13-08-2017

Andy Weir, Seul sur Mars – 2011

64-254 weir-

Mark Watney est l’un des premiers hommes à poser le pied sur Mars. Il pourrait être le premier à y mourir.
Lorsqu’une tempête de sable mortelle force ses coéquipiers à évacuer la planète, Mark se retrouve seul et sans ressources, irrémédiablement coupé de la Terre.
Mais il n’est pas prêt à baisser les bras. Ingénieux, habile et terriblement têtu, il affronte un par un des problèmes insurmontables. Parviendra-t-il à défier le sort ? Le compte à rebours a déjà commencé…

Publié par Jean dans Robinsonnade, Roman | Pas de Commentaires »

06-08-2017

Frédéric Brandon : La plage n° 3, Solitude, 2005.

64-248 brandon-

Musée d’Orléans

Publié par Jean dans Toiles | Pas de Commentaires »

15-07-2017

Johann Wolfgang Goethe (1749-1832) : Solitude

64-213 Goethe-Vous qui vivez dans les arbres et les rochers, ô nymphes tutélaires,
Accordez de grand coeur à chacun ce qu’au fond de lui-même il désire !
Donnez un réconfort, à l’affligé, un sage avis à l’hésitant,
Et faites cette grâce à l’amant ; qu’il chemine au-devant du bonheur.
Car vous tenez des dieux ce qu’ils sont refusé aux hommes, le don d’être
Consolatrices pour quiconque a foi en vous, et auxiliatrices.

Publié par Jean dans Poésies | Pas de Commentaires »

07-07-2017

Morte depuis quatre ans…

64-217 solitude urbaineLe 3 juillet 2017, à Culleredo, petite ville du nord de l’Espagne, le corps momifié d’une quinquagénaire a été découvert dans son appartement d’après la Garde civile. Le préfet de région, a déclaré que le cadavre était allongé dans le couloir. Il ne présentait pas de signe de violence et la femme serait décédée de mort naturelle.

Le corps se serait desséché naturellement. Les voisins ont assuré qu’aucune odeur de décomposition ne s’échappait de l’appartement. Selon la Garde civile,  » des voisins avaient porté plainte en affirmant que cette femme n’avait pas été vue depuis au moins quatre ans, que personne ne prenait son courrier et que son véhicule restait garé au même endroit avec une couche très épaisse de poussière ».

Selon le journal régional La Voz de Galicia, qui a enquêté sur la disparue, celle-ci travailla temporairement pour l’administration de la région jusqu’en avril 2011, quand les voisins cessérent de la voir. Jusqu’à lundi, personne n’avait effectué de démarches pour retrouver cette femme – réputée souffrir de dépression depuis la mort de sa mère –, même si « c’était un secret de polichinelle qu’il lui était arrivé quelque chose », selon un voisin cité par le journal. « On ne lui connaît pas de famille », a dit le porte-parole de la Garde civile, précisant simplement que « l’électricité lui avait été coupée pour impayés ».

Crédit photo : Esbay 

Voir sur Esbay la érie de photos sur la solitude urbaine.

Publié par Jean dans Actualité, Mort | Pas de Commentaires »

23-06-2017

Seuls, de David Moreau – 2017

114160Leïla, seize ans, se réveille en retard comme tous les matins. Sauf qu’aujourd’hui, il n’y a personne pour la presser. Où sont ses parents ? Elle prend son vélo et traverse son quartier, vide. Tout le monde a disparu. Se pensant l’unique survivante d’une catastrophe inexpliquée, elle finit par croiser quatre autres jeunes : Dodji, Yvan, Camille et Terry. Ensemble, ils vont tenter de comprendre ce qui est arrivé, apprendre à survivre dans leur monde devenu hostile. Mais sont-ils vraiment seuls ?

