30-04-2023

43) Luc Plamondon : Les Uns contre les autres

070904seule.bmp

On dort les uns contre les autres
On vit les uns avec les autres,
On se caresse, on se cajole,
On se comprend, on se console,

Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde

On danse les uns contre les autres,
On court les uns après les autres,
On se déteste, on se déchire,
On se détruit, on se désire,

Mais au bout du compte
On se rend compte
Qu’on est toujours tout seul au monde

Publié par Jean dans Vacuité | 8 Commentaires »

18-03-2017

Désert

IMG_3316

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

17-03-2017

Paul Zumbiehl : Un atoll et un rêve -1986

64-128 Zumbiehl- Ah, vivre sur une île déserte ! Fuir la ville, le bruit, les soucis, et paresser au soleil, là où la mer est toujours verte et le ciel toujours bleu…
Ce rêve, Paul et Danièle l’ont réalisé. Ils ont tout quitté pour s’installer sur Ahunui, un atoll inhabité de l’archipel des Tuamotu. Un anneau de corail de six kilomètres de diamètre. Au centre, le lagon. Autour, le Pacifique. Noix de coco; crabes géants et poissons multicolores… Le paradis !
Aventure, certes, mais minutieusement préparée : nos deux rêveurs sont des réalistes qui ne comptent pas vivre d’amour et d’eau salée. Cultiver des huîtres perlières, planter des arbres fruitiers, élever des poulets… Paul a tout prévu… sauf les cinq cyclones qu’ils vont essuyer coup sur coup ! Que faire ? Renoncer ou se battre ? Après tout le paradis, ça se mérite !

Source : J’ai Lu

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

15-03-2017

Ascanio Condivi : L’Œuvre littéraire de Michel-Ange

LXII. — Dès sa jeunesse, Michel-Ange s’était adonné, non seulement à la sculpture et à la peinture, mais encore à tout ce qui se rattache à ces arts. Il s’y livrait si studieusement qu’il finit par s’isoler longtemps du commerce des hommes, ne pratiquant que le moins d’amis possible. Les uns, par là, le jugèrent orgueilleux, les autres bizarre et fantasque. Aucun de ces vices n’était sien ; mais, comme on l’a vu chez des hommes supérieurs, l’amour de la vertu et le continuel exercice des arts valeureux le faisaient solitaire et se complaire si bien dans son isolement que la compagnie des hommes, non seulement ne le contentait pas, mais lui déplaisait même, comme si elle eût troublé sa méditation. Il n’était jamais moins seul que lorsqu’il était solitaire, ainsi qu’accoutumait de dire le grand Scipion.

Publié par Jean dans Extrait | Pas de Commentaires »

10-03-2017

Caroline Alexander : Les survivants de l’Antarctique – 1998

64-128Voici la stupéfiante histoire d’une aventure unique : celle qui par un froid battu par des vents titanesques, mena, durant dix-sept mois, de décembre 1914 à mai 1916, les hommes de l’expédition Shackleton à abandonner leur bateau aux glaces de l’Antarctique qui l’avaient emprisonné, à tenter leur chance sur des canots, puis à dériver en mer de Weddell sur des milliers de kilomètres de glace, en quête de leur survie.

Une histoire de vie et de mort, d’astuce et de courage, superbement contée par Caroline Alexander et illustrée des saisissantes photographies originales de Frank Hurley, irremplaçable portraitiste du terrible voyage. (3/12/1998)

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

08-03-2017

Evidence

IMG_3278

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

01-03-2017

David Foenkinos : La Tête de l’empoi

J’ai cosulté mon téléphone: je n’avais aucun message. C’est à cela que servent les téléphones portables, à se rendre compte que personne ne pense à vous. Avant, on pouvait rêver que quelqu’un cherchait à vous joindre, à vous parler, à vous aimer. Nous vivons maintenant avec cet objet qui matérialise notre solitude…

Publié par Jean dans Extrait | Pas de Commentaires »

28-02-2017

Fabrice Amadeo – 11e du Vendée Globe

64-130 amadeo-La solitude vous a-t-elle pesé ?
Évidemment il y a eu le manque douloureux de ma femme, de mes enfants, de mes proches. Mais j’ai adoré la solitude et je l’ai apprivoisée. Et je vais maintenant continuer à la chercher quand je serai à terre. C’est un luxe de pouvoir être seul et d’avoir autant de temps pour soi. Tout ça dans l’adversité et en se découvrant soi-même. Cela a été une expérience très riche.

Vous saviez que le Vendée Globe était une aventure humaine unique…
Oui, mais je n’avais pas appréhendé à quel point cela pouvait être puissant d’un point de vue personnel. J’avais sous-estimé l’impact que cela peut avoir d’être seul face à soi-même dans l’adversité, dans des régions sauvages, dans des moments dangereux. Je reviens changé. [Source : Le Figaro]

Publié par Jean dans Sport | Pas de Commentaires »

24-02-2017

Richard Nelson : L’île, l’océan et les tempêtes – 2003

64-127 nelson-Richard Nelson n’est pas un écrivain comme les autres. Sensible et surprenant, son récit échappe à toute définition. Il fait naître, au contraire, le rêve d’une autre vie. Une île déserte au large des côtes de l’Alaska, offerte à l’océan… Ce lieu vierge de toute trace  » civilisatrice « , l’anthropologue va le découvrir et le partager avec les cerfs, les ours, les aigles, les loutres de mer et les baleines à bosse qui le peuplent. Immergé dans la nature, fort de son savoir mais libéré de ses préjugés culturels, il prend peu à peu possession de l’espace… avant que celui-ci ne s’empare de lui. Richard Nelson transcende cette expérience unique de simplicité avec enchantement et poésie, et nous entraîne dans un monde ancien que peu d’entre nous auront l’occasion de connaître. Ode à la nature, véritable histoire d’amour entre un homme et une terre, L’île, l’océan et les tempêtes réveille, comme par magie, une forme d’innocence perdue. (10/2003)

