Archives pour juin 2007

30-06-2007

47) El presentimiento

Spain was different

Agosto de 1920
(Vega de Zujaira)

El presentimiento (Le pressentiment)
es la sonda del alma (Est la sonde de l’âme)
en el misterio. (Dans le mystère)
Nariz del corazón, (L’instinct du coeur)
que explora en la tiniebla (Qui fouille les ténèbres)
del tiempo. (Du temps)

Ayer es lo marchito. (Hier est ce qui est flétri)
El sentimiento (Le regret)
y el campo funeral (Et le cimetière)
del recuerdo. (Du souvenir)

Anteayer (Avant-hier)
es lo muerto. (Est ce qui est mort)
Madriguera de ideas moribundas (Le gîte de l’idée agonisante)
de pegasos sin freno. (Des Pégases sans frein)
Malezas de memorias (Maquis de la mémoire)
y desiertos (Et deserts)
perdidos en la niebla (Perdu dans le bouillard)
de los sueños. (Du songe)

Nada turba los siglos (Rien ne trouble les siècles)
pasados. (Passés)
No podemos (Nous ne pouvons)
arrancar un suspiro (Arracher un soupir)
de lo viejo. (Aux choses révolues)
El pasado se pone (Le passé revêt)
su coraza de hierro (Sa cuirasse de fer)
y tapa sus oídos (Et se bouche les oreilles)
con algodón del viento. (Avec l’ouate du vent)
Nunca podrá arrancársele (Jamais on pourra lui arracher)
un secreto. (Un secret)

Sus músculos de siglos (Ses torsades de siècles)
y su cerebro (Et son cerveau)
de marchitas ideas (Aux pensées flétries)
en feto (Dans les limbes)
no darán el licor que necesita (N’offriront jamais le breuvage)
el corazón sediento. (Qu’appelle le coeur assoiffé)

Pero el niño futuro (Cependant que l’enfant futur)
nos dirá algún secreto (Ne nous révélera un secret)
cuando juegue en su cama (Lorsqu’il jouera dans sa couche)
de luceros. (D’étoiles)
Y es fácil engañarle ; (Il est aisé de le tromper)
por eso, (C’est pourquoi)
démosle con dulzura (Donnons lui avec tendresse)
nuestro seno. (Notre sein)

Que el topo silencioso (Car la taupe silencieuse)
del presentimiento (Du pressentiment)
nos traerá sus sonajas (Nous rapportera son hochet)
cuando se esté durmiendo (Lorqu’il se sera endormi)

Posté par Jean dans Poésies | 5 Commentaires »

30-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi. (27e partie)

070630feuerbach.jpgAu moment où on croyait que la polémique sur les origines de Kaspar s’était calmé, elle resurgit de plus belle.
Pour mettre fin à la querelle, le roi de Bavière charge le juriste allemand
Anselm Ritter von Feuerbach de mener l’enquête. Feuerbach est non seulement un juriste compétent mais c’est un fin limier, qui a mené à bien plusieurs enquêtes délicates.
Feuerbach reprend l’enquête à zéro. Il se rend à Ansbach et interroge Kaspar. Il lui fait raconter son histoire, décrire le cachot où il a été enfermé toute sa vie, donner des détails sur la vie menée, les personnages côtoyés…
Feuerbach a noté scrupuleusement les réponses et les a comparées avec celles des précédents interrogatoires. Sa conclusion est formelle :
«Ce garçon n’a pas menti. Ce n’est pas, comme on l’a prétendu, un comédien, apprenant un rôle appris, mais un homme sincère qui a réellement vécu les souffrances et les humiliations qu’il a rapportées !»
Après avoir passé en revue la vie de Kaspar, Feuerbach se penche sur ses origines. Il reprend les éléments d’enquête précédents, les enrichit de ses indices et déclare, sans ambages : Kaspar n’est ni un paysan ni un Hongrois comme on l’a prétendu mais un membre de la famille ducale de Bade !
Il revient sur la ressemblance physique entre Kaspar et les membres de cette famille, en les accentuant.
«Ce garçon aux traits fins et aux allures délicates ne peut pas être un vulgaire paysan. Il est indiscutablement de sang royal !»
Lui aussi croit à l’hypothèse de l’enlèvement de l’enfant à la naissance pour l’empêcher de régner un jour.
Ses parents ? Feuerbach ne veut pas se montrer catégorique mais lui aussi pense à Charles II de Bade et Stéphanie de Beauharnais. C’est, en effet, à leur lignée que revenait le trône de Bade et seule l’absence d’un héritier mâle pouvait l’en empêcher et favoriser l’avènement de la branche rivale. Charles et Stéphanie ont bien mis au monde un garçon mais celui-ci a été déclaré mort, sans que l’on montre le corps à sa mère. Or, Kaspar est né la même année que le petit prince (la lettre qui l’accompagnait lors de sa découverte l’indiquait) : il se peut donc que le prince ne soit pas mort mais ait été enlevé, remplacé par un enfant mort, puis confié à des paysans qui l’ont séquestré…
Les responsables d’un tel complot ne peuvent être que ceux qui n’avaient pas intérêt à ce que Charles de Bade ait un héritier mâle… La comtesse de Hoscberg est visée.
Feuerbach prétend avoir une preuve décisive de ce qu’il affirme et qu’il la révélera en temps opportun. Malheureusement, il meurt l’année suivante, d’un empoisonnement, sans avoir rien révélé. A-t-on cherché à le réduire au silence ? A-t-il trouvé un indice décisif ? On ne le saura jamais (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

29-06-2007

Solitude

070629solitude.jpg

Posté par Jean dans Photos | Pas encore de commentaires »

29-06-2007

14) Gérard Manset : Solitudes des latitudes

14) Gérard Manset : Solitudes des latitudes dans Chansons

Solitude des latitudes
Se glisse dans tes draps
Solitude
Ce soir te quittera
Solitude
Solitude

La nuit semble douce et magique
Ça ressemble aux Amériques
Ce qu’on lit quand on est enfant
Belliou-la-Fumée, Croc-Blanc
La nuit semble douce et tranquille
Mais tu trembles, que t’arrive-t-il?
Solitude et feu qui s’éteint
Coup de feu dans le lointain

Solitude des latitudes
Se glisse dans tes draps
Solitude
Ce soir te quittera
Solitude des longitudes
Solitude

La nuit semble douce et tranquille
Ça ressemble à une ville
Dont on rêve quand on est enfant
Carthage et ses éléphants
La nuit semble douce et pourtant
Tu te réveilles de temps en temps
Solitude et feu qui s’éteint
Coup de feu dans le lointain

La nuit semble douce et pourtant…

Posté par Jean dans Chansons, Photos | Pas encore de commentaires »

29-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi. (26e partie)

070629kasparhauserdenkmal.jpgSuite à l’hypothèse du Lord anglais, certains croient savoir que Kaspar n’est qu’un imposteur, brandi par des ennemis de la couronne pour lui nuire. On va jusqu’à dire que toute l’histoire de la séquestration a été inventée, que Kaspar, un excellent comédien, a joué au sauvage, répétant scrupuleusement le rôle qu’on lui a appris…
Mais toutes ces hypothèses tombent à l’eau : la sincérité de Kaspar ne peut être mise en doute ni sa douloureuse histoire dont il porte des stigmates physiques et moraux…
Lord Stanhope, à l’origine de la polémique, se lasse de Kaspar. Le sauvage de Hanovre ne constitue plus pour lui une curiosité — il est beaucoup plus civilisé qu’il ne le croyait—, et il veut s’en débarrasser.
Un matin, en décembre 1933, il se rend avec lui dans la petite ville d’Ansbach, en Bavière, et le présente à son ami, le professeur Meyer et sa femme.
— Professeur, lui dit-il, je vous amène quelqu’un qui, depuis qu’il a été découvert, dans un état lamentable, cherche un foyer et une famille !
Le professeur, qui a entendu parler de Kaspar, hoche la tête.
— Il est évident, dit l’aristocrate, que je prends totalement en charge les frais de sa pension, de son habillement et de son éducation.
Il se retourne vers Kaspar.
— Mon garçon, tu cherchais une famille ? Eh bien, en voici une, différente de toutes celles que tu as eu jusqu’à présent.
Il lui présente le professeur :
— Lui sera comme ton père. Il est professeur et perfectionnera ton éducation générale et intellectuelle…
Il lui montre madame Meyer.
— Et voilà son épouse… Une brave femme, toute dévouée à sa famille… avec elle, tu ne manqueras ni de soins ni d’affection.
Il y a enfin les enfants du couple.
— Et eux, tu peux les considérer comme tes frères et sœurs… ils seront tes compagnons de jeu, tes amis et tes confidents !
Kaspar est ravi.
— Alors, dit le Lord, je peux te laisser dans cette famille ?
— Oh oui, dit Kaspar.
Lord Stanhope sourit.
— Cela va certainement te changer des mondanités et des papotages dont je t’ai donné le goût mais, je pense que tu seras heureux dans cette famille. On ne te prendra plus pour une curiosité mais pour ce que tu es : un homme.
L’aristocrate peut retourner chez lui, avec la satisfaction du devoir accompli. Il a laissé Kaspar entre de bonnes mains. (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

28-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (25e partie)

070628stanhope.jpgL’histoire de Kaspar intéresse de nouveau l’Europe : ce jeune homme, retrouvé dans un état sauvage, est-il réellement le descendant de la famille grand-ducale de Bade ? N’est-ce pas parce qu’il dérange les parties au pouvoir qu’on cherche à l’éliminer ?
A quelques jours de là, un étrange personnage arrive à Nuremberg et demande à voir le jeune «sauvage». Il s’agit d’un riche Anglais, un comte même,
lord Stanhope, venu spécialement d’Angleterre pour le voir.
«voilà donc le jeune sauvage ! s’exclame-t-il, en le voyant, viens par ici !»
Il l’examine sous toutes les coutures, comme un animal curieux que l’on découvre pour la première fois.
— Tu sais parler ? demande le comte.
— Oui, monsieur.
Il sait, non seulement parler, mais il est aussi cultivé et bien élevé.
— ça te dirait de venir vivre chez moi ? demande-t-il à Kaspar.
— Je veux bien, monsieur, répond-il timidement, mais il faut qu’on m’autorise à aller avec vous… Je ne suis pas libre de mes mouvements !
Cette réponse charme encore plus l’Anglais, qui décide de prendre sous sa protection le jeune homme. Il demande aux autorités de Nuremberg sa garde et l’obtient sans difficultés. On avait compris que Kaspar s’ennuyait chez le baron von Trucher et qu’il était temps, pour lui, de changer d’air. Voilà, donc, Kaspar sous l’aile d’un nouveau protecteur. Le comte anglais est certainement un excentrique, mais c’est un bon vivant et il entraîne Kaspar dans les fêtes et les salons mondains de l’époque. Il exhibe fièrement Kaspar, comme un animal exotique, racontant, en l’enrichissant de détails farfelus, son histoire.
«Ce jeune homme a vécu la plus grande partie de sa vie dans l’isolement le plus total ! Néanmoins, il n’a pas perdu sa qualité d’homme, puisqu’il a suffi de quelques mois de formation pour en faire un être civilisé !»
Kaspar est évidemment la coqueluche des dames : chacune veut lui parler, le toucher et le caresser. On l’interroge sur sa vie de reclus, sur ses sentiments à l’égard des autres hommes, ce qu’il pense des femmes…
La question de ses origines intéresse toujours, et lord Stanhope, comme tant d’autres, va s’y pencher. A la surprise générale, il déclare, qu’après avoir mené l’enquête, il est arrivé à la conclusion que Kaspar n’appartient pas à la famille ducale de Bade mais qu’il est… Hongrois !
Ce sont les ennemis de la famille régnante de Bade qui cherchent à le présenter comme un authentique rejeton de cette famille !
En fait, on finit par découvrir que le lord est un ami du grand duc Léopold de Bade : on le soupçonne alors d’avoir tenu ces propos pour écarter Kaspar. (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

28-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (24e partie)

070627luisavonhochberg.jpgLa blessure est nettoyée et pansée et la police, arrivée sur les lieux, interroge le jeune homme.
«Que s’est-il passé ? Quelqu’un est entré dans ta chambre pour te tirer dessus ?»
Kaspar est encore affaibli, mais il fait un effort pour parler.
— Non, personne ne m’a tiré dessus… J’étais seul dans ma chambre !
— Alors, que s’est-il passé ?
Kaspar soulève la tête.
— Je suis monté sur une chaise… Je voulais voir le fusil accroché au mur… J’étais mal équilibré et je suis tombé… Dans ma chute, je me suis accroché au fusil, j’ai touché la gâchette et le coup est parti…
— Tu veux dire que tu t’es blessé accidentellement ?
— Oui, dit Kaspar, en détournant la tête.
On essaye d’imaginer la scène et on trouve le récit peu crédible. Mais pourquoi Kaspar mentirait-il ? Pour protéger un éventuel agresseur qu’il connaissait ? La police, elle, va le soupçonner d’avoir tenté de mettre fin à ses jours !
Apprenant cette hypothèse, Kaspar est scandalisé :
— Je ne mettrai jamais fin à ma vie ! Ce sont les autres qui veulent me tuer, alors que je n’ai jamais fait de mal à personne !
Quoi qu’il en soit, ce deuxième «incident» est interprété comme un nouvel attentat contre le jeune homme : on essaye de le faire disparaître !
Une fois de plus,
la comtesse de Hochberg est désignée du doigt.
«Elle veut se débarrasser d’un témoin gênant !»
La polémique sur les origines de Kaspar est relancée : si on veut l’éliminer, c’est parce qu’il est d’origine royale et qu’on craint qu’il ne prouve un jour son appartenance à la famille de Bade et n’exige le trône !
Le silence des mis en cause renforce la suspicion et on craint pour la vie du jeune Kaspar : un troisième attentat, croit-on, pourrait l’éliminer.
On lui change de famille, pour la troisième fois.
Cette fois-ci, il est pris en charge par le baron von Tucher. Celui-ci, conscient de la responsabilité qui lui a été confiée, enferme le jeune homme.
«Tu ne sortiras de la maison, lui dit-il, que sur mon autorisation, et tu seras toujours accompagné par un de mes domestiques. C’est le seul moyen de te protéger contre de nouvelles agressions !»
Comme Kaspar est de nature docile, il accepte les règles que lui impose le baron. Mais il est malheureux : l’enfermement imposé doit lui rappeler les jours de sa séquestration. Il est vrai qu’il ne vit pas dans un réduit et qu’il n’est pas séparé de ses semblables mais il ressent la même privation de liberté (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

28-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (23e partie)

Kaspar Hauser, par K. Noubi (23e partie) dans Feuilleton bio_02g

On a vite compris que ceux qui ont essayé d’éliminer le jeune homme recommenceront dès que l’occasion se présentera. Aussi, cherche-t-on à mieux le protéger.
Il devient évident qu’il est dangereux de le laisser chez le professeur Daumer, dont la maison est ouverte à tous les vents.
Les autorités de Nuremberg le confient au conseiller municipal, Biherbach, chez qui, pense-t-on, il sera plus en sécurité.
Le jeune garçon regrette les Daumer, auxquels il s’est habitué, mais comme il a une forte capacité d’adaptation, il finit par accepter sa nouvelle famille.
Ses nouveaux protecteurs continuent son éducation. C’est un élève très studieux et avide d’apprendre. Il lit beaucoup, il écrit et dessine. C’est aussi un garçon très obéissant, qui fait tout ce qu’on lui demande.
Il a sa chambre particulière, qu’il décore à son goût. Il la nettoie, lui-même, et fait son lit. Il est d’une si grande propreté qu’on a du mal à imaginer qu’il a vécu, pendant toute sa vie, dans un réduit sordide, où il dormait, mangeait et faisait ses besoins !
Les semaines, puis les mois passent sans que rien de particulier ne se produise.
Le jeune homme constitue toujours une curiosité, dans la ville, et on s’interroge toujours sur ses origines. Mais peu de gens se retournent, sur son passage, pour le désigner comme «l’enfant sauvage». C’est un signe qu’il n’est plus un sauvage, qu’il fait désormais partie de la société des hommes.
3 avril 1830. Kaspar est dans sa chambre. Ses protecteurs, les Biherbach, ne le surveillent pas, quand il est à la maison : il ne risque rien, et comme c’est un garçon très raisonnable, il ne fait pas de bêtise.
Depuis qu’il a été attaqué et a failli laisser la vie, on lui a donné des armes à feu, pour se défendre. Le conseiller lui a appris à manier revolver et fusil, tout en lui expliquant qu’il ne devrait les utiliser qu’en cas de danger.
«Ne t’amuse pas à les manipuler, tu pourrais te blesser, et même te tuer !»
Kaspar, manipulait-il une de ses armes, ce matin d’avril ? Un coup de feu éclate brusquement et le conseiller a tout de suite sauté sur ses jambes.
— ça vient de la chambre de Kaspar ! On se précipite et on le trouve par terre, avec une plaie à la tempe. Le conseiller le relève. — Kaspar, comment te sens-tu ?
— Mal, dit le jeune homme.
— Allez vite chercher un médecin, ordonne le comte à un domestique.
Un autre domestique l’aide à transporter le jeune homme dans son lit.
— Appelez la police, dit le conseiller.
On ignore ce qui s’est passé mais la thèse d’un second attentat, contre le jeune homme, est vite envisagée. (à suivre…)