Publié par Jean dans Films | Pas de Commentaires »

12-06-2017

Heaven Knows, Mr. Allison – 1957

dieu-seul-le-sait-affiche_77779_31917Sur une île du Pacifique, sœur Angela, seule survivante d’une congrégation religieuse, voit débarquer en canot de sauvetage un marine, le caporal Allison, seul rescapé d’un sous-marin. Leur relation va évoluer au fil des événements, notamment lors de leur promiscuité dans une grotte, contraints d’y demeurer cachés lorsque les Japonais prennent possession de l’île après l’avoir bombardée. Le caporal, un homme fruste qui n’a jamais connu que la vie militaire, s’éprend de sœur Angela qui n’a pas encore prononcé ses vœux définitifs et auxquels il lui demande de renoncer. Bien que les épreuves les aient rapprochés jusqu’au débarquement final victorieux de l’armée américaine, Angela, fidèle à sa foi, ne renonce pas à ses vœux…

Publié par Jean dans Films, Île déserte | Pas de Commentaires »

19-05-2017

Guide des solitudes, de Jean-François Six – 1986

64-226 Six-La solitude, c’est la plaie, c’est la peste de nos sociétés occidentales. Et on dirait que plus il y a de réseaux de communication plus il y a de solitude ! Que faire ? Des associations qui rencontrent quotidiennement ce problème essentiel de notre époque à l’approche de l’an 2000 se sont réunies pour lutter contre les solitudes (car elles sont de toutes sortes, les solitudes de l’enfance à la vieillesse, en ville ou à la campagne). L’U.N.A.S.S.O.L, où se regroupent une vingtaine d’organismes (dont S.O.S. Amitié, Accueil des Villes françaises. Droits de l’Homme et Solidarité, La Porte ouverte*…), a voulu faire le « livre blanc » que voici, où sont étudiés tous les problèmes de solitude, et un guide conçu pour apporter des indications et des adresses, des réflexions et des réponses.

Ce livre réunit donc les données et l’expérience de toutes ces associations qui ont demandé à Jean-François SIX d’en reprendre l’ensemble. Que faire ? Ces associations agissent, mais leur véritable but est de pousser chacun, chacune de ceux et celles qui sont enfoncés dans la solitude à s’en sortir soi-même, par soi-même, à passer d’une solitude passive, écrasante, à une solitude active, créatrice en même temps, d’inciter ceux et celles qui ont ainsi appris à vivre une part de leur vie en solitude constructive à aider les isolés et solitaires à s’en sortir

Chacun, chacune peut s’y mettre. De désert, la solitude peut devenir jardin. Sans l’autre, je suis seul ; avec l’autre, je suis unique

Publié par Jean dans Guide | Pas de Commentaires »

12-05-2017

Deux solitudes, de Hugh MacLennan – 1945

64-226 MacLennan-Deux solitudes est la traduction française (Paris, 1963) du roman de Hugh MacLennanTwo Solitudes (Toronto, New York et Des Moines, 1945). Son titre est devenu le symbole de l’héritage le plus inquiétant du Canada : les relations entre Canadiens-français et Canadiens-anglais. MacLennan utilise un décor historique, qu’il situe dans un cadre mythologique, pour analyser les tensions entre les Canadiens-anglais et les Canadiens-français. Il commence à la Première Guerre mondiale et termine en 1939. La paroisse de Saint-Marc-des-Érables, dominée par le curé Beaubien, et par Athanase Tallard, un homme puissant mais frappé d’ostracisme par l’Église dans sa tentative d’industrialiser le village, représente la réalité canadienne-française. Montréal, quant à elle, est dominée par des personnages comme Huntley McQueen, un homme d’affaires presbytérien de l’Ontario. Paul, le fils de Tallard, est à l’aise dans les deux langues, mais il s’est aliéné les deux cultures. Il s’engage dans une véritable odyssée à la recherche de son identité et d’une vision du Canada au cours de laquelle il essaie d’écrire un roman relatant sa propre expérience canadienne. Le livre a aussi été traduit en espagnol, en suédois, en tchèque, en néerlandais et en estonien.

Publié par Jean dans Roman | Pas de Commentaires »

05-05-2017

Jean Godin des Odonais : La naufragée des Amazones – 1775

64-152 Godin-C’est une véritable odyssée que le périple de madame Godin, femme du monde condamnée aux rigueurs de la jungle pour avoir voulu rejoindre un époux coureur d’océans. Naufragée, elle voit périr un à un ses enfants comme ses compagnons, et se retrouve seule face à une nature dont, en esprit des Lumières, elle ne conçoit pas la touffeur hostile. Elle survivra. En 1775, son mari retrouvé transcrira le récit qu’elle lui fera de ses souffrances, et celui-ci inspirera nombre de romanciers français, anglo-saxons et sud-américains. Il n’avait pourtant jamais été réédité.