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

22-02-2017

Gilles Lagardinier : Ça peut pas rater

64-145

Publié par Jean dans Extrait | Pas de Commentaires »

17-02-2017

Jean-François Petit : Le chant des Kerguelen – 2001

64-126 petit-Jean-François Petit est recruté par l’administration des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF) pour s’occuper, avec trois autres collègues, des transmissions du district de l’archipel des Kerguelen. Ce qui était une mission professionnelle se transforme en choc de la découverte : des paysages époustouflants, une faune et une flore luxuriantes sont alors restitués dans une description sensible, tout au long d’un carnet de voyage tenu pendant un an. Jean-François Petit, a effectué ce séjour en 1993, alors qu’il était militaire dans l’armée de l’air. Des séjours à l’étranger qu’il a effectués, c’est celui qui l’a le plus marqué, physiquement et affectivem

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

10-02-2017

Adolphus Washington Greely : Les Naufragés du pôle -

64-126 Greely-La faim, la folie et la mort… C’est ce que rencontrèrent la quasi-totalité des membres de la petite équipe de scientifiques américains conduite par le lieutenant Greely, qui partit le 4 juillet 1881 à la conquête du pôle Nord. Entamée dans l’enthousiasme, l’expédition prévue pour un an en durera trois : le bateau va s’égarer dans les solitudes glacées et le voyage tourner au cauchemar. Cette aventure tragique nous est connue grâce aux notes rédigées par Greely lui-même, rescapé du drame. Des notes évoquant la monotonie des nuits, la paralysie intellectuelle, les tempêtes, les paysages sinistres et effrayants, les tentatives d’hivernage dans des conditions inhumaines, l’abandon des chiens esquimaux, la mort lente. L’une des pages les plus stupéfiantes – les plus sombres, surtout – de l’histoire des explorations.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

27-01-2017

Antonio Pagnotta : Le dernier homme – 2013

64-124 pagnotta-Ce récit est l’histoire vraie d’un homme exceptionnel, d’un personnage de légende. Naoto Matsumura, tel un un samouraï sans maître, a refusé en mars 2011 d’évacuer la zone interdite autour de la centrale explosée de Fukushima. Malgré le tsunami et l’apocalypse nucléaire, malgré les réacteurs qui, deux ans après, continuent de cracher de la radioactivité, il a choisi de rester sur la terre de ses ancêtres, dans sa ferme, auprès des quelques animaux encore vivants. Il est aujourd’hui le dernier habitant de Fukushima.

Par cet acte de résistance, le fermier manifeste sa colère face à Tepco, le géant de l’industrie nucléaire, mais préserve aussi son honneur en refusant le sort des habitants évacués des zones contaminées, condamnés à l’errance aujourd’hui et demain aux maladies certaines, pour finir tels des parias. Dans son combat, Matsumura porte toute l’humanité de celui qui refuse de se soumettre à la bureaucratie, à la finance et au lobby nucléaire, dont les choix sont d’abord économiques : sauver le pays de la faillite à n’importe quel coût humain, y compris le sacrifice des enfants.

À travers le lien qu’il maintient entre l’homme et la nature, le respect et le soin qu’il doit aux pierres, aux plantes et aux bêtes, il incarne la lutte de la terre contre le nucléaire, le jour après l’apocalypse. Matsumura est bien plus qu’un militant écologiste ; pour trouver la force de survivre, et sauver sa ville, il puise dans le Japon de la religion et des philosophies ancestrales. (Parution 7 mars 2013)

Publié par Jean dans Japon | Pas de Commentaires »

20-01-2017

Vassili Peskov : Ermites dans la taïga – 1999

64-125 Peskov-Une famille de vieux-croyants démunis à l’extrême, subsistant dans une cabane misérable, en pleine taïga, coupés de la civilisation depuis… 1938 : telle est l’incroyable réalité décrite par Vassili Peskov, qui raconte ici avec passion et minutie l’aventure des ermites de notre temps, puis les vains efforts de la plus jeune d’entre eux, Agafia, pour se réadapter au monde. Nouvelle version du mythe de Robinson, manuel de survie dans la taïga, histoire de femme aussi, ce livre riche et multiple a rencontré lors de sa parution chez Actes Sud en 1992 un succès qui ne s’est jamais démenti. Et Agafia, sa magnifique héroïne, vit toujours, loin du  » siècle « , dans la sauvage solitude de la taïga.

Publié par Jean dans Ermite, Russie | Pas de Commentaires »

13-01-2017

Charles Goldstein : Sept dans un bunker – 1967

Sespt dans un bunkerCe livre n’est pas un document de plus sur les ghettos, les camps de la mort, le martyre des Juifs. S’il fallait le comparer à quelque chose, c’est à un Robinson Crusoé d’Apocalypse.
L’auteur, Charles Goldstein, arrêté à Paris, déporté à Auschwitz, a été envoyé de là à Varsovie, pour déblayer les ruines du Ghetto. C’est alors que se déclenche l’insurrection de Varsovie, dirigée par le général Bor-Komorowski. Charles Goldstein se joint à l’insurrection. Quand celle-ci est écrasée, il se réfugie avec six autres Juifs dans la cave d’une maison en ruine. Ils creusent une sorte de «bunker» qui communique avec les égouts.
Pendant quatre mois et demi, jusqu’à ce que les Russes arrivent, ils vont vivre dans la nuit une prodigieuse aventure. Il faut trouver à manger, à boire, assurer sa sécurité. Des égouts peut surgir le salut, mais aussi l’ennemi. Bientôt la neige empêche les sorties nocturnes. Les événements sont à la fois humbles et extraordinaires, comme la découverte d’une source, hélas bientôt tarie.
Parmi les sept, il y a, outre le narrateur, Ignace, ancien boucher, Haskel, petit industriel, Isaac, étudiant en médecine, Daniel, venu de Belgique et qui n’a que dix-huit ans, Samek, étudiant en chimie, et une jeune fille de vingt ans, Hannah.
Leur aventure de Robinsons suffirait à ce qu’on ne puisse laisser cette lecture inachevée. Mais il y a en plus la qualité humaine de ces hommes et de cette jeune fille, leur volonté de vivre, la tendresse qu’ils éprouvent les uns pour les autres, la sagesse et la bonté qu’ils ont découvertes dans le malheur. Il est impossible de ne pas les admirer et de ne pas les aimer.
Dans la nuit de leur bunker, ils recueillent un grand malade, trouvé dans les égouts. L’ironie veut que ce huitième homme soit un prêtre polonais qui, jusqu’ici, n’avait pas pensé à plaindre les juifs. Le prêtre est atteint de typhus et tous acceptent de risquer leur vie pour lui. Il sera sauvé avec eux au terme d’une épreuve où tous auront appris à mieux se comprendre.