 

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | 4 Commentaires »

27-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (22e partie)

070627karlvonbaden.jpgLe médecin examine le jeune homme qu’on a étendu sur un lit. Il a perdu beaucoup de sang et il est très pâle, mais ses jours ne sont pas en danger. On nettoie la plaie, on le panse et on le laisse dormir, pour reprendre un peu de forces.
La police arrive peu après et on interroge Kaspar sur ce qui s’est passé.
— Je revenais du marché, dit-il, quand un homme m’a abordé…
— Un homme que tu connais ?
— Non, c’est un inconnu…
Il peut le décrire et décrire son costume, mais c’est un homme quelconque, pareil à des milliers d’autres.
— Il a proposé de m’accompagner, je n’y ai pas vu d’inconvénient…
L’homme l’a suivi jusqu’à la maison où il habite, puis il l’a traîné dans la cave, sans que Kaspar puisse se défendre.
— Tu aurais dû appeler à l’aide !
— Je n’y ai pas pensé…
— Que s’est-il passé alors dans la cave ?
— L’homme m’a frappé avec un objet très dur, à la tête, en disant : «tu ne sortiras pas vivant d’ici !»
— Tu n’as pas essayé de te défendre ?
— Il était plus fort que moi, et puis, je ne m’attendais pas à ce qu’il m’attaque…Je suis tombé, j’ai perdu connaissance. C’est seulement quand on est descendu dans la cave que j’ai repris mes esprits…
La police prend note du témoignage de Kaspar et commence son enquête. Mais celle-ci ne doit pas aller bien loin, faute d’indices concrets.
La presse, elle, a vite fait de retrouver le commanditaire de l’agression : la comtesse de Hoschberg…
Elle a fait enlever Kaspar à la naissance, et comme il a refait surface, il la menace de nouveau. Alors, elle a envoyé un mercenaire à sa solde pour l’éliminer, mais, heureusement, l’attentat n’a pas réussi…
On croit même citer le nom de celui qui a recruté le tueur : le major Hennenhofer, celui-là même qui a fait enlever Kaspar à sa naissance et l’a confié à des paysans. «C’est l’âme damnée de la comtesse et son exécuteur des basses besognes !»
Il n’y a, bien sûr, aucune preuve à l’appui de ces accusations, mais elles paraissent tout à fait plausibles. En tout cas, cela accréditait fortement l’idée que Kaspar est le fils de
Charles II de Bade et de Stéphanie de Beauharnais : autrement, pourquoi aurait-on attenté à sa vie ? La presse demande aux autorités de protéger Kaspar, en attendant que toute la lumière soit faite sur ses origines (à suivre…) 8

K. N

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

26-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (21e partie)

070627stephaniedebeauharnais.jpgOn parle à Kaspar de ses «origines» : il n’en croit pas ses oreilles : lui le fils d’un couple royal ?
— Mais j’ai toujours vécu dans mon réduit, comme un animal, complètement isolé du monde et des hommes…
— On t’a fait enlever pour t’empêcher de parvenir au trône de Bade !
— Mes parents seraient toujours vivants ? demande-t-il, angoissé.
— Ta mère, la princesse Stéphanie…
Stéphanie de Beauharnais a bien sûr entendu parler de cette histoire extraordinaire. Elle veut bien croire que l’enfant sauvage de Hanovre est son fils, surtout qu’elle n’a jamais fait son deuil. Mais il faut des preuves plus probantes pour la faire réagir. Et puis, il y a la comtesse de Hochberg, qui règne sur la maison de Bade, et qui trouve cette histoire tout à fait absurde…
Kaspar continue donc à vivre chez ses protecteurs, en attendant que la vérité éclate et qu’il soit définitivement fixé sur son sort.
Ce matin du 17 octobre 1829, le professeur Daumer demande à Kaspar s’il veut bien se dégourdir un peu les jambes.
— Vous savez bien que j’aime marcher, répond l’adolescent.
— Alors, dit le professeur, ma femme a besoin de quelques ingrédients pour faire son déjeuner, si tu veux bien faire les courses pour elle…
— Ce sera avec joie, répond Kaspar.
Le jeune homme est un modèle de douceur et d’obéissance : lui, qui avait toutes les raisons de haïr les hommes, qui l’ont enfermé comme une bête, sa vie durant, aime son prochain et ne pense qu’à le servir.
Le jeune homme prend la liste des choses qu’il faut acheter et se rend au marché. Monsieur et madame Daumer vaquent à leurs affaires et oublient le jeune homme. Les heures passent et madame Daumer, qui attend toujours les courses se rend compte que Kaspar n’est pas de retour.
— Il flânerait au marché, dit le professeur
— Ce n’est pas dans ses habitudes, il sait bien que j’ai besoin des ingrédients que je lui ai demandé d’acheter !
A midi, comme il ne revient toujours pas, on s’inquiète sérieusement.
— Où est-il passé ?
On envoie au marché mais on ne le trouve pas. On pense alors qu’il est revenu à la maison et qu’il s’est oublié, quelque part. On fouille le jardin, où il aime se rendre, on cherche dans les pièces, mais en vain.
— Il reste la cave, dit le professeur.
On y descend et on le trouve, évanoui, une plaie béante à la tête. Le professeur envoie chercher le médecin et monte le jeune blessé dans la maison. (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | 3 Commentaires »

25-06-2007

Robert Merle (1908-2004) : L’île

220merle2.jpgL’événement qui, à l’origine, inspira ce roman est historique : à la fin du XIIIéme siècle, quelques mutins du Bounty s’enfuirent de Tahiti, où il eût été trop facile à l’amirauté britannique de les retrouver, et découvrirent en plein Pacifique une petite île déserte et, par la configuration de ses côtes, quasi inacessible : Pitcairne. Cet îlot était fertile, et les mutins y auraient vécu heureux jusqu’à la fin de leurs jours s’ils ne s’étaient pas pris de querelle avec les Tahitiens qui les accompagnaient. Britanniques et indigènes se livrèrent alors une lutte sans merci, dont on ne connut les détails que vingt ans plus tard, par le récit, peut-être infidèle, qu’en fit l’unique survivant au Capitaine qui découvrit la petite colonie. (…) De ce rapport assez peu détaillé – source unique – procèdent tous les récits qui depuis, ont prétendu retracer le destin de la petite communauté. Extrait de l’Introduction, par Robert Merle.

Posté par Jean dans Livres | 2 Commentaires »

25-06-2007

46) La prison de solitude – Aegimios

Un sang anémique s’écoule dans les artères de mon cœur.
Des échardes nocturnes écartèlent l’organe qui se meurt.
Ultime biopsie de ventricules avant que n’éclate le schisme.
Translucides, elles laissent circuler le poison du nihilisme.

Naufragé en perdition, je jette ces vers comme des chaînes.
Vouloir les arrimer sur les murailles d’un réel vaporeux ;
Tenter de m’y agripper et surnager dans les flots de la peine ;
Las. Chacune de ces ancres se trouve brisée par un triste Dieu.

L’uppercut des champs brûlés du passé irradie mon esprit.
Une étoile de douleur étire ses branches, lacère ma vision.
Une lave de mots s’étire sur les flancs ravagés de mes nuits.
Éruption discontinue des derniers lambeaux de mes passions.

La pointe de mon stylo déflore violemment la feuille vierge.
J’éjacule sur elle une encre impure et souillée de désespoir.
Ô mes amis, ne suivez pas ma route et restez sur les berges.
Dans ma prison de solitude, je revêts mes habits tout de noir.

Découvert sur http://www.accents-poetiques.com/

Posté par Jean dans Poésies | 4 Commentaires »

24-06-2007

24 mai

24 mai dans Photos 334383971_e8b539437c_m

Posté par Jean dans Photos | Pas encore de commentaires »

24-06-2007

24 juin, note de lecture.

- Mais pourquoi êtes-vous un animal si solitaire ? lui demanda Connie.

Michaelis la regarda une fois encore de ses yeux pénétrants couleur noisette.

- Il ya des gens qui sont comme ça, répondit-il.

Puis, avec une nuance d’ironie familière, il ajouta :

- Mais et vous alors ? N’êtes-vous pas un animal solitaire, vous aussi ?

Connie, un peu confuse, réfléchit quelques instants, et puis elle dit :

- En un sens, c’est vrai ! Mais pas aussi profondément que vous !

- Mais suis-je vraiment tout à fait solitaire ? demanda-t-il avec son étrange sourire un peu grimaçant, comme s’il avait mal aux dents.

Le sourire était un peu pincé et les yeux d’une mélancolie si parfaite et si inaltérable, ou peut-être étaient-ils stoïques, ou déçus, ou effrayés.

- Pourquoi ? dit-elle, légèrement à bout de souffle, tout en le regardant. Vous l’êtes, n’est-ce pas ?

Elle sentait un appel terrible qui venait de lui vers elle et qui lui faisait presque perdre l’équilibre. 

- Oh ! Vous avez tout à fait raison, dit-il en détournant la tête.

David Herbert Lawrence, Lady Chatterley’s lover, ch. 3

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | Pas encore de commentaires »

24-06-2007

24 juin

Réflexion : La solitude est le fardeau de ceux qui n’acceptent pas les compromis.

Posté par Jean dans Réflexion | 15 Commentaires »

23-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (20e partie)

Portrait par François GérardCertes, la ressemblance est établie, mais la question qui revient est : de qui Kaspar est-il le fils ?
On sait, par la lettre qu’il avait sur lui quand on l’a trouvé, que Kaspar est né en 1812. Il suffit donc de chercher quel membre de la famille royale, cette année là, a mis un enfant au monde.
On cherche et on découvre que la mère de l’enfant pouvait être la princesse
Stéphanie de Beauharnais.
Née à Versailles, en France, Stéphanie était la fille du comte Claude de Beauharnais, apparenté à Alexandre de Beauharnais, le premier époux de l’impératrice de France, Joséphine. Napoléon avait adopté la jeune fille, en avait fait une princesse et l’avait donnée en mariage, en avril 1806 au grand duc Charles II Frédéric de Bade. Charles de Bade, réputé être un coureur de jupons, a délaissé sa femme. Ce n’est qu’en 1811 que le couple donne naissance à une fille, Louise, et en 1812, à un garçon.
Dans la hiérarchie de la maison de Bade, Charles II appartient à la quatrième branche, elle-même issue de la première branche de la maison ducale de Bade, lignée dite Ernestine. Un enfant mâle issu de lui pouvait prétendre au trône de Bade.
On devine la joie de Stéphanie en apprenant qu’elle venait de mettre au monde un garçon, mais la joie se transforme vite en cauchemar quand on vient annoncer à la jeune maman que le nouveau né venait de décéder. «Mon fils est bien né vivant !», a-t-elle protesté.
Mais on lui a répondu que l’enfant est mort peut après sa naissance. Il est vrai, qu’à l’époque, beaucoup d’enfants mourraient à la naissance, même dans les familles royales.
Stéphanie a demandé à voir son fils mais on a refusé de lui montrer le cadavre, c’est du moins ce que l’on croit savoir au cours de l’enquête effectuée sur les origines de Kaspar.
C’est alors que la question se pose : «Et si l’enfant de Stéphanie n’était pas
mort ?»
Et si l’enfant avait été enlevé et confié à des paysans, avec ordre de l’enfermer dans un réduit et de l’élever dans le secret le plus complet ?
Et si cet enfant était Kaspar ?
Mais qui avait intérêt à faire disparaître l’enfant de Stéphanie ? La réponse est simple : il faut chercher à qui a profité la disparition !
On découvre qu’en l’absence d’un enfant mâle de Charles II, c’est la comtesse de Hochberg qui est montée sur le trône de Bade : elle a pu ainsi, en toute légalité, évincer la lignée de Charles.
L’histoire est vite construite : la comtesse de Hochberg a substitué à l’enfant, bien vivant de Stéphanie, un enfant mort-né et confié, par un major complice, le petit prince à des paysans qui l’ont alors élevé dans la captivité, comme un animal !
L’histoire passionne l’Europe et beaucoup réclament le rétablissement de la vérité. On oublie que si cette histoire est vraie, ceux qui sont derrière l’enlèvement de Kaspar peuvent réagir (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | 12 Commentaires »

22-06-2007

un peu de repos,Véro Tanguay

070622banc.jpg

Posté par Jean dans Photos | 2 Commentaires »

22-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (19e partie)

070626armoiries.jpgLe professeur qui, comme beaucoup d’intellectuels du 19e siècle, était adepte des sciences ésotériques, n’en doute pas : les rêves sont le reflet d’expériences passées que même des années d’isolement ne peuvent effacer…
Il insiste auprès de Kaspar.
— Et ce château que tu voyais dans tes rêves, tu te rappelles y avoir vécu ?
— non, dit Kaspar.
— On t’avait peut-être donné un livre d’images où tu pouvais voir des châteaux ?
— non, les premiers livres que j’ai vus, c’est ici, chez vous…
— Parle-moi des personnages de tes rêves ?
— Je voyais juste des formes, pas de visages…
— Bien sûr tu ne pouvais te rappeler des gens de ton entourage… tu les as quittés trop jeune…Mais le fait que tu te rappelles du château est un indice suffisant.
Un indice que le professeur se presse de diffuser.
«Ce garçon, explique-t-il à un public en quête de sensations, est de noble origine. Il a été enlevé à sa naissance, pour l’empêcher de parvenir au règne et il a été élevé en sauvage… il aurait pu passer le reste de sa vie dans son cachot mais ses gardiens n’ont plus voulu s’occuper de lui, c’est pourquoi ils l’ont relâché….De sa première vie de noble, Kaspar a gardé la finesse des traits mais aussi des rêves où il est question de châteaux et de jardins…. Oui, je le répète, ce garçon est d’origine princière !»
Toute l’Allemagne romantique vibre à ce récit : Kaspar n’est pas un enfant abandonné mais un prince enlevé et enfermé toute sa vie dans un réduit, pour brouiller ses origines !
Mais il ne suffit pas d’affirmer que Kaspar est un prince, il faut le prouver, c’est-à-dire donner des indices qui accréditent l’hypothèse d’un enlèvement.
Le professeur Daumer s’attelle lui-même à la tâche. Il fait des recherches du côté des familles nobles. Il commence par réunir des portraits de princes, de princesses et de rois et les compare à Kaspar : il étudie les moindres détails et finit par découvrir — ou croit découvrir— des ressemblances avec les membres de la famille royale de Bade.
Pour conforter son jugement, il soumet ses analyses à des observateurs.
— N’y a-t-il pas une ressemblance frappante entre ces princes et Kaspar ? Regardez attentivement le nez… Le léger écartement des narines…
La ressemblance existe, en effet.
— Et ce front bombé et haut… N’est-ce pas le même que celui de ces princes ?
Là aussi, on constate la ressemblance.
— Et ce regard… Cette allure : tout n’indique-t-il pas un apparentement évident entre Kaspar et ces hommes et femmes de sang royal ?
— Oui, disent les observateurs, enthousiastes. Mais de qui, Kaspar est-il réellement le fils ? (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | 1 Commentaire »

22-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi. (18e partie)

Tandis que Kaspar lit un texte d’histoire sur Hanovre, le professeur Daumer l’observe attentivement. Les doigts du jeune garçon sont très fins, comme ceux d’une jeune fille, et il y a beaucoup de noblesse dans ses manières. Il est difficile de croire que le jeune homme ait vécu enfermé dans un réduit, tout au long de sa vie. En tout cas, il ne ressemble guère aux enfants sauvages dont la littérature a tant parlé.
Et le professeur de penser : «Et si ce garçon était de noble origine ? Et s’il s’agissait d’un prince qu’on avait enlevé et enfermé quelque part dans la campagne, pour l’écarter du règne ?»
– Kaspar, dit le professeur, arrête de lire…
L’adolescent lève un regard surpris vers son maître.
– Je lis mal, professeur ?
– Non, non, tu lis très bien…. Seulement je voudrais te poser des questions…
– Je vous écoute, professeur !
Le professeur le regarde attentivement, puis pose la première question.
– Dis moi, Kaspar, tu faisais des rêves pendant que tu étais enfermé, dans ton réduit ?
Kaspar réfléchit.
– Oui, professeur, je rêvais souvent…
– Tu peux me décrire certains de ces rêves ?
Kaspar réfléchit encore.
– Oui… Je voyais souvent l’homme en noir…
– Celui qui s’occupait de toi ?
– Oui…
– Tu voyais d’autres personnes ?
– Je voyais des gens, mais pas leurs visages…
– C’est tout à fait normal, puisque des gens, tu n’en voyais plus depuis longtemps… Mais, dis moi, tu ne rêvais pas d’autres lieux?
– Si, dit Kaspar, je voyais parfois une grande et belle maison….
Le professeur sursaute.
– Une grande maison ?
Kaspar prend son livre d’histoire et le feuillette. Il montre l’image d’un château.
– Une maison pareille à celle-là…
– Tu en es sûr ? Ce n’est pas maintenant que tu vois ces images que tu en rêves?
– Non, non, c’était avant… Quand j’étais seul et enfermé… Je rêvais aussi d’un grand jardin et d’un grand cheval de bois, avec lequel je jouais !
– Tu avais un cheval à bascule dans ton réduit…
– Non, celui de mes rêves était plus beau et plus grand ! (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | 8 Commentaires »

22-06-2007

13) Hélène Rollès : À force de solitude

Solitude

Tu attends que l’amour ou la haine
Arrivent et te surprennent
Mais tes jours et tes nuits sont pareils
Tous les mêmes, idem
Qu’est-ce qu-il pourrait t’arriver ?

