14-09-2007

Anne Edwards : Maria Callas

Les fées qui se sont penchées sur le berceau de Maria Kalogeropoulos (New York 1923 – Paris 1977) n’ont omis aucun des ingrédients qui allaient faire de sa vie une tragédie. Sa mère détecte son talent alors qu’elle n’a que sept ans. Dès lors, Évangelia n’a plus qu’un objectif : faire de sa fille une diva. Elle y parviendra, mais à quel prix ? Maria est privée d’enfance, séparée de son père pour suivre des études à Athènes. Sa sœur aînée est jetée dans les bras d’un homme en échange de l’argent qui permettra de payer les leçons de chant de l’enfant prodige… Dès cette époque, la solitude devient la compagne de Maria Callas. Elle ne la quittera plus malgré les rencontres jalonnant son existence. Celles de mentors : Maria Trivella, Elvira de Hidalgo et Tullio Serafin. Des personnages marquants d’une époque : Pasolini, Karajan, Bernstein, Churchill, Grace et Rainier de Monaco… Des hommes de sa vie, de Meneghini, Visconti à, bien sûr, Onassis. Malgré les trahisons de son entourage et la cruauté de la presse, la  » Divina  » acceptera pourtant cette solitude jusqu’au bout. Jusqu’à ce que sa voix, à qui elle sacrifiait tout, l’abandonne à son tour.  » Il ne me reste plus qu’à mourir « , confie-t-elle alors à sa sueur.

Publié par Jean dans Opéra, Prisonniers de la solitude | RSS 2.0

6 Réponses à “Anne Edwards : Maria Callas”

  1. Juan dit :

    Tu trouveras l’image de l’arbre sous la neige sur une page baptisée Isa. En cliquant dessu deux fois tu l’obtiendra au format écran.

    Dernière publication sur Iwazaru 言わざる : 64-143

  2. Merci Juan pour l’arbre dans la neige!
    Parfois, je viens chez toi et mes yeux se perdent sur les branches couvertes de givre à droite.
    J’aime beaucoup…..
    C’est très reposant je trouve….
    Je t’embrasse aussi!
    Passe une très belle soirée et une douce nuit.
    A très bientôt!

    Dernière publication sur Isabelle SZLACHTA, une âme d'artiste : Plonéis, un vernissage en musique

  3. Juan - 1428 dit :

    Je n’ai pas souvent l’occasion de te faire plaisir, alors si ça te plait ainsi, c’est bon.

    Je possède une bibliothèque assez importante, restes des lectures passionnées de ma jeunesse, et j’ai mis au point un système de recherches assez éfficace.

    Cette dernière remarque me fait profondément plaisir. Je t’embrasse !

    Dernière publication sur Iwazaru 言わざる : 64-143

  4. Juan,

    Conserve les modifications si cela te convient mieux! Je n’ai juste qu’exprimé mon avis !
    C’est vrai que l’on cogite souvent trop. J’essaie de me débrancher le cerveau régulièrement, de rire beaucoup, de prendre les choses légèrement, de m’ancrer dans la terre pour éviter de cogiter comme tu dis.
    Si tout ce que je lis chez toi est toujours très passionnant, je suis souvent impressionnée par la quantité de recherches et de reflexions que tu dois effectuer pour en arriver là!

    Dernière publication sur Isabelle SZLACHTA, une âme d'artiste : Plonéis, un vernissage en musique

  5. Juan dit :

    Bonsoir Isa !

    Ta présence me fait du bien.

    Je connais Julie depuis quatre ans. Je sais quand elle me parle parce qu’elle a quelque chose d’important à me dire et quand elle me parle pour le plaisir de faire une conversation avec moi et pour m’viter de cogiter.

    Cet arbre je l’ai mis en logo. je pensais qu’un peu de changement ferait du bien.

    Bon !

    Dernière publication sur Iwazaru 言わざる : 64-143

  6. Bonsoir Juan,
    Pourquoi dis-tu, en parlant de Julie, elle me parle pour que je ne pense plus?…..
    Un avis, comme ça, en passant…. je préférais le fond blanc et bleu avec l’arbre sous la neige… J’aimais bien cet arbre.
    Comment vas-tu ce soir?

    Dernière publication sur Isabelle SZLACHTA, une âme d'artiste : Plonéis, un vernissage en musique

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...