Parution : 24/11/1967

Publié par Jean dans Témoignage | Pas de Commentaires »

30-12-2016

Patrick White : Une ceinture de feuilles

White-Un gentleman anglais et sa femme font naufrage, vers 1830, sur une plage des côtes australiennes. Les rescapés abordent sur une plage où ils sont massacrés par les indigènes. Seule Mrs Roxburgh est épargnée, mais c’est pour devenir l’esclave de la tribu. Elle partage pendant des mois la vie des sauvages, vêtue d’une ceinture de lianes où elle dissimule son alliance, avant d’être sauvée par un forçat évadé.
De toutes les figures féminines si vivantes qu’on rencontre dans l’œuvre du prix Nobel australien, Helen Roxburgh est peut-être la plus émouvante et la plus vraie. Outre le puissant intérêt du récit, ce roman offre le portrait d’une femme déchirée entre deux univers, la fidélité au souvenir d’un mari très civilisé et l’attachement à un être violent et frustre.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

16-12-2016

William Willis : Le chant du Pacifique – 1956

64-1322 Willis-En 1954, l’auteur de ce livre, William Willis, appareillait seul, de Callao au Pérou, sur un radeau en bois de balsa qu’il avait lui-même construit et équipé, pour aborder, 115 jours plus tard, aux Samoa, après avoir franchi, à travers le Pacifique, une distance de 6 700 milles.
Le Chant du Pacifique n’est pas seulement la relation exacte d’un exploit sportif d’une rare audace. Sorte d’épopée de la grande aventure humaine, c’est, tout frémissant de passion et de poésie, le chant bouleversant de l’homme jeté seul dans l’univers, en quête d’absolu.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

09-12-2016

Benjamin Guérif : Pietro Querini – Les naufragés du Röst – 2008

64-132 Querini-En 1431, alors que Venise étend son empire maritime sur la Méditerranée, le capitaine Pietro Querini, patricien cultivé et polyglotte, conduit vers les Flandres un lourd vaisseau de commerce. Â peine le navire a-t-il dépassé Gibraltar qu’une violente tempête l’endommage. Commence alors une longue dérive vers le Nord inconnu, vers le froid et la nuit hivernale arctique, peuplée par l’imagination populaire de monstres et de créatures légendaires… Après avoir enduré d’insupportables épreuves, Pietro Querini et ses hommes débarquent sur l’île de Röst, terre désolée perdue au large de la Norvège. La découverte de cette improbable société  » barbare  » bouleversera leur destin. Porté par une écriture éblouissante, ce livre inspiré de faits réels, fondé sur le journal de bord de Querini et sur des témoignages de marins, est, plus qu’un magnifique récit d’aventures, une réflexion subtile sur l’histoire, l’humanité et l’altérité.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

02-12-2016

Jacques Chancel – Le désordre et la vie

62-332 chancel-Un dimanche parmi tant d’autres. Se lever tôt, se coucher tard, écrire à n’en plus finir, des heures durant, non pas pour faire œuvre mais pour noircir des pages, c’est le lot de la solitude que l’on se donne. Ce que j’aime ce sont les notes jetées à la hâte sur des bouts de papier, les impressions de l’instant souvent mal formulées, les mots du cœur qui tombent libres sur la page et que l’on effacera bien sur, par pudeur souvent, par orgueil parfois. La publication fige les meilleures intentions, fragilise la phrase. Paraître, c’est limiter l’immense espace de l’imaginaire, c’est amenuiser, raccourcir, blesser la rêverie. Mais c’est une nécessite. Glenn Gould s’est arreté un jour de jouer… mais c’était pour mourir.

2950 – [Le Livre de poche n° 9669, p. 303] 

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

02-12-2016

Daniel Floch : Les oubliés de l’île Saint-Paul – 1982

64-133 Floch-Ils étaient nos parents ou nos grands-parents. Voulant s’affranchir d’une vie difficile et sans avenir, ils sont partis à la poursuite d’un rêve, celui de la fortune qui devait leur permettre une vie meilleure. « Je vous offre de l’or, l’île Saint-Paul pullule de langoustes, il suffit de se baisser pour les ramasser » : quand, en 1928, René Bossière décide de coloniser l’île Saint-Paul, à quelque 13 000 kilomètres de la Bretagne, non loin des Kerguelen, il n’a aucune difficulté à convaincre quelques dizaines de Bretons de s’engager pour une saison de pêche. Comment résister à de telles sirènes ? Mais les promesses du recruteur sont restées à quai. La réalité se révèle bien différente. Sur Saint-Paul, tout est à faire pour ces pionniers : la pêche elle-même, la construction d’une conserverie et celle des baraquements pour se loger. Les relations s’enveniment alors rapidement, d’autant plus que l’île n’offre guère de distractions : le paysage est désertique et le rocher battu par les tempêtes. Lorsque « L’Austral », seul navire de l’île, quitte Saint-Paul, les quelques gardiens pensent qu’ils vont vivre une courte période d’isolement qui sera récompensée par un ravitaillement en produits frais. Mais les mois passent, l’hiver s’installe et « L’Austral » n’est toujours pas au rendez-vous. C’est l’enfer qui commence. La maladie – cette fois-ci le scorbut – frappe ces « oubliés ». Des sept Bretons demeurés dans l’île, abandonnés et sans secours durant neuf mois, quatre mourront, trois autres pourront être sauvés. La détermination de René Bossière n’est pourtant nullement entamée. Les tentatives suivantes se soldent par de nouveaux et dramatiques échecs. Saint-Paul, rêve englouti d’une pêche miraculeuse, fut pour les « oubliés » une terrible tragédie.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