A force de solitude
t’as perdu l’habitude
De trouver les mots qu’il faudrait

A force de solitude
T’as perdu l’habitude
De trouver les mots qui pourraient…

Déchirer ton ennui
Captiver ton regard
Te faire apercevoir
Toute la magie de la vie
Te donner un espoir

Mais ta vie qui passe te dépasse
Tu ne trouves toujours pas ta place
Et ici ou ailleurs, t’as l’impression
de connaître par coeur
Qu’est-ce qu-il pourrait t’arriver ?

A force de solitude
t’as perdu l’habitude
De trouver les mots qu’il faudrait

A force de solitude
T’as perdu l’habitude
De trouver les mots qui pourraient…

Ensoleiller ta vie
Effacer de ta mémoire
Effacer tôt ou tard
Tous tes chagrins d’aujourd’hui
Te donner l’envie d’y croire
Qu’est-ce qu-il pourrait t’arriver ?

A force de solitude
t’as perdu l’habitude
De trouver les mots qu’il faudrait

A force de solitude
T’as perdu l’habitude
De trouver les mots qui pourraient…

Délivrer tes envies
Captiver ton regard
Te faire apercevoir
Toutes les lumières de la vie
Te donner un espoir

Ensoleiller ta vie
Effacer de ta mémoire
Effacer tôt ou tard
Tous tes chagrins d’aujourd’hui
Te donner un espoir

Toute la magie de la vie
C’est simplement d’y croire

Posté par Jean dans Chansons, Toiles | Pas encore de commentaires »

22-06-2007

Solitude

070621solitude.jpg

Posté par Jean dans Photos | 1 Commentaire »

21-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi. (17e partie)

070507kasparhauser02.jpgKaspar Hauser, comme nous l’avons vu, parle. Il est vrai qu’il articule mal les sons et que son vocabulaire est limité mais il possède la faculté du langage. La preuve, c’est qu’il a pu raconter, bribes par bribes, son histoire au bourgmestre de Hanovre. C’est que Kaspar n’a pas été abandonné dans une forêt et livré à lui-même : on l’a juste isolé du monde et limité ses contacts avec les autres. De plus, même si le long enfermement dont il a été victime l’a affecté physiquement, il ne présente pas, comme les autres enfants sauvages, des caractères archaïques. Ainsi, il n’a pas d’orbites enfoncées et son corps n’est pas recouvert de poils, au contraire, on lui trouvera les mains blanches et douces, ce qui poussera certains observateurs à penser qu’il était d’origine «noble».
Après avoir entendu son histoire, le bourgmestre décide de lancer des avis de recherche : il fait placarder les informations dont il dispose et invite toute personne pouvant les compléter ou reconnaître Kaspar à se présenter.
Les jours passent, mais personne ne se présente. Personne n’a jamais entendu parler de ce garçon !
En attendant que la question des origines de l’adolescent s’éclaircissent, on le confie à un professeur de la ville, Georg Daumer, auquel on lui confie aussi la tâche d’éduquer Kaspar, pour en faire un «être socialement acceptable».
Le professeur Daumer, qui s’est documenté sur les cas d’enfants sauvages, sait au moins, qu’il ne rencontrera pas le grand obstacle auquel on est confronté avec les enfants sauvages : Kaspar possède des rudiments de langage, il s’agira juste de développer son vocabulaire et de lui inculquer des connaissances.
Kaspar a appris à écrire son nom, mais en fait, il ignore le reste de l’alphabet et il ne sait pas lire. Le professeur commence donc par l’alphabet. Kaspar apprend très vite : il s’applique et témoigne même un certain enthousiasme à apprendre.
L’alphabet et l’écriture appris, le professeur se lance dans la grammaire. Bientôt, Kaspar peut parler, plus ou moins, correctement, et même s’il fait des fautes, on le comprend aisément.
— C’est bien dit le professeur, et si on se mettait à apprendre l’histoire ?
— Je veux apprendre l’histoire, dit Kaspar
— Bien, alors je vais t’enseigner l’histoire de Hanovre.
Il écoute et répète docilement ce qu’il apprend. Bientôt, il connaît tout de Hanovre, autant que peut en connaître un lycéen de son âge, habitant la vieille ville. Il découvre aussi qu’il y a des dates, qu’on est en 1828 et qu’il est né 16 années plus tôt…
Kaspar s’enthousiasme pour la géographie. Il découvre que Hanovre n’est pas la seule ville qui existe au monde, qu’il y en a d’autres, en Allemagne, dans d’autres pays du monde.
Pour quelqu’un qui a été enfermé, sa vie durant, dans une petite pièce, avec pour seul compagnon, un cheval de bois, il faut que la découverte soit extraordinaire. Il y a des villes, des hommes, des pays (à suivre…) 2

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

19-06-2007

19 juin

19 juin dans Photos

Posté par Jean dans Photos | 1 Commentaire »

19-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (16e partie)

Le docteur Itard, s’il est d’accord avec la description que Pinel fait de Victor, ne partage pas son verdict : l’enfant n’est pas atteint, comme il l’écrit, d’idiotisme irrécupérable. Pour lui, si Victor présente un déficit mental, ce n’est pas par débilité mais par isolement, par manque d’entourage humain. Il suffit de refaire son éducation pour qu’il se comporte comme un être humain.
Le docteur Itard se fixe tout un programme. Il s’agira d’abord d’attacher Victor à la vie sociale, mais sans le brusquer : on lui montrera une vie plus douce que celle qu’il a quittée, mais également proche de celle qu’il a quittée. Il s’agira ensuite de «réveiller sa sensibilité nerveuse» par des stimulants énergiques, de multiplier ses rapports avec les autres, de lui apprendre à parler, enfin de le faire réfléchir sur les objets qu’il utilise pour apprendre à réfléchir.
Pour ce qui est de la langue, Itard commence par familiariser Victor aux sons de la langue, dans lesquels Victor ne voyait que des sonorités indistinctes. Il faut près de cinq mois pour que Victor apprenne à reconnaître un son, le son O, et à détourner la tête quand il l’entend. «Cette préférence pour le O, écrit le docteur Itard, m’engagea à lui donner un nom qui se termine par cette voyelle. Je fis le choix de celui de Victor. Ce nom lui est resté et quand on le prononce à haute voix, il manque rarement de tourner la tête ou d’accourir». Il va acquérir progressivement d’autres sons, mais l’apprentissage sera lent et difficile, Victor ne parvenant pas à reconnaître les mots ni à les associer aux référents qu’ils désignent. Victor se limitera à ce que Itard appelle «le langage à pantomimes», c’est-à-dire à l’expression par les gestes. Ainsi, pour l’envoyer chercher de l’eau, on doit lui montrer une cruche et pour lui faire comprendre qu’elle est vide, la mettre dans une position renversée.
Itard met au point plusieurs tests pour faire parler Victor mais il échouera à chaque fois. «tout ce que je pus obtenir de cette longue série de soins, écrit-il, se réduisit à l’émission de quelques monosyllabes informes, tantôt aigus, tantôt graves, et beaucoup moins nets encore que ceux que j’avais obtenus dans mes premiers essais.»
En fait, Victor ne parlera jamais, mais s’il refuse de faire usage du langage oral, il ne développe pas moins d’autres facultés langagières. C’est ainsi qu’Itard parvient à lui faire reconnaître visuellement des mots. Ainsi, il parvient à apparier sans difficulté des listes de mots répétés, il peut aussi reconnaître un rapport entre un graphisme et l’objet auquel il est lié. Mais Itard n’est pas dupe : Victor ne reconnaît pas des mots, des signes linguistiques, porteurs d’une signification, mais des mots qui accompagnent des choses. Un mot n’est valable que pour un objet précis, jamais pour une classe d’objet : le mot «ciseaux» désigne les ciseaux qu’il connaît, il ne le reconnaît pas quand on lui montre d’autres ciseaux. La faculté d’abstraction est absente chez lui.
Quand le docteur Itard se séparera de lui, Victor mènera, à Paris, une vie de reclus. (à suivre…) 30 mai.

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | 3 Commentaires »

18-06-2007

Les enfants sauvages : essai de chronologie.

Faits réels, légendes et littérature.

  1. Zeus : Caché en Crète dans la grotte secrète de Lyctos et protégé par les nymphes du mont Ida, il est allaité par la chèvre Amathée.
  2. Vers 753 av. notre ère, Romulus et Remus, jumeaux, sont abandonnés dans les eaux du Tibre par leurs parents. Par miracle, ils parviennent à survivre et sont recueillis par une louve qui les élève avec ses petits. Comme on le sait, Romulus après avoir tué son frère devint le fondateur légendaire de la ville de Rome.
    Des cas semblables d’enfants qui auraient été élevés par des louves ou autres femelles animales (guenon, truie, gazelle, etc.) ont été observés. Des enfants sauvages vécurent aussi seuls en pleine nature, sans l’aide d’animaux.

  3. VIe siècle : On peut considérer que nous devons le premier cas au témoignage direct et méticuleux de Procope de Césarée, De bello Gothico, II, 17. Cet épisode peu connu n’a guère été relevé ce qui suppose, parmi ses contemporains, une absence de sensibilité collective aux ouvertures spéculatives ménagées par cette bizarrerie. Il évoque, intrigué mais de manière fondamentalement détachée, l’histoire d’un nouveau-né encore dans les langes qui avait été abandonné par ses parents à Urbisaglia, au moment où toute la population avait fui le village menacé par les combats entre les armées des Grecs et des Goths. Une chèvre adopte l’enfant, le nourrit, le surveille et le défend . Longtemps après, au retour de la population, on essaye de  » normaliser  » l’enfant qui refuse obstinément le lait des femmes tandis que la chèvre tente par tous les moyens d’empêcher qu’on le lui enlève. Finalement, on se borna à lui donner le nom d’Egiste (littéralement : élevé par une chèvre) et on laissa, sans se formaliser, l’enfant et l’animal poursuivre tranquillement leur vie.

  4. 1304 : Enfants-loups en Allemagne. Mentionné par les bénédictins d’Erfurt dans leur chronique de l’année 1304, l’enfant-loup de Hesse qui fut “admirablement éduqué” par une meute et se laissa mourir des années après dès qu’on voulut l’apprivoiser.

  5. 1341 : Enfants-loups de la Hesse (Allemagne).

  6. 1344 : Enfants-loups en Wetteravie.

  7. 1563 : Enfant-loup des Ardennes.

  8. 1661 : Fille-ourse en Lituanie. Un beau jour de 1661, un enfant bien proportionné, à la peau très blanche, les cheveux blonds et les traits du visage agréables, fut trouvé par des chasseurs dans la forêt de Lituanie. Il vivait au milieu des ours, et se défendit avec les ongles et les dents contre ceux qui voulaient l’attraper. Il avait avec lui un compagnon de son âge, mais qui eut le temps de s’enfuir avant d’être capturé.

  9. 1672 : L’enfant-mouton, trouvé dans une forêt d’Irlande, mangeait de l’herbe et du foin qu’il choisissait à l’odorat. Il courait très vite et était fort agile. On le connaît bien, car il fut décrit par le célèbre professeur Nicola Tulp, qui servit de modèle à Rembrandt lorsque celui-ci peignit sa Leçon d’anatomie, œuvre qui fait toujours la gloire du musée d’Amsterdam. D’après lui, il avait le front plat, l’arrière de la tête allongé, la langue épaisse et le ventre enfoncé, particularité due, d’après le professeur, à son habitude de marcher à quatre pattes. Enfin il bêlait au lieu de parler.

  10. 1717 : La fille d’Oranienburg. On découvre la première  » fille sauvage « , dans la province hollandaise d’Overyssel. Elle avait été enlevée à seize mois à ses parents et avait dix-neuf ans lorsqu’on la captura. On ignorait cependant le temps qu’elle avait passé dans les forêts. Sa peau était basanée et couverte de poils, et ses cheveux, très longs, flottaient sur ses épaules. Elle ne parlait pas et se nourrissait d’herbes et de feuillages. On ne parle pas d’animaux à son propos. Elle ne sut jamais parler, mais communiquait par signes. On lui apprit à filer la laine, et elle exerça cette occupation jusqu’à sa mort.

  11. 1719 : Deux enfants trouvés dans les Pyrénées, courant et sautant dans les montagnes à la manière des isards, firent beaucoup parler d’eux, et Jean-Jacques Rousseau les mentionna ; mais on sait finalement bien peu de choses sur leur compte.

  12. 1724 : Peter, l’enfant sauvage de Hameln (Hanovre). Abandonné par son père dans la forêt, il retrouva le domicile familiale un an plus tard il en fut définitivement chassé. le jeune. Il ne fut retrouvé qu’en 1724, à l’âge de treize ans. Il préférait les fruits et l’écorce des jeunes arbres au pain qu’on lui présentait. Il était fort sale, et son corps était marqué de plusieurs cicatrices. Son caractère était farouche et agressif au début, mais il devint plus tard beaucoup plus traitable. Ce jeune garçon marchait sur ses deux pieds, il courait très vite et ne grimpait pas aux arbres. Très vorace, il ne put jamais que prononcer quelques mots pour demander de la nourriture. Le roi d’Angleterre, George Ier, qui était également électeur du Hanovre, s’intéressa à lui et l’emmena en Grande-Bretagne où il essaya de le faire éduquer. L’enfant de Hameln apprit peu à peu à supporter les vêtements et manifestait un grand plaisir en écoutant de la musique.

  13. 1731 : La fille sauvage de Songy. Ce surnom lui est attribué par Linné, elle fut baptisée Mademoiselle Leblanc. Elle vécut avec une compagne, avant d’être capturée en 1731, à l’âge de 18 ans. Son histoire fut mentionnée par Racine (1747), Blumenbach, naturaliste allemand (1755), La Condamine (1755) et Linné (1758).

  14. 1767 : une fille-ours découverte en Hongrie. La fille sauvage de Karpfen, en Basse Hongrie, était nue. Son corps était robuste, et il fallut la tirer de force de la tanière où elle s’était réfugiée. Conduite à l’hôpital de Karpfen, elle refusa de manger des aliments cuits, mais faisait ses délices de la viande crue et des écorces d’arbres. On ne sut jamais comment elle avait pu survivre dans ces forêts inaccessibles, où pullulaient des animaux féroces, ours et loups.

  15. 1784 : L’enfant-loup de Kronstadt Cet adulte, baptisé l’enfant-loup de Kronstadt, découvert en Roumanie (à la frontière entre la Transylvanie et la Wallachie) en 1784, est classé par Singh & Zingg, parmi les enfants sauvages qui n’ont bénéficié d’aucun secours animal durant toute leur vie dans la nature.

  16. 1797-1799 : Lacaune (Aveyron) capture de Victor. Ce garçon de onze ans environ entre dans une maison du canton de Saint-Sernin. Il ne parle pas, se montre farouche, malpropre, violent parfois. Il avait déjà été attrapé par trois chasseurs mais s’était évadé pour rejoindre les bois où il avait déjà été entrevu quelques années auparavant. Il porte des traces et des cicatrices de sa vie solitaire et sans aucun contact humain. Placé en hospice, on ne le laissera plus s’échapper.

  17. victor.jpg
  18. L’expression enfant sauvage apparait dans le rapport de police de Guiraud et Constant de Saint-Estève relatant la première et la seconde capture du « sauvage de l’Aveyron ».

  19. 1828 : Kaspar Hauser.

  20. 1829 : enfant-cochon en Autriche.

