26-03-2007

5 ) Solitude – Jean Campion

arbrehiversouclinainlagnieu.jpg

À l’heure où l’ombre du mystère
Étends son lourd manteau d’ennui,
Rêvant à l’aube salutaire,
J’accepte le froid de la nuit !

Crois-tu pouvoir réduire en cendres
Mes pauvres souvenirs passés ?
Pour moi, je ne puis me déprendre
De tant de rêves amassés.

Prêtresse de ma solitude,
Puisque me voici désarmé,
Tu peux, en ta sollicitude
Me consacrer au mal d’aimer !

On dit qu’au creuset du silence
Se forge l’espoir du retour…
Peux-tu me donner cette chance
D’ébaucher des rêves d’amour ?…

Déjà, là-bas, perçant la brume,
L’aurore de ses traits dorés
Poursuit la nuit qui se consume :
Pour moi, c’est l’heure d’espérer !

Publié par Jean dans Poésies | RSS 2.0

Laisser un commentaire

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...