Publié par Jean dans Livres | Pas de Commentaires »

02-05-2017

arbre …

IMG_3561

Publié par Jean dans Photos | Pas de Commentaires »

01-05-2017

William Leroux : Botaniste sur l’île de Robinson – 2011

64-155 Botaniste-sur-l-ile-de-Robinson-CrusoeDepuis douze ans Philippe Danton, botaniste de Grenoble, correspondant du Muséum National d’histoire Naturelle de Paris, part en mission sur les îles Robinson Crusoé pour y dresser l’inventaire des plantes et mieux comprendre leur écologie.
Ces îles, connues sous le nom de l’archipel des Juan Fernandez, sont situées dans l’océan Pacifique au large du Chili. Dès 1935, elles ont été décrétées Parc National par le Chili ; en 1977 l’UNESCO les classe Réserve Mondiale de la Biosphère.
En quoi consiste le travail d’un botaniste de terrain ? Quelle est la finalité de ce travail ?
Pour répondre à ces questions le film accompagne Philippe Danton ; de ses marches sur le terrain, autour de plantes dont il nous révèle la beauté, à sa table de travail où il dessine et confectionne son herbier. L’occasion pour le botaniste d’expliquer les raisons de son activité et les techniques qu’il met en œuvre. Une des vertus premières des botanistes est le respect avec lequel ils considèrent le monde végétal, monde où les notions de normalité et d’exclusion sont absentes, monde où il y a seulement des espèces différentes les unes des autres ; monde où les particularités sont loin d’être effrayantes mais participent tout simplement à la diversité de la vie. Philippe Danton incarne avec bonheur et sérénité ces valeurs garantes d’un avenir meilleur.
Bonus : Entretien avec Philippe Danton (40mn, mai 2011), autour des thèmes de la botanique de terrain, le montage des expéditions, la recherche de documentation, etc…

Publié par Jean dans Films | Pas de Commentaires »

28-04-2017

Haruki Murakami : Des hommes sans femmes – 2017

64-151 murakami-« À ce que je sais, votre épouse était vraiment une femme merveilleuse […] vous devez vous sentir reconnaissant d’avoir vécu presque vingt ans auprès d’une femme comme elle. Je le crois profondément. Néanmoins, vous aurez beau penser que vous avez compris quelqu’un, que vous l’avez aimé, il n’en reste pas moins impossible de voir au plus profond de son cœur. Vous aurez pu vous y efforcer, mais vous n’aurez réussi qu’à vous faire du mal. Vous ne pouvez voir qu’au fond de votre propre cœur, et encore, seulement si vous le voulez vraiment, et si vous faites l’effort d’y parvenir. En fin de compte, notre seule prérogative est d’arriver à nous mettre d’accord avec nous-même, honnêtement, intelligemment. Si nous voulons vraiment voir l’autre, nous n’avons d’autre moyen que de plonger en nous-même. Telle est ma conviction. »

Neuf ans après Saules aveugles, femme endormie, le retour d’Haruki Murakami à la forme courte. Dans ce recueil comme un clin d’œil à Hemingway, des hommes cherchent des femmes qui les abandonnent ou qui sont sur le point de le faire. Musique, solitude, rêve et mélancolie, le maître au sommet de son art.

Publié par Jean dans Livres | Pas de Commentaires »

25-04-2017

Coucher de soleil…

IMG_3560

Publié par Jean dans Photos | Pas de Commentaires »

24-04-2017

Vera Caïs : Une trop bruyante solitude – 16/11/2011

64-145 caïs-Hanta travaille dans une cave à Prague. Chaque jour, depuis 35 ans, il presse du papier. Il n’est cependant pas très efficace car il ne peut s’empêcher de s’intéresser aux ouvrages qu’il détruit. Il met notamment beaucoup de soin à « faire un nid » au milieu des ballots de papier pressé pour ce qu’il considère comme des chefs d’œuvre. Malheureusement pour lui, Hanta est rattrapé par « une ère nouvelle » où il n’a plus sa place face à la productivité.

Publié par Jean dans Films | Pas de Commentaires »

21-04-2017

Jean-François Thiery : Solitudes

64-159Quel est le point commun entre un vieux batelier bourru et une fantasque adhérente d’un club de remise en forme ? Entre un inquiétant tueur en série et une acharnée de rencontres virtuelles ? Et un motard transi d’amour, est-il si différent de cette infirmière éprise d’un médecin inaccessible ? Au travers de douze nouvelles d’exception, nous vous invitons à une quête dans les brumes de la solitude, un destin étrange qui marque au fer rouge la trajectoire de ces héros contemporains.