  21. 1831 : On fit mention d’une fille-truie, découverte dans la région de Salzbourg, en Autriche, qui, ayant été élevée dans une porcherie, imitait le grognement des cochons

  22. 1879 : Le dessinateur Albert Robida (1848-1926) signe un roman de 800 pages intitulé les « Voyages Très-Extraordinaires de Saturnin Farandoul« , dans lequel le héros éclipse tous ceux de Jules Verne (il les rencontre et les ridiculise !). L’aventure démarre avec un naufrage au cours duquel Saturnin, âgé de 4 mois et 7 jours, échoue avec son berceau sur une île peuplée de singes. Adopté, il deviendra aussi agile qu’eux. À 11 ans, conscient de sa différence, il quitte sa tribu, prend la mer sur un tronc de palmier, puis est recueilli par un navire. Il apprend vite, et devient rapidement un leader parmi les hommes, mais aussi parmi les animaux. Une bataille avec des pirates lui fera retrouver sa tribu de singes dont il fera un régiment armé, instruit et civilisé, et… toujours victorieux !

  23. 1892 : fille-ourse de Jalpaïguri

  24. 1894 : Le Livre de la jungle est un livre qui a été écrit par Rudyard Kipling lors d’un séjour de quatre années aux États-Unis. C’est probablement son ouvrage le plus célèbre.

  25. 1912 : Tarzan est un personnage créé par Edgar Rice Burroughs dans le roman (Tarzan of the Apes). A noter que dans sa première aventure, Tarzan, combat un tigre, animal qui ne vit pas en Afrique mais en Inde, en particulier. Burroughs a-t-il lu Kipling ?

  26. 1920 : Amala et Kamala deux fillettes-louves, découvertes en Inde Amala fut découverte à Midnapore en compagnie de sa sœur Kamala de 8 ans. L’âge attribué aux enfants résulte d’une « évaluation purement approximative » d’après leur taille et leur allure, note le révérend Singh dans son journal. Amala mourut un an après. Kamala elle vivra jusqu’en novembre 1929.

  27. 1938 : Anna, de Pennsylvanie.

  28. 1940 : Edith, de l’Ohio.

  29. 1946 : En Syrie, on fit la découverte d’un enfant qui se comportait comme une gazelle. Il avait les chevilles et les genoux anormalement gros et il se déplaçait en faisant des bonds prodigieux. Capturé et confié à une famille, cet enfant totalement sauvage n’arriva jamais à s’adapter à la captivité. Il ne pensait qu’à se sauver. Il pouvait même sauter du premier étage de sa maison avec une facilité qui déconcertait sa famille adoptive. Pour l’empêcher de fuir, on finit par lui couper les tendons d’Achille.

  30. 1953 : En Libye, un enfant gazelle fut surpris par un photographe.

  31. 1954 : Ramu, enfant-loup de Lucknow (Inde), recueilli à 10 ans environ, vécut 14 ans à l’hôpital, sans quitter son lit. On ne put lui apprendre ni à marcher, ni à parler. Il souriait seulement à l’infirmière lui apportant ses repas (viande crue, eau qu’il lapait dans une assiette) ; il mourut en 1968 d’une affection respiratoire.

  32. 1960 : Enfant-gazelle de Mauritanie.

  33. 1961 : Enfant-singe de Théran – agé de 14 ans.

  34. 1975 : Découverte au Nigeria, d’un enfant sauvage se nourrissant de terre. Il s’agissait, croit-on, d’un enfant handicapé mental échappé d’un hôpital psychiatrique.

  35. 1988 : Yvan retrouve la civilisation en Russie après 4 ans dans la rue sous la protection d’une bande de chiens : il se sent l’un d’entre eux.

  36. 1988 : Au Chili, on récupère Axel, 7 ans, qui s’est enfui trois ans plutôt d’un orphelinat. Il sanglote quand on l’attrape et déclare  » les chiens, c’est ma famille « .

  37. 1990 : En Ukraine, Oxana Malaya, élevée par des chiens jusqu’à l’âge de 8 ans. La jeune fille boit à une fontaine publique. Elle est à quatre pattes, et lorsqu’elle a fini, elle secoue la tête et les membres comme un animal mouillé. Oxana vient d’être récupérée par les autorités de son pays après avoir passé quatre ans dans la niche d’une chienne, abandonnée des hommes et de la civilisation. Elle court à quatre pattes, elle ne parle pas encore et elle craint les humains. Lorsque la parole revient (ou arrive), des années plus tard, elle dit  » maman, c’est la chienne « .

  38. 1991 : John Sambuya, en Ouganda. Six ans. Aurait vécu trois avec des ververts (race de singe).

  39. 1992 : En Roumanie, on arrache Möldin à la chienne borgne qui l’allaitait.

  40. 2003 : William et Thomas Green, deux garçons de 16 et 22 ans découverts dans l’Ouest canadien.

  41. 2004-07 : Andréï, un garçon de 7 ans, élevé par un chien dans l’Altaï (Sibérie).

  42. 2006 : Ahmed Yassine, 6 ans, a passé la moitié de sa courte vie enfermé avec 4 chiens et 30 chats, dont il partageait la pâtée.

  43. 2007-01-19 : Rochom P’ngieng, 27 ans, disparus pendant 19 ans dans la jungle cambodgienne.

(Dernière mise à jour : 2010-08-02)

Posté par Jean dans Prisonniers de la solitude | 1 Commentaire »

18-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (15e partie)

Le cas le plus célèbre d’enfant sauvage, avant l’apparition de Kaspar Hauser, est Victor de l’Aveyron. Il s’agit d’un enfant de sexe masculin, âgé d’une dizaine d’années, apparu à la fin du 18e siècle, dans la région de Saint-Sernin, en France. Il a déjà été aperçu dans les bois, quelques années auparavant, et on l’avait pris pour un loup. Trois chasseurs l’ont capturé et l’ont ramené dans leur village mais il a réussi à s’enfuir et à reprendre la vie sauvage. Ce n’est que quelques temps après qu’il a été de nouveau capturé et cette fois-ci on ne l’a pas laissé s’échapper. Il ne portait aucun vêtement, il était incroyablement sale et se montrait agressif quand on s’approchait de lui.
Ce cas suscite la curiosité et un ministre le fait venir à Paris. On tente de lui apprendre à parler et à lui enseigner les bonnes manières mais on s’y prend mal : l’enfant, non seulement ne parle pas mais aussi refuse de se soumettre aux règles qu’on veut lui imposer. Un médecin l’examine et déclare qu’il est atteint d’idiotisme et qu’on ne pouvait le récupérer. Ne sachant quoi faire de lui, on le place dans l’Institut des sourds-muets où le docteur Jean Itard le prend en charge.
Dans le premier rapport qu’il a publié en 1801, le docteur Itard expose l’état de Victor ainsi que l’a décrit Pinal.
«Procédant d’abord par l’exposition des fonctions sensorielles du jeune sauvage, le citoyen Pinal nous présenta ses sens réduits à un tel état d’inertie que cet infortuné se trouvait, sous ce rapport, bien inférieur à quelques uns de nos animaux domestiques ; ses yeux sans fixité, son expression, errant vaguement d’un objet à l’autre, sans jamais s’arrêter à aucun, si peu instruit d’ailleurs, et si peu exercé par le toucher, qu’ils ne distinguaient pas un objet en relief d’avec un corps en peinture ; l’organe de l’ouïe insensible aux bruits plus forts comme à la musique la plus touchante ; celui de la voix réduite à un état complet de mutité et ne laissant échapper qu’un son guttural et uniforme ; l’odorat si peu cultivé qu’il recevait avec la même indifférence l’odeur des parfums et l’exhalaison fétide des ordures dans sa couche était pleine. enfin, l’organe du toucher restreint aux fonctions mécaniques de la préhension des corps. Passant ensuite à l’état des fonctions intellectuelles de cet enfant, l’auteur du rapport nous le présente incapable d’attention, si ce n’est pour les objets de ses besoins, et conséquemment de toutes les opérations de l’esprit qu’entraîne cette première, dépourvu de mémoire, de jugement, d’aptitude à l’imitation, et tellement borné dans les idées même relatives à ses besoins, qu’il n’était point encore parvenu à ouvrir une porte ni à monter sur une chaise pour atteindre les aliments qu’on élevait hors de la portée de sa main… Il passait avec rapidité et sans aucun motif présumable, d’une tristesse apathique aux éclats de rire les plus immodérés ; insensible à toute espèce d’affections morales ; son discernement n’était qu’un calcul de gloutonnerie, son plaisir une sensation agréable des organes du goût, son intelligence la susceptibilité de produire quelques idées incohérentes, relatives à ses besoins ; toute son existence, en un mot, une vie purement animale.» (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

16-06-2007

Pierre-Jean Jouve

La solitude a été mon besoin, probablement mon désir, en tout cas ma destinée. Je l’ai écrit tout au long et d’une façon très précise dans le texte  » En miroir « , journal sans dates où j’ai indiqué les principales étapes de mon travail. J’ai montré justement que cette solitude a été assez longuement cruelle mais en même temps bénéfique, car elle me préservait de toutes sortes de contacts et de toutes sortes d’influences. Je n’aime pas du tout le jeu des gens de lettres.

(Interview, 1972)

Posté par Jean dans Mots d'auteurs | Pas encore de commentaires »

16-06-2007

Solitude, de Pierre Pellegrin

OcciRivière imprévisible, force brutale d’isolement, sauvage puissance de la montagne, je vous appartiens. Je m’avance vers l’arbre qui déjà bascule l’ancienne demeure, vers la forêt qui reprend ses lisières, dans le chemin qui se perd. A partir de là tout dépend de moi, et cet attachement à tout ce qui a cessé d’être ploie aussi mon corps et mon coeur.

Solitude, tu façonnes la force de mes gestes apaisés et la prudence de mes paroles sans comédie. Le superflu s’estompe et s’amenuise vers un essentiel qui me laisse rugueux et presque aride.

Le monde extérieur n’arrive plus à me pénétrer et mes richesses s’éteignent sans ce nouvel humus. Le monde qui nous environne a déjà emporté tant de forces que je reste là, graine solitaire, avec tout mon désir de survie, ne sachant plus où puiser la fraîcheur d’un nouveau départ.

Une invisible mort glace les objets familiers, desséchant de la vie le joyaux, l’amitié, l’entr’aide, et fortifiant l’orgueil et la dureté.

Vous êtes partis et les maisons sont des ruines, les chemins se sont perdus, des vallées se sont creusées et l’école se ferme, le cordonnier s’en va, le forgeron est vieux, il n’y a plus de boulanger. Les cantonniers travaillent pour moi, des pylônes et des pylônes m’apportent la lumière.

Les vieux parlent d’autrefois et montrent les collines, toutes les collines et toutes les tâches dans la forêt ; mais plus personne ne descend maintenant de là-haut.

Il n’y a plus que l’attente du fils revenant de l’école lointaine, jusqu’au jour où lui-même tout fier de son savoir ne reviendra plus.

Le fléau est parmi nous, mais personne encore ne l’a vu.

 

 

Posté par Jean dans Textes | Pas encore de commentaires »

15-06-2007

12) Jean-Jacques Goldman : Les nuits de solitude

12) Jean-Jacques Goldman : Les nuits de solitude dans Chansons

On s’était dit : « Peut-être que c’est mieux.
On n’est pas forcément heureux à deux.
Séparons-nous, oublions si l’on peut.
Ça va être dur pendant un mois ou deux. »

Un mois ou deux ou bien peut-être plus,
Réapprendre à vivre seul et tenir,
Rompre les liens serrés par l’habitude
Tout en attendant les moments, les pires.

Oh ces nuits, ces nuits de solitude,
Les yeux ouverts, le plafond blanc, le bruit du temps
Qui passe et se bouscule,
Des images que l’on chasse mais qui reviennent tout le temps,

Le matin que l’on a vu arriver,
Se lever sans réfléchir, s’habiller,
Sortir dans la rue, rencontrer des gens,
Sourir et oublier jusqu’au moment…

Oh ces nuits, ces nuits de solitude,
Les yeux ouverts, le plafond blanc, le bruit du temps
Qui passe et se bouscule,
Des images que l’on chasse mais qui reviennent tout le temps,

Se rencontrer par hasard et jouer,
Parler sans rien dire mais se regarder
Et puis ces heures devant le téléphone,
La tête dans les mains en attendant qu’ça sonne

Et ces nuits, ces nuits de solitude,
Les yeux ouverts, le plafond blanc, le bruit du temps
Qui passe et se bouscule,
Des images que l’on chasse mais qui reviennent tout le temps,

Ces nuits de solitude,
Les yeux ouverts, le plafond blanc, le bruit du temps
Qui passe et se bouscule,
Des images que l’on chasse mais qui reviennent tout le temps.

Posté par Jean dans Chansons, Photos | 2 Commentaires »

15-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (14e partie)

Celui qu’on a appelé «le garçon de Kronstadt» a été capturé, à la fin du 18e siècle, en Valachie, région de Roumanie, connue pour ses épaisses forêts… et ses vampires. Mais contrairement aux vampires, ce garçon ne fait pas partie des mythes mais a bel et bien existé. Boris Porchnev et Bernard Heuvelmans le citent dans leur ouvrage, L’homme de Néandertal est toujours vivant comme exemple d’homme primitif, appartenant à l’espèce dite du Néandertal et que l’on croyait disparue, remplacée par l’espèce actuelle, l’homo Sapiens. D’après les portraits qui ont été faits de lui, il avait le corps recouvert de poils, le front fuyant, les orbites enfoncées, le cou noueux, comme s’il était gonflé, les membres assez développés, les muscles saillants… Selon les deux auteurs cités, il ne s’agissait pas seulement de caractères néandertaliens, mais encore d’un néandertalien d’un type très archaïque.
Si ce portrait est conforme à la réalité, on se demande comment un tel homme ait pu servir alors que son espèce s’est éteinte depuis des milliers d’années. On a supposé que le garçon de Kronstadt appartenant à un groupe d’hominidés que l’isolement dans les forêts et les montagnes a réussi à sauvegarder. Cependant aucun autre membre de ce groupe n’a été retrouvé, en Valachie.
Autre trait du garçon de Kronstadt : il ne s’est jamais adapté à la vie des hommes. Selon Boris Porchnev et Bernard Heuvelmans, il souffrait d’autisme : «Il n’exprimait jamais le moindre sentiment. Quand on éclatait de rire ou simulait la colère, il ne semblait pas saisir ce qui se passait… Il regardait avec stupéfaction tout ce qu’on lui montrait, mais il détournait bientôt le regard, avec la même absence de concentration, sur d’autres objets. Quand on lui présentait un miroir, il regardait celui-ci, mais restait tout à fait indifférent de n’y point trouver son image.» L’autisme de ce garçon aurait été provoqué par un isolement prolongé : on a supposé, dans la foulée, que tous les membres de son groupe ont été autistes. Hypothèse difficile à envisager pour un groupe humanoïde !
Toujours à la fin du 18e siècle, un autre homme sauvage, appelé Jean de Liège, de la région de Belgique où il a été trouvé, présente des caractères de Néandertalien, notamment un corps velu, mais comme il a réussi à parler, on ne l’a pas classé, comme le garçon de Kronstadt, dans la catégorie des Néandertaliens.
Jean de Liège a quand même le corps massif, des traits archaïques, comme les orbites enfoncées, mais il a réussi à s’adapter peu à peu à la vie des hommes, en acceptant de porter des vêtements, de vivre en compagnie des hommes.
On a beaucoup parlé de la façon de parler de Jean : il s’exprimait mal, hachant les mots, avalant des consonnes. Mais selon les témoignages, s’il parlait mal, ce n’était pas à cause d’une déficience mentale mais plutôt d’une anomalie de son larynx. Comme on ne précise pas de quel type d’anomalie il s’agit, on reste perplexe : en quoi le larynx de cet homme était-il différent du nôtre ? Malheureusement aucune étude n’a été faite, ce qui laisse planer le doute sur les origines de Jean de Liège. (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

14-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (13e partie)

Au cours du mois de septembre 1731, une fillette, âgée de neuf ou dix ans, fait son apparition dans le village de Songy ou, selon d’autres sources, de Soigny : la confusion vient du fait que ces deux localités, qui se trouvent dans le département de la Marne, en France, sont voisines.
La fillette était vêtue de loques, elle avait les cheveux ébouriffés, le dos légèrement courbé, et ses mains puissantes avaient les pouces anormalement longs.
Elle a brusquement surgi de la forêt, tenant un gros bâton à la main. Un chien s’est précipité vers elle, elle lui assène aussitôt un coup et l’animal tombe, tué sur le coup. Puis, elle brandit son arme, en direction des hommes que cette vision effraye.
— Le Diable ! Le Diable !
On la poursuit mais elle court si vite qu’on ne parvient pas à la rattraper. Ses jambes semblent, malgré son âge, plus solides que celles d’un coureur expérimenté. On doit donc user de ruse pour la capturer.
On a alors découvert qu’il ne s’agit pas d’un démon mais d’un être humain et on a formulé l’hypothèse qu’il s’agit d’un enfant abandonné par sa famille dans la forêt. On n’a pas parlé, comme pour les autres cas, de loups ou d’un tout autre animal qui l’aurait élevée. Qu’elle ait survécu, seule dans la nature, sans aucune aide, relève du miracle. Il est difficile, en effet, d’imaginer un bébé subvenant lui-même à ses propres besoins, se protégeant des intempéries… Il y a aussi l’hypothèse que la fillette ait été abandonnée à un âge un peu plus avancé – trois ou quatre ans : mais là aussi, on ne peut concevoir qu’elle ait vécu seule, dans la nature.
On ignore d’où lui venaient les haillons qu’elle portait et on a supposé qu’ils lui avaient été donnés. On a parlé de vêtements de cuir, voire d’une fourrure : la fillette n’était pas vêtue mais avait le corps recouvert de poils !
Elle ne parlait pas, elle mangeait ses aliments crus. Peu à peu, la petite sauvage —qu’on a prénommée Marie-Angélique — s’est adaptée à la société des hommes. Elle a appris à parler, et elle est entrée en religion, finissant ses jours dans un couvent. Elle a gardé, toute sa vie, une souplesse physique extraordinaire, courant plus vite qu’aucun homme et nageant comme un poisson !
Selon certains auteurs modernes, Marie-Angélique appartient à une race humaine disparue, le Néanderthalien. On a trouvé dans le portrait que les témoignages de l’époque ont fait d’elle, des traits de cette espèce : face allongée, stature légèrement recourbée et surtout pouce anormalement allongé. Elle avait également une solide carrure, des bras puissants et une mâchoire très forte. On a aussi discuté de ces fameux haillons, vestiges d’un vêtement qu’une femme lui aurait donné, et on a conclu qu’il ne s’agissait pas de vêtement mais d’une fourrure naturelle : le corps de la fillette aurait été recouvert de poils ! Mais ce fait n’est pas établi et angélique a été présentée, par la suite, comme une fillette tout à fait normale. En tout cas, elle est devenue une religieuse !

