04-09-2007

Olivier Rey : Une folle solitude : Le fantasme de l’homme auto-construit

070904solitude.jpg

Présentation : L’essentiel de la pensée contemporaine occidentale – et de la démocratie libérale – se ramène aujourd’hui à un projet d’autonomie du sujet. L’individu serait désormais capable de se construire seul, souverainement. L’auteur s’emploie ici à déconstruire ce « fantasme », celui d’une présomptueuse utopie qui est à la racine du désarroi moderne, et examine comment sauvegarder le principe de liberté tout en réapprenant ce que nous devons au principe civilisateur, celui de l’héritage et de la transmission (tradition et généalogie).

 

Quatrième de couverture : Tout au long du XXe siècle, les enfants, dans leurs poussettes, ont fait face à l’adulte qui les promenait. Jusqu’aux années 70, où un retournement massif est intervenu : brusquement, on s’est mis à orienter les enfants vers l’avant. Pourquoi cette inversion ? La question, sous ses apparences anodines, nous entraîne dans une enquête inattendue et passionnante au cœur du monde contemporain. La démocratie et la science, nos références cardinales, ont contribué conjointement au retournement : l’une et l’autre privilégiant un sujet libéré du poids du passé, des entraves traditionnelles, un sujet regardant d’emblée vers l’avant et auto-construit. Sommes-nous pour autant devenus des surhommes qui tirent leur être d’eux-mêmes et élaborent de façon autonome leurs valeurs ? Ou bien sommes-nous restés des hommes qui, à récuser toutes les autorités, risquent de s’abandonner aux déterminismes aveugles et aux fantasmes régressifs que, vaille que vaille, les civilisations s’efforçaient d’apprivoiser ? Pour Olivier Rey, les récits inventés depuis un demi-siècle par la science-fiction sont moins fantaisistes qu’on ne le pense : ils nous instruisent sur un réel qui, sous des dehors rationnels, est plus que jamais gouverné par l’inconscient. Ses analyses éclairent les orientations actuelles de la biologie qui, s’emparant de la reproduction humaine, a entrepris de matérialiser des théories infantiles, de nous affranchir des chaînes généalogiques et de l’obscurité de l’origine sexuelle. L’examen des doctrines éducatives en usage, promouvant un enfant délivré de la tutelle des adultes, constructeur de ses savoirs et de lui-même, nous permet de mesurer à quel point l’utopie de l’auto-fondation a pénétré notre monde.

Extrait : P 245
Cette solitude provoquée n’est pas la panacée, même Sartre n’en assuma pas les conséquenses :
Mais s’arracher à ce qu’on aime, le renier, n’est-ce pas absurde? Pour respecter « le beau mandat d’être infidèle à tout», il est donc préférable de ne rien aimer vraiment. Triste existence – à laquelle semblent répondre ces mots de Simone Weil : Les hommes sentent qu’une vie humaine dépourvue de fidélité est quelque chose de hideux. » Il ne s’agit pas, ici, de la fidélité paradante des hommes « de conviction » à ce qu’ils ont « toujours pensé », ou de celle, morose, ou qui fait serrer les mâchoires, que dicte le devoir, mais de la fidélité naturelle à des personnes, à des lieux, à des usages, à des manières d’être.. Incidemment, on remarquera que le rejet sartrien du passé figure dans un récit autobiographique que l’auteur fait débuter en 1850, avec l’évocation de son arrière-grand-père Schweitzer. Suivent deux cents pages évoquant son enfance, dans le décor cossu de l’avenue de l’Observatoire, entouré de la sollicitude permanente de sa mère, de sa grand-mère et de son grand-père qui, dans les rares périodes d’éloignement, lui écrivait des lettres en vers. Ajoutons qu’à quarante ans passés, Sartre se réinstalla chez sa mère, où il logea seize ans, avant que les risques d’attentats de l’OAS ne l’en chassent. Voilà beaucoup de passé, de généalogie, de napperons de dentelle et d’inertie bourgeoise héritée du XIXe siècle pour étayer la revendication d’autonomie et d’infidélité! Pour ceux à qui cet adossement fait défaut, la situation est plus délicate.

Voir : Entretien avec l’auteur :

http://www.letemps.ch/livres/Critique.asp?Objet=4416

 

Publié par Jean dans Livres | RSS 2.0

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...