Publié par Jean dans Livres | Pas de Commentaires »

18-04-2017

La méridienne …

IMG_3554

Publié par Jean dans Photos | Pas de Commentaires »

14-04-2017

Idalia Candelas : A solas – 2016

64-128 candelas-La vida de las mujeres solas, orgullosas de su soltería, en la intimidad de sus casas, a través de los ojos de esta diseñadora gráfica mexicana que triunfa en la red.
Idalia Candelas quería dibujar la soledad y acabó dibujándose a sí misma. Por ello, una mañana cualquiera, su teléfono no dejó de sonar. Sucedió de pronto, pero no de manera fortuita. De 300 seguidores en Instagram, la cifra saltó a los 20.000 en pocos días. Los timbres de su móvil anunciaban compras de sus ilustraciones en Estados Unidos, España y Alemania; medios estadounidenses como Vice y The Huffington Post, argentinos como Clarín, peruanos como El Comercio y españoles como El País se fijaron en el fenómeno viral en el que se convirtieron en las redes las ilustraciones de Idalia, que destacaban por levantar a destajo la persiana de la intimidad de la mujer sola. Era la captura gozosa de ese instante en el que una mujer—envalentonada en su soledad y enfundada únicamente en sus bragas—sostiene el mundo con los pies untados en la pared, con su tablet en mano para leer París no se acaba nunca; y con una expresión que solo puede asegurar que «todo está bien».El trabajo de Idalia muestra sin tapujos lo feliz que es una mujer cuando vive sola: un nuevo estilo de vida, un grito de reivindicación gozosa.

 

Publié par Jean dans Dessin, Livres | Pas de Commentaires »

11-04-2017

Départ

IMG_3334

Publié par Jean dans Photos | Pas de Commentaires »

10-04-2017

Idalia Candelas : A solas

64-128 candelas2-

Publié par Jean dans Dessin | Pas de Commentaires »

08-04-2017

Marie Uguay

ces îles dont nous parlons depuis des siècles
avec leurs diamants d’os taillés sur d’anciennes vies
avec leur gratitude d’oiseaux inassouvis
avec leur misère toujours pareille

ces îles où nous irons ouvrir la terre
reconnaître le ciel des saisons découpées
aux heures des songes et aux matins d’orange
ces îles à bout de bras
dont nous parlons depuis des siècles

ô ces solitudes

Publié par Jean dans Insularité, Poésies | Pas de Commentaires »

07-04-2017

Lucy Irvine : Castaway – 1984

64-130 irvine-En 1981, Lucy Irvine, 25 ans, répond à une annonce Écrivain recherche épouse pour une année dans une île tropicale placé par Gerald Kingsland, 49 ans, dans le magazine Time Out London. Choisie parmi plus de cinquante candidates, elle accepte de se marier avec lui pour satisfaire aux lois restreignant l’immigration puis de passer un an dans l’île de Tuin. Ensuite elle retourne en Angleterre pour écrire le livre Castaway relatant cette expérience.

.

Publié par Jean dans Île déserte, Insularité, Livres | Pas de Commentaires »

05-04-2017

Dominique Barbéris :

Quand je la remonte, certains soirs d’hiver, et qu’un sentiment de solitude me saisit, ce sentiment des îles, cette impression confuse d’être « loin », accrus du vide des maisons désertées, je sais qu’il reste « un endroit où aller » qu’il suffit de pousser une porte pour trouver, harmonisés dans un léger fond sonore et dans l’odeur du papier frais, la présence humaine et celle des livres – l’une et l’autre si nécessaires.

J’éprouve alors au plus juste le sens profond, et consolant de la littérature, le sentiment qu’elle pourra toujours me sauver.

Publié par Jean dans Extrait | Pas de Commentaires »

04-04-2017

Océan

IMG_3318

Publié par Jean dans Photos | Pas de Commentaires »

02-04-2017

Domaine de la solitude

vin-

Publié par Jean dans Etiquette | Pas de Commentaires »

01-04-2017

Catherine Mansfield (1888-1923) : Poèmes – 1923

Solitude

C’est la Solitude maintenant qui vient la nuit,
A la place du Sommeil, s’asseoir près de mon lit.
Comme une enfant fatiguée je repose et guette ses pas,
Je la regarde doucement souffler la bougie.
 