(à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

13-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (12e partie)

En 1341, soit près de quarante ans après la découverte de l’enfant sauvage d’Hesse, un autre enfant-loup était découvert. Comme le premier, il courait au milieu d’une meute de loups, à quatre pattes et tout nu, sautant et hurlant comme eux. On est parvenu, au prix de mille difficultés, à le capturer. Contrairement à l’enfant de Hesse, il a montré une forte résistance aux hommes, et, trompant la vigilance de ses gardiens, il s’est échappé, et s’est réfugié sous un banc. En dépit de tous les efforts, on n’a pas réussi à le faire sortir de son abri. Il a refusé également de prendre la nourriture qu’on a placé devant lui et, il est mort de faim. Comme dans le cas précédent, la socialisation tentée est un échec. Ces cas anciens, ont été l’occasion, pour les philosophes, de poser le problème de la relation de l’homme à la culture et à la nature, et souvent, ils vont servir d’argument pour une critique de la société, une récusation de la supériorité de l’homme sur l’animal.
Un cas célèbre, parce qu’il a suscité en Angleterre des polémiques est celui de Peter. Il a été découvert dans la campagne de Hamelin, en Hanovre, en 1724. lui aussi avait vécu parmi les loups et il se comportait comme eux. Comme le Hanovre dépendait alors de l’Angleterre, on l’avait offert à son roi, George 1er, un homme qui aimait les curiosités. Peter est exhibé à la cour et on venait le voir comme un animal. Les célébrités de l’époque, comme Swift, Pope et Defoe l’avaient rencontré et parlé de lui dans leurs œuvres.
Après avoir amusé un temps le roi et sa cour, Peter est confié à un médecin, un certain docteur Arbuthnot, pour faire son éducation. Le docteur, qui n’est pas un homme délicat, a des méthodes plutôt sévères. Il jugeait, en effet, que Peter n’était qu’un sauvage et qu’il fallait user, avec lui, de force pour lui inculquer les principes de la morale et de la vie en société. Ainsi, quand le jeune homme manifestait de la résistance et refusait de faire ce qu’on lui disait, il le frappait, aux jambes, avec une lanière de cuir. Comme on le ferait avec un animal pour le dresser.
Contrairement aux autres enfants sauvages, Peter n’a pas appris à parler. Selon le document anonyme qui traite de son cas, le Enquiry How the Wild Youth, il souffrait d’une anomalie, un filet latéral fixant sa langue au palais. Un médecin l’avait examiné et avait envisagé de couper le filet mais il avait renoncé, à la dernière minute, à pratiquer l’opération. Peter semblait avoir posé des problèmes au docteur Arbutnot qui, au bout d’une année, a fini par le retourner au roi. Le roi Georges et sa belle-fille Caroline vont se disputer à son propos. Finalement, on l’envoie dans une ferme où il va passer toute sa vie : une vie longue et heureuse, selon la chronique.
Peter est l’occasion pour des écrivains, comme Swift ou Defoe, pour faire une critique de la société, de se railler des hommes et de leur prétention à être supérieurs à la bête. On oppose la liberté et l’innocence de l’état naturel à l’hypocrisie de la société. On s’interroge aussi sur les capacités de l’être humain à s’adapter à son milieu et à se suffire à soi-même : Peter, comme les autres enfants sauvages, a pu survivre, avec ses faibles capacités physiques, dans un environnement très défavorable. (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

12-06-2007

Les enfants sauvages

Mowgli, le héros du Livre de la Jungle du grand écrivain anglais Rudyard Kipling, a popularisé le thème des enfants sauvages. Les enfants-loups existent-ils ? Cette énigme a préoccupé les hommes depuis les temps les plus lointains. Le débat est essentiel : quelle est la frontière entre l’état animal et l’état humain ?

L’historien grec Hérodote nous rapporte, dès le 5ème siècle avant notre ère, qu’un pharaon, désirant découvrir le langage que les enfants parleraient spontanément, avait tenté une étrange expérience. Il s’agissait en réalité de connaître quelle était la  » langue première  » de l’humanité. On prit donc deux nouveau-nés à leurs parents et on les confia à un berger pour qu’il les élevât avec ses chèvres. Le pharaon avait ordonné que personne ne leur dise un mot et qu’ils vivent dans une cabane isolée du monde extérieur. Au moment voulu, ils devaient être allaités par les chèvres et ils devaient recevoir tous les soins dont ils auraient besoin. Malheureusement, Hérodote ne nous dit rien sur les résultats de cette curieuse expérience.

Il est d’ailleurs plus que probable que les enfants soient restés complètement muets : l’enfant apprend sa langue en entendant parler ses parents.

 Au Moyen Age, l’empereur allemand Frédéric II de Hohenstaufen chercha lui aussi à savoir quelle sorte de langage et quelle façon de parler adopteraient des enfants élevés sans jamais parler à qui que ce fût.  » Aussi nous dit, dans sa chronique, le moine franciscain Salimbene – demanda-t-il à des nourrices d’élever les enfants, de les baigner, de les laver, mais en aucune façon de babil1er avec eux ou de leur parler, car il voulait savoir s’ils parleraient l’hébreu, le plus ancien des langages (c’ est tout au moins ce que l’on croyait à cette époque) ou le grec, ou le latin, ou l’arabe, ou peut-être encore le langage des parents dont ils étaient issus.

 » Mais il œuvra pour rien, car tous les enfants moururent… En effet, ils ne pouvaient pas survivre sans les visages souriants, les caresses et les paroles pleines d’amour de leurs nourrices. « 

Le XVIIIème siècle reprendra ce thème de l’enfant sauvage et, dans une pièce de théâtre, La Dispute, Marivaux mettra en scène un prince qui tente de renouveler l’expérience de Frédéric II : il décide que deux enfants mâles et deux enfants femelles soient élevés seuls à la campagne, gardés seulement par leurs parents nourriciers : deux personnes de race noire, le frère et la sœur :

 » Il y a dix-huit ou dix-neuf ans – explique-t-il à sa confidente lorsque commence la pièce – que mon père, naturellement philosophe, résolut de savoir à quoi s’en tenir par une épreuve qui ne laissait rien à désirer. Quatre enfants au berceau, deux de votre sexe et deux du nôtre, furent portés dans la forêt, où il avait fait bâtir cette maison exprès pour eux, où chacun d’eux fut logé à part, et où, actuellement même, il occupe un terrain dont il n’est jamais sorti, de sorte qu’ils ne se sont jamais vus.

 » Ils ne connaissaient encore que Mesrou et sa sœur qui les ont élevés et ont toujours eu soin d’eux, et qui furent choisis de la couleur dont ils sont afin que leurs élèves en fussent étonnés quand ils verraient d’autres hommes. On va donc pour la première fois leur laisser la liberté de sortir et de se connaître, on peut regarder le commerce qu’ils vont avoir ensemble comme le premier âge du monde. « 

Tous ces auteurs ne faisaient d’ailleurs que reprendre le mythe des anciens peuples, où l’on voit Remus et Romulus téter la louve et le jeune Jupiter boire le lait de la chèvre Amalthée. A l’époque historique, c’est par dizaines que l’on dénombre les enfants élevés par des animaux, loups ou autres mammifères. Au point que les philosophes des Lumières s’intéressent fort à ces cas étranges, Buffon et Condillac parlent d’eux, et Jean-Jacques Rousseau écrit :

 » Les enfants commencent à marcher à quatre pattes et ont besoin de notre exemple et de nos leçons pour apprendre à se tenir debout. L’enfant de Hesse avait été sauvé par des loups. Il avait tellement pris l’habitude de marcher comme les animaux qu’il fallut lui attacher des pièces de bois qui le forçaient à se tenir en équilibre sur ses deux pieds. « 

 » Il en était de même de l’enfant qu’on trouva dans les forêts de Lituanie et qui vivait parmi les ours. Il ne donnait, dit M. de Condillac, aucune marque de raison, marchait sur ses pieds et sur ses mains, n’avait aucun langage et formait des sons qui ne ressemblaient en rien à ceux d’un homme. Le petit sauvage d’Hanovre, qu’on mena il y a plusieurs années à la cour d’Angleterre, avait toutes les peines du monde à s’assujettir à marcher sur deux pieds ; et l’on trouve deux autres sauvages dans les Pyrénées qui couraient par la montagne à la manière des quadrupèdes. « 

L’enfant-loup de Wetteravie, trouvé en 1544 près d’Echzel, dans la forêt de Hardt, en Bavière, fut l’un des premiers dont l’histoire ait retenu le nom. Il avait environ douze ans lorsqu’il fut capturé par des hommes. Cette même année, un autre enfant était découvert, en Hesse, parmi des loups. L’historien Philippe Camerarius rapporte que ce garçon avait été enlevé à l’âge de trois ans par ces animaux et qu’il marchait à quatre pattes. Les loups, dit-il, s’étaient pris de tant d’affection pour lui qu’ils le nourrirent des meilleurs morceaux de leur proie, et l’exercèrent à la course jusqu’à ce qu’il fût en état de les suivre au trot et de faire les plus grands sauts.

Ils prenaient grand soin de son bien-être, puisqu’ils avaient creusé une fosse pour l’abriter pendant la nuit et l’avaient garnie de feuilles. Ils se couchaient tous autour de lui pour le protéger du froid. Le naïf chroniqueur s’écrie :  » Si c’ est vrai, cela est digne d’admiration.  » Faut-il s’étonner si, hébergé à la cour du Landgrave, Henri de Hesse, l’enfant-loup, avait dit qu’il préférait encore retourner avec les loups plutôt que de vivre parmi les hommes ?

Un beau jour de 1661, un enfant bien proportionné, à la peau très blanche, les cheveux blonds et les traits du visage agréables, fut trouvé par des chasseurs dans la forêt de Lituanie. Il vivait au milieu des ours, et se défendit avec les ongles et les dents contre ceux qui voulaient l’attraper. Il avait avec lui un compagnon de son âge, mais qui eut le temps de s’enfuir avant d’être capturé.

A la fin du siècle, et toujours en Lituanie, on prit un autre enfant parmi des ours : il avait une dizaine d’années, était couvert de poils et ne donnait, raconte-t-on, aucune marque de raison. Il n’articulait aucun langage humain. On parvint cependant à lui apprendre à se tenir debout, à se nourrir normalement et à prononcer quelques mots, mais, lorsqu’il fut en mesure de s’exprimer, il ne put se souvenir de son passé.

L’enfant-mouton, trouvé dans une forêt d’Irlande, en l672, mangeait de l’herbe et du foin qu’il choisissait à l’odorat. Il courait très vite et était fort agile. On le connaît bien, car il fut décrit par le célèbre professeur Nicola

Tulp, qui servit de modèle à Rembrandt lorsque celui-ci peignit sa Leçon d’anatomie, œuvre qui fait toujours la gloire du musée d’Amsterdam. D’après lui, il avait le front plat, l’arrière de la tête allongé, la langue épaisse et le ventre enfoncé, particularité due, d’après le professeur, à son habitude de marcher à quatre pattes. Enfin il bêlait au lieu de parler.

Un cas semblable existait à la fin du XVIème siècle à Bamberg, en Allemagne. Il s’agissait cette fois d’un enfant qui avait été élevé parmi les bœufs et qui se battait à coups de dents avec les plus grands chiens, qu’il parvenait ainsi à mettre en fuite.

Vient ensuite l’affaire tout aussi curieuse d’une  » fille sauvage  » …

En 1717, on découvre la première  » fille sauvage « , dans la province hollandaise d’Overyssel. Elle avait été enlevée à seize mois à ses parents et avait dix-neuf ans lorsqu’on la captura. On ignorait cependant le temps qu’elle avait passé dans les forêts. Sa peau était basanée et couverte de poils, et ses cheveux, très longs, flottaient sur ses épaules. Elle ne parlait pas et se nourrissait d’herbes et de feuillages. On ne parle pas d’animaux à son propos. Elle ne sut jamais parler, mais communiquait par signes. On lui apprit à filer la laine, et elle exerça cette occupation jusqu’à sa mort.

Deux ans plus tard, deux enfants trouvés dans les Pyrénées, courant et sautant dans les montagnes à la manière des isards, firent beaucoup parler d’eux, et Jean-Jacques Rousseau les mentionna; mais on sait finalement bien peu de choses sur leur compte.

Un enfant sauvage mieux connu fut celui de Hameln, dans le Hanovre. Le jeune Peter avait été abandonné dans la forêt par ses parents et ne fut retrouvé qu’en 1724, à l’âge de treize ans. Il préférait les fruits et l’écorce des jeunes arbres au pain qu’on lui présentait. Il était fort sale, et son corps était marqué de plusieurs cicatrices. Son caractère était farouche et agressif au début, mais il devint plus tard beaucoup plus traitable. Ce jeune garçon marchait sur ses deux pieds, il courait très vite et ne grimpait pas aux arbres.

Très vorace, il ne put jamais que prononcer quelques mots pour demander de la nourriture. Le roi d’Angleterre, George Ier, qui était également électeur du Hanovre, s’intéressa à lui et l’emmena en Grande-Bretagne où il essaya de le faire éduquer. L’enfant de Hameln apprit peu à peu à supporter les vêtements et manifestait un grand plaisir en écoutant de la musique.

Un autre de ces enfants, Jean de Liège, perdu par ses parents à l’âge de cinq ans et retrouvé seize ans après, retint l’attention du naturaliste Linné, qui en parle dans ses ouvrages. Il se nourrissait surtout des légumes qu’il trouvait dans la terre.

La fille sauvage de Karpfen, capturée en 1767 en Basse Hongrie, était nue. Son corps était robuste, et il fallut la tirer de force de la tanière où elle s’était réfugiée. Conduite à l’hôpital de Karpfen, elle refusa de manger des aliments cuits, mais faisait ses délices de la viande crue et des écorces d’arbres. On ne sut jamais comment elle avait pu survivre dans ces forêts inaccessibles, où pullulaient des animaux féroces, ours et loups.

En 1831, on fit mention d’une fille-truie, découverte dans la région de Salzbourg, en Autriche, qui, ayant été élevée dans une porcherie, imitait le grognement des cochons. L’enfant-porc d’Overdyke, lui, avait une prédilection pour les salades, et un autre enfant sauvage de cette région, élevé parmi les loups, grimpait aux arbres, criait comme un oiseau et dénichait les œufs dont il se montrait très friand. Avec l’enfant-loup de Kronstadt, en Russie, décrit par l’Allemand August Rauber dans un ouvrage paru en l885, et qui était fort sensible aux sons du piano, s’achève la liste des enfants sauvages de l’Europe. Aux XIXe et XXe siècles, la plupart des cas semblables signalés concernent des individus nés en Asie méridionale ou en Afrique.

