07-04-2007

Georges de Caunes 1919-2004

decaunes.jpg En septembre 1962, Georges de Caunes tente une nouvelle aventure, mais cette fois seul, en complet isolement et en totale rupture avec le monde des humains. Il entend vivre en vrai (pour pouvoir la raconter) l’aventure de Robinson Crusoë. Il se retire à Eiao, une île déserte des Marquises, en compagnie de son chien Eder, d’un chat et d’un rossignol, relié avec la civilisation par radio, mais seulement pour émettre. Son matériel n’est pas agencé pour recevoir. Il peut se faire entendre mais, volontairement, ne veut plus rien entendre des autres. Il dresse ainsi le cadre de son lieu de séjour : “L’Ile d’Eiao, à quelques degrés de l’Equateur, au Nord de l’archipel des Marquises se présente sous un aspect particulièrement rébarbatif. On n’en voit d’abord que des murailles noires culminant à 400 mètres apparemment inaccessibles. Contre cette forteresse vient se briser la houle du Pacifique. Le mythe de Robinson Crusoë tourne autour de l’installation du héros dans un séjour enchanteur. Si l’on avait pu planter des arbres à Eiao, ils se seraient transformés en piquets. C’est toute la différence qu’il y a entre l’interprétation du romancier et celle du journaliste. Mon reportage et son cadre n’ont aucun rapport avec la romance de Robinson. Eiao est déserte parce qu’inhumaine Désireux de sortir du troupeau des humains, je me retrouvais donc mouton parmi les moutons, à la recherche de ma pâture, susceptible de retomber dans le lot commun de ceux qui attendent de la mort leur délivrance, et de l’au-delà leur libération. Raison de plus d’aller une fois encore à contre-courant, de m’accrocher farouchement à la vie, soucieux non pas tellement de la gagner que de ne pas la perdre. Ainsi dans la solitude de l’île, à la sueur de mon front, je gagnais ma vie et la possibilité d’en réapprendre l’essentiel. Le goût des choses simples, celui de l’ombre et celui de l’eau. » Il faut ajouter cet aveu de conscience professionnelle pour comprendre son acharnement à poursuivre son calvaire et sa mission impossible : “Le seul lien qui me rattachait au monde (en dehors des attaches familiales) était le contrat personnel passé avec Paul Gilson pour France Inter et avec Pierre Lazareff pour France-Soir”. Robinson Crusoë et son île luxuriante, c’est de la littérature ou du cinéma. Dans la fiction, on peut gommer l’insupportable, dans la réalité il faut la supporter : le soleil et sa chaleur, l’absence de végétation ombragée, une faune squelettique et peu comestible constituée du mouton malingre “diable imbécile” et de la chèvre sauvage “diable malin”, le harcèlement permanent des moustiques et des “nonos”, bestioles infernales à vous rendre fou, qui s’incrustent à la peau. Ce régime qui lui avait fait perdre 18 kilos, il le supportait depuis quatre mois, “en économisant ma fatigue avec des raffinements d’Harpagon”, mais toujours riche de mes illusions”. A ce moment critique, il reçoit une visite qui n’était pas celle de Vendredi, mais du Docteur Dugency, débarqué pour contrôler son état de santé et pour décider immédiatement de le faire évacuer (avec Eder le chien, Patisson le chat et le rossignol) à Nuku-Hiva pour recevoir les premiers soins nécessaires à la récupération de ses forces. Quelques semaines plus tard, Martine Carol l’accueillera à Tahiti, où il sera hospitalisé pour poursuivre son rétablissement. Il sera resté 4 mois soit 122 jours à Eiao. Il lui faudra près d’un an pour se remettre complètement de cette aventure…personnelle, si peu banale qu’elle ne pouvait être que la sienne.

Eiao est la plus grande île du groupe ( avec Hatutu et l’atoll de Motu One) le plus septentrional des Îles Marquises . Elle est situé aux coordonnées 8° S, 140.42° W. C’est aussi la plus grande île inhabitée de l’archipel. Elle n’est séparée de sa voisine Hatutu que par un chenal de 3 km, mais se trouve à 100 km de Nuku Hiva, la plus proche île habitée, dont elle dépend administrativement. Elle a la forme d’un croissant long de 13 km et large de 3,5. Le centre d’Eiao est un plateau élevé, à l’altitude comprise entre 300m et 500m, incliné vers le nord-ouest et bordé au sud par de hautes falaises côtières. Ses côtes présentent peu de points de mouillages :  la baie de Vaitahu, à l’ouest, où débouche la seule rivière de l’île,  la baie du Charner, au nord-ouest de l’île. Le nom d’Eiao n’a pas d’équivalent dans le reste de l’Océanie.

