04-09-2007

Solitude (2) : les causes

L‘homme est un animal social. Son besoin de communiquer est fondamental. Nécessaire à son équilibre. Dans notre société, les troubles psychosomatiques, mentaux ou nerveux, causés par l’isolement, sont de plus en plus nombreux.

« … le raz de marée d’information électronique, instantanée et planétaire, isole les individus. »

Marshall McLUHAN, in « Actualité » Jan. 80.

Or, cette absence de communication se rencontre à une époque où nous assistons à une multiplication pour ainsi dire infinie des techniques et des sciences de la communication. La simple communication interpersonnelle n’y trouve pas son compte. McLUHAN dit qu’en aggravant la promiscuité des individus, l’environnement que constitue l’information instantanée augmente leur solitude et leur désespoir… -« …promiscuité, dit-il, n’est pas communauté.

 » Nous sommes dans une situation qui peut sembler paradoxale : d’une part, ce qu’on appelle la présence collective envahit l’espace intérieur de l’individu : son territoire est de plus en plus restreint, dans les lieux publics, il est cerné par les autres, en même temps que de plus en plus submergé par les images et les sons; et, d’autre part, il souffre de l’absence de communauté.Le genre d’isolement dont souffre l’individu dans notre civilisation urbaine paraît, du point de vue historique, sans précédent : marcher dans la foule pendant des heures sans rencontrer un seul visage connu, rentrer chez soi sans être accueilli par personne, passer seul une soirée après l’autre; sans jamais personne ou presque avec qui communiquer - tout cela est nouveau. Pour extrême qu’elle puisse paraître, cette description s’applique à l’existence de centaines de milliers de personnes dans nos villes.

Notre société est très mobile : les individus vont d’un travail à l’autre, d’un quartier à un autre d’une ville à une autre. Ce qui favorise l’isolement. Curieux paradoxe : ce sentiment d’isolement germe et grandit le mieux en pleine société de masse; et, à cause d’elle, précisément, qui donne à l’individu le sentiment d’être perdu, noyé dans la foule anonyme… En pleine société de masse, l’individu connaît la difficulté, voire l’impossibilité de nouer des relations interpersonnelles.

La société de consommation est ainsi faite que chacun vise à avoir tout ce qu’il lui faut : sa machine à laver, sa voiture, sa télévision, comme si on évitait toute mise en commun des équipements ménagers ou autres - évitant ainsi toute possibilité d’échanges ou de rassemblement. L’habitat moderne encourage l’isolement.

Notre société a poussé de façon excessive la ségrégation naturelle des âges : aujourd’hui, les enfants, les adultes, les gens âgés - chaque groupe a son monde dans lequel les autres ne pénètrent pratiquement jamais. Et cette ségrégation est en partie responsable de l’isolement d’un très grand nombre d’individus.

 

Publié par Jean dans Feuilleton, Textes | RSS 2.0

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...