25-11-2016

Thor Heyerdahl : Fatu Hiva – Le retour à la nature – 1937

64-134 Heyerdahl-« Nous débarquâmes sans vivres et sans armes, décidés à vivre de ce que nous pourrions réaliser de nos mains nues. Il n’y avait pas d’autres blancs sur l’île et nous ne connaissions pas la langue marquisienne. La baleinière retourna vers la goélette qui attendait au large, après que le capitaine nous eût promis de revenir dans un an. Nous étions abandonnés sur une plage de l’île sans radio ni autres moyens de communication avec le reste du monde. »

Thor Heyerdahl écrivit ces lignes en 1937, lors d’une première expédition aux îles Marquises. Il raconte, dans ce livre, l’expérience d’un retour à la nature, qu’il fit avec sa jeune femme, dans l’île luxuriante et sauvage de Fatu Hiva. A cette époque Thor Heyerdahl essaya de fuir la civilisation et de découvrir d’autres valeurs, comme Gauguin l’avait fait avant lui quelques quarante ans plus tôt dans ces mêmes îles. « Fatu Hiva » est avant tout le récit d’un grand scientifique à la recherche de la vraie nature de l’homme. Au cours de cette aventure, Thor Heyerdhal aura l’intuition de théories sur les migrations polynésiennes qu’il vérifiera plus tard lors de ses célèbres expéditions du Kon-Tiki et d’Aku-Aku.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

18-11-2016

Jean-Claude Brouillet : Lîle aux perles noires – 1984

64-134 Brouillet-Perdue dans le bleu, une île. Introuvable, secrète, inaccessible. Centre de nulle part comme le Paradis. Au cœur de l’île, un lagon de saphir. Et dans l’abîme du lagon, veillées par les requins, plus somptueuses que les nuages, plus rares que le diamant, les perles noires. Nées d’un rêve et d’une nacre. Nacre inconnue, rêveur connu : Jean-Claude Brouillet. Son destin s’inscrit dans les neuf lettres de son nom : B, comme Béarnais. R, comme réussite. O, comme orgueil. U, comme un. I, comme imaginaire. L et L, comme lion et liberté. E, comme espace. T, comme trajectoire. La sienne. Unique. Qui l’a mené, de coups de gueule en coups de poing, de coups d’audace en coups de reins, de la jungle du Gabon aux atolls du Pacifique dans une éblouissante course au soleil où la vie, pour une fois, est plus vraie qu’un roman.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

11-11-2016

François Leguat (1635-1735) – Aventure d’un protestant et de ses compagnons exilés en deux îles désertes de l’océan Indien : 1690-1698

64-136 Leguat-Les Français possédaient un Robinson (publié avant celui de Defoe) et ils l’avaient oublié ! Et le plus fort de l’affaire est que l’ouvrage qui nous conte ses aventures n’est pas un roman : François Leguat a bien existé, il a bel et bien vécu (entre 1690 et 1698) l’impossible histoire qu’il nous relate ici par le détail – et, dernier miracle, il a eu l’âme assez généreuse pour en faire un grand livre. Lui et ses compagnons font partie de la triste cohorte de ces protestants exilés que Louis XIV, sottement conseillé par la Maintenon, avait chassés de France en révoquant l’édit de Nantes. Réfugié en Hollande, Leguat, secondé par une poignée de gaillards sans expérience, se voit dépêché par les autorités d’Amsterdam au beau milieu de l’océan Indien afin de mettre en valeur les îles Mascareignes. L’île Bourbon – aujourd’hui La Réunion – n’étant alors peuplée que par une poignée de malheureux un peu oubliés par la France, c’est d’abord vers elle qu’on les a dirigés (Maurice était pour lors possession hollandaise). Mais Louis XIV se décidant enfin à s’occuper de son île, ils échouent sur la plage d’une terre parfaitement déserte – qui répond au beau nom de Rodrigue. Cette robinsonnade, contée avec vivacité par un Rousseau avant la lettre, ferait déjà un bon livre, mais les choses ne tardent pas à mal tourner… et la seconde « isle » où échouent nos exilés sera celle de l’horreur. D’où le livre de l’infortuné Leguat va tirer – pour notre âpre édification – une altitude inattendue…

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

04-11-2016

Dean King : Les naufragés du Sahara –

Mise en page 1

En 1815, douze marins et leur capitaine, en route du Connecticut vers les îles du Cap-Vert, s’échouent au large de la Mauritanie actuelle. Faits prisonniers par des marchands d’esclaves, ils effectuent avec eux une véritable odyssée à travers le Sahara, pendant laquelle ils sont confrontés à l’insoutenable. Se basant sur les écrits de deux survivants, dont le capitaine Riley, et sur sa propre expérience du désert, Dean King nous fait revivre avec brio cette expérience infernale. Il en profite pour nous instruire sur les diverses coutumes des peuples, la géologie et l’histoire naturelle du désert.

Nus, les pieds écorchés, sous un soleil mordant, affamés, assoiffés, battus, méprisés en tant qu’infidèles, assaillis par des tempêtes de sable et des invasions de sauterelles, les captifs marchent sans fin dans un milieu hostile. Ils apprennent comment tenir en se nourrissant d’insectes séchés, de moelle animale, ou d’urine concentrée. Cette abondance de détails scabreux ne sombre pourtant jamais dans le sordide.

