de l’importance.
    À quoi sert le sentiment d’abandon?
    Le sentiment d’abandon est lié intimement au besoin d’être aimé et considéré, c’est-à-dire, de recevoir une confirmation de notre valeur comme personne. Nous attendons cette confirmation des êtres qui comptent le plus pour nous. Au départ, il s’agit de nos parents, mais plus tard, nous le vivons avec les personnes sur qui nous transférons nos parents, c’est-à-dire d’autres personnes qui prennent à nos yeux une valeur parentale symbolique. Il s’agit d’un besoin fondamental qui joue un rôle important sur la solidification de notre identité personnelle.
    À cause de cela, le sentiment d’abandon est associée à une grande vulnérabilité, celle qui est liée au besoin fondamental en cause dans cette expérience. La sensibilité à cette vulnérabilité de même que la capacité de nous y donner accès sont des facteurs incontournables dans la résolution de cette problématique.

    Le sentiment d’abandon ou la peur d’être abandonné par un être cher nous rappelle donc que ce conflit intrapsychique n’est pas résolu. À chaque fois qu’il survient, il devient une occasion de nous laisser aller aux émotions qu’il contient, particulièrement à la tristesse ainsi qu’à la peur de cette tristesse ou de la dépression. Ceci permettrait d’aller à fond dans le sentiment d’abandon et d’en découvrir les diverses facettes.
    De plus, la peur d’être abandonné par une personne nous révèle avec force, l’importance particulière de cette personne et partant, notre dépendance à son égard. Si nous choisissons d’assumer cette dépendance, cette relation constituera une occasion de croissance phénoménale.
    Enfin, le sentiment d’abandon est un indicateur de la fragilité de notre valeur personnelle. Il est important de la prendre en considération pour travailler efficacement à notre évolution de ce point de vue.

    Posté par Jean dans Textes | Pas encore de commentaires »

    02-10-2007

    88) Daniel Alexandre Borsetta

    Solitude abandon la vie n’est pas si facile
    C’est plein c’est vide et ça imite
    Les limites de cet impassible rite
    Solitude abandon je me sens si con
    Mais c’est si bon et c’est si rond
    De tout se dire de ne rien se dire
    Le long des fleuves tranquilles je me fonds à la mer
    Et je rejoins le profond des fonds de mer
    Solitude abandon que le sort apporte le ton
    Nous connaîtrons les limites de nos faiblesses
    Et dépasserons la bêtise que l’on imite
    Car c’est si bon de se faire justement peur

    De ne plus avoir peur
    Et d’ouvrir son cœur
    Et même si l’orage éclate intérieurement
    Je saurais faire l’éloge
    De la mouche qui est venue se poser sur ce papier
    Car on enferme pas dans sa bulle l’homme et le jouet

    Lien

    Posté par Jean dans Poésies | 2 Commentaires »

    01-10-2007

    Abandon

    071001.jpg

    Posté par Jean dans Toiles | 6 Commentaires »

    01-10-2007

    Annaïck Guegan : Abandon

    071001annackguegan.jpg

    Posté par Jean dans Sculpture | 7 Commentaires »

    Chawki |
    Une autre vision du monde |
    Y'en A Marrrrrre |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
    | La vie d'une copropriété
    | DES BOUTS DE NOUS...