Elle reste assise, immobile et sans bruit,
Lasse, si lasse, laissant tomber sa tête.
Elle aussi est vieille, elle aussi a livré le combat.
De feuilles de lauriers son front est couronné.
 
Dans l’obscurité morne, la marée lentement descend,
Se brise inassouvie sur la rive stérile.
Un vent étrange passe… puis, le silence. Je voudrais
Me tourner vers elle, la prendre par la main,
La serrer dans mes bras, et attendre ainsi que la terre stérile
Soit remplie par la terrible monotonie de la pluie.

Publié par Jean dans Poésies | Pas de Commentaires »

31-03-2017

Meurtre sur une île déserte – 1993

64-130 bugliosi-Été 1974. Palmyre, un atoll perdu au milieu de l’océan Pacifique. Au mouillage, un splendide voilier, le Sea Wind. Mac et Muff Graham ont décidé de passer là quelques mois en amoureux. Mais bientôt ils voient arriver un vieux rafiot, le Lolae. A bord, Jennifer et Buck, deux marginaux qui fuient la police.
Mac et Muff, Jennifer et Buck… Deux couples que tout sépare et qui vont devoir se côtoyer, jour après jour. Méfiance, jalousie… Quelque temps plus tard, le Sea Wind, repeint et débaptisé, fait son entrée dans une baie de Hawaii. A bord, Jennifer et Buck. Que sont devenus les Graham ?
Quand, des années plus tard, on découvre sur une plage de Palmyre un crâne et des ossements humains, la police inculpe Buck et Jennifer. Pour assurer sa défense, Jennifer choisit Vincent Bugliosi. Un défi pour ce ténor du barreau : peut-on innocenter un suspect que tout accuse ?

Publié par Jean dans Île déserte, Insularité, Livres, Roman | Pas de Commentaires »

29-03-2017

Jean Giono (1895-1970) : Les vraies richesses

64-125 giono-[La foule] est comme une solitude. Mais elle est une solitude qui ne vous appartient pas, inféconde ; une solitude qui est séparation et non pas union du meilleur de l’esprit à travers les distances, une solitude qui n’est pas harmonie et divin concert, mais le silence total de l’âme par étouffement.
Et tout ce qu’on a dit sur la poésie et le pittoresque de cette foule n’est que battements de flancs et balivernes. C’est comme la chanson de cet ouvrier de la carrière de grès, là-haut dans la montagne. Ce soir qu’il est saoul il chante La Tosca, mais avant-hier il était couché dans le grand pré, dessous le col de Biache, et il imitait le chant des cailles, et les cailles s’y trompaient. (1937)

Publié par Jean dans Extrait | Pas de Commentaires »

28-03-2017

Promenade à la plage …

IMG_3295

Publié par Jean dans Photos | Pas de Commentaires »

26-03-2017

Prieuré de la solitude

64-126 prieuré

Publié par Jean dans Etiquette | Pas de Commentaires »

25-03-2017

L’homme seul est inquiet

64-113 science&vie840En groupe, on réagit mieux que seul ; de nombreuses observations sur des mammifères ou des oiseaux montrent que le temps moyen passé par un individu à surveiller ce qui l’entoure diminue en même temps que la taille du groupe augmente.

Deux chercheurs de l’Institut de biologie de l’université de Fribourg, en Allemagne, se sont demandé si on pouvait aussi appliquer cette loi à l’homme.

L’étude a été effectuée… dans deux restaurants universitaires. A partir de l’observation de 821 sujets formant des groupes de cinq au maximum, on a constaté que le temps passé à surveiller l’entourage était toujours plus élevé chez les garçons que chez les filles et, dans les deux cas, décroissait bien avec l’importance du groupe. C’est ainsi que l’étudiant solitaire regarde autour de lui pendant 17,8 secondes par minute, tandis que l’étudiante n’en utilise que 16,5. Pour les groupes de trois, on obtient 6,7 et 5,8. Pour les groupes de cinq, le temps passé est très réduit : 3 et 2 secondes seulement, par minute.