Nous avons là à la fois un manuel de survie, un incroyable livre d’aventures vécues où l’horreur le dispute à la fascination, et une relation sans fard de la douleur physique. Ce récit constitue en fait une véritable ode au courage et au dépassement de soi. On ne sort pas indemne de cette histoire inoubliable.

 

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

02-11-2016

Jacques Chancel : Le désordre et la vie

62-332 chancel-J’ai toujours en ligne de mire Les Trois Mousquetaires, Vingt mille lieues sous les mers et Robinson Crusoé. Je me faisais un monde, comme Michel Mohrt qui publie en ce moment L’Air du large : qui n’a rêvé de se trouver un jour sur une île déserte, libre des contraintes de la civilisation, maître de son temps et de soi comme de l’Univers ? Robinson Crusoé est vraiment devenu un mythe, au même titre que Don Quichotte ou Faust, et Mohrt a raison de rappeler que l’histoire racontée par Daniel Defoe nous passionne plus encore aujourd’hui. « Robinson incarne l’un des grands thèmes de la civilisation occidentale : le triomphe de l’homme sur la nature qu’il sait utiliser, exploiter, pour subvenir à ses besoins. » Il m’est arrivé de trouver des îles mais chercher est plus exaltant. Beautés de la quête, de l’inaccessible étoile.

[Le Livre de poche n° 9669, p. 21/2]

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

23-09-2016

Robb White : Notre île vierge – 1954

64-143 white-« Il nous arrive parfois de rêver d’une île déserte comme d’un paradis, mais ce n’est qu’un rêve. Pour Robb White, auteur de Notre île vierge, ce rêve est devenu réalité.
Écrivain sans notoriété et sans le sou, il n’hésite pas, le jour même de son mariage avec Radie, belle et riche héritière, à emmener celle-ci aux Antilles. La lune de miel du jeune couple débute dans une masure sans portes ni fenêtres, infestée de moustiques et de scorpions. La nuit, des chiens sauvages traversent la maison en troupeaux, le jour, Radie est importunée par le satyre local, un demi-fou à l’aspect monstrueux, et par la servante autoritaire qui envahit les lieux avec sa nichée de négrillons.
Robb, qui a excercé tous les métiers, y compris celui de matelot, n’a qu’un but : devenir écrivain. Tant bien que mal, il continue inlassablement à noircir du papier. Il ne se croit pas doué, mais s’acharne ; rien ne le fera céder : il sera écrivain, et il bâtira, sans aucun secours que celui de leur amour, une union solide avec celle qu’il aime.
Pour Radie, il n’y a pas de problème ; avec sérénité, grâce à un solide bon sens, elle s’en tient au serment de la cérémonie du mariage, « Tu prends cet homme pour le meilleur et pour le pire ».
lorsqu’ils découvriront enfin leur île vierge, petit îlot battu par les ouragans, acheté pour soixante dollars, Radie, de ses belles mains blanches, aidera son mari à défricher, creuser le roc, gâcher le ciment, pour construire peu à peu leur demeure et leur amour.
Notre île vierge n’est pas un roman d’aventures, mais l’aventure y est toujours présente. Ce n’est pas un documentaire, et pourtant, sa lecture terminée, on n’ignore plus rien des us et coutumes antillais, de l’art de naviguer à bord d’une coquille de noix sur les océans traîtres. On sait aussi comment un homme risque sa vie pour arracher aux barracudas une nasse indispensable à sa subsistance et à celle de sa femme, et l’on comprend la joie que peuvent éprouver deux êtres à posséder enfin une chose aussi banale qu’un lit, par exemple.
Notre île vierge n’est pas un roman d’amour, c’est l’histoire vraie d’un amour vrai, qui a aujourd’hui dix-sept ans… Histoire moins écrite que racontée par l’auteur, au fil de la pensée, avec un humour des plus savoureux, une simplicité authentique, et aussi, parfois, un pathétique que l’auteur n’a pas cherché, qui est simplement le pathétique merveilleux de la vie.»

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

16-09-2016

David Conover – Une si jolie petite île – 1970

64-144 Conover-

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

02-09-2016

Caneza de Vaca : Naufrages et relation de voyage -1980

64-147 cabeza

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

26-08-2016

Piers Paul Read : Les Survivants – 1974

64-149 read-Le 13 octobre 1972, un bimoteur affrété par de jeunes Uruguayens étudiants et rugbymen s’écrase dans la Cordillère des Andes. Les autorités sont contraintes d’abandonner toute recherche au bout de huit jours. C’est alors que les trente-cinq survivants de l’accident prennent la décision de découper et de manger leurs camarades morts. Seize survécurent.

.

.

.

.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

19-08-2016

Gérard d’Aboville : Seul – 1993

60-346 aboville-seulEn 1980, après avoir traversé l’Atlantique à l’aviron, Gérard d’Aboville déclarait : « S’il y a une chose dont je suis sûr, c’est que jamais je ne repartirai dans une telle galère ! »
Onze ans plus tard, il se « parjure » en s’attaquant au Pacifique Nord, le plus monstrueux des océans. Le 11 juillet 1991 à Choshi (Japon), il embarque à bord d’un minuscule catamaran et le 21 novembre atteint la côte américaine.
Cent trente-quatre jours de lutte incessante contre les éléments déchaînés, la solitude, la peur, la douleur, le doute, la détresse ; contre les typhons, les chavirements, la mort qui rôde… Un combat démesuré pour la plus grande jouissance qu’un homme puisse connaître : la victoire sur lui-même.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