Tous les cas que nous avons relevés sont, il faut le reconnaître, entourés de beaucoup d’obscurité, et l’on peut se poser nombre de questions à leur égard. Il existe pourtant deux enfants européens dont l’histoire est bien connue et sur lesquels il faut revenir. Il s’agit de la fille-sauvage de Songy, en Champagne, et de l’enfant-loup de l’Aveyron, le petit Victor, qu’un film a, de nos jours, rendu célèbre.

Un soir du mois de septembre de l’année 1731, alors que Louis XV régnait sur la France, les habitants du petit village de Songy, en Champagne, au sud de Châlons-sur-Marne, éprouvèrent une grande frayeur. Ils virent une étrange créature, pieds nus, couverte de haillons, cheveux emmêlés, le visage et les mains noirs comme de la suie et tenant un bâton.  » Voilà le diable !  » s’ écrièrent-ils à cette apparition, et ils s’enfuirent au plus vite dans leurs maisons, s’y barricadèrent et lâchèrent leurs chiens contre elle. La  » sauvage  » les attendit de pied ferme et tua d’un coup de son gourdin le premier qui approcha, un terrible molosse armé d’un collier à pointes de fer. Elle s’éloigna ensuite dans la campagne, grimpa dans un arbre et s’y endormit.

Un noble du voisinage, le vicomte d’Épinoy, alerté par ses paysans, décida de s’en emparer. Il employa une ruse très simple : on mit un seau d’eau au pied de l’arbre en espérant la capturer lorsqu’elle descendrait se désaltérer. Mais cette créature remontait aussitôt qu’elle avait bu.

On imagina alors de la prendre par la faim. Une femme se tint près de son refuge avec des poissons à la main. La fille finit par descendre, et la femme s’éloigna tout doucement, l’entraînant sur ses pas juste pour laisser aux hommes postés près de là le temps d’accourir et de la capturer. Conduite aux cuisines du château, elle se jeta sur les aliments qu’on lui présenta et, en présence du vicomte, écorcha un lapin qu’on lui présentait et le mangea tout cru.

On tenta alors de la soumettre à un régime alimentaire normal, mais elle se mit à dépérir. On lui permit donc de consommer de la viande crue; on lui apportait un poulet ou un lapin vivant dont elle suçait le sang tout chaud, ce qui lui faisait, disait-elle,  » comme un baume qui s’insinuait partout et lui redonnait des forces « .

Le vicomte d’Épinoy la fit élever ensuite chez des religieuses, soit à Châlons, soit à Vitry-le-François ; après la mort du vicomte, ce fut l’évêque de Châlons, Choiseul, qui en prit soin. En l747, placée dans un autre couvent, les clarisses de Sainte-Menehould, elle reçut la visite du savant La Condamine, qui l’interrogea sur son passé.

Elle était alors la protégée du duc Louis d’Orléans, le fils du Régent, qui payait sa pension. Elle avait perdu son comportement sauvage et était devenue Mlle Leblanc. Le duc la fit entrer dans une autre maison de religieuses de Paris où elle fit sa première communion. Elle se disposait à devenir religieuse lorsqu’elle tomba gravement malade et perdit son protecteur. Les hospitalières qui l’hébergeaient la traitèrent durement, la croyant désormais sans ressources. Heureusement, alerté par Louis Racine et La Condamine, le nouveau duc d’Orléans continua à son égard les charités de son père. Elle put entrer au couvent de la Visitation de Chaillot, où elle mourut en 1788 à la veille de la Révolution.

Quelles pouvaient donc être les origines de la mystérieuse  » fille de Songy  » ? La Condamine, qui l’interrogea, a essayé d’élucider cette énigme en croyant pouvoir affirmer qu’elle était née chez les Esquimaux du nord de l’Amérique. Il s’appuyait sur certaines de ses confidences.

 » Je suppose, écrit La Condamine, qu’un capitaine de navire parti de la Hollande, de l’Ecosse ou de quelque port de Norvège ait enlevé des esclaves dans les terres arctiques, ou dans la terre du Labrador, et qu’il les ait transportés pour les vendre dans quelqu’une des colonies européennes des îles Antilles. Elle y aura vu et mangé des cannes à sucre et du manioc. Le même capitaine peut avoir ramené quelques-uns des ces esclaves en Europe, soit qu’il n’eût pas trouvé à s’en défaire avantageusement, soit par caprice ou curiosité, et la jeunesse de notre petite sauvage peut fort naturellement lui avoir valu cette préférence ; dans ce cas, il est probable qu’il l’aura vendue ou donnée en présent à son arrivée en Europe. « 

 » Il est encore assez vraisemblable que, par plaisanterie ou par fraude, on se soit avisé de la peindre en noir, c’était le moyen de la faire passer pour une esclave de Guinée et de n’avoir point de comptes à rendre. Il y a en Amérique une plante dont on tire une eau qui, appliquée sur la peau, la noircit parfaitement. « 

La Condamine pensait également que, vendue dans un port de Hollande, ses nouveaux maîtres pouvaient l’avoir transportée dans la région des Ardennes, d’où elle se serait échappée, ou bien, désespérant de l’apprivoiser, ils l’auraient abandonnée. C’est ainsi qu’elle aurait gagné la Champagne.

Le savant croyait-il à ce récit ? L’aventure de Mlle Leblanc comporte en effet bien des détails invraisemblables et qui relèvent plus de la fable que de l’analyse scientifique. Il faut d’ailleurs remarquer que La Condamine, qui revenait, à cette époque, du Pérou, où le gouvernement français l’avait chargé de mesurer le méridien terrestre, se garde bien de signer de son nom son Histoire d’une jeune fille sauvage, mais qu’il choisit comme pseudonyme, celui d’une certaine Mme Hecquet !

En fait, le mystère n’a jamais été éclairci ; à défaut de documents sûrs, on serait plutôt tenté d’admettre que sa naissance en France a été clandestine et que, reculant devant un crime, on a préféré la faire nourrir dans quelque retraite isolée avant de lui donner la liberté, lorsqu’on a supposé qu’elle pouvait subvenir seule à ses besoins, jusqu’au moment où elle serait recueillie. Peut-être s’est-elle enfuie d’elle-même de l’endroit où on la tenait cachée.

Quoi qu’il en soit, le mystère qui entoure les origines de cette malheureuse créature ne fut jamais parfaitement élucidé.

L’aventure du petit  » Victor de l’Aveyron  » est encore plus étrange …

L’aventure du petit Victor de l’Aveyron est une des affaires d’enfants sauvages les mieux connues.

Victor fut l’objet d’une extraordinaire curiosité et provoqua des discussions passionnées. Certains soutenaient qu’il appartenait à une race  » d’hommes des bois  » qui auraient vécu parallèlement aux civilisés. D’autres parlaient même de  » génération spontanée  » !

Son histoire commence en 1797 lorsqu’on aperçut pour la première fois, dans le bois de Lacaune (département du Tarn), un enfant entièrement nu qui fuyait l’approche des hommes.

Cette découverte excita la curiosité et on se mit à sa recherche. On l’aperçut qui cherchait des glands et des racines, et on le captura, mais il réussit à s’échapper presque aussitôt. Des chasseurs le reprirent en juin 1799 : il s’évada de nouveau.

Enfin, le 9 janvier 1800, il entrait dans le moulin du teinturier Vidal, à Saint-Sernin (Aveyron). Il avait la tête, les bras et les pieds nus, le reste du corps n’était couvert que des lambeaux d’une vieille chemise qu’on lui avait donnée à Lacaune six mois auparavant. Victor ne prononçait alors aucun mot et paraissait ne pas entendre. On le crut sourd et muet. Malgré les rigueurs de l’hiver, il ne pouvait souffrir le moindre vêtement, et on mit longtemps à l’habituer à coucher dans un lit. Lorsqu’il cherchait à s’enfuir, il marchait à quatre pattes.

Les journaux de la capitale ayant fait mention du  » sauvage de l’Aveyron « , tout Paris se mit à parler de lui.

Cet enfant d’une douzaine d’années mesurait 1,36 m, avait la peau blanche et fine, le visage rond, les yeux noirs et enfoncés, les cheveux châtains, le nez long et aquilin. Sa physionomie était gracieuse : il souriait volontiers, et son corps présentait la particularité d’être couvert de cicatrices, dont certaines paraissaient avoir été faites par un instrument tranchant. Quelques-uns en conclurent que les auteurs de ses jours avaient tenté de l’immoler avant de l’abandonner dans les bois.

A la fin de septembre 1800, le ministre de l’Intérieur demanda qu’il fût amené à Paris. Il devait y jouir d’une vogue extraordinaire : n’avait-il pas été découvert à la fin du XVIIIe siècle, au cours duquel les philosophes avaient discouru sur le  » bon sauvage  » et « l’ homme de la nature  » ?

Toutefois, les bons esprits comme les gens du monde furent déçus par cet enfant qui présentait tous les caractères de l’arriération mentale, qui était malpropre, muet, indifférent à tout ce qui l’entourait et qui se balançait sans cesse à la façon d’un idiot.

Les  » psychiatres  » de l’époque, Esquirol et Pinel, le jugèrent inguérissable. Telle ne fut pas heureusement l’opinion du nouveau directeur de l’Institut des sourds-muets, Jean-Marc Gaspard Itard. Aussi grand savant qu’homme au cœur admirable, Itard ne partageait pas l’avis de Pinel. Il se posa à son propos la question de savoir quels seraient le degré d’intelligence et la nature des idées d’un adolescent qui, privé dès son enfance de toute éducation, aurait vécu entièrement séparé des individus de son espèce. Il conclut justement que ce tableau moral correspondait à l’enfant confié à ses soins.

Itard voulut aussi répondre à tous ceux qui proclamaient que le petit Victor était un idiot irréductible abandonné pour cette raison par ses parents :  » Ceux qui se sont livrés à une pareille supposition, écrit-il, n’ont point observé cet enfant peu de temps après son arrivée à Paris. Ils auraient vu que toutes ses habitudes portaient l’empreinte d’une vie errante et solitaire : aversion insurmontable pour la société et pour ses usages, nos habillements, nos meubles, le séjour de nos appartements, la préparation de nos mets, indifférence profonde pour les objets de nos désirs et de nos besoins, goût passionné pour la liberté des champs, si vif encore dans son état actuel, malgré ses besoins nouveaux et ses affections naissantes ; que pendant un court séjour qu’il a fait à Montmorency, il se serait infailliblement évadé dans la forêt sans les précautions les plus sévères, et que, deux fois, il s’est échappé de la maison des sourds-muets, malgré la surveillance de sa gouvernante.

 » Il avait été vu, plus de cinq ans auparavant, entièrement nu et fuyant l’approche des hommes, ce qui suppose qu’il était déjà, lors de sa première apparition, habitué à ce genre de vie, habitude qui ne pouvait être le résultat que de deux ans au moins de séjour dans des lieux inhabités. Ainsi, cet enfant a passé dans une solitude absolue sept ans à peu près sur douze, qui composaient l’âge qu’il pouvait avoir quand il fut pris dans le bois de Lacaune.

 » Il est donc probable qu’il a été abandonné à l’âge de quatre ou cinq ans, et que s’il devait avoir déjà à cette époque quelques idées et quelque commencement d’éducation, tout cela se sera effacé de sa mémoire par suite de son isolement. Voilà quelle m’a paru être la cause de son état actuel. On voit pourquoi j’en augurais favorablement pour le succès de mes soins. En effet, sous le rapport du peu de temps qu’il était parmi les hommes, le sauvage de l’Aveyron était bien moins un adolescent imbécile qu’un enfant âgé de dix ou douze mois … »

Le diagnostic, d’une remarquable justesse, allait permettre au docteur Itard d’obtenir des succès dans sa tentative d’humaniser son patient. Au prix d’un effort d’une grande patience, poursuivi durant de longues années, et qui demanda au savant des trésors d’affection pour le petit déshérité, il parvint à le faire parler et lire ses lettres. Aidé par une femme admirable, Mme Guérin, la gouvernante de l’enfant, il développa également ses qualités de cœur, et Victor s’attacha à ceux que l’on peut appeler  » ses sauveurs « .

Itard, dans deux Mémoires publiés en 1801 et en 1806, et qui font aujourd’hui encore l’admiration des spécialistes, a raconté les étapes de cette éducation : dès 180l, le  » sauvage de l’Aveyron  » s’habille lui-même, sait mettre le couvert et se tenir convenablement à table ; il va puiser de l’eau et apporte à son bienfaiteur les affaires dont il a besoin. Il s’amuse à traîner une petite voiture et il commence aussi à lire. Cinq années plus tard, il a fait des progrès : il peut fabriquer de petits objets, coupe le bois de la maison et se rend utile en aidant Mme Guérin aux travaux ménagers.

La gloire d’Itard est alors à son apogée : plusieurs souverains étrangers, comme l’empereur de Russie, lui offrent dans leur pays de riches sinécures. Mais il préférera toujours l’éducation des sourds-muets et des enfants arriérés mentaux, auxquels il consacrera ainsi quarante années de sa vie.

En l807, ne pouvant plus guère améliorer l’état de Victor, Itard décida de le confier entièrement aux soins de la bonne Mme Guérin, et c’est à elle que le ministre de l’Intérieur continua de payer sa pension. Le jeune homme vivra désormais chez elle, dans une annexe de l’institution, où il mourra quadragénaire, au début de l’année 1828.

Son éducation resta cependant incomplète à cause de la nullité presque absolue des organes de l’ouïe et de ses difficultés d’élocution. Ses facultés intellectuelles et affectives ne se développèrent que lentement. Néanmoins, les changements survenus dans l’état du petit Victor furent considérables : Itard, dans le rapport qu’il dressa, fit justement remarquer que le perfectionnement de la vue et du toucher et les nouvelles jouissances du goût, en multipliant les sensations et les idées de notre sauvage, avaient puissamment contribué au développement des facultés intellectuelles.

Il nota aussi qu’on trouvait, entre autres changements, la connaissance des signes de la pensée, l’application de cette connaissance à la désignation et à l’énonciation de leurs qualités et de leurs actions, d’où l’étendue des relations de l’élève avec les personnes de son environnement, la faculté de leur exprimer ses besoins, d’en recevoir des ordres et de faire avec elles un continuel échange de pensées.

Enfin, il remarqua que, malgré son goût immodéré pour la liberté des champs et son indifférence pour la plupart des jouissances de la vie sociale, Victor s’était montré reconnaissant des soins,  » susceptible d’une amitié caressante, sensible au plaisir de bien faire, honteux de ses méprises et repentant de ses emportements « .

Grâce au docteur Itard, Victor, seul de tous les enfants sauvages qui l’ont précédé, aura eu la chance de pouvoir accéder à une forme appréciable d’humanité. L’humble enfant du bois de Lacaune aura aussi eu le mérite de faire progresser la science médicale dans le traitement des enfants arriérés. Itard sera alors considéré comme le promoteur de l’éducation des arriérés.

Chemin immense parcouru, depuis les mythologies de l’Antiquité et les bavardages du siècle des Lumières, dans une science qui a fait progresser finalement la connaissance de notre humanité dans ce qu’elle a de plus profond.