On peut conclure de cette étude que l’homme possède des comportements « reliques » rappelant les époques où il pouvait à tout moment être attaqué par un prédateur. Certains chercheurs soutiennent très fortement que dans les restaurants, les individus isolés préfèrent s’installer le dos au mur et que ceux qui se trouvent par exception au centre, passent encore plus de temps en surveillance.

Mais les auteurs eux-mêmes font état d’une autre interprétation. Plus on est nombreux, plus on est occupé par le groupe et moins on dispose de temps pour surveiller les abords. Cependant, la concordance avec les résultats obtenus en observant les animaux, donne à réfléchir.

[p. 78]

Publié par Jean dans Psychologie | Pas de Commentaires »

24-03-2017

Henning Mankell : Les chaussures italiennes – 2006

64- mankel

A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l’archipel. Depuis qu’une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s’est isolé des hommes. Pour se prouver qu’il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s’y immerge chaque matin. Au solstice d’hiver, cette routine est interrompue par l’intrusion d’Harriet, la femme qu’il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer.

Le temps de deux solstices d’hiver et d’un superbe solstice d’été, dans un espace compris entre une maison, une île, une forêt, une caravane, Mankell nous révèle une facette peu connue de son talent avec ce récit sobre, intime, vibrant, sur les hommes et les femmes, la solitude et la peur, l’amour et la rédemption.

Publié par Jean dans Insularité, Livres, Roman | Pas de Commentaires »

23-03-2017

Jakub Schikaneder : Solitude – 1908

64- Jakub Schikaneder

Publié par Jean dans Toiles | Pas de Commentaires »

22-03-2017

Chritine Gonzalez

Gonzalez-

@gwenenuts

Publié par Jean dans Extrait, Twitter | Pas de Commentaires »

21-03-2017

Voyage …

IMG_3319

Publié par Jean dans Photos | Pas de Commentaires »

20-03-2017

Agnès Audras : une immense solitude

64- une-immense-solitude

http://www.agnesaudras.com/

Publié par Jean dans Photos | Pas de Commentaires »

18-03-2017

Désert

IMG_3316

Publié par Jean dans Photos | Pas de Commentaires »

17-03-2017

Paul Zumbiehl : Un atoll et un rêve -1986

64-128 Zumbiehl- Ah, vivre sur une île déserte ! Fuir la ville, le bruit, les soucis, et paresser au soleil, là où la mer est toujours verte et le ciel toujours bleu…
Ce rêve, Paul et Danièle l’ont réalisé. Ils ont tout quitté pour s’installer sur Ahunui, un atoll inhabité de l’archipel des Tuamotu. Un anneau de corail de six kilomètres de diamètre. Au centre, le lagon. Autour, le Pacifique. Noix de coco; crabes géants et poissons multicolores… Le paradis !
Aventure, certes, mais minutieusement préparée : nos deux rêveurs sont des réalistes qui ne comptent pas vivre d’amour et d’eau salée. Cultiver des huîtres perlières, planter des arbres fruitiers, élever des poulets… Paul a tout prévu… sauf les cinq cyclones qu’ils vont essuyer coup sur coup ! Que faire ? Renoncer ou se battre ? Après tout le paradis, ça se mérite !

Source : J’ai Lu

Publié par Jean dans Insularité, Livres, Récit, Robinsonnade | Pas de Commentaires »

15-03-2017

Ascanio Condivi : L’Œuvre littéraire de Michel-Ange

LXII. — Dès sa jeunesse, Michel-Ange s’était adonné, non seulement à la sculpture et à la peinture, mais encore à tout ce qui se rattache à ces arts. Il s’y livrait si studieusement qu’il finit par s’isoler longtemps du commerce des hommes, ne pratiquant que le moins d’amis possible. Les uns, par là, le jugèrent orgueilleux, les autres bizarre et fantasque. Aucun de ces vices n’était sien ; mais, comme on l’a vu chez des hommes supérieurs, l’amour de la vertu et le continuel exercice des arts valeureux le faisaient solitaire et se complaire si bien dans son isolement que la compagnie des hommes, non seulement ne le contentait pas, mais lui déplaisait même, comme si elle eût troublé sa méditation. Il n’était jamais moins seul que lorsqu’il était solitaire, ainsi qu’accoutumait de dire le grand Scipion.