05-08-2016

Naufragés

64-151 naufragés-En avril 1431, la nef Querina, navire vénitien, quitte la Crète pour les Flandres, avec à son bord soixante-huit hommes. Le voyage devait durer dix mois. Dix-huit mois plus tard, seuls onze rescapés emplis d’effroi reviennent à Venise. De leur épouvantable naufrage aux abords du cercle polaire, nous possédons deux témoignages, à la fois complémentaires et divergents, l’un de Pietro Querini, propriétaire et capitaine du navire, et l’autre des marins Cristoforo Fioravante et Nicolo de Michiel. Tous racontent comment, poussés par des tempêtes incessantes en plein Atlantique, après des semaines de dérive sur une nef en désagrégation qu’il fallut abandonner pour de frêles chaloupes, ils échouèrent finalement, au cœur de l’hiver boréal, sur une île déserte de l’archipel des Lofoten, au nord de la Norvège. Dans ces récits de survivants nous est révélée avec une force rare la peur universelle de l’engloutissement dans les abysses.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

29-07-2016

Alain Bombard : Naufragé volontaire – 1954

64-151 bombard-Ce dimanche 19 octobre 1951, un jeune médecin de 28 ans quitte le port de Las Palmas aux Canaries. Direction : l’Amérique. Moyen de transport : un canot pneumatique. Matériel embarqué : une voile, deux avirons, divers instruments de navigation, un couteau, quelques livres. Provisions d’eau : néant. Vivres : néant. Objectif : prouver qu’un naufragé peut survivre plusieurs semaines en buvant de l’eau de mer et en se nourrissant de plancton et de poisson. Tout le monde le traite de fou. Objet d’un tapage médiatique sans précédent, il est aussi tourné en ridicule, et les mieux intentionnés cherchent à le détourner de ce projet suicidaire par tous les moyens. Téméraire, sans doute. Suicidaire en aucun cas : il a seulement pris une provision de barbituriques, au cas où il tomberait à la mer et ne parviendrait pas à rejoindre son canot, crânement baptisé L’Hérétique. Bombard n’est pas un masochiste. Il va souffrir le martyre pourtant, les pires angoisses, les tortures du soleil comme de la pluie. Et il réussira, atteignant La Barbade trois mois et trois jours après son départ. Il signe là l’un des plus grands exploits de l’histoire maritime, que nous conte ce récit vivant, tumultueux, et traversé par les éclairs d’une vraie poésie.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

08-07-2016

Willem Bontekoe : Le naufrage de Bontekoe et autre aventure en mer de Chine -

64-157 BontekoeEn 1618, Bontekoe quitte la ville de Hoorn pour l’île de Java. En plein océan Indien, le feu prend à l’eau-de-vie, puis aux poudres, et le vaisseau explose alors «en tant de débris que l’on ne pouvait plus distinguer si ceux-ci pro­venaient d’hommes ou d’autres choses». Parmi l’équipage resté à bord, Bontekoe, grièvement blessé, et un jeune mousse sont les seuls survivants. Mais 70 hommes, qui s’étaient enfuis en chaloupe pendant l’incendie, viennent les repêcher. Des jours durant, dérivant au gré des courants et des vents, les tortures de la famine et de la soif les réduisent aux extrémités les plus pénibles. Miraculeusement sauvé, Bontekoe raconte ensuite son voyage aux Moluques et diverses expéditions en mer de Chine, dont le ?asco de l’attaque contre les Portugais de Macao en juin 1622. Ce récit est considéré aujourd’hui comme le grand classique de la littérature de voyage néerlandaise.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

10-05-2016

Derek Cianfrance : Un vie entre deux océans – 2016

64-120Quelques années après la Première Guerre mondiale en Australie. Tom Sherbourne, ancien combattant encore traumatisé par le conflit, vit sur la petite île inhabitée de Janus Rock dont il est le gardien du phare. Il fait la rencontre d’Isabel et l’épouse.

Leur bonheur se ternit peu à peu : Isabel ne peut avoir d’enfant… Un jour, un canot s’échoue sur le rivage avec à son bord le cadavre d’un homme et un bébé bien vivant. Est-ce la promesse pour Tom et Isabel de fonder enfin une famille ?

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

28-01-2015

Sauvage – Biographie de Marie-Angélique Le Blanc – 2015

64-126 sauvage-1720. Âgée de huit ans, une petite fille, partie du Canada, fuit l’esclavage. Arrivée à Marseille, après avoir subi viols et brimades, elle se réfugie dans les forêts de Champagne. Ainsi débute dix années d’errance jusqu’à sa capture et sa progressive réhabilitation. Mêlant nature et culture, bestialité et aristocratie, violences et douceurs, cet album de contrastes raconte l’histoire extraordinaire de Marie- Angélique, l’enfant sauvage.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

10-04-2014

Pétrarque : CCLIX

J'ai recherché toujours la solitaire vie
(les rivages le savent, les champs et les bois)
afin de fuir ces esprits sourds et louches
qui du chemin du ciel sont fourvoyés ;

si mon désir en ce s'accomplissait,
loin du doux air des provinces toscanes,
encor m'aurait aux beaux coteaux ombreux
Sorgue qui m'aide à pleurer et chanter. 

Mais ma fortune toujours ennemie
me refoule en ces lieux où suis fâché
de voir mon beau trésor parmi la fange.

A ma main qui écrit elle est amie
pour une fois, et peut-être à bon droit : 
Amour le vit, sait Madame, et moi.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

23-03-2014

Henri Perruchot : La vie de Cézanne

59-070 perruchot-Nullement combatif, Cézanne appartient à cette sorte de gens qui, dès qu’on les attaque, cèdent le terrain et n’ont qu’une hâte : disparaître. Ce qu’inspire à Cézanne le tumulte provoqué par ses toiles, c’est, avec une accablante tristesse, un immense désir de silence. Assez ! Assez ! Qu’on l’abandonne à sa solitude. Qu’on le laisse à sa paix !

