21-08-2007

75) Le futur antérieur – Jean Tardieu.

070821montagnesnuages.jpg

Très jeune, je me suis installé dans mon passé. Non dans un passé réel que je ne pouvais encore posséder mais dans une vision anticipée de mon destin, comme si ma vie s’était déjà déroulée jusqu’au bout, comme si je la contemplais du haut de ma mort, dans la mélancolie du souvenir.

Peu à peu, le vrai passé recouvre cette sorte d’image antérieure, à la façon d’une ombre de nuage épousant les contours et les volumes d’une montagne. Le passé prévu et le passé vécu se rejoignent lentement : la zone encore claire, pressentie, reconnue, acceptée, diminue chaque jour. Elle n’est qu’une illusion de liberté et de découverte.

Ainsi, quand viendra la mort, elle ne trouvera personne : il y a longtemps que j’ai cessé de vivre et que je me contemple avec une infinie tristesse dans la paix des temps accomplis.

Publié par Jean dans Poésies | RSS 2.0

2 Réponses à “75) Le futur antérieur – Jean Tardieu.”

  1. Cathy - 363 dit :

    « il y a longtemps que j’ai cessé de vivre »

    EXACTEMENT !!!!

  2. Et si demain nous regrettions de ne pas avoir su être heureux le jour même…..?

    Dernière publication sur Isabelle SZLACHTA, une âme d'artiste : Plonéis, un vernissage en musique

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...