Publié par Jean dans Extrait | Pas de Commentaires »

10-03-2017

Caroline Alexander : Les survivants de l’Antarctique – 1998

64-128Voici la stupéfiante histoire d’une aventure unique : celle qui par un froid battu par des vents titanesques, mena, durant dix-sept mois, de décembre 1914 à mai 1916, les hommes de l’expédition Shackleton à abandonner leur bateau aux glaces de l’Antarctique qui l’avaient emprisonné, à tenter leur chance sur des canots, puis à dériver en mer de Weddell sur des milliers de kilomètres de glace, en quête de leur survie.

Une histoire de vie et de mort, d’astuce et de courage, superbement contée par Caroline Alexander et illustrée des saisissantes photographies originales de Frank Hurley, irremplaçable portraitiste du terrible voyage. (3/12/1998)

Publié par Jean dans Livres, Récit | Pas de Commentaires »

08-03-2017

Evidence

IMG_3278

Publié par Jean dans Note de lecture | Pas de Commentaires »

06-03-2017

José-Louis Luiz Poveda : retrouvé mort chez lui depuis plus d’un an

Le corps de Jose-Louis, un homme de 68 ans, a été retrouvé jeudi mort à son domicile, de Mantes-la-Jolie, Yvelines. Les policiers ont découvert son corps en état de momification. Ils étaient accompagnés d’un huissier de justice envoyé par la bailleur face aux loyers impayés par le locataire.

D’après le courrier accumulé dans la boitre à lettres depuis janvier 2016, l’homme serait mort depuis plus d’un an. Selon les témoignages, l’homme était apprécié de tous ses voisins, pas assez malheureusement pour que l’un d’eux ne s’étonne de son silence durant douze mois.

Additif : José-Louis a été inhumé le mardi 18 mars dans le cimetière de Mantes-la-Jolie près de sa mère. Mis à part les employés funéraires personne ne l’a acompagné. Fils unique il vivait dans la solitude après le décès de sa mère en 2009.

Publié par Jean dans Actualité, Mort | Pas de Commentaires »

03-03-2017

Trois naufrages pour trois îles – 1998

64-127 TroisNaufragesCe recueil publie les récits authentiques, par ceux qui les ont subis, de trois naufrages qui se sont produits au 19ème siècle sur les côtes des îles australes françaises :
- l’Aventure à Crozet (William Lesquin) en 1825
- la Favorite à Kerguelen (John Nunn) en 1825
- le Strathmore à Crozet (Ian Church) en 1875

 

 

 

 

Publié par Jean dans Insularité, Livres | Pas de Commentaires »

01-03-2017

David Foenkinos : La Tête de l’empoi

J’ai cosulté mon téléphone: je n’avais aucun message. C’est à cela que servent les téléphones portables, à se rendre compte que personne ne pense à vous. Avant, on pouvait rêver que quelqu’un cherchait à vous joindre, à vous parler, à vous aimer. Nous vivons maintenant avec cet objet qui matérialise notre solitude…

Publié par Jean dans Extrait | Pas de Commentaires »

28-02-2017

Fabrice Amadeo – 11e du Vendée Globe

64-130 amadeo-La solitude vous a-t-elle pesé ?
Évidemment il y a eu le manque douloureux de ma femme, de mes enfants, de mes proches. Mais j’ai adoré la solitude et je l’ai apprivoisée. Et je vais maintenant continuer à la chercher quand je serai à terre. C’est un luxe de pouvoir être seul et d’avoir autant de temps pour soi. Tout ça dans l’adversité et en se découvrant soi-même. Cela a été une expérience très riche.

Vous saviez que le Vendée Globe était une aventure humaine unique…
Oui, mais je n’avais pas appréhendé à quel point cela pouvait être puissant d’un point de vue personnel. J’avais sous-estimé l’impact que cela peut avoir d’être seul face à soi-même dans l’adversité, dans des régions sauvages, dans des moments dangereux. Je reviens changé. [Source : Le Figaro]

Publié par Jean dans Actualité, Sport | Pas de Commentaires »

28-02-2017

Mort depuis un an !

Le 28 février; à Laval, (Myenne) les policiers découve dans un immeuble le corps d’un homme de 65 ans, décédé chez lui depuis plus d’un an. C’est l’employé du syndic de gestion de l’immeuble, chargé de relevé les compteurs d’eau, qui donne l’alerte après avoir constaté que la comsommation au compteur était rigoureusement la même que celle de l’année dernière.