1673 - [Le Livre de poche n° 487/488, p 268]

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

01-09-2013

Anne Cayre : La fille sauvage de Songy -

64-126 cayre-La fille sauvage de Songy – sujet de ce beau roman – a vécu au XVIIIe siècle, capturée en forêt champenoise par des villageois de Songy.
Des documents officiels, des livres, attestent de quelques événements de sa vie, son baptême, sa mort, mais en laissant de côté, toujours, le ressenti de cette jeune fille.
Anne Cayre choisit de combler ce manque, de redonner à celle qui deviendra plus tard Marie-Angélique Le Blanc, une réalité physique et morale dont la privent tous les écrits de cette époque.
En s’appuyant sur les archives, l’auteure imagine avec beaucoup de délicatesse les difficultés et les souffrances éprouvées par cette enfant que l’on voit combattre et résister pour sa survie, puis, petit à petit se familiariser avec le langage et l’écriture, se sociabiliser jusqu’à parvenir, adulte, à une autonomie et à une réflexion qui la sauveront. Ou pas. (1/9/2013)

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

16-06-2012

Les naufragés du lagon bleu – 16 juin 2012

64-137Emma et Dean, deux lycéens, participent avec leur classe à un projet humanitaire sur l’île de Trinidad, dans les Caraïbe. Au cours d’une fête sur un bateau,  Emma tombe accidentellement dans l’eau, elle est sauvée par Dean, ils se retrouvent tous les deux sur un canot de sauvetage, perdus au beau milieu de l’océan. Une tempête éclate alors, entraînant ces derniers sur une île déserte. Loin de leurs proches et en terre inconnue, livrés à eux-mêmes dans la nature, Emma et Dean apprennent à se connaître et tombent follement amoureux l’un de l’autre. Les parents, eux, sont très inquiets comme tous les amis d’Emma et Dean qui voulaient à tout prix les retrouver.

 

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

12-02-2012

Squelette de trois ans.

Un homme décédé il y a trois ans a été retrouvé, (hier 11 février), dans un appartement 44, rue d’Ypres à Strasbourg.

Dérangée par une radio fonctionnant depuis 15 jours, une habitante, a alerté police secours samedi. Le bruit provenait d’un appartement du cinquième étage, situé juste au-dessus de celui de la témoin.

Les pompiers ont découvert le squelette d’un homme dans un logement envahi par de nombreux pigeons, entrés par une fenêtre laissée ouverte. L’individu, né en 1931, serait le locataire du logement et portait une prothèse.

Il serait décédé il y a près de trois ans, aux environs d’avril 2009. C’est l’un des volatiles qui aurait mis en marche la radio en se posant sur l’appareil.

Aucun des très rares voisins rencontrés ne connaissait cette personne.

« Ce n’est pas la première fois que cela se produit. Il y a quelques temps un autre cadavre avait été retrouvé au bout de quatre mois. Mais ici, il y a beaucoup de logements vides et on ne connaît pas vraiment nos voisins.« , d’après un voisin.

Certains appartements seraient occupés par des drogués ou des sous-locataires illégaux. Au moins une vingtaine de logements seraient inoccupés.

Dans les coursives et les escaliers froids et sales, personne ne s’attarde. « Ce sont des gens défavorisés qui vivent ici, confie un médecin venu consulter un patient à domicile. Il y a une vraie misère sociale et les gens ne s’entraident pas vraiment. Ils se côtoient juste, sans que des liens ne se créent.« 

Les enquêteurs pencheraient pour une mort naturelle. Le parquet a néanmoins demandé un examen du corps pour écarter toute hypothèse criminelle. Il aura lieu ce lundi.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

13-08-2011

Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) : L’Exilé

58256desbordesvalmore.jpg

Oui, je le sais, voilà des fleurs,
Des vallons, des ruisseaux, des prés et des feuillages;
Mais une onde plus pure et de plus verts ombrages
Enchantent ma pensée, et me coûtent des pleurs.

Oui, je le voie, ces frais zéphyrs
Caressent en jouant de naïves bergères;
Mais d’un zéphyr plus doux les haleines légères
Attirent loin de moi mon âme et mes soupirs.

Ah ! je le sens, c’est que mon cœur,
Las d’envier ces bois, ces fleurs, cette prairie,
Demande, en gémissant, des fleurs à ma patrie :
Ici rien n’est à moi, si ce n’est ma douleur. »

Triste exilé, voilà ton sort :
La plainte de l’écho m’a révélé ta peine.
Comme un oiseau captif, tu chantes dans ta chaîne;
Comme un oiseau blessé, j’y joins un cri de mort.

Goûte l’espoir silencieux !
Tu reverras un jour le sol qui te rappelle;
Mais rien ne doit changer ma douleur éternelle :
Mon exil est le monde… et mon espoir aux cieux.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

16-07-2011

Félicité de La Mennais (1782-1854) : L’éxilé

58261jmdelamennais.jpg Il s’en allait errant sur la terre. Que Dieu guide le pauvre exilé !
“J’ai passé à travers les peuples et ils m’ont regardé. Je les ai regardés et nous ne sommes point reconnus. L’exilé partout est seul !
Lorsque je voyais au déclin du jour s’élever du creux du vallon la fumée de quelque chaumière, je me disais : heureux celui qui retrouve le soir le foyer domestique et s’y assied au milieu des siens. L’exilé partout est seul !

Ces arbres sont beaux, ces fleurs sont belles, mais ce ne sont point les fleurs ni les arbres de mon pays. Ils ne me disent rien. L’exilé partout est seul !
Ces chants sont doux, mais les tristesses et les joies qu’ils réveillent ne sont ni mes tristesses ni mes joies. L’exilé partout est seul !
On m’a demandé : pourquoi pleurez-vous ? Et quand je l’ai dit, nul n’a pleuré, parce que nul ne me comprenait. L’exilé partout est seul !
J’ai vu des jeunes filles sourire, d’un sourire aussi pur que la brise du matin, à celui que leur amour avait choisi pour époux ; mais aucune ne m’a souri. L’exilé partout est seul !
J’ai vu des vieillards entourés d’enfants, comme l’olivier de ses rejetons, mais aucun de ces vieillards ne m’appelait son fils, aucun de ces enfants ne m’appelait son frère. L’exilé partout est seul !