Posté par Jean dans Prisonniers de la solitude | 7 Commentaires »

12-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (11e partie)

Au moment de la découverte de Kaspar, on connaissait plusieurs cas d’enfants sauvages, certains remontant au Moyen-Age. Beaucoup d’histoires semblent inventées ou en tout cas enjolivées, de manière à servir d’enseignement. C’est le cas de l’histoire la plus ancienne, l’enfant sauvage de Hesse. Cette région du centre de l’Allemagne est célèbre par ses forêts touffues, jadis, pleines de loups. C’est là que les frères Grimm ont recueilli une partie de leurs contes, dont le fameux Blanche-Neige.
Selon la chronique dite de Hesse, les évènements se seraient produits en 1304. Des chasseurs s’étaient rendus dans la forêt pour chasser les loups qui faisaient des ravages dans les troupeaux. C’est alors qu’ils découvrent, courant parmi les bêtes, une étrange créature : elle court comme les loups, avec la même rapidité, mais son corps n’est pas velu et son visage ressemble à celui des hommes. On découvre que c’est un être humain ! On parvient à le capturer et à le ramener parmi les hommes.
C’est un jeune garçon dont on ne parvient pas à déterminer l’âge exact. Mais on sait qu’il a été enlevé par une meute de loups alors qu’il avait trois ans et on avait cru, à l’époque, que les bêtes l’avaient dévoré. On avait organisé des battues pour le retrouver mais il avait disparu, sans laisser de traces. Il faut dire que les enlèvements d’enfants par les loups, notamment en période hivernale où les bêtes, chassées par le froid, faisaient des incursions dans les villages, étaient courants à l’époque.
La chronique nous apprend que non seulement l’enfant n’avait pas été dévoré par la meute mais que les loups l’avaient pris en charge, comme s’il s’agissait d’un de leurs petits. Ils l’avaient emmené dans une tanière, bien protégée des vents et du froid, l’avaient recouvert d’herbes et de feuilles et s’étaient blottis contre lui pour le réchauffer. Une louve qui avait mis bas l’avait allaité, plus tard, quand il a été en mesure de manger, les loups l’avaient nourri, en lui réservant les meilleurs morceaux de leur chasse. Ils avaient fait son éducation, en lui apprenant à courir, à sauter et à chasser comme eux. Il avait perdu la marche bipède et, comme les loups, courait à quatre pattes. Son corps s’était progressivement adapté à cette nouvelle façon de se déplacer : il faisait exactement tout comme les loups, courant, chassant et hurlant comme eux ! Ces loups, très «humains», contredisent, bien sûr, l’image que l’on se faisait alors du loup, en Europe : un animal cruel et sanguinaire, dévoreur d’hommes, image que les contes et la littérature populairs allaient répandre, pratiquement jusqu’au XXe siècle !
Il fallait refaire l’éducation de l’enfant sauvage de Hesse. On a mis beaucoup de temps pour l’habituer à manger de la viande et d’autres aliments cuits, on l’a forcé à marcher sur ses pieds, en lui faisant porter des attelles, on lui a fait porter des vêtements alors qu’auparavant, il allait tout nu… il a également appris à parler, on lui a enseigné les bases de la morale et de la religion et on n’a pas cessé de lui dire : «Tu n’es pas un loup mais un homme, tu dois te comporter désormais en homme !»
Mais un jour, alors qu’on lui répétait ces propos, l’enfant s’est écrié : «Comme je voudrais retourner parmi les loups ! Leur compagnie est bien meilleure que celle des hommes !» Une sentence inattendue dans cette Europe chrétienne du Moyen Age…(à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

11-06-2007

Le Criticon – Baltasar Gracian (1601-1658)

Les trois parties du Criticon, publiées en 1651, 1653 et 1657, eurent un grand écho en Europe, notamment dans les pays germaniques. Il s’agit sans aucun doute du chef d’œuvre de l’auteur et de l’une des plus grandes réalisations du Siècle d’or. C’est un long roman allégorique parsemé de touches philosophiques qui rappelle le style romanesque byzantin par les nombreuses vicissitudes et aventures auxquelles les personnages sont confrontés, ainsi que le roman picaresque par sa vision satirique de la société qui transparaît dans le long pèlerinage que font les principaux personnages, Critile, « l’homme critique », qui incarne le désillusionnement, et Andrénio, « l’homme naturel », qui représente l’innocence et les instincts primaires. L’auteur utilise sans cesse une technique perspectiviste qui se déploie selon les idées ou les points de vue de chacun des deux personnages, mais sur un mode plus antithétique que polyphonique, contrairement au don Quichotte de Miguel de Cervantes. Le roman renferme une philosophie, le pessimisme, à laquelle l’un de ses meilleurs lecteurs et l’un de ses plus fervents admirateurs, le philosophe allemand du XIXe siècle Arthur Schopenhauer, s’est identifié.

Ce qui suit est un résumé sommaire du Criticon, œuvre complexe qui nécessiterait une étude détaillée.

Critile, un homme du monde, fait naufrage sur le rivage de l’île de Sainte-Hélène, où il rencontre Andrenio, l’homme de la Nature, qui a grandi complètement à l’écart de la civilisation. Ils commencent ensemble le long voyage vers l’Île de Immortalité, parcourant la longue route semée d’embûches de la vie. Dans la première partie (« Du printemps de l’enfance à l’été de la jeunesse »), ils rejoignent la cour du roi où ils souffrent de toutes sortes de déceptions ; dans la deuxième partie (« Judicieuse et civile philosophie dans l’automne de l’âge viril »), ils traversent l’Aragon, où ils rendent visite à Salastano (anagramme du nom de l’ami de Gracián, Lastanosa), voyagent en France, que l’auteur appelle « le désert d’Hipocrinde », uniquement peuplée d’hypocrites et de cancres, et terminent leur voyage par la visite d’une maison de fous. Dans la troisième partie (« Dans l’hiver de la vieillesse »), ils vont à Rome et y découvrent une académie où se trouvent les hommes les plus inventifs, puis finissent par rejoindre l’Île de l’Immortalité.

Le style de Gracián, génériquement appelé conceptisme, est caractérisé par l’emploi d’ellipses et par la concentration d’un maximum de sens dans une forme la plus minimale possible, un style appelé en espagnol l’agudeza (l’« acuité ») et porté à son extrême dans L’Homme de cour, un livre composé uniquement de presque trois cents maximes commentées. Gracián joue continuellement avec les mots et chaque phrase devient un puzzle rhétorique complexe.

Posté par Jean dans Livres | Pas encore de commentaires »

11-06-2007

11 juin

Les statistiques sont devenues plus fiables depuis la supression du comptage des robots. Les chiffres globales pour un mois devenaient ridicules, tellement ils étiaent gonflés.

J’ai changé aujourd’hui le bas-de-page et le slogan.

Je me demande s’il ne serait pas bien de réserver carrément une page à certains de mes contacts, car comme je retravaille l’articles qui les concerne ça finira par faire un vrai  » dossier « .

Posté par Jean dans Ce blog ! | Pas encore de commentaires »

10-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (10e partie)

Nürnberg klassisch - Heilig Geist Spital / Nuremberg classicallyEn cette première moitié de XIXe siècle, les enfants sauvages constituent un thème fort prisé, non seulement des écrivains romantiques mais aussi du grand public. Les histoires d’enfants abandonnés à eux-mêmes, à leur naissance, ou élevés par des animaux, soulevaient des questions d’ordre philosophique sur la nature humaine, la différence qui existe entre l’animal et l’homme. Les savants, eux, se sont mis à les prendre comme des objets d’études, non seulement médicales mais aussi sociales, morales, linguistiques, suscitant des polémiques sur l’acquisition du langage, de la connaissance, des valeurs sociales ou morales.
En fait, dès l’antiquité déjà, on se posait ce genre de question. Au IIIe siècle de l’ère chrétienne, Arnobe, né en Numidie, a développé l’idée selon laquelle, l’être humain n’est pas aussi différent qu’on ne le croie de l’animal : c’est seulement l’apprentissage, à la fois lent et pénible, qui en fait un homme. Un enfant isolé, à la naissance, des autres hommes, continuerait donc à vivre comme un animal, sans langage ni sens moral. Les idées d’Arnobe seront reprises, dans une perspective matérialiste, au XVIIIe siècle par un auteur comme La Mettrie, pour montrer que l’âme dépend du corps: l’esprit ne vient pas à ceux qui ne connaissant pas le développement physique, qui sont maintenus dans un état sauvage. La Mettrie cite des cas connus à son époque : les enfants-ours, découverts en 1669 et en 1694 en Lituanie, qui grognaient et n’avaient aucun sens religieux ou moral. Mais parallèlement à ces idées, le thème de l’enfant sauvage a été également pris comme argument pour prouver le caractère inné de la foi et du sens moral : même isolé de ses congénères, même élevé sans langage ni aucun apprentissage, l’homme acquiert de lui-même, par le libre exercice de ses sens, le sentiment spirituel. Ces idées développées par Ibn toyal, dans son fameux roman philosophique, Hayy Ibn Yaqdhan, ont été reprises par les auteurs européens, dont l’anglais Daniel Defoe et l’Espagnol Baltasar Gracian. L’ouvrage de ce dernier, El Criticon ou l’homme détrompé, raconte l’histoire d’un naufragé, Critile, philosophe, donc homme de raison, sauvé par un jeune homme vivant à l’état de nature sur une île déserte. Les deux hommes vont vivre ensemble et engager de longs débats, confrontant, le jeune sauvage, son expérience matérialiste, le philosophe, sa critique de la raison pratique.
A la fin du XVIIIe siècle, quelques romans mettant en scène des enfants sauvages, ont été publiés. C’est le cas de Victor ou l’enfant de la forêt, de Ducray-Duminil, publié avant la découverte de Victor de l’Aveyron ou encore Victorine, publié en 1789, et s’inspirant de la découverte de la jeune fille sauvage de Champagne. Il s’agit d’enfants abandonnés à la naissance, vivant dans un isolement total et récupérés, au cours de chasses ou de battues : c’est alors, pour ces enfants, un long apprentissage, avec ses réussites et ses échecs, pour les intégrer dans la société des hommes. (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

10-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (9e partie)

Le bourgmestre continue à interroger Kaspar.
— On te faisait sortir ?
— Non…
— Tu n’as jamais quitté la pièce ?
— Non….
— Même pas pour faire tes besoins ?
Le jeune homme ne comprend pas ce que veut dire «faire ses besoins». Le bourgmestre le lui explique.
— Il y avait un trou creusé dans le sol, avec un vase… L’homme venait le vider chaque jour…
— Et comment as-tu appris à parler ?
— L’homme me parlait….
Tu as appris aussi à lire et à écrire.
— Oui, c’est l’homme !
— Et comment es-tu parvenu jusqu’ici ?
— C’est un homme habillé de noir. Il est venu dans ma chambre et il m’a dit de me préparer à partir.
— Il t’a expliqué pourquoi tu devais quitter ta prison ?
— Il a dit qu’il était temps pour moi d’aller vivre dans la grande ville. Il a dit aussi que c’est le vœu de ma mère… elle voulait qu’une fois parvenu à l’âge d’homme, je devienne soldat… comme mon père !
— C’est l’homme qui t’a donné les lettres ?
— Oui, il m’a dit de les remettre au capitaine…
— Tu ne te rappelles pas quelle route vous avez prise pour arriver à Nuremberg ?
— Non
— Vous avez voyagé comment ?
— A pied… Je ne pouvais pas marcher… L’homme m’a porté sur son dos…
— Vous avez marché longtemps ?
— Trois jours et trois nuits !
— Et quand êtes-vous arrivés à Nuremberg ?
— A la fin de la journée… Nous sommes restés cachés, à l’entrée de la ville, jusqu’à la tombée de la nuit. L’homme m’a fait entrer dans la ville, il m’a remis les deux lettres et il est parti, en me disant bonne chance.
— C’est alors que le cordonnier et son compagnon t’ont trouvé…
— Oui, j’étais étonné… Je n’ai jamais vu de ville… Je n’ai jamais vu d’inconnu… Je regardais… Je ne pouvais pas parler !
Cela le bourgmestre le sait. Il sait aussi que le capitaine qui a reçu Kaspar a cru à une plaisanterie, un coup monté par deux ivrognes. Il a pris Kaspar lui-même pour un ivrogne. Mais le bourgmestre est maintenant persuadé que le jeune homme ne feint pas l’idiotie et que son histoire est véridique. (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | 1 Commentaire »

09-06-2007

Promeneur solitaire

promeneursolitaire.jpg

Posté par Jean dans Photos | 1 Commentaire »

09-06-2007

2) Jacques Muller : Solitude – 1967

070924solitude.jpg

Posté par Jean dans Toiles | Pas encore de commentaires »

09-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (8e partie)

Nürnberg, GermanyLe jeune homme sait parler mais il possède si peu de mots qu’il lui est difficile de s’exprimer. C’est donc par bribes qu’il va raconter son histoire. Une histoire à vrai dire extraordinaire.
— Tu ne connais donc pas tes parents ?
— Non, dit le jeune homme.
— D’après la lettre que tu as remise au capitaine Wessnich, tu as été recueilli par un homme… tu peux nous dire son
nom ?
— Je ne le connais pas… C’est l’homme…
— Tu sais où se trouve la maison où tu vivais ?
— Non…
— Tu sortais de la maison? Tu fréquentais les autres enfants ?
— Non….
Le bourgmestre n’en croit pas ses oreilles.
— Tu ne sortais jamais ? Tu n’es jamais sorti de la maison ?
— Non…
Le jeune homme n’est jamais sorti de la maison où il a été recueilli… Il a vécu toute sa vie dans la réclusion !
— Tu peux nous décrire la maison où tu as vécu.
— Une chambre… une petite chambre…
— On t’enfermait dans une chambre ?
— Oui…
— Une chambre comme celle-ci ?
Il regarde la chambre, lève les yeux vers le plafond.
— Non… La chambre est petite…
Il place la main juste au-dessus de sa tête.
— Comme ça…
— La pièce où tu te trouvais était aussi basse que cela… Et je suppose étroite ?
Le jeune homme fait encore des signes de la main, traçant un espace étroit.
— Il y avait des meubles ?
— Non…
Kaspar fait encore comprendre que la pièce ne comportait aucun meuble, elle n’avait même pas de plancher. Et pour toute couche, il disposait de la paille, sur la terre battue. Il y avait néanmoins deux petites fenêtres qui laissaient passer la lumière du jour.
— Et que faisais-tu, à longueur de journée ?
— Je jouais…
— Tu avais donc des jouets ?
— Oui, deux chevaux et un chien de bois…
— Et ta nourriture ?
— On m’apportait du pain et de l’eau. (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | 1 Commentaire »

08-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (7e partie)

Nuremberg, GermanyLe gardien l’emmène chez lui. Il s’est pris d’affection pour ce grand garçon aux yeux doux et au sourire triste. Il n’est pas muet, comme il l’a pensé au début, mais son vocabulaire est extrêmement limité : à peine quelques dizaines de mots…
— Qu’il est sale ! s’exclame la femme du gardien.
— Il n’a pas dû prendre de bain depuis plusieurs jours, dit le gardien.
— Je vais le laver, dit la femme.
— Je ne pense pas qu’il te laisse.
Elle prépare quand même un baquet d’eau, apporte du savon et une brosse.
— Enlève tes vêtements, lui dit-elle.
Comme il ne fait pas ce qu’elle dit, elle lui déboutonne la chemise et dégrafe son pantalon. Il n’éprouve aucune gêne à être nu, devant le gardien et sa femme.
— C’est comme un petit enfant, dit la brave femme émue, il ne connaît rien aux choses de la nature !
Il se laisse laver, puis le gardien lui donne des vêtements.
— Il a meilleure mine, dit-il.
— Il n’a pas du tout l’air d’un paysan…
Cependant, l’apparition de Kaspar fait le tour de la ville. Le bourgmestre, vient lui rendre visite un peu plus tard. Lui aussi est impressionné par les grands yeux du jeune homme et son sourire triste.
— Tu veux bien me dire ton nom ? lui demande-t-il.
— Il s’appelle Kaspar Hauser, dit le gardien.
— Je croyais qu’il ne parlait pas…
— Il parle, mais très mal… comme un jeune enfant… Par contre, il sait écrire !
— Ah bon, dit le bourgmestre… il parle mal mais sait écrire !
— Disons qu’il a écrit son nom….
Le bourgmestre hoche la tête et s’adresse, de nouveau, à Kaspar.
— Kaspar, dis-nous d’où tu viens.
Le jeune homme secoue la tête.
— Tu ne sais pas, très bien… Mais tu te rappelles de la personne qui t’a emmené à Nuremberg ?
— Un homme, dit le jeune homme.
— Tu connais son nom ?
—Non… un homme, habillé de noir…
— Tu le connaissais auparavant ?
— Oui, il m’a appris à lire et à écrire… et puis, il est venu… il m’a dit : «je t’emmène dans la grande ville…tu deviendras soldat !»
— Soldat ?
— Oui, je veux entrer dans la cavalerie… servir, comme mon père !
— Tu connais ton père ?
— Non… Jamais vu, mais mon père était soldat du roi. (à suivre…)

K. N

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | 1 Commentaire »

08-06-2007

11) Ginette Reno : Être seule

lelit.bmp

Ce n’est pas de se parler devant la glace
Ni de s’endormir dans un lit a deux places
De frémir au moindre coup de téléphone
De guetter le bruit d’un pas qui résonne
Être seule
C’est vivre avec quelqu’un qui ne vous aime plus
Être seule
C’est voir dans son regard que l’on existe plus
Que tout ce qu’on peut faire
Désormais l’indifférence qu’on peut rire ou souffrir
Rester partir et pourquoi même mourir
Être seule
C’est vivre en étranger ne plus rien partager
Être seule
C’est garder le silence de peur de l’ennuyer
Retenir ses caresses ses élans de tendresse
Et vivre chaque jour le cœur plus lourd
A l’ombre d’un ancien amour
C’est ton baiser qui se perd dans mes cheveux
C’est mon corps qui oublie devient frileux
C’est un jour une nuit de plus qui passe
Et ne laisse dans mon cœur aucune trace
Je suis seule
Je vie je prie je pleure mais
Tu ne m’entends plus
Je suis seule
Je vis à tes côtés mais tu ne me vois plus
Je suis seule
Et je n’existe plus et tu ne me vois plus
Je suis seule
Et je n’existe plus et tu ne m’aimes plus
Je suis seule
Seule

 

Posté par Jean dans Chansons, Photos | Pas encore de commentaires »