« Effectivement, j’ai été un vrai Robinson sur une île déserte. Or il se trouve que Robinson Crusoé est un nom d’emprunt car il n’a jamais existé, l’auteur de Robinson Crusoé est un journaliste qui a inventé le journalisme contemporain. Il s’appelle Daniel Defaux. Le journalisme contemporain est à base de rewriting, cela signifie de reprendre une situation de la réalité et en faire quelque chose de pittoresque.

Je suis contre cette formule d’abord parce que je crois qu’aujourd’hui il y a des radios, des photos, des caméras. Tout le monde peut aller partout. Alors, j’ai pas vécu une histoire romancée dans une île sinistre des Marquises à hauteur de l’équateur couverte de Nonos, sans eau potable, sur un rocher, dans des conditions inhumaines puisque personne ne vient dans ces îles là. Moi j’y suis resté pendant 4 mois en faisant tous les jours une chronique pour la radio. Voilà ! J’ai parlé de ma solitude. La solitude ce n’est pas drôle à part quand on aime être tout seul dans les villes mais être seul dans un désert surchauffé dans ces conditions là c’est difficile en plus le poisson n’était pas comestible… Disons que j’ai eu une expérience ! »

Précisions apportées par Mike Charleux : Je connais bien l’île de Eiao pour y avoir séjourné 32 jours en mission archéologique en Juillet-Août 1987 avec deux polynésiens, et pour y être revenu en Mars 2007 avec la mission pluridisciplinaire de la DIREN. L’île est dure (pas de “rivière” contrairement à ce qui est dit dans le texte, juste une source), et sur le plateau, de la terre rouge. On se croirait sur Mars. Dommage que je ne puisse joindre mes photos! Mais que cette île est belle, avec ses couleurs et cette solitude! Je prépare une nouvelle mission d’un mois pour Avril 2009. Objectif: inventaire archéologique (l’île est particulièrement riche), datation.. . Si il y a des amateurs , me contacter!

Publié par Jean dans Prisonniers de la solitude | RSS 2.0

3 Réponses à “Georges de Caunes 1919-2004”

  1. jipicamel - 01 dit :

    Bonjour, je suis justement en train d’essayer de partir sur ce rocher, comment puis je rentrer en contact avec Mike Charleux.
    J’attend de vos nouvelles. D’avance merci

    michel@charleux.com

    Monsieur,

    Voici l’adresse par laquelle Monsieur Charleux m’a fait parvenir des photos.

    Je vous serais reconnaissant de me tenir au courant des résultats de votre démarche.

    (30-1-2008 12:04)

  2. Charleux - 01 dit :

    Je connais bien l’île de Eiao pour y avoir séjourné 32 jours en mission archéologique en Juillet-Août 1987 avec deux polynésiens, et pour y être revenu en Mars 2007 avec la mission pluridisciplinaire de la DIREN.
    L’île est dure (pas de « rivière » contrairement à ce qui est dit dans le texte, juste une source), et sur le plateau, de la terre rouge. On se croirait sur Mars. Dommage que je ne puisse joindre mes photos! Mais que cette île est belle, avec ses couleurs et cette solitude!
    Je prépare une nouvelle mission d’un mois pour Avril 2009. Objectif: inventaire archéologique (l’île est particulièrement riche), datation.. . Si il y a des amateurs , me contacter!
    Mike

    Bonjour Michel !

    Merci pour ses précisions, que j’ai copiées collées sous le texte. Comme illustrations une photo serait la bienvenue : tu peux utiliser la page : Me contacter.

    (29-09-07 13:00)

  3. alex 01 dit :

    Il y a une erreur : « l’auteur de Robinson Crusoé est un journaliste qui a inventé le journalisme contemporain. Il s’appelle Daniel Defaux. »
    Le nom correct est « Daniel Defoe »


    Je sais, mais j’ai respecté l’orthographe du texte initial.

    (09-09-07 17:46)

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...