14-04-2007

Solitude, par Colette

070429oeil06.jpg

Touvé ce matin : 

Bonjour,

Comme c’est étrange moi aussi j’ai écrit dans mon nouveau blog un billet sur la solitude.
J’ai parcouru votre site surtout les textes, ils m’ont beaucoup plu. Je vous invite à jeter un regard sur mon blog si vous avez le temps:  

http://celebration-colette-nys-mazure.over-blog.fr/

J’ai ajouté votre lien dans mon blog

Cordialement 

Le texte de Colette : 

Espoir

Je veux partager avec vous ce soir une réflexion de Colette Nys-Mazure à propos de la solitude. Cette dernière est un mal destructeur, rongeur. Elle nous réduit à néant et nous désarme.

Au lieu de se cloîtrer et se recroqueviller sur soi-même, il faut abandonner sa coquille, sa carapace et dépasser les illusions qui se tiennent obstacles devant soi. La lumière du jour doit être épuisée au tréfonds de nos âmes. Il faut s’emplir d’amour et de générosité pour promouvoir les idéaux d’équité, de solidarité et cultiver les valeurs du respect, d’estime, de reconnaissance et de valorisation.

J’ai appris il y a longtemps quelques sagesses de R. Tagore : « We live in the world, when we love it » et « The man barricads against himself ». Devant les difficultés, les amertumes, le désespoir, la déception, j’ai eu recours souvent à ces enseignements pour pouvoir embellir mon quotidien et donner sens à ma vie.

Aujourd’hui j’ai pu accéder à l’acception de Colette Nys-Mazure de la vie, du bonheur, du partage, de la générosité et de la célébration. C’est un atout supplémentaire me confortant dans ma marche, me préservant des illusions et me permettant de mieux célébrer la beauté qui m’entoure et peuple ma vie de tous les jours.

Je vous laisse contempler ci-après  une pensée de Colette Nys- Mazure débordante d’optimisme et palpitante d’espérance :

« Etre à soi-même une présence amie. Cultiver un espace où se rassembler afin de donner sans retour sur soi, sans éprouver l’impression d’être vidée, épuisée (…) Cette clôture à l’intérieur de laquelle on ne laisse entrer personne ni rien qui abîme et racornisse. Etre une présence, une présence réelle, un vrai silence qui écoute plutôt qu’un miroir qui reflète ou un abîme qui engloutit.        

Je vous écris d’une solitude que je voudrais telle » (Célébration du quotidien, page 117, Ed° Desclée de Brouwer, 1997).

Merci pour ce lien Colette. Voici le mien pour votre blog. Dites-moi ce que vous en pensez !

Publié par Jean dans Paroles de solitaires | RSS 2.0

Une Réponse à “Solitude, par Colette”

  1. moonbird 04 dit :

    trés beau texte de Colette, bonne philosophie de vie, qui permet de rechercher les instants de beauté et de Bonheur que l’on peut trouver.
    Quand à l’idée de se faire de soi un ami, c’est certes une jolie idée mais difficilement réalisable pour certains (par contre ce n’est pas pour ça que l’on doit éviter d’aimer les autres!!!).

    Textes et images developpant la réflexion sur l’apprentissage quotidien car après tout que serions nous si nous n’avions plus rien à apprendre ou à espérer de la Vie…

    Continue de nourrir ton blog comme tu sais si bien le faire…

    P.S. : j’ai laissé 2 commentaires avec pour objet la solitude dans les séries télé sur mnn blog, si l’envie t’en dis…

    Dernière publication sur le point de vue d'un drôle d'oiseau : attractivité du paraître

Laisser un commentaire