J’ai vu des jeunes hommes, poitrine contre poitrine, s’étreindre comme s’ils avaient voulu de deux vies n’en faire qu’une ; mais aucun ne m’a serré la main. L’exilé partout est seul !”
Pauvre exilé, cesse de gémir ! Tous sont punis comme toi. Tous voient passer et s’évanouir pères, frères, épouses, amis.
La patrie n’est point ici-bas ; l’homme vainement l’y cherche ; ce qu’il prend pour elle n’est qu’un gîte d’une nuit.
Il s’en va errant sur la terre ! Que Dieu guide le pauvre exilé !

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

26-04-2011

Norbert Elias : La Solitude des mourants

58150elias.gifPrésentation de l’éditeur

A l’heure où les tabous sexuels sont battus en brèche par une société qui veut assumer son humanité, la mort se retire paradoxalement du champ de nos représentations collectives. Abordée au Moyen-Age comme un événement social, auquel proches et moins proches se devaient de participer, l’agonie apparaît aujourd’hui comme un ultime égarement de solitude. Progrès de la médecine contre recul du sentiment religieux, accroissement de l’espérance de vie contre négation de son dénouement inéluctable, c’est cette contradiction entre une existence à la fois mieux maîtrisée dans son déroulement et de plus en plus insaisissable dans son issue que Norbert Elias nous détaille. Mêlant les approches historiques, psychologiques et philosophiques du dernier voyage, « La solitude des mourants » nous invite à regarder en face ces angoisses profondes que l’on peut éluder un moment, mais pas refouler éternellement.

Quatrième de couverture

Si la dissimulation et le secret qui entouraient jadis le domaine sexuel se sont heureusement relâchés, les tabous sociaux se sont déplacés et singulièrement renforcés en ce qui concerne la mort. L’attitude pusillanime de refus et de gêne qui entoure aujourd’hui la fin d’un être humain est tout à fait comparable à celle qui prévalait dans le domaine sexuel a l’époque victorienne. Telle est la thèse que développe Norbert Elias dans ce livre qui, après La Civilisation des mœurs et La Société de cour, viendra enrichir la connaissance d’une œuvre qu’il convient de situer aux côtés de celles de Lucien Febvre ou d’Erwin Panofsky puisque, comme eux, sur des terrains différents, il s’est attaché à reconstituer de grands ensembles de signes formant, pour chaque temps,  » l’esprit du temps « . –Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

27-03-2011

Jacques Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814) : La Chaumière indienne – 1790

58112aguillerminotjacqueshenribernardindesaintpierrefrenchwriter.jpg

64-157 Si-la-solitude-a-ses

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

13-03-2011

Jacques Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814) : Paul et Virginie

58112aguillerminotjacqueshenribernardindesaintpierrefrenchwriter.jpg

Tout homme qui a eu beaucoup à se plaindre des hommes, cherche la solitude.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

27-02-2011

Protégé : Jacques Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814) : Paul et Virginie

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié par Jean dans Vacuité | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

20-02-2011

Karl Kraus (1874-1936) : Aphorismes

58092kraus.jpg

La solitude serait un endroit idéal si on pouvait choisir les gens qu’on évite.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

18-02-2011

Juliette : Un petit vélo rouillé

Un petit vélo rouillé
Dans un grincement minable
Tourne sur mon oreiller
Une ronde interminable
Il va, le guidon tordu
Brinqueballe, les roues voilées
Indifférent et têtu
Sur le point de dérailler.
Petite reine abimée
Par ces courses sans victoire
Qui laisse mon âme tachée
Du cambouis des idées noires.
Ainsi vont mes nuits sans toi
A le regarder tourner
En comptant du bout des doigts
Ses tours de piste obstinés.

125eme tour : le sentiment de culpabilité laisse place à la parano !

Un petit vélo rouillé
Dans un grincement bizarre
N’en finit pas de rallier
La raison aux cauchemars
Il va, en suivant sa route
Sans pilote ni passager
Ce n’est rien qu’un petit doute
Dont les freins auraient lâché
Et sur la piste ensablée
Des bas-fonds de ma mémoire
Il fait tintinnabuler
La sonnette des idées noires
Ainsi vont mes nuits sans toi
A le regarder tourner
En comptant du bout des doigts
Ses tours de piste obstinés

653ème tour : l’amour est dépassé par la jalousie mortelle

Un petit vélo rouillé
Dans un grincement sordide
Prend un chemin embrouillé
Et pédale dans le vide
Il va roulant sur la jante
De plus en plus déglingué
Traçant d’une roue méchante
Un cercle vicieux et vicié
Pour n’pas le voir zigzaguer
Je crains qu’il ne soit trop tard
J’ai sur mes deux yeux crevés
La rustine des idées noires
Ainsi vont mes nuits sans toi
A le regarder tourner
En comptant du bout des doigts
Ses tours de piste obstinés

1247ème tour : quelques idées de meurtre font une apparition remarquée

Ainsi vont mes nuits sans toi
Soufflant et suant mille peines
Dans le désert de nos draps,
attendant que tu reviennes
Tu vas d’un mot adorable
Sûr’ment le faire tomber
Ce ptit vélo misérable
Qui m’aura, le cœur, cassé !
Il n’y a que toi pour montrer
Combien il est dérisoire
Tout en pièces détachées
Le cycle des idées noires…

Mais je sais qu’il reviendra
Quand tu auras le dos tourné
Réparé il reprendra
Ses tours de piste obstinés

 

1er tour bouclé pour Le Phénix du vélodrome qui nous revient ce soir en très grande forme !

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

13-02-2011

Jérôme Attal

58193attal.jpg

La vraie solitude c’est d’avoir tout le monde dans le collimateur et personne en vue.

Publié par Jean dans Vacuité | Pas de Commentaires »

12-02-2011

Protégé : Alfred de Musset (1810-1857) : A George Sand

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié par Jean dans Vacuité | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

12345...19

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...