07-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (6e partie)

Nürnberg / NurembergLe gardien le laisse dormir. Un peu plus tard, quand il revient le voir, il le trouve réveillé. Il est à quatre pattes et joue à faire le tour de la cellule, comme un très jeune enfant.
— Holà ! dit le gardien, amusé.
Il va lui chercher encore de la nourriture. Une bonne assiette de soupe.
— Mange, dit le gardien.
Kaspar s’approche de l’assiette, la renifle, comme un chien, puis s’éloigne.
— ça ne te plaît pas ? dit le gardien déçu
— Manger, dit Kaspar.
— Eh bien mange, puisque je te dis que c’est bon !
Il prend l’assiette, va vers Kaspar et, remplissant une cuillère, la lui met dans la bouche. Le jeune homme l’avale et aussitôt la vomit.
— Hé, qu’est-ce que tu as ?
Il secoue la tête, refusant la soupe.
— Manger, dit-il.
— Mais tu refuses la soupe. Tu l’as vomie…
Le gardien se rappelle alors qu’il a mangé du pain. Et si c’était du pain qu’il réclamait ?
— Tu veux du pain ?
— Oui, dit-il, du pain.
Il va lui chercher une miche de pain. Kaspar se jette dessus et la dévore.
— Eh, c’est le pain que tu préfères ! C’est peut-être la seule nourriture que tu connaisses ! du pain et de l’eau, comme dans les prisons !
Il le regarde attentivement. Le jeune homme sourit.
— Tu as été élevé dans une prison ?
Il ne répond pas.
— Tu veux bien me dire ton nom ? D’où tu viens…
Kaspar sourit toujours.
— Tu as compris ma question ? dis-moi ton nom, ton adresse…on pourrait savoir d’où tu viens, retrouver ta famille…
Mais Kaspar ne dit rien.
— Tu as des difficultés à parler ? dit le gardien. Peut-être que tu sais écrire.
Il va chercher une feuille de papier et un crayon.
— Tu veux bien écrire ?
Le jeune homme prend le crayon et, comme un enfant qui apprend à écrire, penche la tête en avant, tire la langue et griffonne quelque chose sur la feuille. Puis, un large sourire éclairant son visage, il tend la feuille au gardien.
— Kaspar… Kaspar Hauser… C’est ton nom,Il fait oui de la tête.
— C’est toujours cela, soupire le gardien au moins, on sait ton nom. (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | 1 Commentaire »

07-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (5e partie)

NürnbergLe cordonnier et son compagnon partis, le capitaine regarde attentivement l’adolescent. Il est plutôt grand de taille, très gauche, le dos légèrement courbé, comme le sont souvent les paysans, à force de se baisser, mais il y a quelque chose dans son allure qui indique qu’il n’est pas un paysan. Il regarde attentivement le capitaine, les yeux grand ouverts, un léger sourire aux lèvres
— Tu t’appelles réellement Kaspar ? demande le capitaine.
— Oui, dit le jeune homme.
— Aha, dit le capitaine, tu n’es donc pas muet ?
— Je veux être cavalier comme mon père…
Il parle d’une voix lente, comme s’il répète des mots qu’on lui a fait apprendre ou alors comme un enfant qui commence à parler.
— Tu ne peux pas me dire d’où tu viens ?
Le garçon fait non de la tête. Le capitaine se gratte la tête, embarrassé. Il n’est pas encore six heures. Que va-t-il faire de ce garçon, qui semble perdu ? Il ne va pas le renvoyer dans la rue, où, à coup sûr, il serait perdu ! il appelle un soldat :
— Emmenez-le à la tour, qu’on lui donne une cellule pour l’héberger, en attendant qu’on statue sur son cas.
Le capitaine a remarqué qu’en sortant, Kaspar a trébuché à plusieurs reprises, comme les enfants qui apprennent à marcher. On remarquera, plus tard, que ses jambes sont molles, comme s’il n’avait pas marché depuis longtemps.
La tour est un donjon du Moyen-Age qui tient lieu de prison. C’est le seul endroit où, en ce matin de la Pentecôte, jour férié, on peut loger le jeune homme.
Le gardien, un brave homme, s’étonne.
— Qu’a-t-il fait, ce garçon ? Il n’a pas l’air d’un délinquant !
— Donnez-lui une cellule, on verra ensuite ce qu’on fera de lui !
Kaspar, tenant toujours son chapeau à la main, le regard fixe, souriant tristement, entre dans la cellule que le gardien lui indique.
— Tu as sans doute faim, dit le gardien, je vais t’apporte à manger !
Il revient avec une terrine, du pain et une carafe d’eau. Kaspar se jette sur le pain, qu’il dévore, puis boit à longs traits dans la carafe.
— Mange ce qu’il y a dans l’assiette, dit le gardien, c’est bon !
Comme le jeune homme ne touche pas au contenu de l’assiette, il pense qu’il n’a pas compris ce qu’il lui a dit, et l’approche de lui.
— Allez, mange c’est ma femme qui l’a préparé…
Kaspar secoue la tête.
— Tu n’as pas faim ? comme tu veux… Tu as une couchette, tu peux dormir, si tu veux !
Mais, au lieu de s’étendre sur la couchette, le jeune homme se jette sur le sol, se recroqueville sur lui-même et bientôt se met à ronfler. (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

06-06-2007

Survivre avec les loups, de Misha Defonseca

080116loups.jpgCe livre dispose d’un soutien médiatique important et pourtant, j’avoue que je ne savais rien de cette histoire. Ce récit autobiographique raconte l’histoire de Mishke, jeune enfant juive de 8 ans, qui se cache à Bruxelles pendant la Seconde Guerre mondiale. À l’approche des Allemands, les parents la confient à une fermière qui n’a rien à envier à la Falcoche de Bazin. Seul le beau-père de cette femme, Grand-Père, la considère comme une enfant à aimer! En entendant la fermière dire à une voisine « on la donnera aux Allemands », Mishke décide de fuir et de partir vers l’est, grâce à une boussole offerte par Grand-Père, pour retrouver ses parents déportés.
Elle vivra dans les bois, s’abritant parfois dans une grange, vivant de rapines, restant plusieurs jours sans manger et allant jusqu’à remplir son estomac de vers, de feuilles voire de terre pour pallier la faim qui lui noue le ventre. Blessée au dos, par un puissant jet de pierre, c’est une louve qui va lui sauver la vie!

Interview de Misha Defonseca
« Les loups m’ont empêchée de basculer dans la folie »
jeudi 1er septembre 2005, par Fabien

Son aventure est à peine croyable. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, alors qu’elle n’a que 7 ans, Misha Defonseca parcourt toute l’Europe, dans l’espoir de retrouver ses parents déportés. Un périple durant lequel elle vivra plusieurs mois parmi une meute de loups.

Comment êtes-vous parvenue à vous faire accepter par ces loups ?

Cela s’est passé de manière tout à fait naturelle. J’ai d’abord eu la chance de rencontrer un loup solitaire, ce qui a facilité les choses. Un loup qui a été chassé de sa meute ou qui a décidé de lui-même de prendre ses distances a davantage de mal à survivre. Il accepte donc mieux la compagnie d’autrui. De plus, j’étais moi-même devenue un animal. Je ne me lavais plus, je ne parlais à personne, je mangeais ce que je trouvais pour survivre. Les seuls contacts que j’avais avec les hommes étaient de guetter pour pouvoir leur voler à manger ou de quoi me vêtir. J’étais devenue une vraie bête sauvage. Je n’appartenais plus au monde des humains. D’instinct, je savais comment me comporter vis-à-vis des loups. Lorsqu’ils grognaient ou montraient les crocs, je me jetais à terre en signe de soumission. J’ai vite appris leurs codes, leurs règles. Pour moi, le comportement d’un animal dépend de la manière dont on l’aborde. Si vous avez peur ou envie de fuir, celui-ci le ressent et peut alors se montrer agressif. Je n’ai jamais ressenti la moindre peur.

D’où vous est venue cette approche du monde animal ?

De mon éducation. Ma mère ne m’a jamais inculqué la peur du loup ni d’aucun animal. Quand elle parlait des animaux, c’était pour me dire que le lion vivait dans la jungle, la poule à la ferme. Elle ne donnait aucun jugement de valeur.

Est-ce que cette période a été la plus magnifique de votre existence ?

Disons que ça a été une parenthèse. Cela m’a tenue à distance des horreurs de la guerre. J’ignorais tout ce qu’il se passait parmi le monde des humains. Durant cette période, je n’étais plus obsédée par le fait de retrouver mes parents. Pour la première fois depuis longtemps, j’appartenais à un clan, à une famille. Je n’étais plus seule. Les loups m’ont empêchée de basculer dans la folie.

Vous êtes allée jusqu’à manger de la viande régurgitée par une louve…

Mais cela n’avait rien de dégoûtant pour moi ! J’avais mangé pire que ça : des gros vers, de la pâtée pour cochons. Il est même arrivé de mâcher la corne et les ongles de mes pieds pour calmer ma sensation de faim. J’étais affamée quand j’ai essayé d’imiter le comportement des louveteaux à l’égard de leur mère. De cette manière, j’avais vraiment l’impression d’appartenir à une famille. Plus que de la nourriture pour mon estomac, c’était de la tendresse et de l’amour que j’avalais.

En quoi la mort de votre chien Jimmy a-t-elle été le déclic pour raconter votre histoire ?

Jimmy était le chien que j’avais ramené de Belgique aux Etats-Unis. Il était le dernier lien avec mon pays, ma langue maternelle, mes parents. Quand il est mort, je suis tombée folle de chagrin. C’était aussi douloureux que si j’avais perdu un enfant. Toutes mes souffrances étaient réactivées. J’avais le sentiment de perdre mes parents une seconde fois. Pendant des mois, j’ai consacré la vie à ce chien disparu. J’ai réuni des photos, j’ai écrit des poèmes, j’ai même réalisé un petit film sur lui. Ça a été ma thérapie. Quand la vidéo a été achevée, quelqu’un m’a demandé pourquoi j’aimais les animaux à ce point. J’ai répondu : « parce qu’ils m’ont sauvé la vie ». C’est à partir de là que je me suis mise à raconter mon histoire.

De nombreuses personnes mettent vos propos en doute. Qu’est-ce que cela vous fait ?

Je m’en fous royalement ! Ces gens n’étaient pas avec moi pour se permettre de juger. Ceux qui n’aiment pas les animaux ne vont sans doute pas me croire. L’homme est ainsi : il voit le mal partout.

Avez-vous revu des loups par la suite ?

Oui. Il y a quelques années, une équipe de télé américaine m’a mise au défi d’entrer dans un enclos. Ils voulaient avoir la preuve que ce que je racontais était la vérité. J’ai accepté, même si je savais que c’était dangereux. Dans la nature, un loup peut fuir. Dans un enclos, il est pris au piège. Malgré tout, je n’ai pas éprouvé le moindre sentiment de peur. Les loups m’ont tout de suite acceptée. Ils m’ont entourée, protégée de leur fourrure. C’était une sensation extraordinaire. Après tant d’années, je revivais cette magie.

Aujourd’hui, quels rapports entretenez-vous avec les animaux ?

Je vis en totale communauté avec eux. Les animaux sont toujours passés avant ma petite personne. Mon mari et moi vivons dans une maison, pas plus grande qu’une roulotte, auprès 23 chats et de 2 chiens, que j’ai recueillis. D’ailleurs, je n’y invite personne. J’évite de les laisser sortir. J’ai peur qu’on leur fasse du mal…

Finalement, vous vous sentez toujours plus animal qu’humaine…

Totalement. A cause de ce que j’ai vécu durant la guerre, quelque chose s’est cassé en moi, et de manière définitive. Je ne me suis jamais sentie en communauté avec les hommes et l’humanité des bêtes. Le terme « humain » n’a d’ailleurs aucun sens pour moi.

Texte : Karine Touboul

http://www.editionsdelaloupe.com/fr/main/images/Exempledemiseenpage.pdf

http://ours-loup-lynx.info/spip.php?article1161

Posté par Jean dans Actualité, Escroquerie | 12 Commentaires »

06-06-2007

45) Siméon-Guillaume de La Roque


Je suis le triste Oiseau de la nuit solitaire,
Qui fuit sa même espèce et la clarté du jour,
De nouveau transformé par la rigueur d’Amour,
Pour annoncer l’augure au malheureux vulgaire.

J’apprends à ces rochers mon tourment ordinaire,
Ces rochers plus secrets où je fais mon séjour.
Quand j’achève ma plainte, Écho parle à son tour,
Tant que le jour survient qui soudain me fait taire.

Depuis que j’eus perdu mon soleil radieux,
Un voile obscur et noir me vint bander les yeux,
Me dérobant l’espoir qui maintenait ma vie.

J’étais jadis un Aigle auprès de sa clarté,
Telle forme à l’instant du sort me fut ravie,
Je vivais de lumière, ore d’obscurité

Posté par Jean dans Poésies | Pas encore de commentaires »

06-06-2007

Renée Vivien (1877-1909) : Les Solitaires

Ceux-là dont les manteaux ont des plis de linceuls
Goûtent la volupté divine d’être seuls.

Leur sagesse a pitié de l’ivresse des couples,
De l’étreinte des mains, des pas aux rythmes souples.

Ceux dont le front se cache en l’ombre des linceuls
Savent la volupté divine d’être seuls.

Ils contemplent l’aurore et l’aspect de la vie
Sans horreur, et plus d’un qui les plaint les envie.

Ceux qui cherchent la paix du soir et des linceuls
Connaissent la terrible ivresse d’être seuls.

Ce sont les bien-aimés du soir et du mystère.
Ils écoutent germer les roses sous la terre

 

Et perçoivent l’écho des couleurs, le reflet
Des sons… Leur atmosphère est d’un gris violet.

Ils goûtent la saveur du vent et des ténèbres,
Et leurs yeux sont plus beaux que des torches funèbres

Posté par Jean dans Poésies | Pas encore de commentaires »

05-06-2007

Zauberwald

070605allein.jpg

Posté par Jean dans Photos | Pas encore de commentaires »

05-06-2007

Kaspar Hauser, par K. Noubi (4e partie)

Ansbach_Kaspar_Hauser.jpg

 Kaspar Hauser, Ansbach, Germany 

Le capitaine regarde le jeune homme. Il se tient derrière le cordonnier et son ami, le chapeau à la main, immobile comme une statue.
— Il y a aussi un billet, dit Weissmann.
Il le tend au capitaine, qui l’ouvre ; il est d’une autre écriture que la lettre.
«Cet enfant a été baptisé et porte le nom de Kaspar. C’est à vous de lui donner son deuxième nom. Je vous demande de bien vouloir prendre soin de lui. Son père a été un soldat dans la cavalerie. Quand il parviendra à l’âge de dix-sept ans, emmenez-le au sixième régiment de cavalerie, son père y a servi. Je vous prie de le garder avec vous jusqu’à ce qu’il ait dix-sept ans. Il est né le 30 avril 1812. Je suis une pauvre fille, je ne peux pas l’élever convenablement. Son père est mort.»
Le capitaine regarde de nouveau le jeune homme.
— Qui êtes-vous ? demande-t-il.
Mais le jeune homme continue à le regarder fixement.
— Il ne parle pas, dit Weissman.
— Où est-ce que vous l’avez trouvé ?
— Dans la rue, mon capitaine.
— Et que faisiez-vous dans la rue, de si bon matin ?
Weissman bredouille.
— On rentrait, mon capitaine.
— Vous avez passé la nuit dans les tavernes, n’est-ce pas ? Et vous me ramenez ce garçon qui a l’air perdu ?
Weissman bredouille de nouveau.
— Nous, on l’a juste trouvé, mon capitaine… il semblait perdu, et comme la lettre qu’il porte vous est adressée, nous avons cru bon vous le ramener…
— Et que voulez-vous que je fasse de lui ?
— Nous non plus, on ne sait pas ce qu’il faut faire !
L’officier regarde les deux hommes. Ils ont apparemment bu et ils ne semblent pas jouir de toutes leurs facultés. N’auraient-ils pas inventé toute cette histoire, pour se moquer de lui et passer le temps ? il regarde de nouveau celui que la lettre nomme Kaspar.
— Tu t’appelles réellement Kaspar ?
— Mon capitaine, dit le cordonnier, il ne répond pas aux questions !
— Bon, vous deux, rentrez chez vous !
— Et lui, mon capitaine, qu’allez-vous faire de lui ?
— Ce n’est pas votre affaire !
— Bon, bon, dit Weissman, puisque vous vous occupez de lui, nous pouvons rentrer tranquillement chez nous !
Ils s’en vont, en se retournant pour regarder Kaspar. Kaspar qui, pour la première fois, esquisse un sourire. (à suivre…)

Posté par Jean dans Feuilleton, Prisonniers de la solitude | Pas encore de commentaires »

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...