Publié par Jean dans Actualité, Mort | Pas de Commentaires »

24-02-2017

Richard Nelson : L’île, l’océan et les tempêtes – 2003

64-127 nelson-Richard Nelson n’est pas un écrivain comme les autres. Sensible et surprenant, son récit échappe à toute définition. Il fait naître, au contraire, le rêve d’une autre vie. Une île déserte au large des côtes de l’Alaska, offerte à l’océan… Ce lieu vierge de toute trace  » civilisatrice « , l’anthropologue va le découvrir et le partager avec les cerfs, les ours, les aigles, les loutres de mer et les baleines à bosse qui le peuplent. Immergé dans la nature, fort de son savoir mais libéré de ses préjugés culturels, il prend peu à peu possession de l’espace… avant que celui-ci ne s’empare de lui. Richard Nelson transcende cette expérience unique de simplicité avec enchantement et poésie, et nous entraîne dans un monde ancien que peu d’entre nous auront l’occasion de connaître. Ode à la nature, véritable histoire d’amour entre un homme et une terre, L’île, l’océan et les tempêtes réveille, comme par magie, une forme d’innocence perdue. (10/2003)

Publié par Jean dans Insularité, Livres | Pas de Commentaires »

22-02-2017

Gilles Lagardinier : Ça peut pas rater

64-145

Publié par Jean dans Extrait | Pas de Commentaires »

17-02-2017

Jean-François Petit : Le chant des Kerguelen – 2001

64-126 petit-Jean-François Petit est recruté par l’administration des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF) pour s’occuper, avec trois autres collègues, des transmissions du district de l’archipel des Kerguelen. Ce qui était une mission professionnelle se transforme en choc de la découverte : des paysages époustouflants, une faune et une flore luxuriantes sont alors restitués dans une description sensible, tout au long d’un carnet de voyage tenu pendant un an. Jean-François Petit, a effectué ce séjour en 1993, alors qu’il était militaire dans l’armée de l’air. Des séjours à l’étranger qu’il a effectués, c’est celui qui l’a le plus marqué, physiquement et affectivem

Publié par Jean dans Insularité, Livres, Récit | Pas de Commentaires »

10-02-2017

Adolphus Washington Greely : Les Naufragés du pôle -

64-126 Greely-La faim, la folie et la mort… C’est ce que rencontrèrent la quasi-totalité des membres de la petite équipe de scientifiques américains conduite par le lieutenant Greely, qui partit le 4 juillet 1881 à la conquête du pôle Nord. Entamée dans l’enthousiasme, l’expédition prévue pour un an en durera trois : le bateau va s’égarer dans les solitudes glacées et le voyage tourner au cauchemar. Cette aventure tragique nous est connue grâce aux notes rédigées par Greely lui-même, rescapé du drame. Des notes évoquant la monotonie des nuits, la paralysie intellectuelle, les tempêtes, les paysages sinistres et effrayants, les tentatives d’hivernage dans des conditions inhumaines, l’abandon des chiens esquimaux, la mort lente. L’une des pages les plus stupéfiantes – les plus sombres, surtout – de l’histoire des explorations.

Publié par Jean dans Livres, Récit | Pas de Commentaires »

03-02-2017

David Lefèvre : Solitudes australes – 2012

64-125 Lefèvre-À l’ouest de l’île de Chiloé, au Chili, David Lefèvre se retire seul dans une cabane, entre lac et forêt. Son projet : vivre une existence frugale proche de l’autosubsistance et tisser avec le milieu naturel un lien de respect et de connivence. Au fil des mois et des saisons, la vie s’ancre dans ce lieu isolé. L’auteur décrit ses travaux quotidiens, ses escapades au coeur de la nature sauvage qui l’entoure et les réflexions qu’elle lui inspire. C’est aussi l’occasion pour David Lefèvre de s’interroger sur sa solitude, ses racines, son rapport au monde, la signification de l’engagement, le concept de pauvreté volontaire ou encore le besoin d’errance qui l’a poussé à parcourir le monde. Ce voyage immobile est autant un récit sensible tourné vers le dehors qu’une plongée intérieure.

Publié par Jean dans Chili, Ermite, Livres, Récit | Pas de Commentaires »

12345...24

Chawki |
Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rednoize propaganda
| La vie d'une copropriété
| DES BOUTS DE NOUS...